Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


L’Indépendant moqué par Pablo Picasso pour ses erreurs récidive : belle éthique

Bruno5sept2013_Ensemble2Communiqué en forme de droit de réponse de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire FN du groupe « Perpignan ensemble avec Louis Aliot »

Personne n’aime faire des erreurs, et encore moins qu’on les relève en public. Que les journalistes de l’Independant n’aient pas apprécié l’histoire racontée par l’adjoint à la culture de Perpignan sur une erreur commise il y a 60 ans par l’Independant vis-à-vis de la progéniture de Pablo Picasso peut se comprendre. Mais que Madame Michalak se permette de dire des contre-vérités à propos de mon intervention sur divers points de l’ordre du jour du Conseil Municipal de Perpignan du 12 mai montre simplement que certains journalistes n’ont rien appris du passé, et que leur déontologie est à géométrie variable.

Tout d’abord, si je suis intervenu sur le point des concerts du 13 juillet, c’était pour connaître le montant des dépenses engagées par la mairie, donc aux frais du contribuable. Peu de choses sont gratuites dans la vie, et si ce l’est pour les participants, et si les 4 concerts, et non 6, sont offerts par Radio France, il nous a été impossible d’obtenir le montant des faux frais engagés. J’aurai pensé Monsieur Pinel mieux inspiré de ne pas me critiquer sur ce point, et Madame Michalak aurait mieux fait de creuser elle aussi un peu mieux son dossier.

Passe encore sur ce premier point, on ne peut être à son maximum à chaque instant, c’est vrai aussi pour les journalistes de l’Independant.

Il y a plus grave cependant, à propos de la question des subventions, car il s’agit là d’une contre-vérité véhiculée, sciemment ou non, par Madame Michalak. Au cours de conseils municipaux précédents, nous avions demandé de pouvoir examiner individuellement la liste des subventions, ce qui ne nous avait pas été autorisé. C’est justement suite à mon intervention, suivie de celle de Maître Pinget, lui aussi conseiller municipal et communautaire de Perpignan Ensemble, que le Maire de Perpignan a décidé que ce serait possible dorénavant de procéder ainsi, ou plus exactement par groupe de subventions, en fonction de nos différents votes (Oui, Abstention ou Contre). Ce sera d’ailleurs inscrit, à la demande expresse de J.M. Pujol, dans le procès-verbal du C.M.

Alors, certes, je ne suis pas un politicien professionnel, je m’en flatte d’ailleurs. Mais faire passer pour de l’amateurisme des interventions posant des questions légitimes est bien pire que de l’amateurisme présumé, c’est de la mauvaise foi caractérisée. Ce qui est triste pour une journaliste qui prétend informer, alors qu’elle ne fait que désinformer sciemment.

Triste aussi d’oublier mon intervention sur le scandale du concert de Rap envisagé à Verdun fin mai, point sur lequel d’ailleurs nous sommes tombés d’accord avec le maire de Perpignan pour juger indigne cette initiative du maire de Verdun. Il est vrai que ce dernier est « socialiste ». Peut-être est-ce pour cela que l’Independant n’en a pas parlé.


Perpignan : La mairie UMP et l’UMP tentent maladroitement d’influencer le sondage en ligne sur L’Indépendant

Louis Aliot LCICommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional des Pyrénées-Orientales et tête de la liste «Perpignan Ensemble» (Rassemblement Bleu Marine)

De plus en plus fort, de plus en plus loin. La mairie UMP et l’UMP sont tellement fébriles qu’ils tentent maladroitement d’influencer le sondage en ligne du journal L’Indépendant concernant les prochaines élections municipales de Perpignan.

A grand coup de sms intitulés « sondage biaise sur l’indep. Reagissez » en mentionnant « si quelqu’un connait monsieur Campa, c’est le moment » ou en envoyant des mail « Urgent votez sur L’Indépendant », la machine UMP – mairie de Perpignan, Agglo PMCA… – tente d’inverser les résultats d’un sondage en ligne auquel il ne faut pas porter plus d’attention que cela et où j’étais donné en tête jusqu’à 14h environ.

Au-delà de l’anecdote, le système UMP-UDI montre des signes de faiblesse et de peur qui démontrent chaque jour un peu plus notre avancée sur le terrain.

Oui, les Perpignanais veulent tourner la page.

L’Independant devra tenir compte de cette manipulation à l’avenir et devrait par souci de crédibilité arrêter cette mascarade numérique.