Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Parlons donc des dettes de Perpignan et de l’auto-satisfaction mensongère de son équipe municipale

Bruno Lemaire - Perpignan Ensemble avec Louis AliotCommuniqué de Bruno Lemaire, Professeur Émérite HEC, Docteur ès Sciences Économiques, colistier délégué aux finances de la liste «Perpignan ensemble avec Louis Aliot»

Notre édile local, à moins que ce ne soit son adjoint aux finances, veut nous faire croire, dans son budget 2013 (bien) primitif, que les finances communales constituent un budget de fort bonne facture – c’est le cas de le dire.

Ce n’est évidemment pas un budget unique, bon ou mauvais, qui peut changer le fait, reconnu par tous, hélas, que Perpignan est l’une des grandes villes les plus pauvres de France – il en faut bien une, certes, mais avec une équipe au pouvoir – avec diverses étiquettes politiques  fluctuantes au gré du vent – depuis plus de 50 ans, et avec une telle élite pour nous administrer (des coups de massue fiscale peut être), on aurait pu espérer mieux.

Mais au-delà de ce constat, que nous ne pourrons faire évoluer que par des mesures énergiques et continues redonnant un véritable attrait économique à notre belle cité, l’équipe municipale actuelle veut nous faire croire que la dette publique est (enfin) maîtrisée. Il paraît que, si on le voulait vraiment, on pourrait la rembourser en 9 ou 10 ans.

Pour arriver à ce joli chiffre le maire, ou son adjoint, met en valeur les «excellentes» capacités d’autofinancement de Perpignan. Cette locution barbare signifie simplement que si on laissait notre patrimoine se dégrader pendant 9 ans, alors, effectivement, on pourrait rembourser notre dette en 9 ans et quelques. Comme le disait Coluche à propos des maisons M…., lorsque nous aurons fini de rembourser, les ruines seront à nous.

Faisons donc en sorte que l’équipe municipale actuelle ne soit plus là dans 9 ans, ni même dans 8 mois. Et mettons déjà notre maire et son équipe face à leurs mensonges : la dette par habitant de la ville de Perpignan (1.908 euros par habitant) est supérieure de 80% à la dette par habitant des villes qui lui sont comparables.


Clotilde Font-Gavalda : «Où en est l’inventaire artistique et religieux de la Ville ?»

Clotilde Font-Gavalda - Perpignan Ensemble (Rassemblement Bleu Marine )30ème édition des Journées européennes du patrimoine.

Clotilde Font-Gavalda, colistière de Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» (Rassemblement Bleu Marine) :

« Cette 30ème édition des Journées européennes du patrimoine est particulière puisque commémorative du centenaire de la loi du 31 décembre 1913, texte fondateur de la protection des monuments historiques de France.

Chacun d’entre nous est profondément  attaché au patrimoine de la ville, mais cette édition ravive  le  douloureux souvenir de la fin d’année 2012 :

Révélée au public peu avant noël, l’affaire Deloncle/ Casa Pairal (du nom du conservateur du musée des Arts et Traditions Catalanes/ ATC) fait l’effet d’une bombe.

Pourtant, bon nombre d’initiés savaient, notamment  certains employés municipaux.

Leur hiérarchie s’est constamment chargée de les rappeler à «leur devoir de discrétion professionnelle et de réserve».

Jacques Deloncle avoue  très rapidement avoir revendu un certain nombre d’objets  précieux dont il avait la responsabilité, notamment une vierge connue sous le nom de vierge de la Soletad, à un antiquaire du centre-ville.

La plainte déposée est concomitante à la retraite de l’intéressé.

La comparution devant la commission de discipline est évitée.

La municipalité fait remplacer sur le champ un certain nombre de serrures…

L’affaire est classée : Ouf !

On se frotte les yeux, on a du mal à y croire !

Lire la suite sur Ouillade


1 commentaire

Une rentrée dans un climat d’insécurité inquiétant au sein d’un Etat de droit déliquescent !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Plusieurs syndicats professionnels de la police et de l’administration pénitentiaire de notre département viennent de mettre en garde les pouvoirs publics sur la situation désastreuse qui frappe la sécurité publique et donc sur les menaces qui pèsent sur nos concitoyens.

Du coté de la police, désormais vont être mis en place des sondages de satisfaction sur la sécurité qui ne vont qu’alimenter le climat de suspicion permanente qui pèse sur nos forces de l’ordre. Le port d’un nouveau matricule, les caméras piétons, la saisine directe de l’IGPN sur le Net vont contribuer à la dévalorisation de la profession, à sa paralysie et à un effondrement de l’autorité de l’État. Au bout du compte, le voyou pourra mieux se défendre que les victimes…

Du côté de la pénitentiaire, la situation déjà chaotique s’aggrave. « Des surveillants usés » par des manques de moyens humains chroniques, une surpopulation scandaleuse et inhumaine, et des agressions de plus en plus violentes conduisent le personnel à un ras-le-bol bien compréhensible.

Alerter les députés, c’est bien, mais alerter l’opinion c’est mieux. Car les députés aux ordres de leurs partis au pouvoir, PS aujourd’hui, UMP hier, sont responsables de cette situation et ne pourront faire aujourd’hui, ce qu’ils n’ont pas réalisé hier.

Ce laxisme d’État, sous les réforme Dati ou Taubira, cette impunité ressentie par les voyous et même encouragée par cette culture de l’excuse permanente ne font qu’aggraver les problèmes et mettent en péril la paix civile et la sécurité publique. Les criminologues français parlent désormais de « terrorisme de rue » avec des groupes organisés capables de défier la police et de peser sur le climat des prisons.

Cette faillite a des responsables qui ne sont pas les professionnels, mais les politiques.

Nous sommes les seuls à avoir le courage de dire la vérité, d’avancer des évidences et d’avoir la volonté réelle de résoudre ce problème dans le cadre des lois de la République.


Réforme pénale / Louis Aliot (FN) : « Cette réforme met en péril les honnêtes citoyens ! »

Louis Aliot RTLLouis Aliot, vice-président du Front National a vivement critiqué la réforme pénale présentée vendredi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Si Manuel Valls affirme que cette loi va « mettre fin au laxisme » instauré par la précédente majorité, Louis Aliot (FN) n’est pas de cet avis. « Je pense que c’est l’inverse », a commenté le conseiller régional du Languedoc-Roussillon.

« Cette réforme met en péril les honnêtes citoyens »

Lire l’intégralité de l’article sur RTL


Opération Bonnes Vacances avec les membres de la liste Perpignan Ensemble…

opération bonnes vacances 20_07_2013

Pont au-dessus de l’A9 près de l’Aéroport de Perpignan…

Ce jour, s’est déroulé une opération Bonnes Vacances, quelque part sur l’A9 près de Perpignan en compagnie de Louis Aliot, des membres du Front National Jeunesse et de la liste Perpignan Ensemble. De nombreux vacanciers ont apprécié cette démarche et nous l’ont fait savoir en s’arrêtant discuter avec nous quelques instants, avant de reprendre la route des vacances. Cela a été l’occasion de rencontres chaleureuses et d’encouragements pour l’avenir. Tenez bons on arrive !


A Perpignan, même le Maire et son adjoint à la sécurité défilent pour le 14 juillet !

Comme nous l’avions précedemment annoncé, nous avons confirmation ce jour dans les colonnes de l’Indépendant, que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et son adjoint à la sécurité, Pierre Parrat ont aussi défilé pour le 14 juillet avec des journalistes quelque peu amusés par le grotesque de la situation.

le-maire-de-perpignan-a-suivi-la-tournee-de-la-police_328573_516x343

Le défilé du 14 juillet vue côté mairie… Photo l’Indépendant 16/07/2013

Mais pour son adjoint à la sécurité, l’objectif était on ne peut plus sérieux, puisqu’il tenait simplement à signaler à la population de Perpignan, le passage de sa police municipale quitte à sortir le gyrophare !

Lors de cette opération de communication électorale, nous apprenons que la police municipale préfère ne pas débarquer monsieur le Maire au coeur de la cité Diaz où ce dernier reconnait implicitement des problèmes.

Néanmoins, monsieur le Maire se félicite quand même “de la pacification et de la reconquête de certains quartier comme Clodion, la Gare, Saint-Assiscle et Saint-Martin, même si, ici ou là, on a quelques plaintes pour du bruit ou du deal de drogue” dixit Jean-Marc Pujol. Mais pas seulement monsieur le Maire…

Nous conseillons donc à Jean-Marc Pujol de lire quotidiennement l’Indépendant pour apprendre que ce sont dans ces mêmes quartiers, que des policiers ont été dernièrement pr!s à parti Cité Clodion, que des commerçants se sont fait braquer Quartier Saint-Martin ou qu’un TGV a été caillassé Quartier de la Gare… Il est, de plus, de notoriété publique, que les HLM de Saint-Assiscle deviennent une véritable poudrière.

Mais les Perpignanais sont rassurés, leur Maire et son adjoint à la sécurité veillent avec comme seule résolution de défiler avec sa garde prétorienne en n’oubliant pas de serrer quelques mains, échéance électorale proche oblige…

Quand les policiers municipaux recevront-ils ordre de s’arrêter dans ces zones de non droit, appelées pudiquement zones de sécurité prioritaire ? Quand auront-ils toute latitude d’effectuer leurs missions en collaboration avec la police nationale plutôt que de recevoir comme consignes de fermer les yeux pour satisfaire la politique clientéliste de Jean-Marc Pujol et son équipe ? On se le demande.

Perpignan Ensemble


Commémoration du 14 juillet à Perpignan : nos deux conseillers régionaux étaient présents.

photo5

Louis Aliot et Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillers régionaux à la cérémonie du 14 juillet à Perpignan.

Louis Aliot et Marie-Thérèse Fesenbeck étaient présents hier matin pour la commémoration officielle du 14 juillet, jour de fête nationale en présence de nombreux militants et sympathisants avant de partir à la fête départementale du Front National et du Rassemblement Bleu Marine des Pyrénées-Orientales retrouver Marine Le Pen et leurs amis.