Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan : Louis Aliot veut «une préférence départementale pour l’économie»

Revue de presse – Le candidat du Front national à la mairie de Perpignan, Louis Aliot, a déclaré qu’il voulait « réserver les marchés publics aux entreprises du département ».

Le candidat du Front national à la mairie de Perpignan, Louis Aliot, a proposé samedi de « réserver les marchés publics aux entreprises du département » s’il était élu.

«Nous donnerons une priorité à l’emploi local. (…) Nous réserverons les marchés publics aux entreprises du département qui souffrent d’une concurrence déloyale liée à une politique européenne suicidaire», a proposé Louis Aliot lors d’une réunion publique dans la ville, avant un discours de sa compagne et présidente du FN Marine Le Pen. «Nous choisirons des entreprises qui embauchent de la main-d’œuvre locale. Nous favoriserons le développement économique des artisans, des commerçants et des PME», a-t-il promis. «En moins de six mois, nous rétablirons la sécurité au centre-ville de Perpignan. (…) Nous mettrons en place des moyens nouveaux pour la police municipale, et nous assumerons l’autorité et le respect de nos lois, de nos règlements, de notre manière de vivre», a assuré le conseiller régional de la région Languedoc-Roussillon.

Lire la suite sur Le Point


Sur la double peine dénoncée par l’opposition «centriste»

Bruno Lemaire - Perpignan Ensemble avec Louis AliotCommuniqué de Bruno Lemaire, Professeur Émérite HEC, Docteur ès Sciences Économiques, colistier délégué aux finances de la liste «Perpignan ensemble avec Louis Aliot»

La double peine qui menace les perpignanais n’est peut-être pas celle qui est dénoncée par Madame Ripoull.

Que Perpignan soit l’une des grandes villes les plus endettées de France, nous le dénonçons depuis longtemps. Mais quel dommage que l’opposition feigne de s’en apercevoir seulement maintenant. Il est vrai que les prochaines élections municipales approchent à grand pas, et qu’il faut maintenant faire croire que l’on a combattu avec persévérance la municipalité actuelle, en promettant que l’on va combattre ce que l’on n’a pas réellement fait depuis des années.

La double peine que la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot » dénonce est bien plus précise et bien plus flagrante.

La première peine, nous l’avons esquissée plus haut, est politique. On veut faire croire aux perpignanais que ce que la pseudo opposition municipale n’a guère contesté pendant son mandat, cette même ‘opposition’ serait la mieux placée pour s’y opposer, une fois aux manettes de la ville.

La deuxième peine, c’est la hausse de la fiscalité de ces dernières années, non pas seulement par habitant – ce qui est déjà flagrant – mais aussi par foyer fiscal. De fait Perpignan ne se contente pas d’être la ville des records d’endettement, elle est aussi celle où le pourcentage de ceux qui payent l’impôt est le plus faible de France, pour les villes comparables : 41% de personnes fiscalisées, contre 50% pour la moyenne nationale.

Il ne suffit donc pas de déclarer stop aux prélèvements fiscaux (en espérant que ce ne sera pas stop pendant la campagne, et encore juste après) il faut encore dire comment l’on peut faire venir, ou revenir, dans notre cité des familles payant l’impôt sans qu’elles en soient pour autant matraquées fiscalement, afin de redonner l’espoir à l’ensemble des perpignanais.

Au-delà du seul problème fiscal, c’est tout le problème de l’économie locale qui doit être abordé.