Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


1 commentaire

Lettre avec A/R envoyée à monsieur le Maire de Perpignan

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

Monsieur le Maire,

Comme vous le savez la ville de Perpignan connait de plus en plus de faits d’insécurité et d’incivilité qui minent la tranquillité publique et inquiètent beaucoup nos concitoyens.

J’ai lu attentivement vos réponses dans un récent entretien publié par un site internet local et je connais votre argumentaire sur cette question ayant pu participer à vos réunions spécifiquement consacrées à la sécurité.

Afin d’appréhender au mieux ce phénomène dans sa globalité, il est de notoriété publique que vous avez commandé un rapport sur l’insécurité à Perpignan, mission que vous avez confié à un personnage pour le moins obscur, qui anime d’ailleurs un blog politique assez confidentiel mais engagé, alternant la brosse à reluire pour vos amis et la mise en cause permanente pour vos concurrents.

En effet, sur les deniers publics et sur un sujet aussi délicat, le choix du spécialiste relevait d’une décision importante.

En conséquence, je m’interroge aujourd’hui sur les capacités de ce personnage à rédiger un tel rapport et sur ses compétences à appréhender ce type de sujet. Est-il un criminologue reconnu ? Est-il un spécialiste même local de la question ? Rien de tout cela !

Ce monsieur Fabrice THOMAS, puisqu’il se nomme ainsi, est un journaliste de profession, passé par de nombreux organes de presse, tantôt à gauche, tantôt à droite, et récemment condamné pour diffamation publique.

Je vous demande donc monsieur le Maire, en tant que contribuable et citoyen de la ville de Perpignan, de bien vouloir me communiquer le rapport en question ainsi que le montant des honoraires perçus par cet orfèvre de l’étude criminologique.

Sur un sujet aussi important, la mairie se doit de jouer une totale transparence.

Dans l’attente, je vous prie de croire Monsieur le Maire, à mes respectueuses salutations.


Le suffrage universel sous l’influence de la cuisine électorale : un déni de démocratie !

Communiqué de Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble » et vice-président du Front National chargé des formations et des manifestations

La loi N° 2013-403, du 17 mai 2013 « relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires et modifiant le calendrier électoral » a imposé un redécoupage départemental.

On connaissait déjà l’intercommunalité obligatoire et même antidémocratique comme à Cabestany où, même après consultation du peuple, on a imposé une tutelle à cette ville et à ses habitants.

On connaitra désormais, la modification de la carte électorale sans concertation, si ce n’est les grands féodaux du département qui cumulent bien souvent les mêmes responsabilités, socialistes en tête…

Mais où sont donc passés les avis de l’Agglo et de Perpignan dans ce tripatouillage politico-administratif. Perpignan perd 3 cantons pendant que certaines réalités enracinées disparaissent au profit d’une logique purement partisane et démographique.

Face au rejet général de la politique gouvernementale, la gauche va tenter de sauver sa peau électorale par la modification à son profit des règles du jeu. Un scandale !
Où sont les avis des maires ruraux et des petites communes ? Ont-ils été réunis ? Leur a-t-on demandé leurs avis ? Évidemment non…

Cette réforme entrera en vigueur avec les cantonales de mars 2015 et bouleversera la vie politique du département avec des effets boomerangs car à trop vouloir gagner par des artifices politiciens, ils finiront par prendre la révolte populaire dans la figure.

Il va falloir changer nos règles démocratiques au plus vite en demandant l’avis direct du peuple pour les décisions importantes qui engagent son avenir, en respectant les élus et en établissant la proportionnelle, seul scrutin adapté à la juste représentation de toutes les sensibilités.


Perpignan — Rénovation urbaine : Non aux décisions sans concertation citoyenne !

Communiqué de la liste «Perpignan Ensemble avec Louis Aliot»

Certains habitants et commençants de la rue Fustel de Coulanges ou proche de celle-ci s’étonnent de l’absence de concertation municipale concernant un projet de construction immobilière subitement sorti des cartons de la mairie et du conseil général.

En effet, un projet immobilier abandonné semble avoir laissé place à un autre projet collectif, en gestion départementale, visant à bâtir 15 logements locatifs sociaux destinés, parait-il, au relogement de certains habitants du quartier Saint-Jacques.

Est-il vrai que la Mairie a signé le permis de construire et laissé le Conseil Général maître d’œuvre de ce projet sans que les habitants et les commerçants n’aient pu au préalable être informés et consultés ?

N’est-il pas évident que dans cette zone, les logements à caractère « sociaux » soient déjà surreprésentés, et qu’un rééquilibrage soit nécessaire pour l’harmonie de ce quartier dont les difficultés s’étendent au voisinage ? La mixité sociale ne peut pas se faire que dans un seul sens au risque de transformer certains quartiers en ghettos !

La valeur locative dans ce quartier étant déjà pénalisée par le regain d’incivilités et la montée de l’insécurité, qui garantira sur le long terme la valeur des biens achetés dans cette zone par les propriétaires récents et les investisseurs ?

A toutes ces questions, nos concitoyens n’ont pas eu de réponses précises. L’information et les consultations ayant eu lieu après les décisions, nous renouvelons notre proposition que les habitants et citoyens concernés soient prioritairement et obligatoirement consultés sur les projets immobiliers publics !