Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !

A Perpignan, les téléphones portables pleuvent en prison…

louisAliot2-650x471Communiqué de Louis Aliot, vice-président du FN, conseiller régional du Languedoc-Roussillon, candidat aux municipales 2014 à Perpignan

Un mois après l’évasion spectaculaire de Redoine Faïd de la maison d’arrêt de Sedequin (Nord), le personnel pénitentiaire bloque ces jours-ci cet établissement, devant l’absence de mesures de sécurité supplémentaires. Il est consternant de constater qu’aucune des décisions n’a été suivie d’effet, pourtant annoncées à grand renfort de communication gouvernementale et le déplacement de Madame le garde des Sceaux en personne. Dans le Nord, comme partout ailleurs.

En effet, nous apprenons, que la maison d’arrêt de Perpignan a fait l’objet ce week-end d’un « véritable déluge de portables et de stupéfiants », dixit un responsable de l’Union fédérale autonome pénitentiaire (UFAP). Si le trafic de stupéfiants reste récurrent en détention, celui des portables ne l’est pas moins et va grandissant.

Tout comme le personnel pénitentiaire, nous nous insurgeons devant le risque imminent d’une évasion sur ce site dont la surpopulation carcérale et le corollaire s’y afférant ne pourraient qu’entraîner une issue morbide et feraient courir un risque au personnel comme aux Perpignanais.

Le Front National s’exaspère de cet état de fait et demande instamment au ministère de la Justice et à celui de l’Intérieur de procéder à une fouille générale de tous les établissements à risque et de mettre tous les moyens en œuvre pour éviter de nouveaux « parachutages ».

Les commentaires sont fermés.