Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


LMPT, une nouvelle marée bleu-blanc-rose

CatherinePujol

Réflexions de Catherine PUJOL, Conseillère Municipale et Conseillère Communautaire FN,

groupe « Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT »

La « Manif pour tous», une nouvelle « marée bleu-blanc-rose ».

Désirer, concevoir et mettre au monde un enfant résulte de l’alchimie physiologique d’un homme et d’une femme appelée scientifiquement l’accouplement  dont  naît un « petit d’homme ».

La  Recherche Médicale est venue au secours des couples que la  Nature contrariait à juste titre. Il faut simplement rappeler, aujourd’hui, qu’à l’origine, les premières techniques de procréation médicalement assistée (PMA ou insémination artificielle) ont été développées pour permettre à des couples infertiles d’avoir des enfants. Par la suite, ces techniques ont été utilisées dans d’autres cas, y compris pour éviter la transmission de maladies génétiques. La PMA est légiférée en France  par l’article L2141-1 du code de la Santé Publique.

La GPA (gestation pour autrui) relève du domaine de l’éthique, du sens que le couple souhaite donner à son désir d’enfant et donc de sa propre conscience morale.  Louer, acheter le ventre d’une inconnue ou pas d’ailleurs, reste interdit en France. Traverser l’océan, les frontières pour accéder à la GPA dans un autre pays relève d’une enfreinte à la loi tout simplement.

Homoparentalité… Mesdames, messieurs, avez-vous pensé aux conséquences du développement psycho-social des enfants que vous élèverez ? Avez-vous pensé que ces enfants seront un jour des adolescents en recherche d’une identité sexuelle ?

Avez-vous pensé au regard, au questionnement des autres enfants ?

Avez-vous donc oublié l’impitoyable cours d’école ?

Sous prétexte d’évolution d’avancées scientifiques, la pensée sociétale devrait évoluer dites-vous ? L’arrimage aux valeurs morales et éthiques vous semble désuet ?

Manifester son opposition à la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (PMA), à la gestation pour autrui (GPA), ou le supposé enseignement d’une « théorie du genre » à l’école n’est  point un signe de régression maladif  mais plutôt un signe de réflexivité positive sur l’avenir de notre société en danger.