Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan Ensemble : Portrait du candidat Louis Aliot

Louis AliotPerpignanais d’adoption, Louis Aliot est originaire d’Ax-les-Thermes en Ariège. Issu d’une famille ayant basculé de la gauche vers la droite dans une période difficile marquée par la guerre d’Algérie et le rapatriement, ce passionné de rugby et d’histoire de France construira un parcours juridique et politique dans le sud.

Conseiller régional Languedoc-Roussillon, Avocat à Perpignan et père de deux enfants, il porte avec son équipe dont les membres sont issus des milieux économique, administratif, mais aussi du monde de la justice, un projet fédérateur pour Perpignan. Trop longtemps malmenée par une classe politique arrogante et peu scrupuleuse de l’usage des deniers publics, notre ville à besoin d’un nouveau souffle.

Louis Aliot se présente aux suffrages des perpignanais pour l’élection municipale en personnalité désormais bien implantée dans le paysage politique local et national. Il est le visage du renouveau et veut porter Perpignan dans cet élan.

Portrait de Louis Aliot - Mon projet pour Perpignan Municipales 2014


>

Logo Perpignan Ensemble avec Louis Aliot provisoireCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional de Languedoc-Roussillon, tête de liste « Perpignan ensemble » pour les municipales de 2014

Nous allons de désillusions en désillusions en apprenant tous les jours des épisodes nouveaux dans la gestion de ce club.

  • Il faut donc poser les bonnes questions ?
  • Est-il vrai que ? :
  • Les salariés et joueuses ne sont pas payés depuis 4 mois. On peut y croire, puisque dès le 7 juin la presse nous informait que l’avocat d’une joueuse avait déposé un référé devant le tribunal des Prud’hommes pour retard de salaires ?
  • Que la dette soit colossale, le chiffre avancé étant un million et demi d’euros ?
  • Que la liquidation du club soit imminente ?
  • Qu’un autre mandataire judiciaire de la place aurait établi un rapport accablant ?
  • Que certains dirigeants profiteraient d’avantages conséquents tels que des appartements et véhicules de fonction dont un véhicule mis gratuitement à l’usage du club par un concessionnaire connu de la ville ?
  • Qu’une seule personne pèserait à elle seule pour plus de 50 000 € sur la masse salariale ?
  • Que d’autres dirigeants auraient eu quelques problèmes avec la justice ?
  • Que certains contrats ont été requalifiés afin de protéger certains membres influents ?
  • Que l’on prépare la création d’une SAPS (Société Anonyme Sportive Professionnelle) en remplacement du club moribond dont le futur Président serait sur le point d’être désigné ?
  • Que les sponsors prendraient la poudre d’escampette puisque le championnat régional n’a forcément pas le même attrait ?
  • Qu’un des membres de la famille d’un dirigeant a été recruté par la ville tout récemment ?

Autant de questions que nous nous posons et avec nous les perpignanais.
Il va falloir que nous sachions tout sur cette affaire !


Compte administratif 2012 / Perpignan : Commentaires et interrogations légitimes

Le conseil municipal de Perpignan s’est réuni hier soir, notamment pour soumettre au vote le compte administratif 2012. Ce document comptable, retraçant l’ensemble des opérations financières de la ville pour l’année écoulée, appelle forcément des commentaires ou plutôt des interrogations légitimes.

Bien que la majorité municipale se gausse de la bonne tenue des comptes de la ville, par une diminution de la dette ou le maintien des taux de fiscalité de l’année précédente, il est facile de constater que le discours bien rôdé du Premier adjoint Jean-Paul Alduy, chargé de présenter la délibération, n’est que pur marketing électoral.

En analysant en parallèle le budget 2013, on constate une nette augmentation des postes de dépenses dédiés à l’aide aux associations ou aux travaux de proximité. N’importe quelle personne bien informée des us et coutumes de la vie politique, comprendra que nous sommes dans une année pré-électorale.

En effet, quand pour équilibrer les comptes, on doit vendre les bijoux de famille, ou compter sur une dotation de l’État calquée sur une augmentation de la population uniquement due, tout le monde le sait, au taux de natalité plus fertile dans les Pyrénées Orientales qu’ailleurs, on est en droit de se poser des questions.

Dans un article récent du magazine Le Point on y apprend, sans surprise d’ailleurs, que Perpignan finit bonne dernière au classement des villes de plus de 100 000 habitants en matière de dette par habitant.

Ce ratio a été calculé en additionnant la dette de la ville de Perpignan à celle de l’Agglomération, ce qui fait qu’au final c’est toujours le contribuable Perpignanais qui paye la mégalomanie (Théâtre de l’Archipel, Centre Del Mon, Gare TGV sans TGV…) d’une équipe usée par le pouvoir, à la tête des deux institutions. Dormez tranquille, ce sont toujours les mêmes qui paieront l’addition.

Dans un an, une alternative est possible avec Louis Aliot et la liste « Perpignan Ensemble », qui n’aura de cesse de rendre le pouvoir de décision aux Perpignanais, esclaves de gestionnaires plus préoccupés par leur intérêt particulier que par l’intérêt général.

Perpignan Ensemble