Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


1 commentaire

Une menace extrémiste oui, celle de l’extrême bêtise de gauche !

bourquinLe sénateur, Président du conseil régional PS vient de réitérer ses attaques anti-FN lors d’un hommage rendu à Jean Jaurès. Il a déclaré : « un message que je suis allé porter dans la torpeur de l’été pour faire passer une idée importante: la nécessaire lutte contre l’extrême droite avec qui l’acoquinement n’est pas permis ». L’amalgame, toujours l’amalgame !

Non monsieur le sénateur socialiste, il n’y a pas de péril d’extrême-droite en France dans la mesure où dans notre pays l’extrême droite est résiduelle et que qualifier les 25 % de Français qui font confiance à Marine LE PEN de ce qualificatif infamant est une diffamation à l’encontre de ces millions de français.

La gauche n’a manifestement rien compris et continue dans son délire qu’elle croit électoralement encore payant alors que les citoyens ont bien compris la manœuvre.

Le seul extrémisme qui menace est l’extrême bêtise de la gauche qui conduit la France dans un mur !

Les socialistes sont menacés jusque dans leur fief. Les élections à venir laisse entrevoir un cuisant échec et la région Languedoc-Roussillon n’échappe pas à cette tendance. Face au désastre Hollande et à son bilan calamiteux, face à l’arrogance des potentats locaux et des promesses jamais tenues, l’électorat anciennement de gauche se « désidéologise » au profit du bons sens, du courage et de la protection des valeurs. Et de ce point de vue,  le naufrage socialiste est un puissant accélérateur électoral de recomposition politique.

Face aux échecs de la gauche et de l’UMP-UDI, le Front National incarne une alternative crédible, loin des amalgames et élucubrations démagogiques de quelques princes aux trônes chancelants…


Les socialistes divisés sur le cas Bourquin…

 

Louis Aliot - Perpignan Ensemble paysageEn se vantant d’avoir contribué au renflouement des caisses de l’UMP, Bourquin vient une nouvelle fois de montrer un visage d’arrogance et de mépris tout en continuant à diviser le parti socialiste, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Harlem Désir, dans un communiqué, vient de désavouer l’encombrant potentat local et de rappeler toute la haine typiquement socialiste qui caractérise ce parti en faillite idéologique.

Entre les deux hommes, mis à part des condamnations, ils ne partagent rien. Il faut dire que le bourquinisme local se passe assez facilement des consignes et règles nationales comme jadis Georges Frêche. Reste que n’est pas Frêche qui veut et surtout pas Bourquin. Pas de panache, moins de culture et un autoritarisme étroit qui s’exprime dans tous les domaines et qui agace jusqu’à Solferino. De la morgue, de la suffisance mais des dossiers locaux en berne et une instrumentalisation de ses amis de Perpignan qui en dit long sur le bonhomme.

Ses élucubrations sur le caractère républicain du Front National prêtent à sourire et son aide à l’UMP et le label républicain qui lui décerne nous convient très bien. Si monsieur Bourquin a besoin de l’UMP, c’est que peut-être ils ont des intérêts réciproques. Avec certains Umpistes ou UDistes il pourra toujours s’arranger.

Mais le bilan est là ! Clientèlisme, communautarisme, chômage, insécurité, misère sociale, économie en berne, corruption…la liste n’est pas exhaustive !

Il pourra utiliser un langage outrancier contre nous et vociférer comme à son habitude en prenant son opposition régionale de haut. Il méprise l’opposition et dirige l’assemblée d’une manière autocratique d’un autre âge. Qu’il balaye donc devant sa porte ! Les régionales arriveront en leur temps….


1 commentaire

Billet d’été n°3 de Louis Aliot…

Louis-Aliot - Portrait 2013Les donneurs de leçons de l’UDI sont aujourd’hui sous le feu de la rampe médiatique. La meute politico-médiatique est lâchée et chacun essai de se faufiler dans un dédale d’explications moralisatrices ou accusatrices en feignant de voir la réalité en face.

Dans cette tourmente, l’UDI tombe le masque, celui d’un parti fait de bric et de broc, d’opportunistes et d’humanistes autoproclamés (comme ils disent) qui ne sont là que pour partager des places mais qui n’ont aucune ligne politique définie. L’UDI est à l’UMP ce que le PRG est au PS, un ramasse miettes du système. Borloo, Lagarde et Jego peuvent s’agiter comme de beaux diables, tout le monde a bien compris.

Cette situation se retrouve d’ailleurs localement puisque par exemple à Perpignan nous avons notre lot. Le couple Alduy(ex trotskyste)-Grau(ex-PS), à la tête de l’Agglo et à l’exécutif de la mairie joue cette partition sinueuse. A toi la mairie, à moi l’agglo. Ce n’est plus de la politique, c’est de la godille opportuniste.

Le vieux CNI, lui, vient de recevoir le coup de grâce. Il n’était déjà pas à sa place dans la nébuleuse centriste, il n’aura désormais plus sa place dans aucune autre coalition. Bourdouleix l’a tué. Celui qui prétendait ne pas vouloir s’asseoir à la même table que Marine et devisait sur l’air du « nous n’avons pas les mêmes valeurs » a bien raison. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. Il peut désormais gouter les joies de la mise à l’index, de l’hallali médiatique. Avec sa référence au chancelier allemand, Bourdouleix a fait fort ! Car ses propos sont plus imbéciles qu’autre chose, même s’ils traduisent d’une certaine manière l’exaspération des élus locaux face à une réalité encombrante.

Il est vrai que la présence de campements de Roms clandestins posent des problèmes que personne ne réglera tant le politiquement correct empêche de le faire ! Il suffit de voir le trémoussement médiatique de Monsieur Valls, qui de plus en plus ressemble à Sarkozy, pour se rendre compte de l’impuissance de nos politiques. Valls développe une agitation stérile dans tous les domaines. Mais il ne réglera rien et pour cause. A Brétigny, il ment ! A Trappes, il agite le risque d’amalgame ! En toute circonstance, il avance des postures morales, voire moralisatrices, dont la gauche est totalement dépourvue. Des poncifs succèdent à des condamnations, la gauche morale veille et Valls est son bâton…mais les français ne mordent plus à cette culpabilisation permanente !

Les Français veulent la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Ils ne voient pas pourquoi on s’interdirait de parler des problèmes posés par les Roms ! Ils ne voient pas pourquoi on ne pourrait critiquer l’Islam et ses aspects les plus contraires à nos valeurs républicaines, sans amalgames, mais sans faiblesse ! Face à l’avancée du fondamentalisme, le silence est une trahison !

Il serait curieux qu’en France, la seule religion attaquable soit le christianisme. Les citoyens ont le droit d’être « islamocritiques » s’ils le souhaitent. L’instrumentalisation du concept globalisant et fumeux « d’islamophobie » ne doit tromper personne. Il n’est là que pour restreindre la liberté d’expression, censurer la pensée et empêcher toute critique objective de cette religion.

Au nom de quoi ne pourrions nous pas critiquer certains aspects critiquables de cette religion comme d’autres ne s’interdisent pas de le faire pour le christianisme, le judaïsme ou d’autres ? C’est quand même incroyable ! De quoi a-t-on peur ? Qui instrumentalise qui ? Qui s’amuse à jouer avec les allumettes communautaristes ?

En premier lieu les socialistes qui comptent remplacer les ouvriers et français modestes qui ne voteront plus jamais pour eux par un électorat communautariste d’origine immigré.

En second lieu la droite UMP-UDI qui par lâcheté ou facilité a épousé tous les concepts de la bienpensance et qui en toute circonstance colle à toutes les bêtises de la gauche. Idéologiquement, elle est l’autre face de la pièce mondialiste.

Enfin, les fondamentalistes qui mettent la pression et favorisent la confrontation pour tester la faiblesse du système républicain français. Pression sur les modérés qui sont réduits au silence dans certains quartiers. Chantage et pression sur les pouvoirs publics, qui pour acheter la paix civile, abdiquent leurs responsabilités et s’ouvrent à toutes les concessions.

Il va falloir que le peuple reprenne son destin en main et remette de l’ordre en France en imposant à la tête de l’Etat celles et ceux qui n’ont aucune responsabilité dans cette chienlit !


Billet d’été n°2 de Louis Aliot…

Louis AliotRéponse à un billet stupide publié le 17 juillet 2013 dans le journal Libération par GUILLAUME BACHELAY Député de Seine-Maritime et STÉPHANE LE FOLL Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (http://www.liberation.fr/politiques/2013/07/17/ayons-les-idees-claires-face-au-fn_919030)

Ayons les idées claires face au PS

A gauche, les élections législatives partielles, d’abord dans l’Oise et le Lot-et-Garonne, ont posé la question de la confrontation démocratique avec le Front national. La crise inquiète beaucoup les Français et le gouvernement socialiste est totalement impuissant à enrayer cette situation. En France comme ailleurs en Europe, les ménages populaires, les classes moyennes et les jeunes se demandent s’ils auront une place dans la mondialisation. Beaucoup redoutent d’être précarisés et relégués. Quant aux «affaires», leur instruction prouve que la gauche et la droite sont mouillées cumulativement ou alternativement et que si nul ne peut s’affranchir de la loi, beaucoup échappent encore à des condamnations définitives. Combattre le socialisme impose de démontrer comment les socialistes ruinent la France.

Pour gagner en crédibilité, la parole publique doit être une parole tenue : un an après l’alternance, les deux tiers des engagements présidentiels de François Hollande ne sont pas réalisés, même pas initiés. Les lieux de pouvoir doivent être des lieux de puissance face au cours des choses alors que les toutous socialistes administrent la France sous les ordres de puissances étrangères et antidémocratiques. C’est pourquoi les priorités du gouvernement et de la majorité ne sont ni l’emploi, ni l’éducation, ni le logement, ni la santé, ni la sécurité, ni la réorientation de l’Europe, ni la lutte contre les paradis fiscaux. Le clivage entre la gauche et la droite est devenu totalement invisible : investir dans la croissance et les infrastructures durables ou distribuer des cadeaux fiscaux aux privilégiés restent la règle ; laisser filer les déficits une marque de fabrique commune, communiquer sur un prétendu dialogue social une stratégie entre copains, bref les mêmes méthodes avec des majorités différentes. Reste que la lutte contre le PS suppose une stratégie pragmatique. Elle repose sur quatre piliers indissociables.

1) Le PS doit être caractérisé pour ce qu’il est : un parti social-libéral acquis aux dogmes de Bruxelles qui exacerbe les peurs et fabrique de l’exclusion. Ses dirigeants décrivent la France comme une bonne fille ouverte aux quatre vents de l’internationalisation des échanges et favorable à une immigration sans limite, prémisse d’une libanisation de notre société. Selon les circonstances, le PS trouve des boucs émissaires. Sa lutte contre les fachos n’est qu’une posture pour faire oublier ses propres turpitudes, son alliance avec les communistes aux 100 millions de morts, la francisque de Mitterrand, l’ami René Bousquet et les scandales financiers à répétition.  Ils jouent la carte de l’islam et de l’immigration contre la laïcité croyant remplacer une clientèle électorale de précaires, tous passés au Front avec armes et bagages, par un vote communautariste et confessionnel. Le PS présidé par un repris de justice Harlem Désir (une grande tradition) ne se distingue pas de celui que dirigeait Hollande ou Aubry. Tout ramène le Parti Socialiste à la collusion avec les extrêmes que représentant les verts ou les trotskystes dont beaucoup de cadres sont issus. Tout ramène le PS à ses vieux démons que sont l’incompétence, le clientélisme et l’aboiement !

2) La ligne nationale, patriote et républicaine doit rester notre mot d’ordre quand, lors d’un scrutin, un candidat de gauche copine avec le candidat de droite. Il ne s’agit pas de se battre seul contre tous, mais de coaliser les français contre ce système en faillite qui se débat pour préserver ses privilèges de caste !

Les électeurs socialistes, écologistes ou communistes ont compris la trahison socialiste qui consiste à crier au loup pour faire oublier un bilan désastreux. La droite est dans la même situation puisque entre Fillon et Copé il n’y a pas de différence de nature. En 2002, Jacques Chirac avait établi une digue entre le RPR et le FN. Dix ans de sarkozysme ministériel et présidentiel ont clairement démontré la collusion entre la droite et la gauche comme l’ont clairement les nominations de pontes socialistes tels que les Kouchner, Fadela Amara, Attali, Lang, Jouyet (l’ami de Hollande), Bockel, Frédéric Mitterrand, Hirsch ou Besson. En montant à l’échelle du perroquet socialiste et en soutenant la droite lorsqu’elle est exclue du premier tour, la gauche montre clairement sa mutation mondialiste et ultralibérale. Ce qui menace le PS ce n’est pas un déficit d’image ou d’idées, elle a les mêmes référence que la droite, c’est une pénurie d’électeurs devant la trahison des clercs.

3) Nous devons expliquer que le programme du PS conduit le pays à la faillite et aggrave la situation des Français qu’il prétendait vouloir protéger. Le maintien de l’euro fera éclater l’Europe au détriment de la France et des pays du Sud. L’agriculture française sera asphyxiée et paralysée par une concurrence déloyale. Selon le PS, l’euro devait réduire la dette publique, régler le problème du pouvoir d’achat, relancer l’emploi et la croissance. C’est tout le contraire qui se produit et les socialistes continuent droit dans le mur !

Outre la banqueroute économique qui nous guette, le projet du PS engendre des régressions sociales. L’école est aussi en faillite pendant que les policiers se font caillasser en pleine intervention comme récemment à Brétigny/Orge. La seule promesse tenue par les socialistes est le mariage pour tous, et la contestation populaire et salutaire qu’elle a engendrée. Merci la gauche, peuple ouvre enfin les yeux. Quant à la politique sociale elle est aujourd’hui l’apanage d’une immigration sans limite qui coûte de plus en plus à la collectivité et plombe les comptes sociaux de la nation. Le parti autoproclamé de la défense des pauvres et de la solidarité place le pays sous la domination du grand capitalisme et de l’argent-roi. Ardoises, divisions et corruption sont le bilan des gestions municipales PS dans le Nord comme dans le Sud : d’habitude prolixes, ses responsables éludent ces scandales qui pourtant sont aujourd’hui instruits par la justice.

4) Face à la menace que le PS fait peser sur la France, ses valeurs, son économie, son rayonnement, les patriotes doivent se rassembler. Dans l’action comme aux élections, c’est l’unité qui forge la dynamique. Nous partageons une commune aspiration à une France plus souveraine et plus prospère face à une Europe technocratique et totalitaire. C’est ce à quoi aspirent nos compatriotes et que combat la gauche par idéologie et par bêtise : pour eux et face à l’arrogance de la gauche, plus que jamais l’heure est à l’engagement.


Marchés publics ouverts à la concurrence étrangère : 
L’UMPS responsable et coupable !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional de Languedoc-Roussillon, tête de liste « Perpignan ensemble » pour les municipales de 2014

Le coup de sang des membres de la fédération du BTP 66, furieux de voir un marché public en partie confié à des entreprises étrangères, est légitime.
Il va falloir cependant ouvrir les yeux sur la réalité !

Derrière la colère, nous dit le responsable professionnel, « il y a des raisons de penser qu’on manque de courage politique. » Et bien non, cher monsieur, avec tout le respect que je vous dois, ne mettez pas tous les « politiques » dans le même panier !

Nous sommes dans un département où les citoyens ont très bien, et très vite compris les périls de cette Europe-là en rejetant le funeste traité constitutionnel européen en 2005 à 65% alors que les parlementaires du département (les deux sénateurs UMP Alduy et Blanc et les quatre députés Mach, Calvet, Franco et Irles) l’avait voté à 100 % !

Encore mieux et récemment encore, le Traité Budgétaire Européen qui entérine ces pratiques de concurrence à outrance et sans limite, négocié par Nicolas Sarkozy, a été voté le 9 octobre 2012 par tous nos parlementaires de Droite comme de Gauche : Cresta, Neuville, Aylagas, Sire, Calvet et Bourquin ! UMP et PS main dans la main !

Cette politique européenne suicidaire est inscrite, noir sur blanc, dans les traités votés avec comme principe conducteur la sacrosainte « notion de concurrence libre et non faussée ! » à l’échelle européenne.

C’est d’ailleurs à ce titre que les gouvernements ne peuvent plus aider directement des entreprises qui souffrent et à ce titre aussi que les marchés publics sont désormais ouverts à la concurrence étrangère. Et si la France ou les collectivités ne le font pas, elles seront condamnées !

Cette politique qui a déjà ruiné notre agriculture, notre industrie et une partie de nos services gangrène tous les secteurs de l’activité économique faisant de la zone euro l’espace économique le moins compétitif du monde, de la France un champ de ruine et du Roussillon un désert pour l’emploi.

Oui, les politiciens locaux UMPS prennent vraiment les citoyens et les entrepreneurs locaux pour des imbéciles !

Pour protéger nos emplois et nos entreprises, il faut changer ce système, il faut réorienter l’Europe et mettre en place un protectionnisme intelligent et raisonnable.