Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan: plus de mariages à la loge le samedi. Encore une dérobade au lieu de faire respecter par la loi l’ordre public

Photo CV XBCommuniqué de Xavier Baudry, Conseiller Municipal et Communautaire FN/RBM de Perpignan-Méditerranée, Groupe d’Opposition « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

« Amoureux ou fiancés perpignanais, le samedi, Jean-Marc Pujol vous prive de la belle « Salle des Mariages de la Loge de Mer »!

 Nous apprenons par voie de Presse, que le Maire UMP de Perpignan, monsieur Jean-Marc Pujol a décidé de supprimer la célébration des mariages à la Loge de Mer (Mairie du Centre-Ville de Perpignan) les samedis.

 La véritable raison, non évoquée par la Presse, est l’impossibilité des élus de la majorité de faire respecter l’ordre républicain!

En effet, depuis plusieurs années déjà, les sorties de certains mariages ne sont font pas sans débordements: circulation entravée près d’une heure, grosses cylindrées qui pratiquent le rodéo sur les boulevards limitrophes du Castillet, manifestations « ethniques » à grand renfort de drapeaux étrangers, nuisances sonores, le tout entrainant parfois des rixes sur la voie publique etc….

A ce titre, jamais aucune plainte n’a été déposée par les services municipaux!

Nous demandons instamment à Monsieur Le Maire, qu’il prenne ses responsabilités, et qu’il utilise tous ses pouvoirs de Police pour faire respecter l’ordre républicain!

Il n’est pas admissible que la majorité silencieuse ait à subir, le laxisme des élus d’une part, et les incivilités de quelques pertubateurs d’autre part, prenant ainsi en otage les Perpignanais, et en tout premier lieu les commerçants!


Belle fin de saison pour les Dragons Catalans, que tous les passionnés de sport ont appréciée.

Communiqué du FN-RBM des Pyrénées Orientales

Le 6 octobre 2014, les Dragons Catalans ont célébré la fin de la saison lors d’une soirée au Palais des congrès.

Les colistiers de Louis ALIOT  » Perpignan Ensemble », dont Clotilde Font, Anne-Marie Rappelin, Mohamed Bellebou, Marlène Nitriot, tous et toutes passionnés de rugby à XIII, étaient présents pour féliciter leurs champions  de ce parcours exceptionnel.

Quel honneur d’avoir retrouvé Les Dragons Catalans en  demi-finale de la Super League pour la seconde fois de leur jeune histoire .

Dans cette compétition de très haut niveau, le staff  et les joueurs sont un exemple pour notre ville et notre département.

Difficile cependant de ne pas remarquer l’absence d’élus de la majorité municipale, et le peu de représentants de la majorité départementale…
Ni Maire ni adjointe aux sports, et pas non plus de Présidente du Conseil Général (qui n’avait délégué que deux représentants).
C’est bien peu face a un tel exploit sportif  et à l’engouement qu’il suscite!

Il n’empêche. La soirée a été un succès et chacun attend avec impatience le début de la saison 2015.

DragonsCatalans


Fête de quartier: Elus du Rassemblement Bleu Marine aux côtés des habitants du Moulin-à-Vent

Communiqué de Clotilde Font, conseillère municipale,
responsable départementale RBM’66.

cf Ouillade

– « Les colistiers de Louis Aliot/ Perpignan Ensemble ont profité de cette magnifique journée de soleil, en ce samedi 4 octobre 2014, pour participer, en nombre, à la fête de quartier du Moulin-à-Vent. La paella géante accompagnée de chansons, danses & ballets divers ont permis a l’équipe d’aller à la rencontre des habitants du quartier et de partager avec eux cet instant de détente et de convivialité. Tous les participants ont apprécié cette superbe fin de saison ».

MoulinaVent

Sur la photo : Robert et Anne-Marie Rappelin, Jade Da Campo, Alexandre Bolo, Jean-Yves Gatault, Marlène Nitriot, Mohamed Bellbou et Clotilde Font


Clotilde Font-Gavalda : «Où en est l’inventaire artistique et religieux de la Ville ?»

Clotilde Font-Gavalda - Perpignan Ensemble (Rassemblement Bleu Marine )30ème édition des Journées européennes du patrimoine.

Clotilde Font-Gavalda, colistière de Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» (Rassemblement Bleu Marine) :

« Cette 30ème édition des Journées européennes du patrimoine est particulière puisque commémorative du centenaire de la loi du 31 décembre 1913, texte fondateur de la protection des monuments historiques de France.

Chacun d’entre nous est profondément  attaché au patrimoine de la ville, mais cette édition ravive  le  douloureux souvenir de la fin d’année 2012 :

Révélée au public peu avant noël, l’affaire Deloncle/ Casa Pairal (du nom du conservateur du musée des Arts et Traditions Catalanes/ ATC) fait l’effet d’une bombe.

Pourtant, bon nombre d’initiés savaient, notamment  certains employés municipaux.

Leur hiérarchie s’est constamment chargée de les rappeler à «leur devoir de discrétion professionnelle et de réserve».

Jacques Deloncle avoue  très rapidement avoir revendu un certain nombre d’objets  précieux dont il avait la responsabilité, notamment une vierge connue sous le nom de vierge de la Soletad, à un antiquaire du centre-ville.

La plainte déposée est concomitante à la retraite de l’intéressé.

La comparution devant la commission de discipline est évitée.

La municipalité fait remplacer sur le champ un certain nombre de serrures…

L’affaire est classée : Ouf !

On se frotte les yeux, on a du mal à y croire !

Lire la suite sur Ouillade


Louis Aliot et des membres de la liste Perpignan Ensemble à la commémoration de la Libération de Perpignan…

Hier soir, Louis Aliot, paré de son écharpe de conseiller régional, et des membres de la liste Perpignan Ensemble ont assisté aux cérémonies de commémoration de la Libération de Perpignan. La délégation, composé d’une douzaine de personnes, était présente devant le monument à la Résistance et à la Déportation pour rendre hommage aux libérateurs de la capitale du Roussillon ce 19 août 1944. Certains ont été étonnés de ne pas entendre raisonner la Marseillaise auquel a été préféré le Chant des Partisans…

louis ceremonies 19 aout 2013 liberation perpignan

Louis Aliot à la commémoration de la Libération de Perpignan le 19 août 2013.

De nombreux perpignanais ont profité de l’occasion, pour apporter des témoignages de soutien et de sympathie à Louis Aliot et son équipe en vue des prochaines échéances électorales. De nombreux contacts ont été pris…

20130820-210243.jpg

20130820-210233.jpg


Billet d’été n°5 de Louis Aliot…

Louis-Aliot - Portrait 2013Le ministre Valls dans une tribune montre bien la schizophrénie qui frappe son esprit et les socialistes en matière de lutte contre le radicalisme islamiste :

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20130731.OBS1612/manuel-valls-l-islamophobie-est-le-cheval-de-troie-des-salafistes.html?xtor=RSS-24

Le constat est bon mais les réponses hasardeuses. Or en cette matière l’hésitation sera fatale !

Je retiendrai de son interview plusieurs affirmations pour en tirer plusieurs conclusions :

–       « Les actes racistes et xénophobes exercés à l’encontre de nos compatriotes musulmans ont augmenté de 28% depuis 2012 ! » : Pourrait-on connaître le nombre d’acte francophobes ou christianophobes exercés à l’encontre de nos compatriotes ?  Car face à la montée des violences, notamment des violences à l’encontre des personnes, il semble qu’un certain nombre se fassent au nom d’un racisme anti-blanc, anti-français ou antichrétien, qui n’est malheureusement pas répertorié par les services de l’Etat

–        « Derrière le mot « islamophobie », il faut voir ce qui se cache. Sa genèse montre qu’il a été forgé par les intégristes iraniens à la fin des années 1970 pour jeter l’opprobre sur les femmes qui se refusaient à porter le voile » : Tiens donc ! Enfin une once de vérité dans ce monde d’amalgame et d’instrumentalisation. Lorsque Marine parle de l’avancée de l’islamisme dans nos rues, c’est de la xénophobie. Mais lorsque le ministre pointe l’utilisation de certains mots comme une provocation antirépublicaine émanant de groupes politico-religieux, là tout le monde garde silence. Et pourtant le problème est bien là. Oui, l’emploi du terme « islamophobie » et la mise en cause infamante de tout un chacun qui critiquerait cette religion est une stratégie dans laquelle les gogos, les démagos ou les complices se retrouvent. Et d’ailleurs, le ministre vend la mèche « les salafistes l’utilisent avec un objectif bien clair : empêcher toute critique de la religion et s’opposer aux principes de la République…Pour eux, « l’islamophobie est un cheval de Troie qui vise à déstabiliser le pacte républicain.» Oui, monsieur le ministre et il n’y a pas que les salafistes sauf à considérer que ceux-ci ont colonisé, au moins idéologiquement, des associations telles que SOS-Racisme, le Mrap ou le CCIF (l’Observatoire contre l’Islamophobie). Car nous sommes poursuivis pour dire cette vérité là ! Celle qui dans votre bouche ne suscite aucune réprobation mais qui enclenche la persécution judiciaire prétendument antiraciste lorsqu’un cadre du FN dit la même chose…

–       « Certaines villes sont des mosaïques où le mélange des cultures et des religions peut être un enrichissement. Mais malgré de gros efforts de rénovation urbaine, le ghetto est là. C’est le cas à Trappes comme à Argenteuil. Sur fond de crise économique, de misère, il existe une crise d’identité très profonde d’une partie de notre jeunesse. Preuve manifeste : le nombre significatif de convertis, dont une minorité se radicalise, et qui montre qu’une autre loi s’impose à des gens qui ne sont pas de culture musulman » : La France n’est pas une mosaïque à l’américaine mais un creuset qui par assimilation a forgée notre identité, autour d’abord de notre peuple, de notre histoire, de notre territoire (ex-Empire et  Dom-Com compris), de nos provinces, de nos valeurs, de nos traditions, de nos coutumes, de nos terroirs, de la chrétienté, de la monarchie comme de la république. S’il y a ghetto, il n’est pas de la responsabilité d’un Etat qui aura déversé des milliards d’argent public dans ces quartiers sans résultat. Et pour cause, l’immigration massive en provenance notamment du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne a fait sauter tous les verrous, culturels, religieux, identitaires, éducatifs, civiques et républicains. Il n’y a pas assimilation, mais communautarisation où la loi du plus fort est souvent la meilleure. Un savant mélange de revanche historique, de considérations religieuses et de voyoucratie de base tiennent désormais lieu d’identité de substitution. Laxisme, impunité, recul de l’Autorité de l’Etat, repentance ad nauseam et culpabilisation ont affaibli notre système de défense immunitaire républicain. Dans cette brèche, les extrémistes se sont engouffrés. Dans cette brèche, nous sommes aujourd’hui englués. Et effectivement monsieur le ministre, « une autre loi s’impose à des gens qui ne sont pas de culture musulmane ». Ce n’est pas moi qui le dis ! C’est vous ! Cette autre loi n’est pas républicaine ! Il faut donc la combattre par la réaffirmation de nos principes et faire comprendre à ceux qui ne sont pas bien chez nous, d’aller tenter leur chance ailleurs !

–       « A quoi s’ajoute une crise des institutions de l’islam de France, qui subit une pression très forte des salafistes » : Pression de qui ? Quels sont les pays étrangers qui financent cet islam radical sur notre territoire ? Vos amis qataris ? Vos amis saoudiens ? Vos amis des coalitions islamistes libyennes ou syriennes ? Vos amis islamistes des printemps arabes tunisiens ou égyptiens ?  Très certainement un peu de tous ceux là et pourtant nous ne vous avons jamais entendu protester contre ces pays…

–       « Enfin, à la question « Etes-vous inquiet ? », le ministre de l’Intérieur et des cultes répond « Oui » » : Nous aussi ! Devant votre faiblesse !


A Perpignan, même le Maire et son adjoint à la sécurité défilent pour le 14 juillet !

Comme nous l’avions précedemment annoncé, nous avons confirmation ce jour dans les colonnes de l’Indépendant, que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et son adjoint à la sécurité, Pierre Parrat ont aussi défilé pour le 14 juillet avec des journalistes quelque peu amusés par le grotesque de la situation.

le-maire-de-perpignan-a-suivi-la-tournee-de-la-police_328573_516x343

Le défilé du 14 juillet vue côté mairie… Photo l’Indépendant 16/07/2013

Mais pour son adjoint à la sécurité, l’objectif était on ne peut plus sérieux, puisqu’il tenait simplement à signaler à la population de Perpignan, le passage de sa police municipale quitte à sortir le gyrophare !

Lors de cette opération de communication électorale, nous apprenons que la police municipale préfère ne pas débarquer monsieur le Maire au coeur de la cité Diaz où ce dernier reconnait implicitement des problèmes.

Néanmoins, monsieur le Maire se félicite quand même “de la pacification et de la reconquête de certains quartier comme Clodion, la Gare, Saint-Assiscle et Saint-Martin, même si, ici ou là, on a quelques plaintes pour du bruit ou du deal de drogue” dixit Jean-Marc Pujol. Mais pas seulement monsieur le Maire…

Nous conseillons donc à Jean-Marc Pujol de lire quotidiennement l’Indépendant pour apprendre que ce sont dans ces mêmes quartiers, que des policiers ont été dernièrement pr!s à parti Cité Clodion, que des commerçants se sont fait braquer Quartier Saint-Martin ou qu’un TGV a été caillassé Quartier de la Gare… Il est, de plus, de notoriété publique, que les HLM de Saint-Assiscle deviennent une véritable poudrière.

Mais les Perpignanais sont rassurés, leur Maire et son adjoint à la sécurité veillent avec comme seule résolution de défiler avec sa garde prétorienne en n’oubliant pas de serrer quelques mains, échéance électorale proche oblige…

Quand les policiers municipaux recevront-ils ordre de s’arrêter dans ces zones de non droit, appelées pudiquement zones de sécurité prioritaire ? Quand auront-ils toute latitude d’effectuer leurs missions en collaboration avec la police nationale plutôt que de recevoir comme consignes de fermer les yeux pour satisfaire la politique clientéliste de Jean-Marc Pujol et son équipe ? On se le demande.

Perpignan Ensemble