Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


UMP et PS entre « Caïn & Abel » et « vol au-dessus d’un nid de coucou »

Élections départementales dans les Pyrénées-Orientales, 

UMP et PS entre « Caïn & Abel » et « vol au-dessus d’un nid de coucou »… 

Tribune de Bénédicte MARCHAND, Conseillère municipale FN/RBM de la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot »

Les élections départementales pointant à l’horizon, les candidatures à l’UMP et au PS révèlent aussi au niveau local ce que l’on remarque à la tête de ces partis : luttes intestines de pouvoir ou de positionnement politique et schizophrénie collective…

En effet, qui des pro-gouvernements ou pro-frondeurs d’un côté et des pro-Sarkozy ou pro-Juppé de l’autre, se verra investi sur les cantons ?

Cela risque bien de devenir un problème de taille pesant fortement sur la future campagne !

De quoi donner des maux de tête aux responsables politiques locaux… !

Plusieurs tendances se voient donc en compétition sur la ligne de départ des essais qualificatifs post-électoraux… mais pour quels résultats à l’arrivée ?

Malheureusement pour nos concitoyens au bout du rouleau économique, social, politique et sécuritaire : la même politique, le même clientélisme institutionnel et finalement les mêmes échecs, et toujours la même déception pour les électeurs…

De plus, nous pouvons nous poser sérieusement des questions quant à l’état mental de l’UMPS. Serait-il donc victime d’un syndrome de schizophrénie collective ?

Comment peut-on en effet faire croire que d’un côté, ils soutiennent une formation politique euro-mondialiste et libérale et tenter de faire croire d’un autre, qu’au niveau local la politique nationale et européenne n’a rien à voir dans ces élections et que les élus locaux feraient une politique différente…

On nous prend pour des idiots je crois, la réalité est tout autre, en fait ce qu’ils ne vous disent pas c’est que tout ce qu’ils pourraient vous promettre au niveau local ne se fera pas sans l’aval de l’État et de l’Europe, ils seront pieds et poings liés !

C’est sûr, ils vous expliqueront que la politique locale, c’est de la gestion et des investissements (pour quel bilan ?) et que leur priorité est l’emploi… Comme par exemple la grue géante du port de commerce de Port-Vendres (4 millions d’euros, zéro emploi… bel investissement !)

Expliqueront-ils, droit dans les yeux à nos concitoyens, leur soutien aux politiques d’austérité imposées par l’Europe soutenues par le PS et que l’UMP aimerait plus importante ?

Nous verrons bien….

Nous avoueront-ils que le département va être obligé d’augmenter les impôts pour pallier aux subventions que l’État va supprimer (3,7 milliards en 2015…) ? J’en doute…

Et une fois de plus tout cela finira de la même façon, on nous annoncera un jour qu’ils ne savaient pas que l’impact serait si important, qu’ils sont obligés d’augmenter l’imposition pour que la solidarité (le contribuable) subvienne encore aux personnes vivant dans des conditions précaires : les retraités ? Les chômeurs ? Les handicapés ? Les familles ?
Mais non bien sûr, ceux-là n’ont besoin de rien, alors que ceux qui n’ont jamais travaillé (trop dur…) et ont toujours vécu des aides sociales qu’ils considèrent comme un salaire (si, si…) eux, vous comprenez, on ne peut pas décemment les toucher… Alors on préfère les laisser vivre comme ils ont toujours vécu, en les entretenant et les incitant à voter pour ceux qui les nourrissent…

C’est-y pas mignon la solidarité… ?

La vérité dépasse donc bien la fiction et ses conséquences seront toujours aussi dures pour ceux qui travaillent, tant qu’ils ont encore un emploi…

Tout cela mes amis n’est pas nouveau, mais posons-nous la question : voulons-nous que cela continue longtemps ainsi ?

Pour le Front National, la réponse est évidemment NON. C’est pourquoi nous avons toujours été clairs sur la question européenne et sur l’explosion des fiscalités locales, les impôts doivent baisser et les investissements servir l’intérêt des populations et l’emploi, pas à créer ou entretenir des populations toujours plus précaires…

Reprenons en main notre destin, le Front National se bat aujourd’hui sur le terrain national et européen, son action doit être accompagnée au niveau local pour pouvoir porter la voix de tous nos concitoyens qui aujourd’hui malheureusement n’espère plus rien du monde politique, redonnons confiance aux Français et changeons vraiment les choses dans ce pays !

Entre libéralisme et communautarisme faisons un choix et le bon, celui des intérêts du peuple français !

Bénédicte MARCHAND, Conseillère municipale FN/RBM de la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot »


STRASBOURG/ Parlement : Louis Aliot (FN) défend les buralistes transfrontaliers

Louis Aliot, député français au parlement européen, communique:

Louis-Aliot-3-300x218

« Nous étions ce matin réunis en commission Contrôle Budgétaire du Parlement Européen pour débattre des accords sur le tabac.

A cette occasion, j’ai pu évoquer le drame que vivaient les buralistes des régions transfrontalières qui subissent une concurrence déloyale liée la distorsion des prixau sein de l’UE ainsi qu’à la décision scandaleuse de la CEDH qui a imposé à la France l’augmentation des quotas d’importation permettant l’achat de 10 cartouches dans les pays européens contre 5 auparavant.

J’ai aussi rappelé les effets désastreux de cette politique qui a favorisé le désengagement de nos gouvernants dans les services publics de la Police aux frontières et des Douanes, services qui ont vu leurs effectifs se réduire d’une manière scandaleuse facilitant ainsi la contrebande et les trafics divers.

En guise de réponse, le Commissaire chargé du dossier a rappelé l’obligation pour la France de respecter les décisions de la CEDH et a défendu le sacrosaint principe de concurrence libre et non faussée ainsi que la liberté du commerce au sein de l’Union.

En revanche aucune réponse sur le fond, ni sur la lutte contre les trafics illicites, ni sur l’aide apportés aux buralistes victimes de la stupidité européenne ». 


Une rénovation particulièrement réussie: l’ancien Evêché

A propos de « L’Ancien Evêché, un espace d’exposition en devenir. Regard sur la Sanch « 

Communiqué de Catherine PUJOL,
Conseillère Municipale et Conseillère Communautaire F N
de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT »

Ancien Evêché

L’ouverture des journées du Patrimoine et le Vernissage de l’exposition « L’Ancien Evêché, un espace d’exposition en devenir. Regard sur la Sanch », ce samedi 20 septembre, a permis aux participants de découvrir une merveille du patrimoine de la ville en ce magnifique bâtiment rénové que l’Ancien Evêché.
Responsables et fidèles de la confrérie de la Sanch ont commenté l’exposition en groupe ou individuellement avec la même foi, ferveur et dévotion qui les animent à chaque procession de Vendredi Saint. Un Christ de l’église La Réal datant du XIXème siècle, une Ste Véronique en carton mâché et paille, attestent des techniques manuelles anciennes résistant au temps et aux multiples processions.
En ces temps de troubles de la foi, de persécution des chrétiens, de guerre de religions ou politiques, le Conseil Municipal d’opposition présent à ce vernissage, spécialement attaché aux traditions culturelles catalanes ne peut que se féliciter de cette richesse patrimoniale de notre ville et région du Roussillon.


Y aurait-il une nouvelle zone de non droit à Perpignan, au Vernet?

Insécurité, caillassage, autour de la nouvelle école d’infirmières, au Vernet.

communiqué de Catherine PUJOL, Conseillère Municipale et Conseillère Communautaire Front National de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT » :

Le 1er septembre dernier, lors de l’inauguration de la nouvelle annexe de l’école d’infirmière située au cœur du centre commercial Clodion par Monsieur le Maire Jean Marc Pujol, le Conseil Municipal de Perpignan, majorité et opposition présents, avaient été pris à partie par des riverains dénonçant l’insécurité du quartier et le « caillassage » des nouveaux locaux de l’ école d’infirmières.
Un communiqué de l’opposition aux médias, que l’on aurait souhaité davantage diffusé par les professionnels de l’information, s’inquiétait pour la sécurité des riverains, des étudiants et du personnel formateur de l’IMFSI amenés à traverser la cité jusqu’à des heures tardives.
Il n’a pas fallu attendre la saison hivernale ou la nuit tombée pour que ces faits dénoncés, jusque-là restés sous silence, ne fassent l’objet d’une recrudescence confirmée le 20 septembre 2014 dans le quotidien local (page 5) par le syndicat Alliance police nationale.
Aujourd’hui, ces forces de l’ordre, exerçant leur fonction dans ce quartier, se voient à leur tour menacées par ces « voyous qui n’ont pas leur place à l’école d’infirmières…» propos de Monsieur Le Maire de Perpignan le 1er septembre …

Des étudiantes infirmières ont déjà été injuriées, des femmes prises à partie. Ces « voyous » se permettent maintenant de menacer les policiers ? Ces « voyous » sèment insécurité et terreur dans une cité où la majorité des habitants ne demandent qu’à vivre normalement. Il est vrai que c’est un quartier où les « autorités demandent aux policiers de passer sans s’arrêter ! …»


La guerre d’Indochine, vue par « ceux du Nord » : qu’en penser?

ChauvelIndochineBis Bruno5sept2013_Ensemble2

La guerre d’Indochine, vue par « ceux du Nord »

par Bruno LEMAIRE, Conseiller municipal et communautaire Front National de  » Perpignan ensemble avec Louis Aliot « 

Que penser de l’initiative de Patrick Chauvel, venu comme chaque année exposer ses photos au « Visa pour l’Image » de Perpignan.

Rappelons tout d’abord que Patrick Chauvel est le fils du grand reporter Jean-François Chauvel, neveu de Pierre Schoendoerffer, et enfin, dit-on, fils spirituel de Joseph Kessel. Il est donc normal que l’histoire de l’Indochine n’ai pu le laisser indifférent.

Fallait-il pour autant rouvrir des blessures encore douloureuses, et rappeler que la presse française, à cette époque, n’était déjà pas du côté des soldats qui se battaient pour la France, mais du côté de ses adversaires, comme a pu l’écrire Ho Chi Minh : « Quand j’en viens à douter (de la victoire), je lis les journaux français, cela me remonte le moral ».

C’était du temps où les généraux, comme De Lattre ou Leclerc, remportaient encore des victoires, et n’abandonnaient pas le terrain conquis de haute lutte avec leur sang, celui de leurs soldats ou de leurs fils, à des combattants étrangers, aussi valeureux soient-ils.

Certes, le devoir de mémoire est important, et il convient d’honorer les morts, quel que soit leur camp, lorsqu’ils se sont battus pour leur honneur et leur patrie. Mais que faut-il penser de journalistes qui ne font que suivre ce qu’ils pensent être le sens de l’histoire, aux ordres du Parti Communiste de l’époque, du PS maintenant, et qui, sans vergogne, vont d’un seul mouvement écrire « Daesh » pour «État Islamique », « Djihad pour Guerre Sainte », « Tournante pour viol collectif » au moindre claquement de doigt d’un Fabius ou d’un BHL.


NON AU RATTACHEMENT DU ROUSSILLON A LA REGION MIDI-PYRENEES

Communiqué de Catherine PUJOL, Conseillère Municipale et Communautaire, « Groupe Perpignan Ensemble »,  Rassemblement Bleu Marine

NON AU RATTACHEMENT DU ROUSSILLON A LA REGION MIDI-PYRENEES

Fort du désir de s’inscrire dans une critique positive de son mandat, dans les livres d’histoires, le Président François Hollande démontre  une fois de plus un manque de lucidité dans le futur  découpage des Régions de notre chère France.

Effectivement, Roussillon déjà fusionné avec Languedoc,  demain avec Midi-Pyrénées, bien au Sud de  l’hexagone, notre petite région semblera  bien lointaine…

 Demain, les budgets de cette immense nouvelle région doteront  principalement les Pôles toulousains et montpelliérains jusqu’ à laisser justes quelques euros « symboliques » au Roussillon.

 Les conséquences seront bien plus inquiétantes qu’une simple querelle de fusion de clochers ou coutumes régionales.

Plus gravement, ce découpage ne sera pas qu’une menace sur l’emploi dans les divers secteurs publics territoriaux mais aussi sur l’économie locale, les jeunes, l’apprentissage, le secteur privé sera impacté inéluctablement.

Qu’en sera-t-il des financements de la santé ou des décisions régionales dans le secteur sanitaire et social,  public ou privé,  déjà malmenés actuellement en Roussillon ? L’ARS sera bientôt concernée…

Avec cette réforme adoptée par le Sénat,  l’avenir du Roussillon est sérieusement menacé.

J’en appelle à tous les Catalans, à tous les citoyens établis dans notre belle région, aux élus locaux, tous partis confondus,  à se mobiliser, à s’unir contre ce découpage régional aujourd’hui même en période estivale car demain, il sera trop tard.

Unissons-nous ! Tous ensembles pour le Roussillon, notre terre !


Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

Communiqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire de Perpignan-Méditerranée, Conseiller Municipal d’Opposition FN-RBM de Perpignan

Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

En effet, nos concitoyens doivent savoir que ce lieu de culte, depuis plusieurs mois, est victime de jets de pierres, les passants et fidèles sont régulièrement insultés, le curé menacé, et cela même pendant et à la sortie des offices!!! Silence radio de la part des élus UMPS, aucun communiqué de la part d’artistes ou intellectuels auto-déclarés « bien pensants »…. Qu’aurait-on déjà entendu, si ce lieu de culte avait été une synagogue ou une mosquée ?

Nous demandons avec force une réaction immédiate de la part des autorités municipales afin qu’elles mettent enfin en œuvre les moyens nécessaires à la sécurité de nos concitoyens, aux abords de cet édifice, des patrouilles de Police régulières et une réponse judiciaire immédiate (et non des «mesurettes», comme la pose d’une simple caméra !).