Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le FN-RBM66 présente: François de la Robertie et Odile Lemaire sur le canton du Canigou

P-0. Elections départementales 2015 Marine Le Pen présente:
François de la Robertie et Odile Lemaire sur le canton du Canigou

OdileLemairePlusFrancoisdelaRobertieBuste

Présentation de François de la Robertie et Odile Lemaire, candidats FN—RBM66 sur le canton 2 – Le Canigou

– « Les 22 et 29 mars 2015, vous serez appelés à élire vos nouveaux Conseillers afin qu’ils vous représentent au sein de l’Assemblée Départementale ».

En tant qu’agriculteur pour l’un et mère de famille nombreuse pour l’autre, nous sommes attentifs et ouverts aux difficultés de notre si belle région. Nous voulons donc, avec vous et pour vous :
Lutter contre l’argent facile et si souvent gaspillé
• Mettre en valeur le labeur licite
• Transmettre le savoir-faire et le savoir être
• Rejeter la pesanteur insupportable de certaines normes européennes

Nos suppléants, l’un artisan, l’autre informaticienne nous apporteront d’autres compétences et nous permettront ainsi de mieux aborder l’éventail des nombreux besoins nécessaires à nos compatriotes pour véritablement mieux vivre ensemble, dans le respect des autres et de nos traditions ancestrales.

TetranomeCanigou

Dans le droit fil des déclarations de la présidente de notre mouvement, Marine Le Pen, nous serons donc à l’écoute de vos demandes dans le cadre des responsabilités qui nous seront confiées, si vous en décidez ainsi.

Votre voix, la voix du peuple, la voix du terrain, la voix des invisibles a besoin de se faire entendre, la plupart des dirigeants actuels, notabilisés, étant plus occupés à chercher à se faire réélire qu’à chercher véritablement et sincèrement des solutions pour sauver notre nation, la nation française, riche de ses particularismes mais aussi de son unité forgée au cours des siècles.

François de la Robertie – Odile Lemaire

canigou.bleumarine@gmail.com


Et je retourne ma veste…

Communiqué de Nelly SAINT ANDRE, candidate FN-RBM,
sur le canton « Pyrénées Catalanes » pour les élections départementales de mars 2015.

……………. «  Et je retourne ma veste » ……..(chanson « l’Opportuniste » de Jacques Dutronc, 1968)

C’est bien connu, les chansons sont éternelles. En voici une nouvelle illustration, politique, dans notre canton des Pyrénées Catalanes. L’actuel élu de l’ancien canton de Saillagouse : Georges ARMENGOL, sous étiquette DVD, puis UMP vient sûrement de se voir refuser l’investiture par l’UMP pour les prochaines élections départementales de mars 2015, puisqu’il se présente désormais sous l ‘étiquette PS ! Pour eux, les opinions, c’est secondaire, de toutes façons, ils mènent la même politique UMPS, étriquée et clientéliste. Le principal est d’être réélu afin de poursuivre l’habituel copinage entre élus de longue date, les ententes et le partage des influences, voire des récompenses,….. »

Et je retourne ma veste »…..

Lorsqu’on voit le score du PS aux élections européennes dans le nouveau canton des Pyrénées Catalanes, on peut d’ailleurs s’interroger sur l’opportunité d’une telle trahison. Mais il est vrai que le PS, en manque de candidats au suicide (politique, bien sûr ), recycle allègrement tous les élus devenus obsolètes, d’où qu’ils viennent.

Là encore, on constate l’intérêt que portent ces élus UMPS à leurs électeurs. C’est bien leur intérêt personnel qui les motive, le seul qui compte pour eux, quelle que soit l’étiquette qu’ils brandissent, mais en aucun cas l’intérêt public et celui des citoyens qui les ont élus et qui deviennent leurs otages ! Sachez que les élus de ce type sont prêts à vous dire « …à la prochaine révolution, je retourne mon pantalon. », ce qui leur sera d’autant plus facile, qu’il n’y a rien dedans !

L’UMPS se révèle une fois de plus sous son vrai jour : celui des alliances loufoques dans le seul objectif de se faire élire et non de défendre des idées .

Avec le FN – RBM, pour les Pyrénées Catalanes et la France, soyez fermes et résolus, pour changer ce « modèle » politique incompétent et corrompu.


A propos de l’affaire Farid Nenyettou et de l’éthique du métier d’infirmier.

Stage d’étudiant infirmier de M. Farid Benyettou.

Catherine Pujol, Conseiller communautaire et municipal de Perpignan (Groupe FN/RBM Perpignan « Ensemble avec Louis Aliot ») tient à préciser :

La diffusion par les médias de l’information selon laquelle M. Farid Benyettou, l’ex-mentor des frères Kouachi, était étudiant infirmier stagiaire aux urgences de la Pitié-Salpêtrière depuis décembre dernier demande quelques éclaircissements concernant l’éthique de cette profession, et son accès aux études.

La profession infirmier n’est pas une formation comme une autre. Les infirmiers  sont en contact direct et quotidien avec les patients qui placent en ces professionnels toute leur confiance.  Il est du devoir des infirmiers d’honorer cette confiance. La  profession n’est pas, hélas, toujours considérée à la hauteur des exigences éthiques et de moralité que les citoyens sont en droit d’attendre de ses membres.

Les critères de sélection du concours d’accès aux études d’infirmier ne doivent pas dévier vers des quotas à combler pour certains Instituts ou servir la reconversion professionnelle à l’ emploi assuré en fin d’études.

Il est du devoir de la loi de vérifier les compétences autant que la moralité en accédant notamment au casier judiciaire détaillé. Il faut considérer la possibilité que chaque étudiant le présente impérativement dès le début des études infirmières afin que ces vérifications soient faites par chaque Institut de Formation ou par l’Ordre des Infirmiers.

Enfin, il est important à ce jour de réaffirmer les fondements républicains et laïques qui animent la profession d’infirmier, en conformité avec le Code de la Santé Publique : « …L’infirmier ou l’infirmière dispense ses soins à toute personne avec la même conscience quels que soient les sentiments qu’il peut éprouver à son égard et quels que soient l’origine de cette personne, son sexe, son âge, son appartenance ou non-appartenance à une ethnie, à une nation ou à une religion déterminée, ses mœurs, sa situation de famille, sa maladie ou son handicap et sa réputation ».

 Mr Farid Benyettou a refusé un stage durant ses études, au motif de non compatibilité  avec sa religion. Comment se monsieur va-t-il pouvoir exercer sa profession en toute éthique ?


LIGNE FERROVIAIRE PERPIGNAN-CERBERE: le FNB soutient les usagers en colère!

LIGNE FERROVIAIRE PERPIGNAN-CERBERE,

LE FRONT NATIONAL/RASSEMBLEMENT BLEU MARINE SOUTIENT LES USAGERS EN COLÈRE !

Philippe GROSBOIS, candidat sur le canton « Côte Vermeille » pour les élections départementales, communique :

Alors que l’association des usagers de la ligne Perpignan-Cerbère annonce son assemblée générale le 17 janvier 2015, le FN/RBM tient à rappeler la position qui est la sienne sur cette question.

Dans un premier temps nous tenons à souligner qu’après avoir dénoncé à plusieurs reprises dans la presse la fermeture de la gare de Port-Vendres et l’abandon systématique des usagers et habitants du canton de la Côte Vermeille, aucune réaction des politiques du secteur ne s’est fait entendre si ce n’est pour nous dire que la gare ne fermerait pas et que nous étions des menteurs…

Malheureusement, ce que nous avions annoncé s’est bien réalisé !

Fermeture de la gare de Port-Vendres, retards multiples et variés sur les lignes, incohérences dans les correspondances entre les trains et les bus ou encore suppression pure et simple des trains aux heures de pointe: tout ceci n’est pas acceptable!

C’est pourquoi nous demandons à l’État, au Département et à la Région d’expliquer quelle est leur vision pour l’avenir de nos concitoyens, comment pensent-ils défendre le développement du tourisme et de l’emploi dans ces conditions ?

Le FN/RBM a toujours été clair sur ces sujets et soutiendra encore nos concitoyens pour défendre leurs libertés, leurs emplois et se battre contre l’abandon des populations de plus en plus démunies face au rouleau compresseur de politiques publiques aberrantes !


Sécurité à Perpignan: essentiellement des effets d’annonce?

Le Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot dénonce les « effets d’annonce » sur la Sécurité à Perpignan:

Nous ne pouvons que regretter que,  sur des questions aussi sérieuses que la Sécurité des Habitants des P.O. après les drames que nous avons vécus, les mesures annoncées ne soient pas plus effectives ou mieux mises en place.

En effet, il n’y a jamais eu 115 CRS déployés à Perpignan suite aux attentats de la semaine dernière, tout au plus 35 fonctionnaires de la CRS 58 ont été déployés pendant le week-end dernier (le reste des effectifs CRS perpignanais ayant été affectés à Narbonne ou Montpellier!).

Ces mêmes effectifs de CRS ne sont plus présents à Perpignan depuis hier soir, puisque, affectés à Avignon!!

De plus, les effectifs de la Police Municipale présents sur le terrain ne s’élèvent pas à 120 personnels, (120 c’est le nombre officiel total de fonctionnaires dépendant de la P.M.) et les effectifs disponibles ne sont pas présents en permanence, du fait des roulements, et évidemment encore moins 24h/24h!

Par ailleurs, nous déplorons que les fonctionnaires en garde statique, ne voient pas leur anonymat protégé (ex: floutage des photos), leur assurant par là même un minimum de sécurité, quand on sait que des groupes djihadistes ont menacé de s’en prendre aux policiers et à leurs familles.

De façon générale, la mobilisation annoncée d’effectifs de la Police Nationale  sur le terrain jour et nuit, ne signifie aucunement, l’augmentation du nombre de fonctionnaires mais des charges de travail supplémentaires pour les personnels qui ne pourront être affectés pendant ce temps à la surveillance de la Voie Publique.


L’affaire des bancs de Perpignan

L’affaire des bancs de Perpignan : cacher cette misère que nous ne saurions voir

Communiqué du groupe FN-RBM de Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

A Perpignan, on casse le thermomètre pour ne pas voir la température du malade.

Enlever les bancs c’est prendre acte de l’insécurité sans rien faire et faire payer les gens honnêtes et tranquilles !

C’est vrai aussi pour les zones de non-droit qui se développent. Comme on ne peut, ou on ne veut, faire régner l’ordre, alors on les abandonne aux dealers, aux trafiquants, aux petits ou grands délinquants de toute sorte.

Qui va encore trinquer ? Nos anciens, ou les personnes à mobilité réduite, les femmes enceintes, ou encore le simple citoyen, pour qui ce type d’équipement urbain est indispensable.

Une nouvelle fois les honnêtes gens font les frais du laxisme de l’État, puisqu’ils vont encore voir leur qualité de vie amoindrie par une petite délinquance qui dicte sa Loi dans les quartiers!

En viendra-t-on un jour à supprimer l’éclairage public la nuit sous prétexte que cet éclairage gêne les trafics des petits malfrats ?

Au lieu d’une tolérance zéro réclamée par le Front National et le Rassemblement Bleu Marine, voilà où nous a mené un laxisme UMPS généralisé et une politique de compréhension des motivations de la délinquance !


TER à un euro dans le Languedoc-Roussillon?

TER à un euro : La montagne accouche d’une souris !

par Claudine MIZERA-FUENTES, Conseillère municipale et Communautaire FN/RBM
de la liste « Perpignan ensemble avec Louis ALIOT »

Ce qui nous a été présenté par le Conseil Régional comme une « révolution en matière de transports publics », comme une « innovation majeure encore jamais tentée en France »,  n’est en réalité qu’une mesure électoraliste, démagogue, discriminatoire et coûteuse, un grand coup de « com  » en résumé !
La promesse du Conseil  Régional d’offrir des places à un euro dans tous les TER du Languedoc-Roussillon à partir de janvier 2015 était destinée à redonner du pouvoir d’achat aux habitants de la région tout en incitant les automobilistes à délaisser, dans une démarche écologique, leur véhicule polluant pour prendre les transports en commun.
L’année 2015 commençait alors sous les meilleurs auspices, car grâce au TER à un euro, nous allions non seulement disposer d’un budget familial revu à la hausse, mais également contribuer à la préservation de notre belle  planète.
On ne pouvait espérer mieux en ces temps moroses !
Seulement, les promesses n’engagent que ceux qui y croient et en ce lundi matin 5 janvier, la déception a été à la hauteur des espérances :
Sans parler du site de réservation qui affichait sans cesse un message d’erreur, force a été de constater que les billets TER à un euro ne bénéficient qu’ à un très faible nombre d’usagers. Les places ne sont attribuées que dans la limite d’un certain nombre de places disponibles pour remplir des trains à des heures où ils circulent à moitié vides.
En clair, cette mesure ne profite pas à ceux qui se rendent à leur travail le lundi matin  ou se déplacent pour étudier, en revanche, on peut se rendre à la plage un jeudi après-midi de janvier…
C’est en cela que cette mesure peut être qualifiée de discriminatoire car elle ne bénéficie pas à ceux qui ont des obligations et des impératifs horaires, discriminatoire aussi pour ceux qui n’ont pas accès à Internet.
Enfin, cette mesure est démagogique car elle a été initialement  présentée comme applicable à tous les TER de la région, et coûteuse car c’est bien évidemment le  contribuable qui paiera la différence !
En matière de transports, l’État s’est trop désengagé,  l’égalité entre les citoyens n’est plus assurée, les tarifs pratiqués  sont trop élevés.  Seule Marine Le Pen propose la restauration d’un  État fort capable de retrouver la maîtrise des transports publics.