Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !

Les grandes manœuvres du système ont commencé

Les grandes manœuvres du système ont commencé : un seul mot d’ordre, empêcher Louis Aliot et sa liste d’arriver à la tête de la mairie de Perpignan

Communiqué de Bruno Lemaire, colistier de Louis Aliot et de « Perpignan Ensemble »

Le système médiato-politique s’en donne à cœur joie. Plus subtil sans doute que de refaire le coup de la fausse profanation du cimetière de Carpentras, ce sont les journaux, nationaux ou locaux, qui travestissent ou sortent de leur contexte les phrases énoncées par la tête de liste de « Perpignan Ensemble » ou par l’un ou l’autre de ses colistiers.

C’est ainsi que l’Express, devant une simple constatation faite par Madame Font-Gavalda, à propos du fait indéniable que la drogue sévit de plus en plus dans le quartier St Jacques, ose travestir ce constat en affirmant, ce qui est faux, que ce serait à cause de « maghrébins » infiltrés dans ce milieu essentiellement gitan.

Comme si les trafiquants de drogue ne se recrutaient que parmi les français, ou étrangers, originaires d’Afrique du Nord. L’Express, dans sa volonté de salir Louis Aliot et sa liste, mêle ainsi le mensonge et l’infamie, sans oublier un zeste de racisme qui devrait être condamné par la loi.

Dans le même ordre d’idée, le « journal local » – pour utiliser la métaphore proposée par l’Ouillade – fait un gros titre sur une parole, sortie de son contexte, de Louis Aliot, dont le seul propos était de condamner, une fois de plus, les propositions de lois portant sur le développement des langues régionales.

Louis Aliot et son équipe sont contre tout développement du communautarisme, la République étant une et indivisible.  L’accent mis sur le développement des langues régionales, aussi légitime soit-il dans certains cas, serait donc une arme à double tranchant  puisque, dans le cas de Perpignan, cela pourrait avoir pour conséquence le développement de la langue arabe plus encore que celle du catalan. Est-ce cela que le « journal local » conteste ?

Non, bien sûr, du moins je l’espère.

Les medias, de gauche ou de droite, nationaux ou locaux, feraient donc mieux de se concentrer sur les comptes étranges du président de l’UMP, ou encore sur les mensonges du gouvernement PS à propos des échanges téléphoniques portant sur les conversations entre le citoyen Sarkozy, ci-devant président, et son avocat.

La démocratie et la république ne s’en porteraient que mieux.

Les commentaires sont fermés.