Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan: plus de mariages à la loge le samedi. Encore une dérobade au lieu de faire respecter par la loi l’ordre public

Photo CV XBCommuniqué de Xavier Baudry, Conseiller Municipal et Communautaire FN/RBM de Perpignan-Méditerranée, Groupe d’Opposition « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

« Amoureux ou fiancés perpignanais, le samedi, Jean-Marc Pujol vous prive de la belle « Salle des Mariages de la Loge de Mer »!

 Nous apprenons par voie de Presse, que le Maire UMP de Perpignan, monsieur Jean-Marc Pujol a décidé de supprimer la célébration des mariages à la Loge de Mer (Mairie du Centre-Ville de Perpignan) les samedis.

 La véritable raison, non évoquée par la Presse, est l’impossibilité des élus de la majorité de faire respecter l’ordre républicain!

En effet, depuis plusieurs années déjà, les sorties de certains mariages ne sont font pas sans débordements: circulation entravée près d’une heure, grosses cylindrées qui pratiquent le rodéo sur les boulevards limitrophes du Castillet, manifestations « ethniques » à grand renfort de drapeaux étrangers, nuisances sonores, le tout entrainant parfois des rixes sur la voie publique etc….

A ce titre, jamais aucune plainte n’a été déposée par les services municipaux!

Nous demandons instamment à Monsieur Le Maire, qu’il prenne ses responsabilités, et qu’il utilise tous ses pouvoirs de Police pour faire respecter l’ordre républicain!

Il n’est pas admissible que la majorité silencieuse ait à subir, le laxisme des élus d’une part, et les incivilités de quelques pertubateurs d’autre part, prenant ainsi en otage les Perpignanais, et en tout premier lieu les commerçants!


Non aux indignations sélectives!

COMMUNIQUÉ

de Mohamed BELLEBOU, conseiller Municipal et communautaire RBM de Perpignan et Président de l’association France-Harkis

et Louis ALIOT, Député français au Parlement Européen et conseiller municipal et communautaire de Perpignan, V.P. du Front National

Sans préjuger des résultats de l’enquête en cours dans l’affaire biterroise et sans porter de jugement définitif sur des informations partielles et surtout partiales, nous nous interrogeons sur les indignations sélectives des moralisateurs UMPS qui feraient bien de balayer devant leurs portes.

En conséquence, nous demandons à ce que toute la lumière soit faite sur le fichier ethnique des employés de la mairie de Perpignan (UMP-UDI) et demandons à ce que la plainte déposée à l’encontre d’un fichier ethnique des élus de la république détenu par SOS Racisme soit enfin instruite.

Nous demandons à tous de prendre connaissance des pièces jointes à ce communiqué par mail sur le site de L. A. au Parlement Européen


Attaque de train avortée près de Perpignan: chut pas grave, ce sont des jeunes oisifs!

Tentative d’attaque d’un TER avant son entrée en gare de Perpignan !

Photo CV XBCommuniqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire et Municipal (FN/RBM) de Perpignan-Méditerranée, Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » .

 Nous apprenons de source judiciaire qu’une tentative d’attaque d’un TER a nécessité l’interruption du trafic SNCF dans les deux sens entre Perpignan et Rivesaltes, hier soir, vers 19h00, et ce pendant plus d’une heure.

 Ce qui sera sûrement relaté comme un simple « incident » par les médias est en fait une tentative d’attaque d’une rame TER en provenance de Narbonne, par une bande de jeunes visiblement originaires de la Cité Clodion.

 Les individus s’étant rassemblés sur les voies ont fait signe au conducteur de faire stopper son train, brandissant des cailloux.

 Les Services de Police Nationale, concentrés sur le plan préfectoral de répression envers les automobilistes, n’ont pu intervenir que 30 minutes après le début des faits !

 Les voyageurs n’ont dû leur salut qu’au sang-froid du conducteur du train, qui a pu maintenir sa rame à distance, et ainsi éviter que les assaillants ne montent à bord.

 Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » dénonce avec vigueur ces actes intolérables, conséquence, s’il était encore besoin de le préciser, du Laxisme d’État, avec la complicité de Politiques Locaux qui entretiennent un Communautarisme effréné depuis plus de 30 ans à Perpignan.

 Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » assure nos concitoyens que seul le Front National/Rassemblement Bleu Marine réformera en profondeur les politiques pénales et judiciaires avec l’assurance d’une fermeté totale envers les délinquants multirécidivistes et les voyous, qui portent atteinte à l’un de nos droits fondamentaux : la Sécurité Publique.


A propos de l’affaire Farid Nenyettou et de l’éthique du métier d’infirmier.

Stage d’étudiant infirmier de M. Farid Benyettou.

Catherine Pujol, Conseiller communautaire et municipal de Perpignan (Groupe FN/RBM Perpignan « Ensemble avec Louis Aliot ») tient à préciser :

La diffusion par les médias de l’information selon laquelle M. Farid Benyettou, l’ex-mentor des frères Kouachi, était étudiant infirmier stagiaire aux urgences de la Pitié-Salpêtrière depuis décembre dernier demande quelques éclaircissements concernant l’éthique de cette profession, et son accès aux études.

La profession infirmier n’est pas une formation comme une autre. Les infirmiers  sont en contact direct et quotidien avec les patients qui placent en ces professionnels toute leur confiance.  Il est du devoir des infirmiers d’honorer cette confiance. La  profession n’est pas, hélas, toujours considérée à la hauteur des exigences éthiques et de moralité que les citoyens sont en droit d’attendre de ses membres.

Les critères de sélection du concours d’accès aux études d’infirmier ne doivent pas dévier vers des quotas à combler pour certains Instituts ou servir la reconversion professionnelle à l’ emploi assuré en fin d’études.

Il est du devoir de la loi de vérifier les compétences autant que la moralité en accédant notamment au casier judiciaire détaillé. Il faut considérer la possibilité que chaque étudiant le présente impérativement dès le début des études infirmières afin que ces vérifications soient faites par chaque Institut de Formation ou par l’Ordre des Infirmiers.

Enfin, il est important à ce jour de réaffirmer les fondements républicains et laïques qui animent la profession d’infirmier, en conformité avec le Code de la Santé Publique : « …L’infirmier ou l’infirmière dispense ses soins à toute personne avec la même conscience quels que soient les sentiments qu’il peut éprouver à son égard et quels que soient l’origine de cette personne, son sexe, son âge, son appartenance ou non-appartenance à une ethnie, à une nation ou à une religion déterminée, ses mœurs, sa situation de famille, sa maladie ou son handicap et sa réputation ».

 Mr Farid Benyettou a refusé un stage durant ses études, au motif de non compatibilité  avec sa religion. Comment se monsieur va-t-il pouvoir exercer sa profession en toute éthique ?


Le centre de loisirs des Baléares à Perpignan délocalisé en raison de multiples « incidents »…

ConseillersLouisLe centre de loisirs des Baléares à Perpignan délocalisé en raison de multiples incidents…

(Qu’en des termes galants ces choses là sont dites …)

C’est en effet sous ce titre peu évocateur que France Bleu a publié ce lundi un article et une interview de Nathalie Beaufils concernant le déplacement des enfants présents cet été au centre de loisirs de la cité des Baléares et de leurs encadrants.

En effet, suite à plusieurs agressions verbales et parfois physiques, la mairie de Perpignan a donc décidé, cette semaine, de reloger tout ce petit monde dans les locaux de l’école Édouard Herriot, située quartier Saint-Martin.

Mais voilà, France Bleu et Nathalie Beaufils ne disent pas toute la vérité sur cette affaire…

Ce que France Bleu et madame Beaufils appellent provocations, insultes et remarques désobligeantes, s’apparentent en réalité beaucoup plus à de la haine raciale et religieuse.

En réalité, selon les personnes victimes de ces insultes et agressions diverses et variées, la présence d’enfants « non musulmans » et le fait que le personnel encadrant soit des femmes « non musulmanes » est tout simplement considéré par les fidèles de la salle de prière voisine comme une provocation envers l’islam pendant le mois du ramadan, l’argument suprême invoqué étant même que ces jeunes femmes « portaient des jupes »… Quelle horreur !

À son habitude, Monsieur le maire a donc réglé le problème à sa façon et utilisé la bonne vieille méthode du « courage fuyons ». Pourquoi affronter les problèmes quand on peut les éviter somme toute ?

C’est pourquoi la mairie, non seulement n’a pas fait appliquer les lois de la république dans ce quartier, ne serait-ce qu’en condamnant fermement les agissements et propos virulents tenus envers les personnels du centre, mais a tout simplement « déplacé » (les enfants et les encadrantes…).

Un tel laxisme devrait tous nous surprendre, malheureusement monsieur le maire n’en est pas à son coup d’essai… depuis un certain temps, la mairie de Perpignan entretient de manière récurrente ce communautarisme galopant, que ce soit en fournissant des terrains pour construire des salles de prière ou en laissant les fondamentalistes imposer leur loi dans les quartiers de Perpignan.

Nous posons donc aujourd’hui deux questions très simples :

Quelle autorité fait appliquer la loi dans cette ville, les pouvoirs publics ou les islamistes de tout bord ?

Et pourquoi les autorités municipales et nationales laissent-elles s’installer ce climat de haine et de violence sans réagir ?

Les Perpignanais, sans aucun doute, témoins permanents de la montée en puissance de ce communautarisme dans notre cité ont probablement déjà répondu à cette question… !

Bénédicte Marchand – Groupe Perpignan Ensemble RBM avec Louis ALiot


Faut-il continuer à subventionner des associations plus que douteuses, sous prétexte de soutenir le Développement Social Urbain?

66_Marie-THerese-COSTA-FESENBECK-16-150x150Intervention au conseil municipal du 25 juin de Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillère régionale FN, conseillère municipale et communautaire de la liste « Perpignan ensemble Rassemblement bleu marine »

Rapport sur les actions conduites en 2013 par la Ville en matière de Développement Social Urbain

M Le Maire, chers collègues,
J’interviens également sur ce dossier n° 19 à propos des actions en matière de Développement Social Urbain, dossier qui attire quelques remarques :
Dans les dossiers annexes, bilan des centres sociaux 2013 : je constate que les charges de personnel représentent 76 % du budget, pourcentage trop élevé pour un bon gestionnaire.
Or, durant la campagne électorale des municipales qui vient de se terminer, nous avons appris le mauvais classement du présentéisme de vos agents.
M Le Maire, vous devez vous remettre en question, c’est-à-dire, apporter des solutions concrètes auprès de la DRH (Direction des Ressources Humaines) de la Mairie pour le confort des employés municipaux, étudier s’il y a des problèmes de stress dans certains services. Ainsi, l’absentéisme diminuera et je suis sûre que le chiffre de 76 % du budget diminuera et ainsi vous pourrez consacrer un montant plus élevé des subventions.
Je constate également l’infime pourcentage de la politique de la Ville par l’Etat (0.18%) alors que tous les gouvernements UMPS n’ont que ce maître-mot « Politique de la Ville » dans leurs déclarations.
Je vous conseille de consulter le rapport public thématique 2012 de la cour des comptes intitulé la politique de la Ville, une décennie de réformes.
Comme toujours, les projets ne sont que du vent concernant les résultats et que votre parti, l’UMP, y a bien contribué.
De plus, le montant de la dotation de 164 350 € pour 4 thématiques me semble exorbitant. Mais où ai-je la tête ? bien sûr il s’agit de donner l’argent des contribuables à une organisation politisée, le Mrap !

Je tiens tout particulièrement à attirer votre attention, M le Maire, sur la subvention que vous accordez sans discernement, apparemment, à l’association Entraides Roussillon.
En effet, cette association vient d’être dénoncée non anonymement auprès des services concernés comme l’URSSAF à cause de la conduite de certains de ses membres ! (travail au noir, maltraitance envers les Kosovars, locaux insalubres, etc…).
En ce qui concerne l’affaire des Kosovars, les responsables de cette association sont convoqués auprès du Tribunal de perpignan pour le mois d’octobre afin de juger cette affaire qui m’apparait scandaleuse.
M Le Maire, le groupe « Perpignan ensemble », tête haute et mains propres, vous demande instamment de représenter ce dossier en Conseil municipal, afin d’obtenir tous les renseignements qui vous permettront de présenter un contrat pertinent, en adéquation avec les critères généraux demandés en fonction des problématiques territoriales et tout particulièrement la vérification de l’honnêteté des partenaires pour l’exercice 2014 afin que notre ville puisse avoir un développement social urbain de très haute qualité.

*****

Note du rédacteur:

Il est intéressant de noter que suite à l’intervention de Madame Fesenbeck, le mercredi 2 juillet 2014, le journal « L’Indépendant » titrait un article « Et si on pratiquait des soldes solidaires », et en sous-titre « L’association Entr’Aides Roussillon s’associe aux soldes d’été qui débutent aujourd’hui à Perpignan ».

Toujours dans ce même article on pouvait y trouver le petit paragraphe suivant : « Il est utile de rappeler que tous les déplacements sont payés par les participants eux-mêmes ».

D’où notre question : Pourquoi ce paragraphe quelques jours seulement après la dénonciation par notre élue municipale de certains faits ? Cette association a-t-elle vraiment quelque chose à se reprocher ?

Attendons la suite des évènements et nous vous tiendrons au courant, chers internautes, de la suite judiciaire qui sera donnée à cette affaire.


Comment le maire peut-il ignorer ce fichier puisque son prédécesseur était très précis dans ses affirmations chiffrées ?

Comment le maire peut-il ignorer ce fichier puisque son prédécesseur était très précis dans ses affirmations chiffrées ?Communiqué de la liste «Perpignan Ensemble avec Louis Aliot»

Cet article du journal L’Indépendant du 23 juin 2005 prouve la réalité d’un fichier précis.

C’est une affirmation de l’ancien maire !

A moins de lire dans le « marc de café », l’autorité municipale se fondait bien sur quelque chose de précis pour affirmer cela !

Cliquez sur l’article archive ci-dessous

article l'independant 23 juin 2005