Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Encore des engagements non tenus: la LGV Montpellier-Perpignan repoussée aux calendes grecques

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué des élus FN/RBM

des Pyrénées Orientales

La LGV Montpellier-Perpignan repoussée aux calendes grecques

Dans le cadre d’un rapport du groupe de travail des sénateurs sur l’avenir des lignes TGV, il est préconisé le gel de la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan pendant 15 ans !!!

Faisant fi de l’impérieuse nécessité du développement de l’économie locale pour lutter contre le chômage de masse sur notre territoire, les parlementaires de droite et de gauche proposent l’abandon de notre avenir.

Alors que le gouvernement espagnol et la Generalitat de Barcelone ont tenu leurs engagements, la France, par l’intermédiaire de ces parlementaires, décident de ne plus respecter les engagements internationaux de notre pays.

L’avenir économique de notre territoire est en danger. Notons le silence assourdissant de Madame Delga et des 6 parlementaires de droite et de gauche de notre département. “Qui ne dit mot consent “.

Louis Aliot et l’ensemble des élus FN/RBM des Pyrénées Orientales continueront le combat pour relier Perpignan au réseau TGV entre Barcelone et Paris.

FrontNationalDesPO_Adresse


Marchés publics et concurrence déloyale dans les P.O.

Image Louis PEBTP dans les P.O.: « Marchés publics raflés à la déloyale »…

Communiqué de Louis Aliot, Député Européen et Conseiller Municipal de Perpignan:

J’apporte mon  entier soutien à la fédération BTP66.
Je voudrais également dénoncer par là même, le laxisme et le manque de rigueur des administrations publiques
dans l’attribution des Marchés, notamment le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales.

Voir des entreprises hors département ou étrangères remporter des appels d’offres,
alors que chacun sait, qu’elles mettent dans la balance le dumping social, ou l’emploi
de clandestins non déclarés, au détriment de nos PME Locales, est proprement scandaleux!

Si certains élus ont une responsabilité très claire dans l’attribution
de ces chantiers d’infrastructures publiques,
il serait utile également que la lumière soit faite sur les mécanismes de financements
et les organismes financiers qui les cautionnent…

Le Front National, dénonce depuis des années ces pratiques destructrices de notre emploi local,
elles-mêmes encouragées par une réglementation européenne nuisible
au développement économique de nos départements.


Le drame des agriculteurs français!

« Le drame des agriculteurs » : Communiqué de Jean-Claude PINGET, conseiller municipal  et communautaire FN-RBM de la liste « Perpignan ensemble avec Louis ALIOT »

La situation des agriculteurs, qu’ils soient éleveurs, maraîchers, producteurs de fruits, vignerons ou autres est dramatique !

Bien sûr, elle tient pour partie des pratiques vampiriques de la grande distribution et de la coalition de leurs centrales d’achats, bien sûr qu’il faut des mesures de soutien ponctuelles, mais outre cela, il faut dénoncer l’enfumage et s’attaquer aux causes profondes. 

Comment vendre des pêches à leur juste prix quand les Espagnols payent  des immigrés  clandestins ou non,  4 euros/H. avec encore moins de charges et une administration « tolérante » ?

Comment vendre du porc en gagnant sa vie quand la Germanie de Frau Merkel paye  ses ouvriers esclaves roumains, bulgares ou Polonais, moins d’un demi-smic français, profitant  d’une monnaie conçue à ses seuls intérêts ?

Comment admettre, que nos agriculteurs, comme nos chantiers navals d’ailleurs, soient privés d’importants débouchés en Russie par suivisme de l’Otan (dont le général De Gaulle nous avait sorti) ? Sanctions et contre sanctions dont nos agriculteurs sont les victimes !

 La vraie solution est la sortie de cette Europe  de Bruxelles ultra libérale, qui nous prépare des lendemains encore plus noirs avec le traité commercial  avec les USA.

Rappelons enfin,  que  les « subventions européennes » (y compris agricoles) sont faites avec notre  argent, la France payant à l’Europe de Bruxelles le double de ce qu’elle reçoit !


Euro, monnaie unique, une fausse bonne idée

L’euro, monnaie unique pour l’Europe, une fausse bonne idée, et un vrai carcan pour l’économie française, et donc pour les territoires, en particulier frontaliers.

TeteBrunoElections2015Tribune de Bruno Lemaire, conseiller communautaire de PMCA, candidat Front National aux élections départementales avec  Anne-Marie Lahaxe sur le canton n°14, « Le Ribéral« 

Ce billet n’est pas destiné à sonder les reins et les cœurs, et je ne m’interrogerai donc pas sur les bonnes ou mauvaises raisons qui ont poussé à sa création. Je me contenterai ici de dire pourquoi cela ne marche pas, en utilisant pour cela deux métaphores.

La zone Euro, composée depuis peu de 19 pays, en comptait originellement 11, plus la Grèce intégrée en dernière minute, fin 2001. L’idée affichée était que ces 11, puis 12, puis 19 pays pouvaient marcher au même pas, ou finiraient par marcher au même pas, sur le plan économique s’entend.

Imaginons donc onze ou douze sprinters, reliés entre eux par une corde plus ou moins élastique, partant ensemble pour une même course. 13 ans plus tard, nous avons, très loin devant, à la limite de la rupture de l’élastique, le sprinter allemand, rouge à la fois de contentement d’être en tête, mais de colère à l’idée qu’il traine derrière lui pas mal de boulets. Sa solution, depuis quelques mois, courir un peu moins vite, avec l’aide d’un arbitre complaisant, la BCE, plus connue par le nom de son dirigeant principal, Mario Draghi. Est-ce que cela a appris à courir aux 10 autres, et maintenant 18 autres, sprinters ? Pas vraiment, du moins pas pour les sprinters ‘latins’ – ou grecs – même soumis à une cure intensive d’amaigrissement qui les laisse sans forces, mais qui pèse moins sur la corde « européenne ».

Autre métaphore, celle de 12 copropriétaires (maintenant 19) qui auraient le même syndic, et dont le conseil syndical, représenté par une triplette, ou troïka, BCE, Bruxelles et … FMI (et surveillé de près par le copropriétaire allemand) aurait décidé de figer les prix relatifs des différentes maisons. 28% de l’ensemble du prix total pour l’Allemagne, 21% pour la France, 17% pour l’Italie, etc… Cette fixation de prix restant valable, aux quelques ajouts près de pays supplémentaires, pendant toute la durée de l’Eurozone, quelle que soit l’évolution relative de la ‘qualité’ des diverses maisons.
Petit problème : les travaux du copropriétaire allemand ont été plus importants que les travaux entrepris par le Français, l’Italien, l’Espagnol ou encore le Grec. Les prix relatifs auraient du varier, être de 30% au lieu de 28% pour la maison allemande, de 20% au lieu de 21% pour la maison française, de 3% au lieu de 3.5% pour la maison grecque, ce qui n’est pas possible sous le carcan d’un prix unique, pardon d’une monnaie unique.

Et voilà le problème, celui de la fausse bonne idée. Une monnaie unique, cela peut marcher si les coureurs se déplacent à peu près à la même vitesse, ou encore si les copropriétaires investissent dans des proportions analogues pour restaurer ou enjoliver leurs maisons. Dit autrement, une monnaie unique, cela peut marcher si l’on a affaire à des économies qui se développent à peu près à la même vitesse, ou si l’on s’efforce de faire converger leur puissance économique relative.

Les 13 années qui se sont succédé depuis l’instauration de l’Eurozone, début 2002, montrent qu’il n’en a rien été, et qu’il faut donc libérer le plus vite possible les différents pays de ce carcan ruineux et mortifère pour la majorité d’entre eux.

Au moment de glisser son bulletin dans l’urne, que ce soit pour les élections départementales, régionales ou présidentielles, que chacun se souvienne que ni l’UMP, ni le PS ne songent à remettre en question le carcan de l’Euro, bien au contraire.


Soutien aux habitants des P.-O.

Soutien aux habitants des P.-O. et, notamment, de la 2e circonscription

par Irina KORTANEK, Conseillère régionale LR et Conseillère municipale de Bompas

Le week-end qui vient de s’écouler a cruellement marqué les populations de notre département et, plus particulièrement, le territoire de la 2e circonscription en raison des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région et des crues de fleuves et de rivières.

Il s’avère que l’Agly, notamment, déborde de manière récurrente sans que l’État ou la Région n’investissent les moyens adéquats pour remédier à cette situation. En effet, les moyens consentis à la prévention des risques d’inondation restent trop modestes pour permettre une véritable sécurisation des populations. Il est vrai qu’il vaut mieux gaspiller l’argent public dans les voyages à but électoraliste de Mme Neuville qui a peut-être remporté un casting pour faire la promotion des grandes surfaces sous couvert de dons aux banques alimentaires! Gaspillage également dans le déplacement du ministre de l’Intérieur qui serait bien inspiré d’inciter ses collègues et lui-même aux économies afin d’investir l’argent public pour la sécurité des populations. Gaspillage encore dans la réalisation d’œuvres considérées comme artistiques et outrageusement coûteuses, dans les frais de représentation, de bouche et de clientélisme, de l’échelon départemental à celui de l’État en passant par la féodalité régionale.

Louis ALIOT, député européen FN, vient de solliciter une aide financière d’urgence de l’Union européenne en faveur des victimes des intempéries. Cette aide représenterait, une fois n’est pas coutume, une utilisation judicieuse et bien ciblée de l’argent public.

Le Front National est le seul mouvement à se préoccuper véritablement des personnes sinistrées, des « sans-logis » ou « sans-outil de travail ».
Vos élus Front National, ainsi que moi-même à titre de Conseillère régionale et responsable FN de la 2e circonscription, assurons les victimes des dommages matériels et des traumatismes psychologiques liés aux événements de ce week-end de tout notre soutien moral. Par le biais de notre Fédération, nous les invitons à nous contacter pour les aider dans l’accomplissement de démarches ou les conseiller.


Le savoir-faire catalan en sursis à Thuir?

Fesenbeck  Savoir-faire catalan à Thuir en sursis ?

par  Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Conseillère régionale, Conseillère municipale et Communautaire de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Le groupe Pernod-Ricard nous annonce qu’il ne licenciera pas à Thuir et épargnera la filiale Cusenier qui fabrique le fameux « Byrrh ».

Nous en sommes bien aise car le « Byrrh » est dans tout esprit catalan. Qui n’a rêvé, étant enfant, de tremper ses lèvres pour goutter cette potion magique réservée à nos parents et grands-parents ? Après avoir obtenu la permission, sous le regard de notre maman, nous osions nous délecter de ces quelques gouttes de breuvage délicieux.

Il nous faut garder les caves Byrrh, améliorer encore et toujours l’attraction de notre célèbre cuve, la plus haute de France par une communication adéquate. Il faut apprendre (naturellement en quantité limitée, cela va de soi) et ré-apprendre au consommateur à boire du « bon ». Le « Byrrh » est concurrencé par le « Porto » moins cher mais de médiocre qualité, du moins celui que l’on vend en France dans les super-marchés !

Ce sera difficile mais le catalan sait faire même si les temps ont changé. De nos jours, les citoyens boivent des liquides insipides, nocifs pour leur santé. On ne parle que de productivité, finances, rapport avec l’argent !

Mais quelle place donnons-nous à l’être humain ? Aucun, il est devenu une machine parmi toutes les machines et techniques du XXI° siècle.

Combien de viticulteurs et d’exploitations viticoles ont disparu sur notre département ? Il ne reste plus grand-chose, et ce, grâce à nos gouvernants inféodés à l’UE et Bruxelles ! Les politiciens UMPS des Pyrénées-Orientales ne savent que courber l’échine. Il faut que les choses changent, les citoyens le disent maintenant haut et fort. Ce ne sera que grâce à un changement radical de politique : la sortie de l’Europe actuelle pour construire une autre Europe, celle des Nations.

Il n’y a que Marine Le Pen, capitaine prête et capable d’organiser ce changement !


1 commentaire

Louis Aliot invité sur LCI

Louis Aliot, vice-président du Front National était l’invité de «LCI Matin Weekend» sur LCI.