Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Politique de la Ville confiée à la Gauche à Perpignan : gaspillage et inefficacité…

 

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué des élus FN/RBM

du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

« Politique de la Ville confiée à la Gauche à Perpignan : gaspillage et inefficacité… »

Lors du dernier Conseil Municipal du 22 septembre, Louis Aliot et les élus de l’opposition ont clairement dénoncé l’inefficacité du « Contrat de Ville » signé entre le maire Jean-Marc Pujol, le Conseil Départemental, le Conseil Régional et les services de la Préfecture.

En effet, malgré les déclarations et la fermeté d’apparence, le maire LR continue d’appliquer une « Politique de la Ville » digne d’une municipalité socialiste, par l’intermédiaire de son adjoint en charge de ce dossier, lui-même rappelons-le, ancien élu socialo-communiste !

Alors que récemment encore, des pompiers et des policiers étaient pris à partie, et leurs véhicules caillassés dans un quartier « prioritaire » de la Ville, Jean-Marc Pujol continue parallèlement de cautionner des associations ouvertement communautaristes (ou soutenant l’immigration clandestine), par le versement de dizaines de milliers d’euros de subventions…

Pendant que des bandes de voyous, bénéficiant d’une panoplie complète de loisirs et de la bienveillance des élus, font la loi dans les quartiers, les Perpignanaises et les Perpignanais subissent de leur côté, insécurité grandissante et paupérisation.

Les élus du Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » réclament une inflexion complète de cette politique de la ville, coûteuse, inefficace, démagogique et clientéliste !

FrontNationalDesPO_Adresse


Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

Communiqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire de Perpignan-Méditerranée, Conseiller Municipal d’Opposition FN-RBM de Perpignan

Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

En effet, nos concitoyens doivent savoir que ce lieu de culte, depuis plusieurs mois, est victime de jets de pierres, les passants et fidèles sont régulièrement insultés, le curé menacé, et cela même pendant et à la sortie des offices!!! Silence radio de la part des élus UMPS, aucun communiqué de la part d’artistes ou intellectuels auto-déclarés « bien pensants »…. Qu’aurait-on déjà entendu, si ce lieu de culte avait été une synagogue ou une mosquée ?

Nous demandons avec force une réaction immédiate de la part des autorités municipales afin qu’elles mettent enfin en œuvre les moyens nécessaires à la sécurité de nos concitoyens, aux abords de cet édifice, des patrouilles de Police régulières et une réponse judiciaire immédiate (et non des «mesurettes», comme la pose d’une simple caméra !).


Le centre de loisirs des Baléares à Perpignan délocalisé en raison de multiples « incidents »…

ConseillersLouisLe centre de loisirs des Baléares à Perpignan délocalisé en raison de multiples incidents…

(Qu’en des termes galants ces choses là sont dites …)

C’est en effet sous ce titre peu évocateur que France Bleu a publié ce lundi un article et une interview de Nathalie Beaufils concernant le déplacement des enfants présents cet été au centre de loisirs de la cité des Baléares et de leurs encadrants.

En effet, suite à plusieurs agressions verbales et parfois physiques, la mairie de Perpignan a donc décidé, cette semaine, de reloger tout ce petit monde dans les locaux de l’école Édouard Herriot, située quartier Saint-Martin.

Mais voilà, France Bleu et Nathalie Beaufils ne disent pas toute la vérité sur cette affaire…

Ce que France Bleu et madame Beaufils appellent provocations, insultes et remarques désobligeantes, s’apparentent en réalité beaucoup plus à de la haine raciale et religieuse.

En réalité, selon les personnes victimes de ces insultes et agressions diverses et variées, la présence d’enfants « non musulmans » et le fait que le personnel encadrant soit des femmes « non musulmanes » est tout simplement considéré par les fidèles de la salle de prière voisine comme une provocation envers l’islam pendant le mois du ramadan, l’argument suprême invoqué étant même que ces jeunes femmes « portaient des jupes »… Quelle horreur !

À son habitude, Monsieur le maire a donc réglé le problème à sa façon et utilisé la bonne vieille méthode du « courage fuyons ». Pourquoi affronter les problèmes quand on peut les éviter somme toute ?

C’est pourquoi la mairie, non seulement n’a pas fait appliquer les lois de la république dans ce quartier, ne serait-ce qu’en condamnant fermement les agissements et propos virulents tenus envers les personnels du centre, mais a tout simplement « déplacé » (les enfants et les encadrantes…).

Un tel laxisme devrait tous nous surprendre, malheureusement monsieur le maire n’en est pas à son coup d’essai… depuis un certain temps, la mairie de Perpignan entretient de manière récurrente ce communautarisme galopant, que ce soit en fournissant des terrains pour construire des salles de prière ou en laissant les fondamentalistes imposer leur loi dans les quartiers de Perpignan.

Nous posons donc aujourd’hui deux questions très simples :

Quelle autorité fait appliquer la loi dans cette ville, les pouvoirs publics ou les islamistes de tout bord ?

Et pourquoi les autorités municipales et nationales laissent-elles s’installer ce climat de haine et de violence sans réagir ?

Les Perpignanais, sans aucun doute, témoins permanents de la montée en puissance de ce communautarisme dans notre cité ont probablement déjà répondu à cette question… !

Bénédicte Marchand – Groupe Perpignan Ensemble RBM avec Louis ALiot


STRASBOURG: Intervention de Louis Aliot à propos des persécutions anti-chrétiennes

Louis-Aliot-3-300x218STRASBOURG : Intervention du député européen Louis Aliot au Parlement européen

Cliquer pour accéder à l’intervention du député européen Louis Aliot, par ailleurs Vice-Président du Front National, conseiller régional et conseiller municipal de Perpignan, au parlement européen.

Après le « printemps arabe », allons nous assister  à un « hiver chrétien ». Trois persécutions religieuses sur 4 visent un chrétien.


Comment le maire peut-il ignorer ce fichier puisque son prédécesseur était très précis dans ses affirmations chiffrées ?

Comment le maire peut-il ignorer ce fichier puisque son prédécesseur était très précis dans ses affirmations chiffrées ?Communiqué de la liste «Perpignan Ensemble avec Louis Aliot»

Cet article du journal L’Indépendant du 23 juin 2005 prouve la réalité d’un fichier précis.

C’est une affirmation de l’ancien maire !

A moins de lire dans le « marc de café », l’autorité municipale se fondait bien sur quelque chose de précis pour affirmer cela !

Cliquez sur l’article archive ci-dessous

article l'independant 23 juin 2005


Perpignan : le scandale de l’existence d’un fichier communautariste !

Roger Belkiri - Perpignan Ensemble avec Louis AliotCommuniqué de Roger Belkiri, colistier de Louis Aliot pour la Liste Perpignan-Ensemble, ancien délégué du procureur chargé des luttes contre les discriminations

J’apprends ce jour qu’une enquête a été diligentée par le parquet suite à la saisine d’un représentant d’une association harkie, concernant l’existence d’un fichier municipal classant les fonctionnaires territoriaux par ethnie ou origine.

Ayant passé ma carrière au service de la République, tant en préfecture qu’au palais de Justice, combattant toutes les discriminations, je suis aujourd’hui troublé par cette information qui est corroborée qui plus est par un article de L’Indépendant  du 23 juin 2005 (en pièce jointe).

Dans cet article l’ancien maire de Perpignan semble tenir une comptabilité précise des minorités existantes.
Fils de tirailleurs sénégalais ayant participé à toutes les guerres au service de la France, ancien combattant moi-même, je dénonce ces méthodes communautaristes qui violent la loi et sont contraires à nos principes constitutionnels.

J’invite celles et ceux qui partagent cette indignation à le faire savoir afin que la justice saisie éclaire rapidement nos concitoyens sur cette affaire.

On ne saurait tolérer plus longtemps l’existence d’un tel fichier qui porte atteinte à la dignité de tous les citoyens de Perpignan et qui une nouvelle fois ternit l’image de notre ville.


Halte aux manipulations « à la Hollande »: soyons reconnaissants envers nos morts de la grande guerre, venus d’Afrique, quelle que soit leurs croyances ou leur couleur de peau

PARIS : Le Président Hollande à la Grande Mosquée… Louis Aliot (FN) dénonce une « grossière manipulation »

Hollande à la Grande Mosquée: une « manipulation grossière »

PARIS, 18 février 2014 (AFP) – Le vice-président du Front national Louis Aliot a dénoncé la « grossière tentative de manipulation » accompagnant selon lui la visite que le président de la République doit faire mardi à la Grande mosquée de Paris pour rendre hommage aux soldats musulmans morts entre 1914 et 1918.

Cette manipulation, affirme-t-il mardi dans un communiqué, a été « explicitement résumée par l’un des responsables du très communautariste Conseil français du culte musulman (CFCM) : +Même si ce n’est pas nouveau, c’est bien que François Hollande rappelle à nouveau à ceux qui rejettent les musulmans que des milliers d’indigènes sont morts pour la France+ et d’ajouter +Il faut aussi qu’il se saisisse de l’occasion pour échanger avec nous sur le climat actuel inquiétant+ ».

« Ces propos sont totalement irresponsables puisque la France n’a jamais oublié ces soldats morts pour la France » et « il est détestable de les associer à des revendications aujourd’hui politiques dont les communautaristes sont les premiers lobbyistes ! », poursuit M. Aliot.

« Si l’islam politique en voie de radicalisation pose un problème (…) de compatibilité républicaine à notre pays, ce n’est pas à la France de s’y adapter et d’y répondre mais à cette religion. Dénoncer un prétendu rejet français de l’islam sans regarder la radicalisation de celui-ci en face (jihadistes, salafisme, revendications communautaristes spécifiques, rejet de la France, etc..) et l’influence extérieure qu’il subit est une erreur grave et une discrimination de plus à l’égard des citoyens Français respectueux des lois de la République », écrit encore le vice-président du FN.


Le scandale de l’abattoir halal de Perpignan

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

Monsieur Delmas vient de soulever un lièvre de taille, celui de l’abattoir désormais « halal » de Perpignan, manifestement tourné vers la Mecque, ce qui est extravagant !

Financé en grande partie par de l’argent public et ménageant les susceptibilités religieuses et communautaristes, le nouvel abattoir sera en phase avec les abattages rituels. 

Le FN pose donc les questions qui viennent compléter l’article en question :

– quid du respect de la laïcité et de la perception des taxes perçues par une religion dans un équipement payé par de l’argent public ? La république doit elle indirectement financer un culte en contradiction flagrante avec la Loi ?

– ces abattages seront-ils conformes à nos règles en matière sanitaire et aux impératifs d’étourdissement des bêtes ?

– comment les pouvoirs publics et le maire peuvent-ils à ce point tomber dans le communautarisme par pur électoralisme allant jusqu’à positionner cet établissement en direction de la Mecque ? Le maire de Perpignan semble à l’aise avec ce communautarisme qui est la marque du système Alduy…

– Les entreprises privées qui participent financièrement ont-elle été informées de cela ?

Nous condamnons avec fermeté cette dérive antirépublicaine et communautariste et envisageons tous les moyens de Droit susceptibles de rétablir la laïcité tant, dans la construction que dans l’organisation de cet équipement pourtant si utile à ce secteur marchand.

Précisions supplémentaires sur l’abattoir de Perpignan !

Suite aux nombreuses réactions suscitées par notre communiqué concernant l’abattoir, nous tenons à apporter les précisions suivantes.

Un certain nombre de « petits malins » tentent très maladroitement de faire passer notre réaction pour de la « xénophobie » sans connaître manifestement, ni la loi de 1905, ni nos propositions en la matière.

Sur la loi de 1905 et contrairement à ce que nous avons pu lire dans un journal local, l’entretien par l’Etat des églises érigées avant 1905 est directement la conséquence de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il n’y a aucun passe-droit.

Le problème est ailleurs. L’argent public n’a pas à subvenir aux besoins d’un culte quel qu’il soit et les règles religieuses n’ont pas à s’imposer à la sphère publique.

Or dans le projet de l’abattoir de Perpignan, et nonobstant toutes les précisions utiles que nous sommes en droit d’attendre, la référence à une orientation religieuse symbolique pose problème.

Rien de plus de plus facile puisque même le recteur de la mosquée de Paris a expliqué que rien ne s’opposait à l’anesthésie, à condition que celle-ci ne tue pas l’animal avant le sacrifice et que c’était aux autorités publiques (donc l’Etat républicain) de définir la réglementation susceptible de s’imposer dans la pratique de l’abattage rituel ?

Le problème est en fait un problème de « compatibilité » et d’investissement au sens comptable du terme :

–  La compatibilité d’abord car l’islam impose des règles qui sont « intangibles » qui s’imposent à abattage rituel et sont non susceptibles de changement : l’orientation de la bête, la présence d’un sacrificateur agréé qui perçoit une taxe et l’utilisation d’une partie seulement de la bête font partie de ces obligations.

–  D’investissement ensuite, parce que les viandes ne peuvent être mélangées et que certaines bêtes sont proscrites (le porc). La facilité a donc consisté à « halaliser » l’ensemble, c’est-à-dire à suivre les préceptes islamiques pour abattage tout en irriguant le marché de ce type de viandes. Ainsi le développement du « halal » toujours plus important devenait très rémunérateur et l’incorporation sur le marché « conventionnel », si nous pouvons dire, des parties de viandes non acceptées par le culte musulman, une facilité commerciale. En effet, près de la moitié des carcasses d’animaux tués pour la filière « halal » terminent dans la filière traditionnelle car jugés impropres à la consommation des pratiquants. En 2011, le ministère de l’agriculture, reconnaissait que « 10 % à 12 % des bovins et 75 % des ovins étaient abattus selon cette pratique ».

Pourquoi cette référence sur les plans à l’orientation vers la Mecque sinon pour bien démontrer qu’il respecte les normes religieuses de ce culte ?

Personne ne conteste aux musulmans le droit de suivre les prescriptions de leur religion pour peu qu’elles ne soient pas imposée aux autres d’une manière détournée et qu’elles respectent la Loi.

Le premier problème qui se pose est l’étiquetage. Nous souhaitons que les viandes soient étiquetées et que leur traçabilité soit effective. Comme pour leur provenance, nous voulons l’apposition sur les emballages du type abattage. D’ailleurs de nombreux musulmans souhaitent cet étiquetage clair du mode d’abattage afin de lutter contre le « faux-halal ». Le consommateur a le droit de savoir ce qu’il mange ; le croyant aussi !

Le second problème est d’ordre financier car la séparation des chaines d’abattage coûterait plus cher et demanderait des aménagements spécifiques plus coûteux. Par ailleurs, la destruction ou le recyclage dans d’autres filières des parties des carcasses non consommables par les pratiquants auraient aussi un coût. C’est un problème dont il faudrait discuter avec les professionnels de la filière et les pouvoirs publics.

La facilité, là encore et sans le dire, a été de vouloir construire ce bâtiment selon des indications religieuses « intangibles », mais intangibles pour une minorité religieuse qui ne doit pas influencer la sphère publique.

Bref, et pour résumer, les non-musulmans consomment des produits « halal » sans le savoir et sans le vouloir ! Ce n’est pas stigmatiser une population ou une religion, c’est un fait et un problème d’ordre public. Il n’y a rien de xénophobe dans cette analyse mais simplement le respect d’une laïcité élémentaire.

Le culte musulman est un culte reconnu par la Loi, mais ni au dessus des lois, ni en dehors. C’est ce que souhaitent d’ailleurs beaucoup de musulmans respectueux de la république et de nos lois, pris entre l’intérêt de quelques-uns et les impératifs de quelques-autres.

Ce n’est pas à la loi de s’adapter, c’est au culte et puisque certaines de ses règles le lui interdise, il devra s’orienter vers abattage « halal » légal, mais sans conséquence sur le reste de la filière tant dans la construction, que dans la distribution des viandes.


Réponse au président du CRIF

Réponse de maître Louis Aliot, vice-président du Front National, à Monsieur Cukierman, Président du CRIF

Cher monsieur Cukierman, je vous écris pour vous redonner le sommeil après les cauchemars qui hantent vos nuits. Pour ce faire, je vous livre un scénario auquel vous n’avez pas pensé et qui réglerait le problème de vos insomnies.

Le 14 mai 2017, le visage de Marine Le Pen apparaît sur les écrans, elle est la première femme élue présidente de la République de toute notre histoire. Elle a été durant la campagne rejointe et appuyée par de nombreuses personnalités de toutes conditions et de toutes origines qui dans un même élan national et républicain ont à nouveau voulu communier aux sources de la France et du bon sens.

Quelques semaines plus tard, une majorité se dessine, plurielle, patriote, souverainiste, ambitieuse, déterminée, qui révèle pour la première fois le formidable potentiel de tous les laissés-pour-compte d’un système politique trop longtemps confisqué par la droite et la gauche.  Les premières mesures sont à l’image du nouveau pouvoir, démocratiques, souveraines, laïques.

– D’abord, démocratiques avec la représentation proportionnelle, l’élargissement du champ du référendum et le référendum d’initiative populaire. Pas de scénario apocalyptique, pas de chasse aux sorcières, pas de lois d’exception, pas de restriction des libertés, mais une application stricte de la devise de notre république Liberté-Égalité-Fraternité et le respect du premier article de note charte fondamentale : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances…»

– Ensuite souveraines, car la France deuxième puissance de l’Union appelle à la renégociation des traités et à la refondation d’un contrat européen par la négociation. Elle emmène dans son sillage tous les pays épuisés par l’austérité mais aussi l’Allemagne qui sature de payer pour les autres et la Grande-Bretagne qui appelle à ce grand chamboulement depuis longtemps. La France n’est donc plus seule. La technocratie est aux abois, Barroso en congé et la Commission au placard. La souveraineté retrouvée et les nouvelles coopérations permettent un renouveau économique, une politique d’investissements productifs, le retour du patriotisme économique et un protectionnisme raisonné qui relance l’économie européenne, favorise la croissance et l’emploi. La jeunesse retrouve enfin un avenir. Le retour aux indépendances bancaires, la fin de loi de 73 et la monétisation raisonnable de la dette permettent de réduire enfin celle-ci, de rassurer nos créanciers et d’investir pour l’avenir.

A la grande surprise des élites bornées du temps d’avant, le pari gagné de Marine Le Pen prépare déjà la réussite du temps d’après.

– Enfin laïques, au sens républicain et Français du terme. Contrairement aux peurs entretenues par certains groupes de pression, le nouveau pouvoir rétablit le pluralisme, la liberté d’expression et rappelle à tous l’impérieuse nécessité du respect de la Loi qui s’applique à tous de la même manière, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Notre démocratie retrouve enfin un équilibre et ses penchants clientélistes, corrupteurs ou communautaristes se dissolvent dans ce retour aux sources d’une république une et indivisible. La laïcité s’applique dans toute sa pertinence et sa fermeté. Notre vieux fond européen, de culture gréco-latin mâtiné de valeurs judéo-chrétiennes, enraciné, ferme et bienveillant, assimile dans un même creuset toutes celles et ceux qui souhaitent devenir Français. La France est à nouveau respectée, la marseillaise n’est plus sifflée, les drapeaux étrangers brandis comme des défis se font rares, les revendications religieuses ou communautaires plus discrètes…

Voilà monsieur Cukierman un aperçu rapide de mon scénario, vous qui représentez une organisation communautariste dédiée à la lutte contre l’antisémitisme et à l’affirmation de sa solidarité envers Israël.

Nous qui ne sommes pas antisémites et qui avons toujours reconnu l’existence de l’État d’Israël, pourquoi ces attaques ? Beaucoup de français-juifs sont aujourd’hui dans nos rangs et sont choqués par vos élucubrations. L’antisémitisme qui existe aujourd’hui n’est-il pas l’apanage d’une immigration massive et communautarisée autour d’une religion fortement influencée par le fondamentalisme islamiste ? Cette radicalité religieuse n’est-elle pas financée par des puissances étrangères comme l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Iran ou la Turquie ? Faut-il rappeler l’affaire Merah ? N’était-ce pas dans le quotidien Haaretz qu’un certain Cukierman avait déclaré en 2002 : « Le fait que Le Pen est un opposant catégorique à l’immigration musulmane en France est un message clair qui aidera à contenir la violence en provenance de cette immigration. » Votre dérapage était-il incontrôlé ou pensé ?

Sans parler de l’importation du conflit israélo-palestinien dans lequel vous êtes vous-même engagé par vos statuts. Pourtant, tous les français de confession israélites ne partagent pas votre unilatéralisme en la matière et vous comprendrez bien que notre mouvement place l’intérêt supérieur de notre Nation la France avant toutes autres questions. Même si vous êtes en désaccord.

Votre mauvaise foi est par ailleurs évidente sur le problème de la collaboration. Pourquoi avoir omis de parler des résistants fondateurs du FN dont le Pen lui-même d’ailleurs ? Pourquoi avoir caché les paroles de Marine Le Pen sur la Shoah « summum de la barbarie » ? Pourquoi n’avoir pas abordé tous les extrémistes exclus ou partis du FN parce qu’opposés à la ligne de Marine et avec qui nous sommes en procès ? Pourquoi avoir oublié de citer le socialiste Mitterrand et sa francisque, le radical Bousquet et la rafle du Vel d’Hiv, le gaulliste Papon et sa préfecture, etc…

Comme vous le dites si bien, il est des réveils brutaux qui sont salutaires. La droite et la gauche qui nous ont menés à la catastrophe nous ont réveillés brutalement. Il est effectivement temps de se réveiller et de se dire « pourquoi pas le FN puisque les autres ont échoués ? » Ce réveil est une excellente nouvelle et la réussite de Marine un grand espoir pour nous tous.

Je vous ai livré mon scénario, celui d’une France préservée, tolérante, unie et moderne, respectée à l’intérieur comme à l’extérieur, laïque dans son fonctionnement mais ferme sur ces principes.

Je rêve que le CRIF, association communautaire vive des deniers de ses membres, s’occupe de ses affaires et évite de mettre en cause les millions de français qui aujourd’hui partagent cotre idéal.

Non monsieur Cukierman, dormez tranquille, vous ne risquez rien !


A Perpignan, même le Maire et son adjoint à la sécurité défilent pour le 14 juillet !

Comme nous l’avions précedemment annoncé, nous avons confirmation ce jour dans les colonnes de l’Indépendant, que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et son adjoint à la sécurité, Pierre Parrat ont aussi défilé pour le 14 juillet avec des journalistes quelque peu amusés par le grotesque de la situation.

le-maire-de-perpignan-a-suivi-la-tournee-de-la-police_328573_516x343

Le défilé du 14 juillet vue côté mairie… Photo l’Indépendant 16/07/2013

Mais pour son adjoint à la sécurité, l’objectif était on ne peut plus sérieux, puisqu’il tenait simplement à signaler à la population de Perpignan, le passage de sa police municipale quitte à sortir le gyrophare !

Lors de cette opération de communication électorale, nous apprenons que la police municipale préfère ne pas débarquer monsieur le Maire au coeur de la cité Diaz où ce dernier reconnait implicitement des problèmes.

Néanmoins, monsieur le Maire se félicite quand même “de la pacification et de la reconquête de certains quartier comme Clodion, la Gare, Saint-Assiscle et Saint-Martin, même si, ici ou là, on a quelques plaintes pour du bruit ou du deal de drogue” dixit Jean-Marc Pujol. Mais pas seulement monsieur le Maire…

Nous conseillons donc à Jean-Marc Pujol de lire quotidiennement l’Indépendant pour apprendre que ce sont dans ces mêmes quartiers, que des policiers ont été dernièrement pr!s à parti Cité Clodion, que des commerçants se sont fait braquer Quartier Saint-Martin ou qu’un TGV a été caillassé Quartier de la Gare… Il est, de plus, de notoriété publique, que les HLM de Saint-Assiscle deviennent une véritable poudrière.

Mais les Perpignanais sont rassurés, leur Maire et son adjoint à la sécurité veillent avec comme seule résolution de défiler avec sa garde prétorienne en n’oubliant pas de serrer quelques mains, échéance électorale proche oblige…

Quand les policiers municipaux recevront-ils ordre de s’arrêter dans ces zones de non droit, appelées pudiquement zones de sécurité prioritaire ? Quand auront-ils toute latitude d’effectuer leurs missions en collaboration avec la police nationale plutôt que de recevoir comme consignes de fermer les yeux pour satisfaire la politique clientéliste de Jean-Marc Pujol et son équipe ? On se le demande.

Perpignan Ensemble