Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le suffrage universel sous l’influence de la cuisine électorale : un déni de démocratie !

Communiqué de Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble » et vice-président du Front National chargé des formations et des manifestations

La loi N° 2013-403, du 17 mai 2013 « relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires et modifiant le calendrier électoral » a imposé un redécoupage départemental.

On connaissait déjà l’intercommunalité obligatoire et même antidémocratique comme à Cabestany où, même après consultation du peuple, on a imposé une tutelle à cette ville et à ses habitants.

On connaitra désormais, la modification de la carte électorale sans concertation, si ce n’est les grands féodaux du département qui cumulent bien souvent les mêmes responsabilités, socialistes en tête…

Mais où sont donc passés les avis de l’Agglo et de Perpignan dans ce tripatouillage politico-administratif. Perpignan perd 3 cantons pendant que certaines réalités enracinées disparaissent au profit d’une logique purement partisane et démographique.

Face au rejet général de la politique gouvernementale, la gauche va tenter de sauver sa peau électorale par la modification à son profit des règles du jeu. Un scandale !
Où sont les avis des maires ruraux et des petites communes ? Ont-ils été réunis ? Leur a-t-on demandé leurs avis ? Évidemment non…

Cette réforme entrera en vigueur avec les cantonales de mars 2015 et bouleversera la vie politique du département avec des effets boomerangs car à trop vouloir gagner par des artifices politiciens, ils finiront par prendre la révolte populaire dans la figure.

Il va falloir changer nos règles démocratiques au plus vite en demandant l’avis direct du peuple pour les décisions importantes qui engagent son avenir, en respectant les élus et en établissant la proportionnelle, seul scrutin adapté à la juste représentation de toutes les sensibilités.


Sur la double peine dénoncée par l’opposition «centriste»

Bruno Lemaire - Perpignan Ensemble avec Louis AliotCommuniqué de Bruno Lemaire, Professeur Émérite HEC, Docteur ès Sciences Économiques, colistier délégué aux finances de la liste «Perpignan ensemble avec Louis Aliot»

La double peine qui menace les perpignanais n’est peut-être pas celle qui est dénoncée par Madame Ripoull.

Que Perpignan soit l’une des grandes villes les plus endettées de France, nous le dénonçons depuis longtemps. Mais quel dommage que l’opposition feigne de s’en apercevoir seulement maintenant. Il est vrai que les prochaines élections municipales approchent à grand pas, et qu’il faut maintenant faire croire que l’on a combattu avec persévérance la municipalité actuelle, en promettant que l’on va combattre ce que l’on n’a pas réellement fait depuis des années.

La double peine que la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot » dénonce est bien plus précise et bien plus flagrante.

La première peine, nous l’avons esquissée plus haut, est politique. On veut faire croire aux perpignanais que ce que la pseudo opposition municipale n’a guère contesté pendant son mandat, cette même ‘opposition’ serait la mieux placée pour s’y opposer, une fois aux manettes de la ville.

La deuxième peine, c’est la hausse de la fiscalité de ces dernières années, non pas seulement par habitant – ce qui est déjà flagrant – mais aussi par foyer fiscal. De fait Perpignan ne se contente pas d’être la ville des records d’endettement, elle est aussi celle où le pourcentage de ceux qui payent l’impôt est le plus faible de France, pour les villes comparables : 41% de personnes fiscalisées, contre 50% pour la moyenne nationale.

Il ne suffit donc pas de déclarer stop aux prélèvements fiscaux (en espérant que ce ne sera pas stop pendant la campagne, et encore juste après) il faut encore dire comment l’on peut faire venir, ou revenir, dans notre cité des familles payant l’impôt sans qu’elles en soient pour autant matraquées fiscalement, afin de redonner l’espoir à l’ensemble des perpignanais.

Au-delà du seul problème fiscal, c’est tout le problème de l’économie locale qui doit être abordé.


Honneur à nos frères Harkis et à leurs descendants !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, tête de liste «Perpignan Ensemble»

En ce mercredi 25 septembre 2013, journée d’hommage national, le Front National rend hommage à nos compatriotes harkis, Français par le sang risqué et par le sang versé, lors d’une cérémonie devant l’ancien camp de Rivesaltes dans les Pyrénées-Orientales. Il ouvrira également sa permanence au public pour présenter une exposition sur la réalité de cette tragédie.

Fidèles à la France et à la parole donnée, les harkis ont été lâchement abandonnés aux barbares socialistes du FLN et cantonnés par le pouvoir de l’époque à une misère humaine et sociale qui n’honorent pas les politiciens de l’époque, coupables de racisme, de ségrégation et d’abandon.

Le Front National toujours fidèle à la mémoire glorieuse du Bachaga Boualem et aux harkis renouvelle son indéfectible soutien à celles et ceux qui, civils ou militaires, sont tombés pour défendre le respect de la parole donnée et l’honneur de la France.


1 commentaire

L’équipe de Perpignan Ensemble avec Louis Aliot honorera la mémoire des harkis à Rivesaltes

Louis-Aliot - Portrait 2013L’équipe de Perpignan Ensemble conduite par Louis Aliot sera présente à Rivesaltes mercredi à 10h30, à la stèle des harkis, pour honorer la mémoire de nos frères d’armes qui ont porté au plus haut point les valeurs de la France et auxquels nous apportons et apporterons toujours notre indéfectible soutien.

Un vin d’honneur suivra.

Dans cette logique, nous invitons toutes celles et tous ceux que ça intéresse à venir visiter notre «exposition spéciale Harkis et armée d’Afrique» relative à la tragédie historique de nos compatriotes au 4 Boulevard Thomas Wilson à Perpignan.


1 commentaire

Louis Aliot (FN) gravement diffamé par Le Point

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Par un contresens particulièrement malhonnête, le site Internet du journal Le Point ose effectuer une diffamation très grave à mon égard en m’imputant d’avoir pu commanditer une agression.

La lecture du mail incriminé adressé par Monsieur Rochedy à Monsieur Djellil, ainsi que toutes les informations recueillies par le journaliste du Point et les témoignages démontrent au contraire que je suis fermement intervenu pour éviter une altercation entre ces deux personnes.

Ces méthodes calomnieuses sont indignes d’un organe de presse et je saisis donc immédiatement les tribunaux pour diffamation ainsi que pour dénonciation calomnieuse !

voir ici

__________

Communiqué du Front National

Droit de réponse au journal Le Point à propos d’un article d’Aziz Zemouri daté du 21 septembre 2013 et intitulé « Front National : Louis Aliot a-t-il commandité une agression ? »

Cet article d’Aziz Zemouri est un véritable cas d’école de désinformation militante. Son auteur a volontairement déformé les propos de mon courriel à Monsieur Omar Djellil lorsque il suggère que Louis Aliot aurait pu me demander de lui « casser la gueule » alors que c’est précisément Louis Aliot qui souhaitait m’en empêcher.

C’est « suite à une demande de Louis Aliot (…) » que je ne pouvais entrer, bloqué par les DPS, et non pas l’inverse, ce qui paraît évident.

Je rappelle aussi qu’en français la précision qui suit une virgule a souvent trait à la première proposition.

De plus, je me réserve le droit de porter plainte pour diffamation contre M. Zemouri pour sa grave diffamation contenue dans cette phrase : « Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que Rochedy est épinglé pour sa violence. » alors que je n’ai jamais été condamné pour faits de violence et que rien ne lui permet de justifier ce genre d’assertions.


Parlons donc des dettes de Perpignan et de l’auto-satisfaction mensongère de son équipe municipale

Bruno Lemaire - Perpignan Ensemble avec Louis AliotCommuniqué de Bruno Lemaire, Professeur Émérite HEC, Docteur ès Sciences Économiques, colistier délégué aux finances de la liste «Perpignan ensemble avec Louis Aliot»

Notre édile local, à moins que ce ne soit son adjoint aux finances, veut nous faire croire, dans son budget 2013 (bien) primitif, que les finances communales constituent un budget de fort bonne facture – c’est le cas de le dire.

Ce n’est évidemment pas un budget unique, bon ou mauvais, qui peut changer le fait, reconnu par tous, hélas, que Perpignan est l’une des grandes villes les plus pauvres de France – il en faut bien une, certes, mais avec une équipe au pouvoir – avec diverses étiquettes politiques  fluctuantes au gré du vent – depuis plus de 50 ans, et avec une telle élite pour nous administrer (des coups de massue fiscale peut être), on aurait pu espérer mieux.

Mais au-delà de ce constat, que nous ne pourrons faire évoluer que par des mesures énergiques et continues redonnant un véritable attrait économique à notre belle cité, l’équipe municipale actuelle veut nous faire croire que la dette publique est (enfin) maîtrisée. Il paraît que, si on le voulait vraiment, on pourrait la rembourser en 9 ou 10 ans.

Pour arriver à ce joli chiffre le maire, ou son adjoint, met en valeur les «excellentes» capacités d’autofinancement de Perpignan. Cette locution barbare signifie simplement que si on laissait notre patrimoine se dégrader pendant 9 ans, alors, effectivement, on pourrait rembourser notre dette en 9 ans et quelques. Comme le disait Coluche à propos des maisons M…., lorsque nous aurons fini de rembourser, les ruines seront à nous.

Faisons donc en sorte que l’équipe municipale actuelle ne soit plus là dans 9 ans, ni même dans 8 mois. Et mettons déjà notre maire et son équipe face à leurs mensonges : la dette par habitant de la ville de Perpignan (1.908 euros par habitant) est supérieure de 80% à la dette par habitant des villes qui lui sont comparables.


Lettre ouverte à François Calvet sur Monsieur Vera

Louis Aliot - candidat tete de liste Perpignan Ensemble - Elections Municipales 2014Le 20 septembre 2013

Monsieur François CALVET
Sénateur-Maire du SOLER
Président de l’UMP 66
Place de la République
66270 – Le Soler

Monsieur Le Sénateur-Maire,
Monsieur Le Président de l’UMP-66

Présent hier jeudi 19 septembre 2013 au conseil municipal de Perpignan, assis sur les bancs des citoyens pour assister à cette séance (L’Indépendant de ce jour), quelle ne fut pas ma surprise d’être apostrophé et diffamé en public par un élu catalaniste (CDC) avec qui vous avez contracté un partenariat privilégié.

Au moment où l’ancien Premier Ministre de Nicolas Sarkozy prétend se battre contre le sectarisme, il est à noter que dans les Pyrénées-Orientales vos alliés et amis n’hésitent pas à imiter les socialo-communistes en racontant n’importe quoi !

Je ne connaissais pas bien ce monsieur Vera, dont l’expression orale est des plus obscure, mais une rapide recherche internet m’a grandement interpellé.

Dans un blog d’informations générales local sous le titre « Un « ex-terroriste » sur la liste PS des Pyrénées-Orientales, selon Madrid » (http://www.la-clau.net/info/un-ex-terroriste-sur-la-liste-ps-dans-les-pyrenees-orientales-selon-madrid-3949), j’apprends avec stupéfaction que ce monsieur serait lié à d’anciens réseaux terroristes (aujourd’hui dissous) en catalogne espagnole.

Qu’il soit présent sur une liste de gauche ne me gênait pas outre mesure puisqu’il correspondait à l’intolérance idéologique de cette famille politique qui est en train de finir de ruiner la France. Mais que l’UMP dont vous êtes ici le représentant pactise avec ce genre de girouette politique au passé douteux, extrémiste et violent me laisse pantois !

C’est d’autant plus grave que ce monsieur a inventé une histoire mettant en cause Marine Le Pen. Contrairement aux affabulations de votre allié, Marine n’a jamais mis les pieds à Madrid ou ailleurs en Espagne pour participer à des réunions politiques.

Au-delà de la plainte que je ne manquerai pas de déposer dans les plus brefs délais, sachez monsieur le Sénateur-Maire que je compte bien diffuser un tract sur cet allié UMP dont beaucoup de vos sympathisants ou électeurs ignorent le passé.

Bien respectueusement,
Louis Aliot, tête de liste « Perpignan Ensemble » et Conseiller Régional des Pyrénées-Orientales