Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan 2014 : Islam radical, communautarisation de la société française : attention danger !

Louis AliotTribune libre de Louis Aliot, vice-président du Front National

Dans un récent article publié par le journal Le Monde des 9 et 10 juin 2013 intitulé « la crainte des musulmans face à la salafisation des esprits », la crainte de musulmans face à la salafisation des esprits  – nous apprenons tout ce que Marine Le Pen ne cesse de dire et répéter depuis plusieurs années, à savoir :

– Le CFCM n’est pas un organisme d’administration de l’islam en France, mais le terrain de jeu de puissances étrangères qui rivalisent de coups tordus pour prendre le contrôle des musulmans en France. Cette organisation n’est donc ni démocratique, ni représentative, ni même française…

– Certaines autorités confessionnelles se plaignent notamment de voir « partir des jeunes quelques mois ou un an dans un pays du Golfe, parfois grâce à des bourses » et qui « reviennent avec un bagage religieux léger mais qui suffit à impressionner certains » et qui s’imposent comme des imams autoproclamés !

– Le salafisme fait une percée auprès des jeunes et les discours en sont de plus en plus imprégnés !

– Cet article pointe le financement douteux de certains jeunes qui distribuent à la sortie des mosquées des tracts ou des ouvrages décrivant tous « les interdits » de l’islam.

– Des questions qui posent réellement un problème de compatibilité entre certaines pratiques de l’islam et l’assimilation républicaine à la française : peut-on acquérir la nationalité française et devenir citoyen d’un pays non-musulman ? Peut-on entrer dans l’armée de peur d’avoir à combattre en « terres musulmanes » ? Peut-on travailler la vigne à cause de l’interdiction de l’alcool dans l’islam ? Lire la suite


Louis Aliot (Perpignan Ensemble FN / RBM) invité du «Talk Orange – Le Figaro»

Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional et candidat aux élections municipales de Perpignan en mars 2014 était l’invité de Yves Thréard dans le «Talk Orange / Le Figaro».


Louis Aliot (FN / RBM) invité du Grand Journal sur Canal+

Louis Aliot, vice-président du Front National chargé des manifestations et des formations, tête de liste de « Perpignan ensemble » aux municipales en 2014, est l’invité de Michel Denisot dans l’émission quotidienne « Le Grand Journal » sur Canal Plus.

Cliquez sur le visuel ci-dessousLouis Aliot


Louis Aliot (Perpignan Ensemble) débat sur TV Sud face à Patrick Vignal (PS)

Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional du Languedoc-Roussillon et candidat aux élections municipales de Perpignan en mars 2014, a participé à un débat «On en parle» sur la chaîne locale TV Sud en partenariat avec Midi Libre.

Louis Aliot débat face à Patrick Vignal député PS de la 9ème circonscription de l’Hérault.


A Perpignan, on agresse même la Police…

Louis Aliot - Candidat mairie Perpignan 2014Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional et candidat aux élections municipales de Perpignan en mars 2014.

A Perpignan, pas un jour ne se passe sans qu’une agression ne soit commise. Dans la nuit de vendredi à samedi, c’est un fonctionnaire de Police qui a été la cible d’une bande de jeunes à l’entrée d’un bar de nuit qu’il leur refusait l’accès de leur établissement pour suspicion de troubles.

L’agent de Police, membre d’une unité cynophile, appelée en renfort par la brigade anti- criminalité, a reçu une bouteille de verre en pleine tête. Comme cela n’était pas suffisant, son chien a aussi été pris à partie par les excités. L’individu, auteur du jet de projectile a été interpellé le lendemain suite à l’exploitation des caméras de surveillance.

Nous nous joignons à l’indignation des fonctionnaires de Police qui ne se sentent plus défendus dans leurs actions de sécurité publique au service de la République.

Je condamne fermement ce geste et demande à la Justice la plus grande fermeté à l’encontre des agresseurs présents et futurs.

Je demande aussi que de véritables moyens soient alloués immédiatement par l’Etat afin de rétablir l’ordre dans cette ville gangrénée par la délinquance et l’insécurité.

Non Monsieur, le Maire, ce n’est pas uniquement la faute à la société mais à l’impuissance des pouvoirs publics et des élus UMPS qui privilégient la médiation ou la prévention au détriment de la répression, très efficace pourtant lorsque autorité reste à la Loi.

Enfin, j’adresse mes chaleureux vœux de prompt rétablissement au policier blessé.


Perpignan 2014 : Le soldat Bouhadi à la rescousse de l’UMP droite populaire – Pujol

Mohamed BellebouCommuniqué de Mohamed Bellebou, syndicaliste et président de la coordination régionale des associations de rapatriés harkis, membre de la liste Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

Le soldat Fouzi Bouhadi, « avocat communautariste » vient donc à la rescousse de Jean-Marc Pujol. Conseiller municipal de Perpignan élu à la 46ème place, ayant claqué la porte de la Communauté d’agglomération parce qu’éliminé du casting de Jean-Paul Alduy pour la nouvelle Agence de Développement Economique, Fouzi Bouhadi s’agite. Une fois radical, une fois UMP, une fois socialiste (comme au bas Vernet où il appela à voter pour la représentante de Bourquin).

En matière de girouette politique, Fouzi Bouhadi n’a aucune leçon à donner. Candidat communautariste alduyste lors des dernières cantonales sur le Bas-Vernet, il a porté tout autant brillamment l’étiquette du Modem lors de la législative de 2012 sur la 1ere circonscription.

Aussitôt le Modem lui ayant assuré un bref asile politique, qu’il s’empressera, par l’entremise d’une lettre ouverte, d’aller soutenir le candidat François Sire sur la 1ère non sans lui avoir reprocher le soutien du FN / RBM. Cependant, ce dernier aura pu battre la gauche et être élu, lui.

Dans une lettre ouverte adressée à Daniel Mach (UMP), ancien député, maire de Pollestres et vice-président PMCA, Fouzi Bouhadi, s’était dit « horrifié » par les propos tenus par Daniel Mach, lors du meeting de Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, dans le cadre de la course électorale à la présidence de l’UMP : « M. Mach, votre discours qui a précédé celui de M. Copé était très choquant, antirépublicain, et très offensant pour l’Islam et pour nos compatriotes musulmans…Je crois, sans exagérer, que même M. Aliot du Front national n’aurait tenu de tels propos aussi insultants et réducteurs à l’égard de nos concitoyens musulmans… je serais dans l’obligation morale de vous poursuivre devant la justice de notre République « pour incitation à la haine », et je vous demanderais de vous démettre de vos fonctions de secrétaire départemental de l’UMP (…)Je contacterai tous les politiques locaux présents à ce meeting afin qu’ils éclaircissent leurs positions vis-à-vis de vos propos tenus hier soir… »

Ou en êtes-vous maintenant que vous vous placez dans le sillon de la droite populaire ou droite forte, monsieur l’opportuniste ?

Je pourrais taire par respect les propositions ambiguës que vous avez faites sur le Mur des Disparus et le Centre de Documentation sur l’Algérie Française ou engager aux frais du contribuable la venue de la conférencière Linda Hamiri réputée « diseuse du FLN », les français d’Algérie dont je fais parti ont apprécié. Pas étonnant, pour quelqu’un qui a effectué son service militaire au bled. Mais vous ne faites que soutenir la politique communautariste, électoraliste et schizophrène de Jean-Marc Pujol. Les électeurs originaires d’Afrique du Nord s’en souviendront.

Quant à mon ami Gilbert Collard, s’il lui a fallu près de 20 ans pour ouvrir les yeux sur la réalité politique de notre pays, je constate que vous, en à peine quelques années, vous n’avez eu de cesse de vous chercher, ou plutôt de chercher où se trouvaient vos intérêts.

Je vous souhaite une aussi brillante carrière professionnelle et politique que Gilbert Collard, mais vous en êtes malheureusement encore très loin, n’ayant jamais dépassé le stade de bouche-trou opportuniste.


Louis Aliot (FN) : «Perpignan Basket Club, cachez ce scandale que je ne saurais voir…»

louisAliot2-650x471Interview de Me Louis Aliot, vice-président du Front national (FN) et conseiller régional des Pyrénéens-Orientales parue sur Ouillade.

– « La question que nous nous posons, et qu’il faut que tout le monde se pose est bien de savoir si le maire était oui ou non au courant de la dérive financière du Perpignan Basket Club dirigé par des amis ?

L’autre question que nous nous posons est : où est passée votre adjointe aux sports curieusement absente de ce dossier ? Pourtant en tant qu’ancienne joueuse et proche de ce club, elle devait avoir tous les éléments en main ? Faisant partie de votre garde rapprochée, avait-elle connaissance de cette situation ?

Pour ce qui est de la méconnaissance des comptes de cette association, je suis très étonné que malgré les pouvoirs que donne le législateur aux collectivités qui subventionnent, à une telle hauteur, des associations sportives professionnelles, que la ville ne se soit pas inquiétée plus tôt de ne pas avoir accès aux bilans, budgets et comptes certifiés. Et que suite à l’affaire des Rifles, les services municipaux n’ont pas fait preuve de plus de vigilance…Pourtant des joueuses, qui n’arrivaient pas à se faire payer avaient tiré le signal d’alarme, tant du côté de la mairie que du côté de la fédération. Une enquête devrait être menée.

Jean-Marc Pujol nous apprend que toutes les délibérations ayant trait aux subventions à destination du club ont été votées à l’unanimité. A l’unanimité moins une voix, celle de Fatima Dahine, son adjointe délégué aux sports, qui n’a jamais participé aux votes. Pourquoi ? Est-ce que sa mission de conseillère technique (rémunérée ?) l’empêche de participer à ce genre de vote ? Se trouve-t-elle placée en situation de conflit d’intérêt ?

Malgré les apparences, il est de notoriété publique que le club présidé par un ami de M. Pujol, est en réalité dirigé par d’autres. Qui va payer l’addition ?

Nous ne nous opposerons jamais au soutien d’un club vitrine de Perpignan encore faut-il qu’il y ait un minimum de transparence de la part de ce dernier et que la municipalité, plutôt que de donner des leçons stériles, ferait bien d’être plus attentive à la dépense publique.
C’est pour cette raison que je vais demander, en tant que simple contribuable et parce qu’il s’agit d’une association bénéficiant de subsides publics, communication des comptes auprès de la ville de Perpignan ».