Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


L’indécence des communistes justifiant la submersion migratoire en comparant Marie Curie à un clandestin

FrontNatopnalPremierPartiPOCommuniqué de Claudine FUENTES
Conseillère municipale et communautaire
Responsable FN du canton 8 Perpignan 3

FN66_ClaudineFuentes

«  Le monde a changé, Mesdames et Messieurs les communistes »

Dans votre dernier communiqué publié en réaction à notre motion «  Ma commune sans migrants » vous citez pour justifier la vague migratoire actuelle, Marie Curie, Picasso et Pablo Casals. Soyez en remerciés.

Ces personnages historiques sont trois beaux exemples d’intégration réussie comme les millions d’autres polonais et espagnols qui sont venus en France pour travailler dur tout en respectant les règles et les valeurs françaises.

Leurs enfants et petits-enfants sont aujourd’hui totalement assimilés, ce sont de vrais patriotes viscéralement attachés à la France.

Mais vous et votre idéologie d’un autre âge, toujours englués dans vos références passéistes, vous vous engagez dans une vaste opération de manipulation et de culpabilisation des français en osant comparer l’immigration du début de 20ième siècle avec la vague migratoire d’aujourd’hui !

Et de citer les symboles intellectuels de l’immigration réussie que sont Marie Curie (née en 1867), Picasso (né en 1881), et Pablo Casals (né en 1876), certes intégration réussie, mais au 19ième siècle !

A cette époque, les enfants d’immigrés polonais et espagnols faisaient l’objet d’un suivi scolaire visant à s’assurer qu’ils assimilaient bien la langue française, c’était un temps où les minutes de silence et la Marseillaise n’étaient pas boycottées, un temps où le monde était prospère.

De nos jours, les symboles de l’immigration ont plutôt le visage de monstres décérébrés tels Abdelhamid Abaaoud (2015, tuerie du Bataclan, 130 morts, principalement des jeunes), Mohamed Laouaiej Bouhlel (2016, massacre de Nice, 85 morts dont de nombreux enfants, des centaines de blessés), Ayoub El Khazzani (2015, ouvre le feu à la Kalachnikov dans le Thalys…)

Votre aveuglement, votre déni de la réalité socio-économique contemporaine sont très dangereux pour l’avenir de la France.

Enfin, quand on connaît le sort que les communistes ont réservé à l’élite polonaise au printemps 1940 dans la forêt de Katyn, j’aurais au moins la décence, à votre place, de ne pas utiliser l’image d’une brillante intellectuelle et scientifique polonaise pour justifier votre idéologie.

FrontNationalDesPO_Adresse

 


S’habituer à voir les délinquants ne pas être condamnés: c’est non pour le FN

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué de Claudine FUENTES

2014-elu-mizera-fuentes-claudine-03bis14x21Conseillère municipale et communautaire, Responsable FN du canton 8 Perpignan 3

«  Au Front National, on ne s’habitue pas ! »

Nous apprenons que mercredi vers 18h30, un SDF qui faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, faisait au centre-ville de Perpignan, dans la période particulièrement sensible du déroulement du Festival VISA pour l’Image, l’apologie du terrorisme.

Inquiétante illustration de la mollesse et de la faiblesse dans la mise en œuvre de l’arsenal répressif laissant place à un sentiment général d’impunité et laissant les mains libres aux terroristes.

Mais il faut s’habituer nous a-t-on dit.

S’habituer à voir les délinquants ne pas être condamnés, s’habituer à voir les récidivistes récidiver , les « fichés S » aller faire librement le djihad puis revenir pour assassiner lâchement nos enfants, nos policiers, s’habituer à voir les délinquants sous contrôle judiciaire munis d’un bracelet électronique égorger un prêtre, s’habituer à vivre, un soir de feu d’artifice, une tuerie de masse perpétrée par un étranger titulaire d’un simple titre de séjour qui compte tenu de son passé aurait dû faire l’objet d’une mesure d’expulsion.

Au Front National, on ne s’habitue pas, on ne s’accommode pas de cet état de fait qui met en danger la vie de nos enfants et de notre Nation. Il est temps de réagir et de se lever !

FrontNationalDesPO_Adresse


Perpignan: salle des « libertés », ou salle de propagande et de prosélytisme anti Front National?

Communiqué de Claudine Fuentes

2014-elu-mizera-fuentes-claudine-03bis14x21Conseillère Municipale et Communautaire de Perpignan, Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

 « Prosélytisme anti-Front National à la Salle de Libertés » !

Le mardi 12 avril à la Salle des Libertés  de Perpignan se tenait une conférence sur la laïcité, organisée par le Centre Méditerranéen de Littérature, ouverte par M. Jean-Marc Pujol et animée par M. Gérard Delfau, ancien maire, sénateur et président du Parti Radical de Gauche.

Au cours de son intervention, M. Delfau fait preuve d’un optimisme béat, affirmant ne pas douter un seul instant de la conquête de la laïcité sur le fait religieux, il s’est ensuite enflammé comparant la laïcité à un combat multiforme, inachevé, de dimension planétaire.

Il était alors temps de ramener M. Delfau sur terre, en lui rappelant que le combat n’était peut-être pas gagné d’avance avec ce triste constat : alors que le prédicateur salafiste bruxellois, M. Haddach, faisait salle comble il y a quelques semaines à cette même place,

  1. Delfau n’a réuni que trente personnes ce soir, et encore… beaucoup d’amis, a-t-il déclaré ! On était loin du combat planétaire ce soir-là…
  2. Delfau n’a pas trouvé mieux que de poursuivre sa conférence par une violente diatribe contre le Front National, propos relevant de la diffamation.

Après « Éloge de la laïcité », « la laïcité ciment de la République », « Laïcité défi du 21ème siècle », je propose à M. Delfau le titre de son prochain ouvrage « Je n’ai pas le monopole de la laïcité », Marine Le Pen étant la seule à proposer la création d’un Ministère de l’Intérieur, de l’Immigration et de la Laïcité.

Quant à M. Jean-Marc Pujol, je l’invite à veiller à ce que la « Salle des Libertés » ne devienne pas  un lieu de prosélytisme, tantôt religieux, avec la venue de M. Haddach, tantôt anti-Front National, avec M. Delfau.


Une détresse agricole qui conduit de plus en plus au suicide!

« Le suicide ne doit plus être la seule alternative à la détresse agricole »

par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN à Perpignan.

600 agriculteurs, en particulier, les éleveurs bovins, se suicident chaque année dans la plus grande indifférence générale.
En dix ans, ils ont subi une baisse vertigineuse de leurs revenus, de 20 à 50 %.
Etouffés par les charges sociales, en grande difficulté financière, certains éleveurs sont contraints de laisser partir, malgré eux, leur troupeau à l’abattoir et de mettre la clé sous la porte. Il ne leur reste plus alors que les yeux pour pleurer et la corde pour se pendre.
Ceux qui osent témoigner évoquent le suicide comme la seule alternative à leur détresse.
Nos dirigeants ont pourtant pris le problème à bras le corps, ils ont réagi avec force, en mettant en place le « Plan national de lutte contre le suicide dans l’agriculture » qui, comme en matière de lutte contre le terrorisme, met en service un numéro d’appel, payant cette fois-ci – mais non surtaxé – pour les agriculteurs en situation de détresse !!!
Ce plan de lutte prévoit aussi un décompte du nombre de suicides parmi les exploitants agricoles pour que « le fléau soit évalué officiellement depuis 2007 ». Voilà les mesures concrètes qui ont été prises par nos dirigeants pour aider l’agriculture française.
Une honte !
L’agriculture est pourtant un secteur stratégique vital pour notre indépendance nationale, et c’est pour cette raison que Louis Aliot a placé la ruralité au cœur de son programme pour les régionales.
Les solutions existent, lui seul a la volonté politique de les mettre en œuvre, lui seul apportera de la reconnaissance financière et morale à nos agriculteurs.

 


TER à un euro dans le Languedoc-Roussillon?

TER à un euro : La montagne accouche d’une souris !

par Claudine MIZERA-FUENTES, Conseillère municipale et Communautaire FN/RBM
de la liste « Perpignan ensemble avec Louis ALIOT »

Ce qui nous a été présenté par le Conseil Régional comme une « révolution en matière de transports publics », comme une « innovation majeure encore jamais tentée en France »,  n’est en réalité qu’une mesure électoraliste, démagogue, discriminatoire et coûteuse, un grand coup de « com  » en résumé !
La promesse du Conseil  Régional d’offrir des places à un euro dans tous les TER du Languedoc-Roussillon à partir de janvier 2015 était destinée à redonner du pouvoir d’achat aux habitants de la région tout en incitant les automobilistes à délaisser, dans une démarche écologique, leur véhicule polluant pour prendre les transports en commun.
L’année 2015 commençait alors sous les meilleurs auspices, car grâce au TER à un euro, nous allions non seulement disposer d’un budget familial revu à la hausse, mais également contribuer à la préservation de notre belle  planète.
On ne pouvait espérer mieux en ces temps moroses !
Seulement, les promesses n’engagent que ceux qui y croient et en ce lundi matin 5 janvier, la déception a été à la hauteur des espérances :
Sans parler du site de réservation qui affichait sans cesse un message d’erreur, force a été de constater que les billets TER à un euro ne bénéficient qu’ à un très faible nombre d’usagers. Les places ne sont attribuées que dans la limite d’un certain nombre de places disponibles pour remplir des trains à des heures où ils circulent à moitié vides.
En clair, cette mesure ne profite pas à ceux qui se rendent à leur travail le lundi matin  ou se déplacent pour étudier, en revanche, on peut se rendre à la plage un jeudi après-midi de janvier…
C’est en cela que cette mesure peut être qualifiée de discriminatoire car elle ne bénéficie pas à ceux qui ont des obligations et des impératifs horaires, discriminatoire aussi pour ceux qui n’ont pas accès à Internet.
Enfin, cette mesure est démagogique car elle a été initialement  présentée comme applicable à tous les TER de la région, et coûteuse car c’est bien évidemment le  contribuable qui paiera la différence !
En matière de transports, l’État s’est trop désengagé,  l’égalité entre les citoyens n’est plus assurée, les tarifs pratiqués  sont trop élevés.  Seule Marine Le Pen propose la restauration d’un  État fort capable de retrouver la maîtrise des transports publics.


Stop au racket des familles !

« Stop au racket des familles ! »

par Claudine MIZERA-FUENTES, Conseillère municipale et communautaire de la liste « Perpignan ensemble avec Louis ALIOT »

Deux mesures en cours d’adoption au parlement et une autre déjà bien en application témoignent du mépris du gouvernement actuel pour les familles et pour la classe moyenne.
Alors que Marine Le Pen propose la création d’un revenu parental pour aider les familles à concilier vie familiale et vie professionnelle, le gouvernement quant à lui propose la réduction du congé parental d’un an. Compte-tenu des problèmes de garde d’enfants et du nombre insuffisant de places en crèche, pourra-t-on faire garder nos enfants à l’Elysée ?
La deuxième mesure s’apparente à un véritable racket fiscal, d’ores et déjà en vigueur, qui a consisté à abaisser le plafond du quotient familial et qui a pour résultat immédiat une augmentation d’impôts payable en espèces sonnantes et trébuchantes dès le mois de novembre 2014. Cette mesure touche toutes les familles et peut aller jusqu’à 2000 euros supplémentaires pour une famille appartenant à la classe dite moyenne !

Cette mesure a bien évidemment été passée sous silence, le microcosme politico médiatique ayant bien-sûr plus intérêt à mettre en lumière la suppression de la première tranche d’impôts sur le revenu. Cette dernière mesure permet certes de maintenir la tête hors de l’eau à quelques milliers de familles très modestes, mais pour habiller Paul, il a bien fallu déshabiller Pierre !

En effet, le gouvernement a dû compenser le manque à gagner créé par la suppression de la première tranche d’impôts dont il s’est tant targué dans les médias, en s’attaquant à la tranche immédiatement supérieure, à savoir l’éternelle « vache à lait », la classe moyenne, taillable et corvéable à merci.

Enfin, la ligne rouge a été franchie avec la modulation des allocations familiales en fonction des revenus qui porte atteinte au principe d’universalité et fait des allocations familiales un instrument de politique fiscale qui doit être réservé au seul impôt. Cette mesure créé une inégalité de nos enfants face à la république ainsi qu’un dangereux engrenage. A quand une modulation pour le remboursement des soins médicaux ou pour les retraites ?

Ces mesures appauvrissent de manière dramatique le niveau de vie des familles et assombrissent leur avenir.
Au lieu d’aider les familles, le gouvernement brise le pacte social républicain, il ne permet pas de préserver notre capital démographique qui pourtant doit contribuer au bon fonctionnement de notre système de retraite par répartition.
Nos dirigeants auraient-ils oublié que la famille est le pilier de toute société, qu’elle est la courroie de transmission de valeurs fondamentales telles le respect et l’autorité ?
La famille doit être valorisée, protégée, il est anormal qu’une famille sans enfant dispose d’un meilleur niveau de vie qu’une famille avec enfants.

Devant tant d’injustice sociale, seule Marine Le Pen propose de mener une politique familiale volontariste, gage de la préservation de notre identité nationale.
Vive la famille, et vive Marine Le Pen !