Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Les Anciens à la Fête? les Séniors en colère!

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué de Catherine PUJOL

Conseillère municipale et communautaire

Responsable FN du canton Côte Sableuse

 CatherinePujolCantonales

 Une Fête en pleurs…

Dans le cadre de la semaine nationale des retraités et personnes âgées, dite Semaine bleue, les municipalités, via les associations et organismes d’accueil permanent des personnes âgées, organisent  depuis lundi, et jusqu’à dimanche, des animations destinées aux « Sages têtes cendrées » de notre société.

Alors que les Anciens sont à la Fête, les Séniors sont en colère.

Dans la rue, le 29 septembre dernier, les plus « alertes » dénonçaient le gel des pensions des retraités qui ne sont pas revalorisées ce 1er octobre 2016,  signant une quasi-stagnation pour la troisième année consécutive. Les pensions alignées sur les prix reculent par rapport aux salaires, des milliers de retraités n’ont plus les moyens de se soigner.

Selon le dernier rapport statistique de la Caisse nationale d’assurance vieillesse paru le 6 septembre dernier, les retraités  étaient en effet 366.253 en 2015 soit une hausse de 30% en six ans, avec un âge moyen de 66 ans. Une situation qui se dégrade au fil du temps et qui en pousse certains à rester actifs par nécessité, à chercher « un job pour s’en sortir ». Symbole d’un abandon des plus âgés par l’État, politique menée ces dernières années, le taux de pauvreté des retraités ne cesse d’augmenter. Même s’il reste inférieur aux autres catégories, 7,9% d’entre eux vivaient sous le seuil de pauvreté en 2013 contre 7,7% en 2012.

Le niveau de vie des retraités décroche, une Fête en pleurs pour une majorité d’entre eux !

FrontNationalDesPO_Adresse


Assassinat d’un ministre de Dieu: illusions perdues ?

Tribune libre de  Catherine PUJOL, Groupe Perpignan ensemble avec Louis ALIOT 

Illusions perdues ?

Toulouse, Paris, Nice, St Etienne du Rouvray…

Où aura lieu  la prochaine barbarie infâme sur notre sol français ?  Où donc le prochain crime d’innocents : enfants, adolescents, femmes, hommes de tous âges, de toutes confessions religieuses, assassinat d’un ministre de Dieu, catholique, dans l’exercice de ses fonctions et avec profanation de lieu de culte !

Croyons-nous encore qu’ils ne savent pas ce qu’ils font ?

Croyons-nous encore que les médias nous informent sans filtres?

Croyons-nous encore aux paroles mielleuses de nos dirigeants politiques ?

Sommes-nous donc encore en état d’entendre quoi que soit, sauf espérer ardemment des actions plus concrètes et rigoureuses du Gouvernent ?

Arrêtons de nous voiler  la face, laissons fuir notre fausse bonne conscience et nos illusions.

Notre France se meurt avec ses valeurs, sa morale, sa culture chrétienne et son mode de vie à l’occidentale. Nous en sommes tous un peu responsables, quelle que soit notre identité, notre origine, notre statut social ou professionnel, par notre immobilisme. Il est temps de nous unir enfin par la voie des urnes en 2017, avant qu’il ne soit trop tard pour nos enfants. Vivre en France, c’est accepter la République, c’est accepter et se plier à son mode de vie et à ses coutumes !

« Libérée du poids de ses illusions, la vie d’un homme ne tient qu’à un fil, celui qui le relie à la société » (R. Guilleaumes).


Les salariés des EHPAD en grève!

CPujolCommuniqué de Catherine Pujol, Conseillère Municipale et Communautaire du « Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot ».

Lundi 22 juin, les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) publics des PO ont protesté devant l’Agence Régionale de  Santé (ARS) de Perpignan.  En grève jusqu’au 26 juin, ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus pénibles. Ce mouvement a pour but d’obtenir les moyens financiers nécessaires à une bonne qualité de soins médico-sociaux dans les établissements.

Ces  EHPAD subissent actuellement les évaluations requises à leur « certification à un système de Qualité Externe » axé sur la qualité des soins et l’accompagnement des résidents, dans un Concept de Bientraitance. Paradoxal lorsqu’on déplore les financements figés de ces structures mettant en difficulté les Directeurs dans leur mission d’’optimisation des prestations aux personnes âgées.

Pour les professionnels, les conditions de travail sont devenues insupportables, le personnel est épuisé et en grande souffrance de par l’insuffisance de moyens humains pour assurer correctement la mission de Service Public de ces établissements. Un recrutement immédiat  en personnel qualifié est indispensable.

Souhaitons  que la direction départementale de la protection des populations (DDPP) soit à l’écoute de la délégation reçue ce jour. Espérons surtout que le Conseil Général, fraichement élu, soit sensible à ce  sujet excessivement  grave soulevé lors de la Campagne des Départementales par les candidats FN/RBM.


L’État tire sur les cliniques privées.

66-CANTON3-Baudry-PujolCommuniqué de Catherine PUJOL et Xavier BAUDRY, Conseillers d’Agglomération et municipaux d’opposition à Perpignan, Candidats FN aux élections Départementales/Canton Côte Sableuse.

L’Etat tire sur les cliniques privées.

L’Etat socialiste, par la voix de Madame La ministre de la Santé, Marisol Touraine s’attaque encore au secteur privé.

Grand bouleversement en vue pour notre Système de Santé français, pourtant de référence ! La réforme en cours fera office d’un raz de marée sur le privé.  Il est navrant  de constater combien les socialistes n’ont que très peu évolué dans leur concept. La Santé privée n’est plus ce qu’elle fût ou ce qu’elle a pu laisser transparaitre dans  certaines régions, à une certaine époque. La gestion des cliniques a changé. Le taux de fréquentation des cliniques a augmenté. L’évolution des profils-patients du privé a migré avec la généralisation des mutuelles. C’est peut être bien, entre autres,  ce qui dérange ce gouvernement. Toujours est-il qu’il faut bien trouver un bouc émissaire à la dette de l’Assurance maladie !

Les tarifs des cliniques privées vont baisser de 2,5% en 2015 et ceux des hôpitaux de 1%. Ces tarifs, révélés par le site internet des Echos et confirmés à l’AFP par la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), puis par le ministère des Affaires sociales, définissent le montant des remboursements versés par l’Assurance maladie aux établissements hospitaliers. En 2014, les tarifs des cliniques privées avaient baissé de 0,24%, ceux des hôpitaux étaient restés stables. Ceci n’impacte pas le patient du privé, le tarif sera identique. Le  gouvernement affirme traiter de manière équitable le privé et le public.

« Contrairement aux établissements publics, les cliniques privées bénéficient des deux dispositifs d’allègements de charges, réservés aux entreprises » : une piqûre de rappel, hier soir, dans la communication d’un gouvernement aigri ravivant  les relations historiquement tendues entre  le secteur public et le secteur privé.

Le contexte est  électrique entre le ministère de la Santé et le monde médical. Dimanche, à une semaine du 1er tour des élections départementales, les professions médicales appellent à défiler pour protester contre le projet de loi santé.


Nous devons agir en faveur des personnes âgées

Politique Départementale en faveur des personnes âgées,

66-CANTON3-Baudry-Pujolpar Catherine Pujol et Xavier Baudry, candidats FN/RBM sur le canton Côte Sableuse.

La population du Languedoc-Roussillon prend de l’âge. Le phénomène ne date pas d’aujourd’hui mais s’est accentué ces dernières années, ce qui entraîne désormais une hausse du coût de la dépendance des personnes âgées. Le pourcentage de personnes d’âge supérieur à 60 ans avoisine les 29 % dans les PO, contre 22 % à l’échelon national.
Le budget alloué aux personnes âgées par le Conseil Général 66 sortant est de 52,2 M€ pour l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). « Plus un département est vieillissant, en perte de vitesse démographique, plus les revenus des habitants sont faibles et plus le coût de l’APA va peser sur le budget du département ». Cela étant, l’APA doit être une priorité absolue pour les Pyrénées Orientales.
Le service à la personne doit être le centre de la Politique Départementale en faveur des personnes âgées. Il répond aux exigences légales du « libre choix du patient », au souhait des personnes âgées de « vieillir » chez elles. La revalorisation de l’APA favorisera le maintien à domicile au coût avantageux face à l’hospitalisation.
En augmentant la demande d’heures « d’aide » auprès des services d’aides à domicile il permet la création d’emplois dans le secteur AVS (auxiliaires de vie sociale) et AD (aides à domicile).
Quand le quotidien à domicile n’est plus possible, il faut toujours laisser la liberté de choix à la personne âgée (loi 2002). Le Conseil Général doit œuvrer activement pour proposer des réponses de logement diversifiées, que ce soit dans du logement adapté, des familles d’accueil ou en maison de retraite. L’accès en EHPAD (établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes) doit être facilité en cas de grande dépendance. Le rôle du conseil Général est de mettre l’accent sur les impératifs de renforcement des moyens humains dans les EHPAD, qui apparaissent aujourd’hui comme des oubliés du système.
L’évaluation du schéma départemental 2007-2012 « Les Pyrénées-Orientales solidaires de leurs aînés » est donc incontournable, s’imbriquant dans un partenariat étroit entre le Conseil Général, l’ARS (Agence Régionale de Santé) et l’Etat. Ce sera l’une des priorités des conseillers départementaux FN/RBM.


Services d’urgence: il y a urgence à agir!

66-CANTON3-Baudry-PujolCommuniqué de campagne à l’élection départementale 66, Canton Côte Sableuse, de Catherine Pujol et Xavier Baudry, candidats FN/RBM.

Quand les services d’urgences « craquent » !

Il est urgent pour les politiques locaux et nationaux de prendre enfin très au sérieux un problème pourtant avéré depuis plusieurs années.
L’engorgement des urgences n’est pas spécifique à cette période hivernale de pic viral et infectieux, comme le laisseraient entendre certains médias, mais reste historique tout au long de l’année.
Depuis quelques jours, les urgences subissent une affluence normale des prises en charge médicalisée, « vitales avérées » véhiculée en général par ambulance, SAMU terrestre ou héliportée arrivant dans un service déjà ‘surbooké’, au personnel épuisé, engageant un stress indescriptible pour les équipes en poste. Ces personnels appellent à l’alerte au nom de la sécurité des soins !
Il n’y a pas que dans notre département que les praticiens et les paramédicaux parlent de services saturés, d’une qualité de soins qui en souffre et d’un personnel en « burn out », le problème est national.
Le manque de médecins libéraux, un certain impératif de l’exercice de la profession, font dériver vers les services d’urgences de l’hôpital public ou des cliniques du secteur privé un grand nombre de patients dont la situation peut certes être sérieuse, mais pas urgente au sens réel du terme, « des cas relevant de la bobologie », ne pouvant être refusés déontologiquement.
Un engorgement qui pourrait se résoudre par la création de Maisons de Santé pluridisciplinaires en milieu rural sur les différents cantons du département. Ces structures répondraient de surcroit aux déserts médicaux et à l’absence de garde médicale la nuit, les dimanches et fériés sur certaines communes éloignées.
Un projet d’autant plus d’actualité en cette période de Campagne des Départementales qu’il a toute sa légitimé dans les attributions d’un partenariat entre le Conseil Général et les communes.


De la considération, c’est apparemment trop demander!

CatherinePujolCantonalesIntervention de Catherine PUJOL Conseillère Municipale d’opposition FN/RBM à la  session du Conseil Municipal de Perpignan le jeudi 12 février 2015.

 Point 32-33, « Statut de l’élu/ remplacement d’un poste vacant/ Election d’un nouvel adjoint » : Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, évincée par Monsieur Louis Aliot aux élections européennes 2014.

« Monsieur le Maire,

Je souhaiterais intervenir en complément de la prestation de mon collègue Maitre Jean Claude Pinget. Mme Marie-Thérèse Sanchez-Schmid nous a dit il y a quelques instants qu’elle avait un emploi…

Je m’exprime ici  au nom des élus salariés du groupe Perpignan-Ensemble. Lorsque nous nous présentons aux sessions du Conseil Municipal, aux convocations des commissions auxquelles nous participons, nous nous plions aux horaires de ces convocations, pas toujours compatibles à nos emplois du temps professionnels. C’est ainsi que nous devons poser des heures, des demi-journées non rémunérées ou décomptées sur du temps de congés annuels ou RTT donc du temps personnel. C’est avec plaisir et passion que  nous nous obligeons à honorer notre électorat, presque  la moitié  de la population de Perpignan  je le rappelle, et à travailler pour eux avec la force de convictions de nos idées. Etre présent, c’est notre devoir !

Nous aimerions, à ce jour et après un an de silence,  que la population de Perpignan soit enfin informée que nous sommes des Conseillers d’opposition bénévoles. Oui bénévoles mesdames et messieurs, je le répète. Et  je me tourne vers vous, mesdames et messieurs les journalistes présents  dans cette salle, le temps est venu de le signaler enfin demain dans la presse car  même si vous nous êtes pas toujours favorables nous aurons,  nous opposition, d’autres moyens de le faire savoir.

Nous aimerions, Monsieur le Maire,  aujourd’hui un peu de considération de votre part,  pour les électeurs que nous représentons et pour le travail que nous menons pour eux. Hier, l’ancienne majorité – très proche de l’actuelle – en a eu pour l’ancienne opposition – fort loin de l’actuelle – qui, elle, percevait des indemnités. Nous ne demandons qu’à être remboursés de nos frais, juste cela !

Je vous remercie de m’avoir permis de m’exprimer devant cette assemblée ».