Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


« Démocratie » socialiste à la Hollande: des mini-Calais partout, dont à Sainte-Marie de la Mer

FrontNatopnalPremierPartiPOCommuniqué des élus FN/RBM des Pyrénées-Orientales

Démantèlement de la « Jungle » de Calais : les migrants arrivent à Sainte-Marie-la-Mer !

La rumeur, qui se faisait de plus en plus pressante, vient d’être confirmée par le Maire de la commune de Sainte-Marie-la-Mer à ses conseillers municipaux: des migrants en provenance de Calais vont être relogés sur la commune aux frais de la collectivité, dans les locaux du CCAS d’EDF.

Rappelons que cette arrivée se fait dans le cadre d’un plan de dissémination de 12 000 migrants dans les villages et villes de France à la suite du démantèlement de la « jungle » calaisienne.

Cette politique aberrante qui consiste à vouloir créer des mini-Calais partout sur notre territoire, sans consulter préalablement les populations et les élus locaux, apparaît comme un nouveau passage en force du gouvernement socialiste.

Alors qu’en catimini, la Préfecture des P.O. loge déjà des centaines de clandestins dans les hôtels de Perpignan, les élus Front National des Pyrénées-Orientales dénoncent cette situation imposée et inacceptable, dont on sait qu’elle représente une grave menace pour l’ordre public et la sécurité de nos administrés.

Il n’est pas inutile de rappeler à nos concitoyens, que ceux que l’on nous présente comme des migrants ou des réfugiés, sont principalement des immigrés clandestins qui ne proviennent pas de pays en guerre et qui ne peuvent donc pas bénéficier de demande d’asile !

Pour la commune de Sainte-Marie-la-Mer, le Front National des P.O. demande à monsieur le Maire, Pierre Roig, de prendre ses responsabilités en consultant la population par le biais d’un référendum local, et ce dans les plus brefs délais.

FrontNationalDesPO_Adresse


Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

Communiqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire de Perpignan-Méditerranée, Conseiller Municipal d’Opposition FN-RBM de Perpignan

Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

En effet, nos concitoyens doivent savoir que ce lieu de culte, depuis plusieurs mois, est victime de jets de pierres, les passants et fidèles sont régulièrement insultés, le curé menacé, et cela même pendant et à la sortie des offices!!! Silence radio de la part des élus UMPS, aucun communiqué de la part d’artistes ou intellectuels auto-déclarés « bien pensants »…. Qu’aurait-on déjà entendu, si ce lieu de culte avait été une synagogue ou une mosquée ?

Nous demandons avec force une réaction immédiate de la part des autorités municipales afin qu’elles mettent enfin en œuvre les moyens nécessaires à la sécurité de nos concitoyens, aux abords de cet édifice, des patrouilles de Police régulières et une réponse judiciaire immédiate (et non des «mesurettes», comme la pose d’une simple caméra !).


Sur le contrat urbain de cohésion sociale: il faut privilégier l’emploi

MariethereseIntervention au conseil municipal de Perpignan du 25 juin2014 de Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillère régionale FN, conseillère municipale et conseillère communautaire  sur la liste « Perpignan ensemble Rassemblement bleu marine »

A propos du contrat urbain de Cohésion Sociale – 1er avenant 2014
M Le Maire, chers collègues,
Ce dossier n° 18 sur le CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) attire quelques remarques :
Tout être humain depuis la nuit des temps a cherché en premier à se nourrir. Il a donc été obligé de faire preuve d’imagination pour y accéder principalement par le travail, moyen toujours en vigueur dans nos civilisations modernes.
Or, je constate que le montant des subventions 2014 attribuées est plus important en faveur du CIDFF (centre d’information sur les droits des femmes) n° 8 – ateliers centres sociaux (12 000 €) qu’en faveur des actions induisant l’emploi : les restos du cœur n° 40 – atelier emplois jeunes (3 000 €) ! ou Transfer n° 45 – développer des partenariats emploi avec les entreprises (1 000 €).
N’oublions pas que notre Ville est sinistrée en matière d’emplois. Vous vous devez, M Le Maire, de participer à l’effort économique de notre Ville en commençant par l’aide aux emplois et non pas en offrant quelques miettes comme ces 1 000 €.


Perpignan Ensemble avec Louis Aliot, le vainqueur du 1er tour, quartier par quartier

Duel Louis Aliot (FN / RBM) – Jean-Marc Pujol (UMPS) : la carte des scores bureau par bureau

Ci-dessous, retrouvez la carte présentant le score du vainqueur du premier tour de l’élection municipale à Perpignan, bureau de vote par bureau de vote.

  • En bleu foncé, les 44 bureaux où Louis Aliot a basculé en tête
  • En bleu clair, les 22 bureaux où Jean-Marc Pujol a basculé en tête

Revue de presse – lire l’intégralité de l’article de l’Indépendant

Louis Aliot Perpignan - le vainqueur du 1er tour, quartier par quartier


Ralliement d’une personnalité de gauche au maire de Perpignan

Jean-Marc Pujol (UMP) est bien l’enfant politique adoptif de Jean-Paul Alduy (UDI) !

 Communiqué de Louis Aliot, Vice Président du Front National, tête de liste de « Perpignan ensemble ».

A Perpignan alors que nos compatriotes souffrent d’une politique socialiste arrogante, sectaire et sans direction claire si ce n’est l’Europe ultralibérale de Bruxelles, l’UMP fait son ouverture à gauche.

Jamais dans les enquêtes d’opinion un président de la république, un gouvernement et une majorité n’ont été à ce point impopulaires, et pourtant le maire UMP ouvre à gauche !

Comme au bon vieux temps d’Alduy qui se disait être l’homme le plus à gauche du département et vantant son éducation politique dans les rangs totalitaires et antidémocratiques du trotskysme.

 Comme au bon vieux temps du Sarkozysme triomphant, qui en oubliant ses soutiens populaires et ceux qui l’avaient porté au pouvoir, nommait au gouvernement les PS Kouchner, Besson, Mitterrand, Hirch, Fadela Amara, Jouyet et confiait des missions aux éléphants socialistes Lang, Attali, Rocard et consorts….

Comme nous le pressentions et comme nous le mesurons tous les jours sur le terrain, le décalage entre « l’élite dirigeante municipale UMP-UDI » et le peuple perpignanais est énorme et ce coup politicien qui met en scène un opposant de gauche farouchement critique du bilan Pujol et un maire non-élu nommé par Alduy est très révélateur d’un système qui tente de se sauver par tous les moyens. Surtout lorsqu’on connaît l’opposition de monsieur Amiel au transfrontalier, à la mémoire rapatriée/Harkis, à l’Europe mondialiste adulée par Alduy-Pujol, et sa critique acerbe du manque de sérieux de la gestion communale.

Le Figaro aura eu tort de s’agiter pour tenter de faire croire à l’électorat de droite, qu’il y aurait un danger de gauche à Perpignan : le danger de gauche, c’est désormais la liste PUJOL qui sera à la fois une liste de centre-droit et désormais de gauche sans compter la présence du MODEM qui avait appelé à voter Hollande aux dernières présidentielles. Voter Pujol sera renouveler le système Alduy et ses soutiens socialistes !

Je présenterai mes vœux le mercredi 8 janvier 2014 et aurait l’occasion de revenir sur ces sujets là, mais surtout sur les sujets qui occupent nos concitoyens loin des petits calculs des uns et des autres !


Monsieur Pujol s’imaginerait-il maire à vie de Perpignan

Communiqué de Bruno Lemaire, Professeur Emerite HEC, conseiller économique de Marine Le Pen, co-listier de « Perpignan ensemble avec Louis Aliot »

Apparemment, la fréquentation du clan Alduy a dû donner quelques idées de « longévité municipale » à l’édile actuel de Perpignan. En cette fin de mandat – premier mandat pour l’ancien premier adjoint de J.P.  Alduy – Monsieur Pujol se projette bien loin dans l’avenir, un peu comme MM. Hollande qui s’imaginent aux manettes de la France jusqu’en 2022, ou 2025, avec des projets plus lointains encore.

Certes, Monsieur Pujol peut rêver de l’avenir, mais lorsque ce qu’il propose engage la municipalité de Perpignan pour plusieurs années, alors qu’il est possible, voire probable – et sans doute souhaitable, de notre point de vue – que son équipe ne soit plus là pour accompagner ses engagements, nous pouvons légitiment nous interroger sur cette façon de contraindre l’avenir.

C’est ainsi que dans l’ordre du jour du conseil municipal de ce soir, jeudi 12 décembre, de nombreuses points mis en délibération (en particulier les points 11 et 12) font état de subventions accordées pour 2014 – année électorale faut-il le souligner – et ce, alors même qu’il n’y a pas encore eu de débat d’orientation budgétaire pour 2014, et que le budget primitif de la ville n’a donc pu être proposé en conseil municipal.

Plus grave encore, si l’on peut dire, il est proposé (point 47 de l’ordre du jour) de s’engager dans des conventions pluri-annuelles, pouvant aller jusqu’en 2016, de mise à disposition de personnel de la ville de Perpignan.

Si c’est ainsi que l’équipe municipale actuelle conçoit la vie démocratique à Perpignan et l’opportunité et la transparence de ses décisions, il est grand temps d’en changer.


A 125 jours des élections municipales : Inaugurations, opération séduction

lu dans l’Ouillade.eu

Sous ce titre, Clotilde Font-Gavalda, membre de la liste Perpignan Ensemble (Rassemblement Bleu Marine), communique :

– « Le journal local du vendredi 15 novembre 2013 nous annonce une énième  inauguration.

Cette fois, il s’agit de l’inauguration de l’extension du groupe scolaire des Platanes  et du réaménagement de la rue des Dahlias… et encore une…

L’occasion pour notre maire sortant candidat d’afficher son sourire radieux, entouré de sa troupe, sur les pages des journaux.

Les élections approchent, les inaugurations se multiplient, comme par magie : la rénovation de la Place Molière, celle du Cours Lassus ou de la Mairie des quartiers Nord, l’inauguration de la maison des associations Saint-Mathieu etc. ….

L’inauguration de la place de Montbolo au Moulin-à-Vent est précieusement conservée pour la dernière ligne droite (prévue pour février).

Le programme des « Manifestions à ne pas manquer » de la semaine, fourni par la Direction de la communication de la mairie, est édifiant.

Combien restent encore à venir pendant les 125 jours qui nous séparent des prochaines échéances électorales.

Autant de publicité électorale gratuite au frais du contribuable Perpignanais.

Mais, il est important que M Pujol comble  dans la précipitation son déficit d’image.

Pourvu que son autopromotion  ne soit pas à nos dépens et n’aggrave pas  les dépenses de communication de la ville !

Il ne faut surtout pas qu’il oublie de faire bien aiguiser ses petits ciseaux dorés  qui sont  très sollicités.

Sinon, à rythme-là, a n’en pas douter, ils seront émoussés avant le 23 mars ! ».