Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le centre commercial Comteroux validé : une énième trahison de J.M. PUJOL

Communiqué de Louis ALIOT

Député des Pyrénées Orientales

Conseiller municipal

Conseiller communautaire

 

Projet du centre commercial Comteroux validé : une énième trahison de J.M. PUJOL sur l’extension des surfaces commerciales en périphérie

La décision de la commission d’aménagement commercial des P.O du 4 octobre 2017, qui en deuxième lecture a finalement adopté le projet de 8000m2 de zone périphérique commerciale aux portes de Perpignan en recueillant le consentement de 9 élus sur 10, acte une nouvelle fois la volonté de la municipalité d’aspirer les dernières forces vives du centre-ville vers l’extérieur.

Cette décision scandaleuse ne masque plus les ambitions macabres de J.M. Pujol pour notre cœur de ville, déjà bien affecté par quarante ans de politique de prolifération des hypermarchés et divers centres commerciaux en tôle ondulée, qui par cette nouvelle offre de m2 disponibles en périphérie n’incitera pas les grandes enseignes et entrepreneurs indépendants à la reconquête des centaines de vitrines délaissées dans le centre ancien mais également du Centre Del Mon qui demeure le symbole de la suroffre récente de locaux commerciaux à Perpignan.

Je me suis toujours opposé fermement à cet énième projet de centre commercial et mettrai tout en œuvre en vue de faire capoter cette validation absurde d’un Carré d’Or bis à la Porte d’Espagne, dans le seul but de satisfaire l’appétit déjà bien aiguisé de promoteurs peu scrupuleux et d’élus irresponsables dont le remplacement s’avère une urgence absolue.


Les élus régionaux de gauche seraient-ils aux abonnés absents dans les P.O. ?

FrontNatopnalPremierPartiPOCommuniqué des conseillers régionaux FN/RBM des Pyrénées Orientales

Mais que peuvent bien faire les élus régionaux de Gauche (PC/PS/EELV…) pour notre département?

Monsieur Jacques Cresta a beau eu faire de grands discours à la Maison de la Région de Perpignan, les chiffres sont bien là…

Alors que notre département subit une augmentation régulière du chômage et que nos entreprises peinent à trouver des financements, ce sont seulement 143 000€ de dotations pour notre département sur les 26 millions d’euros de fonds FEDER/FSE, attribués par le Conseil Régional à l’ensemble de la Grande Région, et votés en Commission Permanente d’octobre par l’exécutif.

Ne parlons même pas des budgets attribués ce mois-ci, sur les 16 millions d’euros issus du même fond, qui seront votés par l’exécutif de PS/PC/PRG/EELV lors de la Commission Permanente du 18 novembre,  c’est 0€ pour les Pyrénées-Orientales !!

A tel point qu’on en est à se demander si le député PS de notre département ne subirait pas le contrecoup de son emploi du temps chargé par son cumul de mandats. Et il est certain que ce n’est pas Madame Langevine, pourtant vice-présidente EELV de la Région « Occitanie », qui pourrait palier à cela, elle est clairement absente du terrain!

Concitoyens porteurs de projets, chefs d’entreprises, agriculteurs, entrepreneurs, investisseurs, collectivités en recherche de financements pour vos solutions innovantes, malheureusement il ne faudra pas compter sur vos élus régionaux de Gauche pour vous soutenir!

FrontNationalDesPO_Adresse


Le désarroi des infirmiers et de tous ces « soignants de l’ombre »

FrontNatopnalPremierPartiPOCatherinePCommuniqué de Catherine Pujol, Cadre de Santé

Conseillère Municipale et communautaire de Perpignan, groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

Vous avez dit  Burn-out ?

Il y a des corps de métier qui brillent d’une efficacité discrète empreinte d’empathie et professionnalisme dont la parole pondérée reste sourde à l’oreille de tous.

Société et Politiques les pensait exempts de stress, de souffrance au travail, de burn-out… reliquats d’anciens clichés du « don de soi sans affect » du siècle dernier.  Les Infirmiers et professionnels de santé sont ce mardi 8 novembre dans la rue pour manifester et oser exprimer leur malaise.

Fermetures de services, manque de personnels, accroissement de l’activité, course à la rentabilité : les facteurs contribuant au mal-être, voire à l’épuisement des personnels hospitaliers sont nombreux. La compression budgétaire dure depuis une dizaine d’années. Le suicide de plusieurs soignants cet été,  dont au moins cinq infirmiers, ont mis en lumière un malaise profond. Les drames se multiplient, certains restant « sous silence ».

Jusqu’ici, la ministre Marisol Touraine a été relativement épargnée par la grogne des infirmiers malgré la situation « explosive ». Tout s’est joué dans l’enceinte des établissements de soins hospitaliers et médico-sociaux.  Elle semble bizarrement découvrir l’ampleur du phénomène à quelques mois de la fin de son mandat ?

Soutien de la fédération FN66 à tous ces professionnels de l’ombre !

FrontNationalDesPO_Adresse


Politique de la Ville confiée à la Gauche à Perpignan : gaspillage et inefficacité…

 

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué des élus FN/RBM

du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

« Politique de la Ville confiée à la Gauche à Perpignan : gaspillage et inefficacité… »

Lors du dernier Conseil Municipal du 22 septembre, Louis Aliot et les élus de l’opposition ont clairement dénoncé l’inefficacité du « Contrat de Ville » signé entre le maire Jean-Marc Pujol, le Conseil Départemental, le Conseil Régional et les services de la Préfecture.

En effet, malgré les déclarations et la fermeté d’apparence, le maire LR continue d’appliquer une « Politique de la Ville » digne d’une municipalité socialiste, par l’intermédiaire de son adjoint en charge de ce dossier, lui-même rappelons-le, ancien élu socialo-communiste !

Alors que récemment encore, des pompiers et des policiers étaient pris à partie, et leurs véhicules caillassés dans un quartier « prioritaire » de la Ville, Jean-Marc Pujol continue parallèlement de cautionner des associations ouvertement communautaristes (ou soutenant l’immigration clandestine), par le versement de dizaines de milliers d’euros de subventions…

Pendant que des bandes de voyous, bénéficiant d’une panoplie complète de loisirs et de la bienveillance des élus, font la loi dans les quartiers, les Perpignanaises et les Perpignanais subissent de leur côté, insécurité grandissante et paupérisation.

Les élus du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » réclament une inflexion complète de cette politique de la ville, coûteuse, inefficace, démagogique et clientéliste !

FrontNationalDesPO_Adresse


S’habituer à voir les délinquants ne pas être condamnés: c’est non pour le FN

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué de Claudine FUENTES

2014-elu-mizera-fuentes-claudine-03bis14x21Conseillère municipale et communautaire, Responsable FN du canton 8 Perpignan 3

«  Au Front National, on ne s’habitue pas ! »

Nous apprenons que mercredi vers 18h30, un SDF qui faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, faisait au centre-ville de Perpignan, dans la période particulièrement sensible du déroulement du Festival VISA pour l’Image, l’apologie du terrorisme.

Inquiétante illustration de la mollesse et de la faiblesse dans la mise en œuvre de l’arsenal répressif laissant place à un sentiment général d’impunité et laissant les mains libres aux terroristes.

Mais il faut s’habituer nous a-t-on dit.

S’habituer à voir les délinquants ne pas être condamnés, s’habituer à voir les récidivistes récidiver , les « fichés S » aller faire librement le djihad puis revenir pour assassiner lâchement nos enfants, nos policiers, s’habituer à voir les délinquants sous contrôle judiciaire munis d’un bracelet électronique égorger un prêtre, s’habituer à vivre, un soir de feu d’artifice, une tuerie de masse perpétrée par un étranger titulaire d’un simple titre de séjour qui compte tenu de son passé aurait dû faire l’objet d’une mesure d’expulsion.

Au Front National, on ne s’habitue pas, on ne s’accommode pas de cet état de fait qui met en danger la vie de nos enfants et de notre Nation. Il est temps de réagir et de se lever !

FrontNationalDesPO_Adresse


De la loi dite El Khomri à l’arlésienne du Cannabis: enfumage à tous les étages

L’art de l’enfumage ou de l’excuse poussé jusqu’à la caricature

TeteBrunoElections2015Billet d’humeur de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire à Perpignan, membre du comité Central du Front National

Quelle que soit l’importance réelle de la question du Cannabis, en reparler au moment où certains jeunes sont dans la rue, certains pacifiquement d’autres avec la panoplie du parfait casseur ou émeutier, est consternant.

Il est vrai que cette loi prétendument El Khomri n’en finit pas de coller, tel le sparadrap de Hergé, aux tentatives dérisoires du gouvernement socialiste en cette fin de règne, même si le « roi » Hollande est essentiellement assujetti à la troïka de Francfort, Bruxelles et Washington.

Plus grand monde ne feint de croire, et croit encore moins, ce que propose tel ou tel ministre ou ‘responsable’ socialiste, qui s’expriment dans une cacophonie extrême, mais si l’on peut en tirer quelques subsides, allons-y pensent nos jeunes, et nos moins jeunes. Quelques bourses pour un étudiant attardé qui 10 ans après le bac en est toujours au niveau de la licence – ce qui lui promet un avenir à la Cambadelis au PS, si ce dernier survit aux vicissitudes du moment. Une ouverture aux drogues « douces » réclamées par quelques bobos-gauchos dont beaucoup ne vivent que la nuit, pas toujours debout, sous prétexte, parfois vrai, hélas, qu’ils n’ont pas de travail le jour, ou que leur famille ou la société survient à leurs besoins.

Alors même que l’état d’urgence est entré en vigueur depuis près de 5 mois – sans résultats probants, au moins au niveau anti casseurs – les français auraient pu espérer mieux. Quoique depuis 4 ans, voire 9 ans, nos compatriotes passent de désillusion en désillusion. Que restera-t-il de notre chère et doulce France lorsque Marine arrivera au pouvoir ? Espérons qu’il ne soit pas trop tard.


Mon Dieu, gardez moi de mes « amis », mes ennemis, je m’en charge.

Toute défection est regrettable, mais la plupart étaient attendues, et peuvent être bénéfiques

Bruno Lemaire - Perpignan Ensemble avec Louis AliotBillet d’humeur de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, membre du comité Central du Front National

Les adversaires politiques du Front National et donc de Marine Le Pen ne manquent pas, et se révèleront de plus en plus agressifs, au prix de nombreux mensonges et contre-vérités, souvent diffamatoires, au fur et à mesure que nous nous rapprocherons de l’échéance principale de la Vème république, à savoir l’élection présidentielle, et de celle qui est devenue son corollaire depuis l’instauration du quinquennat, l’élection de nos députés.

Sans dire que c’est de bonne guerre, car rien ne devrait remplacer des débats loyaux et constructifs, c’est assez normal, dans une France qui est fort loin d’être apaisée, et qui est traversée de courants bien éloignés de la volonté affichée d’un vivre ensemble s’appuyant sur un déni de réalité que même Orwell n’avait pas imaginé dans son fameux 1984.

Ce qui est beaucoup plus surprenant, c’est de voir d’anciens compagnons de route – même si, pour certains, cette route n’a duré que quelques semaines ou quelques mois – cracher sur ce qu’ils ont adoré, au moment même où la France, notre France, la France que nous aimons, aurait tant besoin d’unité et de dépassement de petites querelles, bien insignifiantes.

Pour certains de nos ex-compagnons, ce départ, parfois cette trahison, étaient inscrits dans leur parcours personnel. Venant de l’UMP sans conviction, pour tenter d’accrocher un poste d’élu(e), parfois en y réussissant, se croyant alors digne d’un destin régional, voire national, il était quasiment attendu qu’il ou elle reparte si telle ou telle candidature n’était pas acceptée par le siège local ou national du Front National. Que des arrivistes s’en aillent après avoir fait un petit tour, c’est, hélas, humain, même si cela reste triste. Des opportunistes, il y en aura toujours, même si, au Front National, seul mouvement qui, depuis 40 ans, a toujours cherché à défendre les valeurs de la France ‘éternelle’, c’est sans doute plus étonnant qu’ailleurs. Mais des traîtres, il y en a toujours eu, hélas, dans l’histoire de France, que ce soit Murat, Fouché ou autres. Alors, des petits traîtres locaux, quelle importance.

Ce qui est beaucoup plus triste, à mon avis du moins, c’est quand une vraie frontiste, imprégnée de la grandeur de la France, élue depuis des années, se comporte de la même façon. Quelles que soient ses raisons, son dépit, ses éventuelles blessures, on ne se comporte pas ainsi. C’est la France qu’il faut faire passer avant tout le reste, avant ses propres déceptions. Elle se déconsidère en cherchant à se venger. C’est malheureux pour le Front, mais surtout pour elle.

En tant qu’élu local, je suis évidemment complètement dévoué au Front National et à l’œuvre entreprise par son secrétaire départemental, vice-président du FN, Louis Aliot, et, en tant que cadre national, à sa présidente, Marine Le Pen, seule susceptible de parvenir à la seule chose qui importe, une France apaisée, digne de son passé, et à l’avenir glorieux, si les Français s’unissent pour cela.


P.O. Les élus de gauche décident une augmentation des impôts locaux

Communiqué des élus FN/RBM des Pyrénées-Orientales
Augmentation des Impôts locaux: la Gauche départementale a berné les habitants des P.O.!

Le Conseil départemental de gauche a voté pour « boucler son budget 2016 » (sic) une mesure toute emprunte de démagogie: l’augmentation des impôts fonciers.

Non contente d’avoir créé depuis des années, sans aucune remise en cause, les conditions d’une véritable industrie de l’assistanat et du chômage dans notre département,
la majorité de gauche s’en prend maintenant pour financer son budget, à ceux, qui majoritairement modestes, sont propriétaires de leur logement.

Alors qu’avoir la possibilité de posséder sa maison ou son appartement, devrait être un droit fondamental reconnu par tous, et que la plupart de nos concitoyens mettent toute une vie à financer leur « toit », le Conseil Départemental s’attaque un peu plus avec cette mesure aux propriétaires modestes, et découragent un peu plus les jeunes qui souhaiteraient accéder à la propriété.

Plutôt que de revoir à la baisse ses dépenses fastueuses et ostentatoires de promotion et de communication, le Conseil départemental de Madame Hermeline Malherbe, et de sa collègue ministre Ségolène Neuville, choisit une nouvelle fois la solution de facilité par toujours plus de prélèvements sur le dos de la classe dite « moyenne ».

Les élus du Front National 66 dénoncent ces mesures inutiles qui ne font qu’augmenter la pression fiscale sur les contribuables déjà fortement sollicités par les politiques d’austérité:
« Que la Gauche départementale dans son ensemble ne s’étonne plus du sentiment de rejet qu’elle suscite, elle qui raisonne toujours plus en décalage avec ce que vivent les françaises et les français au quotidien »!!


Augmentation d’impôt, encore un mauvais coup dans les P.O. dénoncé par le Front National 66

Augmentation d’impôt de la Communauté de communes Albères, Côte Vermeille, Illibéris : le Front National 66 dénonce le comportement irresponsable des élus locaux !

Par Philippe GROSBOIS, responsable délégué pour le canton « Côte Vermeille ».

En fin de semaine dernière s’est déroulé un conseil communautaire houleux pendant lequel Pierre AYLAGAS (Président de la Communauté de Communes et maire d’Argelès) a annoncé sa volonté d’augmenter la part d’imposition intercommunale sur la taxe d’habitation des communes.
Cette réunion communautaire a donné lieu à quelques sueurs froides aux maires de Port-Vendres et de Collioure qui risquent de faire payer chèrement à leurs administrés leur soutien passif lors de l’élection de Pierre AYLAGAS à la tête de la Communauté de Communes !
Concernant monsieur AYLAGAS, alors que celui-ci a d’ores et déjà annoncé sa presque-démission et que son dauphin attend dans les starting-blocks que son heure arrive, son comportement nous démontre une fois de plus que la « gauche sociale » est bel et bien un mythe qu’il faut dénoncer avec force et que le déni de réalité face aux problèmes de nos concitoyens ne peut plus durer.
Alors si monsieur AYLAGAS désire faire payer ses ambitions de monarque local aux contribuables de la Communauté de Communes qui croulent déjà sous les difficultés économiques pour beaucoup d’entre eux, si le but de cette augmentation est de facturer le coût de l’arrivée de plusieurs familles de migrants, et bien qu’il utilise ses propres deniers ou sa réserve parlementaire !
Nos concitoyens ont aujourd’hui besoin d’une vraie politique de relance et d’accompagnement économique locale pour nos PME/TPE, commerçants et artisans ainsi que d’une relance du pouvoir d’achat des ménages et non pas d’une nouvelle augmentation des taxes locales qui engendrera une paupérisation toujours plus importante de nos populations !
Mais somme toute rien d’étonnant à tout cela, monsieur AYLAGAS ne fait tout simplement qu’appliquer la politique de son gouvernement au niveau local…la fuite en avant et après moi, le déluge !

Le Front National des Pyrénées Orientales s’oppose fermement à toute augmentation des taxes locales et à titre d’exemple souligne que dans les mairies tenues par des maires FN les impôts sont en baisse de manière significative !

POUR UNE FRANCE APAISÉE !
Rejoignez le Front National des Pyrénées Orientales!

FN 66 – BP 90416 – 66004 PERPIGNAN cedex  04 68 55 20 63 fn66@frontnational.com


Une détresse agricole qui conduit de plus en plus au suicide!

« Le suicide ne doit plus être la seule alternative à la détresse agricole »

par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN à Perpignan.

600 agriculteurs, en particulier, les éleveurs bovins, se suicident chaque année dans la plus grande indifférence générale.
En dix ans, ils ont subi une baisse vertigineuse de leurs revenus, de 20 à 50 %.
Etouffés par les charges sociales, en grande difficulté financière, certains éleveurs sont contraints de laisser partir, malgré eux, leur troupeau à l’abattoir et de mettre la clé sous la porte. Il ne leur reste plus alors que les yeux pour pleurer et la corde pour se pendre.
Ceux qui osent témoigner évoquent le suicide comme la seule alternative à leur détresse.
Nos dirigeants ont pourtant pris le problème à bras le corps, ils ont réagi avec force, en mettant en place le « Plan national de lutte contre le suicide dans l’agriculture » qui, comme en matière de lutte contre le terrorisme, met en service un numéro d’appel, payant cette fois-ci – mais non surtaxé – pour les agriculteurs en situation de détresse !!!
Ce plan de lutte prévoit aussi un décompte du nombre de suicides parmi les exploitants agricoles pour que « le fléau soit évalué officiellement depuis 2007 ». Voilà les mesures concrètes qui ont été prises par nos dirigeants pour aider l’agriculture française.
Une honte !
L’agriculture est pourtant un secteur stratégique vital pour notre indépendance nationale, et c’est pour cette raison que Louis Aliot a placé la ruralité au cœur de son programme pour les régionales.
Les solutions existent, lui seul a la volonté politique de les mettre en œuvre, lui seul apportera de la reconnaissance financière et morale à nos agriculteurs.