Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Perpignan Ensemble : Interview de Louis Aliot sur France Bleu

Invités tour à tour ce mercredi matin sur France Bleu Roussillon, Jean-Marc Pujol, le maire sortant UMP à la mairie de Perpignan, et Louis Aliot le candidat de la liste «Perpignan Ensemble», réagissent au retrait de la liste socialiste conduite par Jacques Cresta.

Extrait. Louis Aliot : « Plus on avance sur le terrain et plus on s’aperçoit que le retrait du candidat socialiste est finalement une chance, parce que les choses sont claires, le choix est clair : soit le système Pujol-Alduy, soit une nouvelle équipe, un nouveau maire, un nouveau projet. Les Perpignanais prennent leur responsabilité et je leur fais confiance, ils ne peuvent pas faire confiance à une équipe qui a échoué.

Lire l’intégralité de l’article sur France Bleu Roussillon

Louis Aliot - France Bleu Roussillon


Pour eux tous les moyens sont bons !

Communiqué de Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan-Ensemble»

Une seule question : ces contrats de sept jours sont-ils acceptables en pleine campagne électorale ?

En pleine campagne électorale et à quelques jours de son départ, le Président UMP-UDI de l’Agglo de Perpignan, signe des contrats de travail de sept jours ??!!… pour accroissement temporaire d’activités ??!!

C’est promptement scandaleux !

Les perpignanais doivent savoir !

Convention en vue du recrutement d'un agent contractuel - Perpignan


1 commentaire

Le maire-candidat voudrait-il noyer le poisson, à savoir l’existence d’un fichier ethnique illégal concernant certains employés municipaux

Roger Belkiri - Perpignan Ensemble avec Louis AliotLe maire-candidat voudrait-il noyer le poisson, à savoir l’existence d’un fichier ethnique illégal concernant certains employés municipaux, en « découvrant » un vol d’un autre fichier, sans lien aucun avec le précédent.

Communiqué de Roger Belkiri, anciennement Délégué au Procureur de la République, colistier de «Perpignan ensemble avec Louis Aliot ».

Plus c’est gros, plus cela devrait passer semble penser le maire actuel, non élu, de Perpignan, à quelques jours d’une échéance électorale capitale.

Dois-je rappeler les faits ? En janvier dernier, en tant que Délégué du Procureur de Perpignan, j’ai eu communication d’un délit grave, à savoir l’existence d’un fichier listant les fonctionnaires municipaux originaires du Maghreb.

Dans l’exercice de mes fonctions, j’ai donc transmis au parquet de Perpignan cette infraction, fort grave si elle est avérée, puisque aucune donnée concernant l’appartenance ethnique ou confessionnelle ne doit faire partie d’un fichier, quel qu’il soit. L’affaire suit son cours dans le cadre d’une instruction judiciaire normale.

Mercredi dernier, ayant appris que ce genre de pratique n’était pas nouveau, puisque Monsieur J.P. Alduy l’avait déjà reconnu à demi-mot dans un article de l’Indépendant de 2005, j’ai écrit mon indignation dans un communiqué transmis à la presse locale.

Coïncidence sans doute, manœuvre politicienne peut-être, J.M. Pujol a déclaré peu après le vol d’un fichier concernant l’ensemble des salaires et rémunérations de ses employés municipaux, fichier qui n’a absolument aucun lien ni rapport avec le listing précédent.
La tentation d’amalgame est évidemment grande : tout semble vouloir être fait, plus ou moins adroitement, pour tenter de ternir ma réputation, celle d’un co-listier de Louis Aliot.

En tant que fils et petit-fils de tirailleurs sénégalais, ayant travaillé toute ma vie pour lutter contre les discriminations et la xénophobie, je ne peux laisser ainsi entacher ma réputation ainsi que, par contagion, celle de la tête de liste de « Perpignan Ensemble ». Les insinuations que j’ai lues à mon propos dans la presse locale sont scandaleuses, voire ignominieuses, et montrent l’inquiétude dans laquelle se trouvent actuellement nos adversaires à l’approche des élections.

Je compte sur la lucidité des électeurs perpignanais pour ne pas tomber dans ce panneau grossier, qui semble correspondre, hélas, aux pratiques du système mis en place sur Perpignan depuis des décennies.


La gabegie de PMCA révélée dans l’émission « Envoyé Spécial » de France 2. Des élus ridicules

Jean-François Lopez, pour la liste « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot », communique dans l’Ouillade :

Des élus ridicules ?

– « Un grand moment de vérité hier soir sur France 2 avec « Envoyé spécial » sur la gestion, ou plutôt la gabegie devrions-nous dire, de la communauté d’agglomération « Perpignan Méditerranée ».

Ce fut surtout un grand moment ou les élus de l’agglo se sont ridiculisés en voulant justifier l’injustifiable. On se demande bien pourquoi ?

Petit florilège :

En premier lieu, nous assistons à un grand moment de solitude pour quelques d’élus se rendant sur le site d’EAS où l’on ne voit aucune activité, aucun employé. Ils sont seuls, l’ambiance est très vite plombée, au point que l’un d’eux s’éclipse rapidement quand les questions du journaliste se font plus pressantes sur leur présence en nombre et en qualité mais surtout sur leur rémunération. Romain Grau tente, dans un style qui n’est pas le sien, de justifier l’inexplicable. Il suffit de voir la tête de Daniel Mach pour comprendre le malaise. On frôle l’incident diplomatique !

Puis en suivant, et au son des chiffres effarants égrenés par le journaliste sur l’armée mexicaine que constitue l’Agglo ( 42 vice-présidents, 134 millions d’euros de fonctionnement en 2012), nous avons pu nous rendre compte à quel point les élus rémunérés, se sentent concernés par la chose : En effet, grâce à l’intervention intempestive et inélégante de Monsieur Jaume Rouredurant l’interview de Madame Clotilde Ripoull,  ce Monsieur met en évidence entre deux bafouillages qu’il ne connait pas le titre de sa délégation de vice-président. Non Monsieur Roure ! Vous n’êtes pas « chargé du transfrontalier »  comme vous le dites, mais élu et rémunéré en tant que délégué « à la promotion du Catalan, aux relations avec la Catalogne ». Et lorsque le journaliste lui demande « c’est quoi le transfrontalier ? » il se dérobe et s’en va … La farce est attrapée Monsieur Roure.

Et enfin, le moment le plus affligeant pour les contribuables que nous sommes. Interrogé par le journaliste sur le surcoût de 27 vice-présidents de trop (la loi en imposera dorénavant 15), Monsieur Alduy président de l’Agglo lui répond : « 1 300 000 (euros) ce n’est pas grand-chose ! ».

En effet Monsieur Alduy, l’argent des autres ce n’est pas grand-chose, les administrés apprécieront »

cf. aussi sur France TV Info


Perpignan 2014 : Le soldat Bouhadi à la rescousse de l’UMP droite populaire – Pujol

Mohamed BellebouCommuniqué de Mohamed Bellebou, syndicaliste et président de la coordination régionale des associations de rapatriés harkis, membre de la liste Perpignan Ensemble avec Louis Aliot

Le soldat Fouzi Bouhadi, « avocat communautariste » vient donc à la rescousse de Jean-Marc Pujol. Conseiller municipal de Perpignan élu à la 46ème place, ayant claqué la porte de la Communauté d’agglomération parce qu’éliminé du casting de Jean-Paul Alduy pour la nouvelle Agence de Développement Economique, Fouzi Bouhadi s’agite. Une fois radical, une fois UMP, une fois socialiste (comme au bas Vernet où il appela à voter pour la représentante de Bourquin).

En matière de girouette politique, Fouzi Bouhadi n’a aucune leçon à donner. Candidat communautariste alduyste lors des dernières cantonales sur le Bas-Vernet, il a porté tout autant brillamment l’étiquette du Modem lors de la législative de 2012 sur la 1ere circonscription.

Aussitôt le Modem lui ayant assuré un bref asile politique, qu’il s’empressera, par l’entremise d’une lettre ouverte, d’aller soutenir le candidat François Sire sur la 1ère non sans lui avoir reprocher le soutien du FN / RBM. Cependant, ce dernier aura pu battre la gauche et être élu, lui.

Dans une lettre ouverte adressée à Daniel Mach (UMP), ancien député, maire de Pollestres et vice-président PMCA, Fouzi Bouhadi, s’était dit « horrifié » par les propos tenus par Daniel Mach, lors du meeting de Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, dans le cadre de la course électorale à la présidence de l’UMP : « M. Mach, votre discours qui a précédé celui de M. Copé était très choquant, antirépublicain, et très offensant pour l’Islam et pour nos compatriotes musulmans…Je crois, sans exagérer, que même M. Aliot du Front national n’aurait tenu de tels propos aussi insultants et réducteurs à l’égard de nos concitoyens musulmans… je serais dans l’obligation morale de vous poursuivre devant la justice de notre République « pour incitation à la haine », et je vous demanderais de vous démettre de vos fonctions de secrétaire départemental de l’UMP (…)Je contacterai tous les politiques locaux présents à ce meeting afin qu’ils éclaircissent leurs positions vis-à-vis de vos propos tenus hier soir… »

Ou en êtes-vous maintenant que vous vous placez dans le sillon de la droite populaire ou droite forte, monsieur l’opportuniste ?

Je pourrais taire par respect les propositions ambiguës que vous avez faites sur le Mur des Disparus et le Centre de Documentation sur l’Algérie Française ou engager aux frais du contribuable la venue de la conférencière Linda Hamiri réputée « diseuse du FLN », les français d’Algérie dont je fais parti ont apprécié. Pas étonnant, pour quelqu’un qui a effectué son service militaire au bled. Mais vous ne faites que soutenir la politique communautariste, électoraliste et schizophrène de Jean-Marc Pujol. Les électeurs originaires d’Afrique du Nord s’en souviendront.

Quant à mon ami Gilbert Collard, s’il lui a fallu près de 20 ans pour ouvrir les yeux sur la réalité politique de notre pays, je constate que vous, en à peine quelques années, vous n’avez eu de cesse de vous chercher, ou plutôt de chercher où se trouvaient vos intérêts.

Je vous souhaite une aussi brillante carrière professionnelle et politique que Gilbert Collard, mais vous en êtes malheureusement encore très loin, n’ayant jamais dépassé le stade de bouche-trou opportuniste.