Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Une détresse agricole qui conduit de plus en plus au suicide!

« Le suicide ne doit plus être la seule alternative à la détresse agricole »

par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN à Perpignan.

600 agriculteurs, en particulier, les éleveurs bovins, se suicident chaque année dans la plus grande indifférence générale.
En dix ans, ils ont subi une baisse vertigineuse de leurs revenus, de 20 à 50 %.
Etouffés par les charges sociales, en grande difficulté financière, certains éleveurs sont contraints de laisser partir, malgré eux, leur troupeau à l’abattoir et de mettre la clé sous la porte. Il ne leur reste plus alors que les yeux pour pleurer et la corde pour se pendre.
Ceux qui osent témoigner évoquent le suicide comme la seule alternative à leur détresse.
Nos dirigeants ont pourtant pris le problème à bras le corps, ils ont réagi avec force, en mettant en place le « Plan national de lutte contre le suicide dans l’agriculture » qui, comme en matière de lutte contre le terrorisme, met en service un numéro d’appel, payant cette fois-ci – mais non surtaxé – pour les agriculteurs en situation de détresse !!!
Ce plan de lutte prévoit aussi un décompte du nombre de suicides parmi les exploitants agricoles pour que « le fléau soit évalué officiellement depuis 2007 ». Voilà les mesures concrètes qui ont été prises par nos dirigeants pour aider l’agriculture française.
Une honte !
L’agriculture est pourtant un secteur stratégique vital pour notre indépendance nationale, et c’est pour cette raison que Louis Aliot a placé la ruralité au cœur de son programme pour les régionales.
Les solutions existent, lui seul a la volonté politique de les mettre en œuvre, lui seul apportera de la reconnaissance financière et morale à nos agriculteurs.

 


Perpignan: en pleine nuit au Bas-Vernet, Marseille ou Chicago ?

FesenbeckMarie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Secrétaire départementale du FN66 et Bernard REYES, tous deux candidats aux élections départementales sur le canton des 3 Vernets, communiquent :

En pleine nuit au Bas-Vernet, Marseille ou Chicago ?

Cette nuit du samedi au dimanche vers 1 h du matin, des salves de coups de feu ont encore été tirées en pleine rue malgré la présence d’une habitante du quartier qui sortait son chien, apeurée et qui n’osait bouger, craignant de recevoir une balle perdue !

Malgré l’annonce du renforcement de la sécurité par les forces de police et d’opérations « coup de poing » menant à 14 procédures d’infraction à la législation sur les « stups », dont la saisie de 300 grammes d’herbe et de résine de cannabis, 2 véhicules volés, le résultat est bien maigre au vu de ce qui se passe réellement à Perpignan.

Le nouveau commissaire de police prétend que Perpignan « n’est pas plus ou pas moins sensible qu’ailleurs et qu’il n’y a pas de zones de non-droit » !

Le fonctionnement de caméras et la mise en place de brigades de nuit, annoncées en Conseil municipal, sont-ils bien efficaces ? On peut en douter au vu de ce qui se passe la nuit dans notre ville !

Mais le citoyen n’en a cure de ces déclarations. Lui, il veut des résultats. Les tristes évènements du printemps de 2005, rue Foch et rue des Augustins, vont-ils se renouveler ?

Le maire de Perpignan et ses nouveaux élus départementaux sur le canton des 3 Vernets vont-ils être inspirés par la nouvelle chanson d’Hervé Vilar, les illusions perdues ?

Nous, c’est une illusion perdue

Toujours des coups de feu

En pleine nuit

Et encore et encore !

Et toujours !

Seul Louis ALIOT, tête de liste aux Élections Régionales 2015 avec le Front National et le Rassemblement Bleu Marine, peut prendre toutes les mesures efficaces. Ne l’oublions pas pour ces prochaines élections.