Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Y aurait-il une nouvelle zone de non droit à Perpignan, au Vernet?

Insécurité, caillassage, autour de la nouvelle école d’infirmières, au Vernet.

communiqué de Catherine PUJOL, Conseillère Municipale et Conseillère Communautaire Front National de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT » :

Le 1er septembre dernier, lors de l’inauguration de la nouvelle annexe de l’école d’infirmière située au cœur du centre commercial Clodion par Monsieur le Maire Jean Marc Pujol, le Conseil Municipal de Perpignan, majorité et opposition présents, avaient été pris à partie par des riverains dénonçant l’insécurité du quartier et le « caillassage » des nouveaux locaux de l’ école d’infirmières.
Un communiqué de l’opposition aux médias, que l’on aurait souhaité davantage diffusé par les professionnels de l’information, s’inquiétait pour la sécurité des riverains, des étudiants et du personnel formateur de l’IMFSI amenés à traverser la cité jusqu’à des heures tardives.
Il n’a pas fallu attendre la saison hivernale ou la nuit tombée pour que ces faits dénoncés, jusque-là restés sous silence, ne fassent l’objet d’une recrudescence confirmée le 20 septembre 2014 dans le quotidien local (page 5) par le syndicat Alliance police nationale.
Aujourd’hui, ces forces de l’ordre, exerçant leur fonction dans ce quartier, se voient à leur tour menacées par ces « voyous qui n’ont pas leur place à l’école d’infirmières…» propos de Monsieur Le Maire de Perpignan le 1er septembre …

Des étudiantes infirmières ont déjà été injuriées, des femmes prises à partie. Ces « voyous » se permettent maintenant de menacer les policiers ? Ces « voyous » sèment insécurité et terreur dans une cité où la majorité des habitants ne demandent qu’à vivre normalement. Il est vrai que c’est un quartier où les « autorités demandent aux policiers de passer sans s’arrêter ! …»


La guerre d’Indochine, vue par « ceux du Nord » : qu’en penser?

ChauvelIndochineBis Bruno5sept2013_Ensemble2

La guerre d’Indochine, vue par « ceux du Nord »

par Bruno LEMAIRE, Conseiller municipal et communautaire Front National de  » Perpignan ensemble avec Louis Aliot « 

Que penser de l’initiative de Patrick Chauvel, venu comme chaque année exposer ses photos au « Visa pour l’Image » de Perpignan.

Rappelons tout d’abord que Patrick Chauvel est le fils du grand reporter Jean-François Chauvel, neveu de Pierre Schoendoerffer, et enfin, dit-on, fils spirituel de Joseph Kessel. Il est donc normal que l’histoire de l’Indochine n’ai pu le laisser indifférent.

Fallait-il pour autant rouvrir des blessures encore douloureuses, et rappeler que la presse française, à cette époque, n’était déjà pas du côté des soldats qui se battaient pour la France, mais du côté de ses adversaires, comme a pu l’écrire Ho Chi Minh : « Quand j’en viens à douter (de la victoire), je lis les journaux français, cela me remonte le moral ».

C’était du temps où les généraux, comme De Lattre ou Leclerc, remportaient encore des victoires, et n’abandonnaient pas le terrain conquis de haute lutte avec leur sang, celui de leurs soldats ou de leurs fils, à des combattants étrangers, aussi valeureux soient-ils.

Certes, le devoir de mémoire est important, et il convient d’honorer les morts, quel que soit leur camp, lorsqu’ils se sont battus pour leur honneur et leur patrie. Mais que faut-il penser de journalistes qui ne font que suivre ce qu’ils pensent être le sens de l’histoire, aux ordres du Parti Communiste de l’époque, du PS maintenant, et qui, sans vergogne, vont d’un seul mouvement écrire « Daesh » pour «État Islamique », « Djihad pour Guerre Sainte », « Tournante pour viol collectif » au moindre claquement de doigt d’un Fabius ou d’un BHL.


NON AU RATTACHEMENT DU ROUSSILLON A LA REGION MIDI-PYRENEES

Communiqué de Catherine PUJOL, Conseillère Municipale et Communautaire, « Groupe Perpignan Ensemble »,  Rassemblement Bleu Marine

NON AU RATTACHEMENT DU ROUSSILLON A LA REGION MIDI-PYRENEES

Fort du désir de s’inscrire dans une critique positive de son mandat, dans les livres d’histoires, le Président François Hollande démontre  une fois de plus un manque de lucidité dans le futur  découpage des Régions de notre chère France.

Effectivement, Roussillon déjà fusionné avec Languedoc,  demain avec Midi-Pyrénées, bien au Sud de  l’hexagone, notre petite région semblera  bien lointaine…

 Demain, les budgets de cette immense nouvelle région doteront  principalement les Pôles toulousains et montpelliérains jusqu’ à laisser justes quelques euros « symboliques » au Roussillon.

 Les conséquences seront bien plus inquiétantes qu’une simple querelle de fusion de clochers ou coutumes régionales.

Plus gravement, ce découpage ne sera pas qu’une menace sur l’emploi dans les divers secteurs publics territoriaux mais aussi sur l’économie locale, les jeunes, l’apprentissage, le secteur privé sera impacté inéluctablement.

Qu’en sera-t-il des financements de la santé ou des décisions régionales dans le secteur sanitaire et social,  public ou privé,  déjà malmenés actuellement en Roussillon ? L’ARS sera bientôt concernée…

Avec cette réforme adoptée par le Sénat,  l’avenir du Roussillon est sérieusement menacé.

J’en appelle à tous les Catalans, à tous les citoyens établis dans notre belle région, aux élus locaux, tous partis confondus,  à se mobiliser, à s’unir contre ce découpage régional aujourd’hui même en période estivale car demain, il sera trop tard.

Unissons-nous ! Tous ensembles pour le Roussillon, notre terre !


Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

Communiqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire de Perpignan-Méditerranée, Conseiller Municipal d’Opposition FN-RBM de Perpignan

Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

En effet, nos concitoyens doivent savoir que ce lieu de culte, depuis plusieurs mois, est victime de jets de pierres, les passants et fidèles sont régulièrement insultés, le curé menacé, et cela même pendant et à la sortie des offices!!! Silence radio de la part des élus UMPS, aucun communiqué de la part d’artistes ou intellectuels auto-déclarés « bien pensants »…. Qu’aurait-on déjà entendu, si ce lieu de culte avait été une synagogue ou une mosquée ?

Nous demandons avec force une réaction immédiate de la part des autorités municipales afin qu’elles mettent enfin en œuvre les moyens nécessaires à la sécurité de nos concitoyens, aux abords de cet édifice, des patrouilles de Police régulières et une réponse judiciaire immédiate (et non des «mesurettes», comme la pose d’une simple caméra !).


Réaction de Louis Aliot (FN) après le 2e tour des élections municipales sur RFI

Réactions de Louis Aliot, vice-président du Front National

Que doit faire le président de la République ? Remanier le gouvernement ? Changer de Premier ministre ? Changer de politique ?

Les options sont sur la table après la déroute aux municipales de la gauche.

A partir de 5mn


Perpignan Ensemble avec Louis Aliot, le vainqueur du 1er tour, quartier par quartier

Duel Louis Aliot (FN / RBM) – Jean-Marc Pujol (UMPS) : la carte des scores bureau par bureau

Ci-dessous, retrouvez la carte présentant le score du vainqueur du premier tour de l’élection municipale à Perpignan, bureau de vote par bureau de vote.

  • En bleu foncé, les 44 bureaux où Louis Aliot a basculé en tête
  • En bleu clair, les 22 bureaux où Jean-Marc Pujol a basculé en tête

Revue de presse – lire l’intégralité de l’article de l’Indépendant

Louis Aliot Perpignan - le vainqueur du 1er tour, quartier par quartier


Réaction de Louis Aliot sur France 2 après le retrait du candidat PS à Perpignan

Après l’annonce de retrait du candidat du parti socialiste, Jacques Cresta, pour soutenir Jean-Marc Pujol (UMP) lors de la campagne du second tour, Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» s’exprime sur France 2.

«Tout cela est une manipulation grotesque du deuxième tour dans notre ville et moi, je suis persuadé que les électeurs vont leur faire payer !»


1 commentaire

Louis Aliot (FN / RBM) progresse dans tous les quartiers de Perpignan

Revue de presse. Source. France Bleu

L’implantation est désormais totale : le parti de Marine Le Pen réalise des scores historiques dans tous les secteurs de Perpignan au premier tour des municipales. Dans les quartiers populaires comme dans les quartiers bourgeois.

Jusqu’à présent, le Front national avait ses « fiefs » et ses « bastions » à Perpignan. Le parti collectait le plus gros de ses voix dans les quartiers populaires frappés par le chômage, l’insécurité et la pauvreté, comme au Vernet ou au Champ de Mars.

A l’inverse, ses bulletins de vote étaient boudés dans l’hyper-centre, dans les quartiers bourgeois ou les zones résidentielles. Il y dépassait rarement les 10%.

Ce temps semble révolu. L’analyse des résultats du premier tour des municipales montre que le Front national est désormais implanté dans tous les secteurs de Perpignan, sans exception.

Lire la suite de l’article sur France Bleu


Marine Le Pen en direct sur internet vendredi 21 mars à 19h30

Pour clôturer la campagne municipale 2014, Marine Le Pen s’adressera à tous les Français en direct sur internet sur le site officiel des élections municipales 2014 www.fn-municipales.fr  afin de mobiliser les électeurs. Vous pourrez aussi lui poser vos questions en utilisant le hashtag #DirectMLP sur Twitter, à partir de 19h00.
Cet évènement est le vôtre ! Il aura lieu vendredi 21 mars à 19h30.
Afin que cela soit un succès, nous vous demandons d’être des acteurs de cette opération.
Comment participer à cette réussite :
  • Envoyer un email à tous vos amis, proches…

avec le lien du site internet www.fn-municipales.fr  en donnant la date, l’heure de l’événement et une brève explication. Vous pouvez également transmettre le visuel ci-joint.

  • Envoyer un sms à vos proches

en les invitant à aller sur le site internet www.fn-municipales.fr  en donnant la date, l’heure de l’événement et une brève explication. Vous pouvez également transmettre le visuel ci-joint.

  • Publier sur votre page Facebook l’évènement associé à cette occasion : 

https://www.facebook.com/events/636202976415738/?notif_t=plan_user_joined  y participer et inviter vos amis à y participer. Vous pouvez également publier le visuel en pièce jointe sur votre page Facebook.

  • Et enfin, en parler autour de vous !
Nous comptons sur vous, la victoire est proche !
En Direct ce soir - Marine Le Pen s'adressera aux Français


A Perpignan, le FN espère débloquer une société figée

Perpignan: le FN contre une société bloquée ?

Le Front National a placé en Perpignan ses espoirs de conquérir une ville de plus de cent mille habitants (118 238 habitants en 2011). Un sondage paru la semaine dernière a toutefois montré la difficulté de la tâche. La liste conduite par Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine le Pen, y est donnée perdante, avec 28% au premier tour et 25% au second. Ce samedi, Louis Aliot et Marine Le Pen ont tenu meeting à Perpignan, en espérant provoquer une remontée. Il est vrai que la ville a structurellement tout pour offrir un bastion au FN. La progression du parti, comme les résistances qui lui sont faites, en font un véritable laboratoire social.

Une ville qui tombe ?

Tout au long de la campagne pour les municipales, la Fondation Jean-Jaurès décrypte les enjeux dans sept villes-clés, avec l’étude du FN comme fil rouge. Ici, Nicolas Lebourg s’intéresse à Perpignan, avec la candidature de Louis Aliot pour représenter le parti de Marine Le Pen

Louis Aliot a été l’une des chevilles ouvrières de la stratégie de dédiabolisation du parti. Sa campagne locale se veut celle d’un notable modéré et responsable. Bon nombre des colistiers affirment s’être engagés « par amitié pour Louis », et non par engagement partisan initial. Le visuel de campagne de la liste « Perpignan ensemble » est calqué sur la fameuse affiche mitterrandiste de « La force tranquille », et sa profession d’avocat y est signifiée en tête – dans cette ville désindustrialisée de longue date, l’essentiel des compétiteurs politiques sont des avocats. Que ce soit dans une réunion de quartier ou face aux étudiants de l’Université, Louis Aliot répond aux questions et projets soulevés qu’il se refuse à faire des promesses ayant un coût trop élevé pour une ville surendettée – selon une enquête du Figaro la ville est première de France pour la dette par habitant (3938 euros, en hausse de 7% en quatre ans), tandis que selon le classement du Point il s’agit de la ville la plus mal gérée, ex-æquo avec Montreuil (gérée quant à elle par une maire EELV). Avec 32% des habitants sous le seuil de pauvreté, Perpignan est la cinquième grande ville la plus pauvre de France, juste après Béziers. Relativement à l’inégalité de la répartition des richesses, Perpignan est la quatrième ville, cette fois juste avant Béziers (voir ici pour notre article sur la campagne FN à Béziers). La Catalogne espagnole distante de quelques kilomètres n’est plus cet Eldorado rêvé qui, un jour, viendrait sauver le territoire : depuis que l’Espagne toute entière est frappée par la crise, de l’autre côté de la frontière les commerces qui s’ouvrent sont des supermarchés de la prostitution.

[…]

Si Louis Aliot met en avant la pauvreté de la ville, il demande à la salle également « connaissez-vous d’autres villes en France que Perpignan où les immeubles s’écroulent ? ». C’est là un problème devenu structurel, malgré les plus de 300 millions d’euros qui ont été alloués par l’Etat pour la rénovation urbaine. Des immeubles insalubres du centre-ville continuent de s’effondrer – les deux derniers se sont écroulés en janvier 2014 et octobre 2013. Ce problème est surtout présent dans le quartier Saint-Jacques. Situé en cœur de ville, Saint-Jacques a vu affluer la population gitane après qu’en 1940 la IIIe République a pris un décret anti-nomades. Les Gitans présents le long de la rivière à l’entrée de la ville sont allés occuper une ancienne caserne désaffectée de la place du Puig pour montrer qu’ils étaient sédentaires. Aujourd’hui, Perpignan a la plus importante communauté gitane d’Europe occidentale (10% de sa population). Non sans difficultés : la communauté n’est nullement intégrée et est ravagée par les problèmes sanitaires.