Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Les élus régionaux de gauche seraient-ils aux abonnés absents dans les P.O. ?

FrontNatopnalPremierPartiPOCommuniqué des conseillers régionaux FN/RBM des Pyrénées Orientales

Mais que peuvent bien faire les élus régionaux de Gauche (PC/PS/EELV…) pour notre département?

Monsieur Jacques Cresta a beau eu faire de grands discours à la Maison de la Région de Perpignan, les chiffres sont bien là…

Alors que notre département subit une augmentation régulière du chômage et que nos entreprises peinent à trouver des financements, ce sont seulement 143 000€ de dotations pour notre département sur les 26 millions d’euros de fonds FEDER/FSE, attribués par le Conseil Régional à l’ensemble de la Grande Région, et votés en Commission Permanente d’octobre par l’exécutif.

Ne parlons même pas des budgets attribués ce mois-ci, sur les 16 millions d’euros issus du même fond, qui seront votés par l’exécutif de PS/PC/PRG/EELV lors de la Commission Permanente du 18 novembre,  c’est 0€ pour les Pyrénées-Orientales !!

A tel point qu’on en est à se demander si le député PS de notre département ne subirait pas le contrecoup de son emploi du temps chargé par son cumul de mandats. Et il est certain que ce n’est pas Madame Langevine, pourtant vice-présidente EELV de la Région « Occitanie », qui pourrait palier à cela, elle est clairement absente du terrain!

Concitoyens porteurs de projets, chefs d’entreprises, agriculteurs, entrepreneurs, investisseurs, collectivités en recherche de financements pour vos solutions innovantes, malheureusement il ne faudra pas compter sur vos élus régionaux de Gauche pour vous soutenir!

FrontNationalDesPO_Adresse


Perpignan-Ensemble : Réaction de Louis Aliot sur France 3 Languedoc-Roussillon

Arrivé en tête lors du premier tour des élections municipales à Perpignan avec 34,19% (12.949 votes), Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble», a fait part de sa réaction hier soir en duplex sur France 3 Languedoc-Roussillon.

Voir le communiqué de presse pour le second tour : Louis Aliot largement en tête au premier tour de l’élection municipale à Perpignan


Municipales 2014 — Scandaleux : le Premier ministre utilise les moyens de l’Etat et l’argent public pour régler des affaires internes au parti socialiste !

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a annoncé hier à Montpellier, que la maire PS Hélène Mandroux avait « décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales » et qu’il lui confiait une mission d’État sur la santé.

La vérité est toute autre puisque madame Mandroux était en opposition directe avec la direction du PS concernant le choix de la tête de liste montpelliéraine et avait menacé de mener une liste dissidente.

Comme le révèle la presse, reçue récemment à Matignon, Jean-Marc Ayrault lui avait proposé une mission nationale sur la santé, à condition, chose extravagante, qu’elle fasse preuve de neutralité !

Après les annonces tonitruantes et intéressées de Marseille et de Paris, le Premier ministre vole au secours du PS en achetant les silences des uns et la neutralité des autres par l’intermédiaire de missions d’État payées par les impôts des contribuables ! C’est une honte et un scandale !

Il est désormais évident que l’État socialiste le plus impopulaire de l’histoire de la Ve est prêt à utiliser tous les moyens, même les plus condamnables, pour sauver ses amis, ses places et ses prébendes.


Marchés publics ouverts à la concurrence étrangère : 
L’UMPS responsable et coupable !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional de Languedoc-Roussillon, tête de liste « Perpignan ensemble » pour les municipales de 2014

Le coup de sang des membres de la fédération du BTP 66, furieux de voir un marché public en partie confié à des entreprises étrangères, est légitime.
Il va falloir cependant ouvrir les yeux sur la réalité !

Derrière la colère, nous dit le responsable professionnel, « il y a des raisons de penser qu’on manque de courage politique. » Et bien non, cher monsieur, avec tout le respect que je vous dois, ne mettez pas tous les « politiques » dans le même panier !

Nous sommes dans un département où les citoyens ont très bien, et très vite compris les périls de cette Europe-là en rejetant le funeste traité constitutionnel européen en 2005 à 65% alors que les parlementaires du département (les deux sénateurs UMP Alduy et Blanc et les quatre députés Mach, Calvet, Franco et Irles) l’avait voté à 100 % !

Encore mieux et récemment encore, le Traité Budgétaire Européen qui entérine ces pratiques de concurrence à outrance et sans limite, négocié par Nicolas Sarkozy, a été voté le 9 octobre 2012 par tous nos parlementaires de Droite comme de Gauche : Cresta, Neuville, Aylagas, Sire, Calvet et Bourquin ! UMP et PS main dans la main !

Cette politique européenne suicidaire est inscrite, noir sur blanc, dans les traités votés avec comme principe conducteur la sacrosainte « notion de concurrence libre et non faussée ! » à l’échelle européenne.

C’est d’ailleurs à ce titre que les gouvernements ne peuvent plus aider directement des entreprises qui souffrent et à ce titre aussi que les marchés publics sont désormais ouverts à la concurrence étrangère. Et si la France ou les collectivités ne le font pas, elles seront condamnées !

Cette politique qui a déjà ruiné notre agriculture, notre industrie et une partie de nos services gangrène tous les secteurs de l’activité économique faisant de la zone euro l’espace économique le moins compétitif du monde, de la France un champ de ruine et du Roussillon un désert pour l’emploi.

Oui, les politiciens locaux UMPS prennent vraiment les citoyens et les entrepreneurs locaux pour des imbéciles !

Pour protéger nos emplois et nos entreprises, il faut changer ce système, il faut réorienter l’Europe et mettre en place un protectionnisme intelligent et raisonnable.


Perpignan 2014 : Islam radical, communautarisation de la société française : attention danger !

Louis AliotTribune libre de Louis Aliot, vice-président du Front National

Dans un récent article publié par le journal Le Monde des 9 et 10 juin 2013 intitulé « la crainte des musulmans face à la salafisation des esprits », la crainte de musulmans face à la salafisation des esprits  – nous apprenons tout ce que Marine Le Pen ne cesse de dire et répéter depuis plusieurs années, à savoir :

– Le CFCM n’est pas un organisme d’administration de l’islam en France, mais le terrain de jeu de puissances étrangères qui rivalisent de coups tordus pour prendre le contrôle des musulmans en France. Cette organisation n’est donc ni démocratique, ni représentative, ni même française…

– Certaines autorités confessionnelles se plaignent notamment de voir « partir des jeunes quelques mois ou un an dans un pays du Golfe, parfois grâce à des bourses » et qui « reviennent avec un bagage religieux léger mais qui suffit à impressionner certains » et qui s’imposent comme des imams autoproclamés !

– Le salafisme fait une percée auprès des jeunes et les discours en sont de plus en plus imprégnés !

– Cet article pointe le financement douteux de certains jeunes qui distribuent à la sortie des mosquées des tracts ou des ouvrages décrivant tous « les interdits » de l’islam.

– Des questions qui posent réellement un problème de compatibilité entre certaines pratiques de l’islam et l’assimilation républicaine à la française : peut-on acquérir la nationalité française et devenir citoyen d’un pays non-musulman ? Peut-on entrer dans l’armée de peur d’avoir à combattre en « terres musulmanes » ? Peut-on travailler la vigne à cause de l’interdiction de l’alcool dans l’islam ? Lire la suite


Des islamistes marocains reçus par le maire UMP de Perpignan

Louis Aliot Municipales 2014 PerpignanCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National et conseiller régional du Languedoc-Roussillon, candidat à la mairie de Perpignan en 2014

Nous regrettons que le maire UMP-UDI ait engagé l’image de Perpignan en recevant deux députés marocains du parti islamiste au pouvoir devant une assemblée communautaire composée de Marocains résidant en France et de Français « d’origine marocaine » !

En effet, ce mouvement politique marocain qui regroupe des islamistes de toutes tendances ainsi que les fondamentalistes (tolérés mais non reconnus) de l’association Al Adl Wal Ihsan (Justice et spiritualité) est coutumier de propos particulièrement virulents et extrémistes.

Affirmant qu’il était « amoureux du Maroc » et qu’il connaissait mieux ce pays que la France, sa référence à un pays qui a une tradition démocratique « ancienne » laisse songeur…

Enfin, le maire-candidat démontre par la même occasion sa vision communautariste de la ville contraire aux valeurs républicaines.


A Perpignan, les téléphones portables pleuvent en prison…

louisAliot2-650x471Communiqué de Louis Aliot, vice-président du FN, conseiller régional du Languedoc-Roussillon, candidat aux municipales 2014 à Perpignan

Un mois après l’évasion spectaculaire de Redoine Faïd de la maison d’arrêt de Sedequin (Nord), le personnel pénitentiaire bloque ces jours-ci cet établissement, devant l’absence de mesures de sécurité supplémentaires. Il est consternant de constater qu’aucune des décisions n’a été suivie d’effet, pourtant annoncées à grand renfort de communication gouvernementale et le déplacement de Madame le garde des Sceaux en personne. Dans le Nord, comme partout ailleurs.

En effet, nous apprenons, que la maison d’arrêt de Perpignan a fait l’objet ce week-end d’un « véritable déluge de portables et de stupéfiants », dixit un responsable de l’Union fédérale autonome pénitentiaire (UFAP). Si le trafic de stupéfiants reste récurrent en détention, celui des portables ne l’est pas moins et va grandissant.

Tout comme le personnel pénitentiaire, nous nous insurgeons devant le risque imminent d’une évasion sur ce site dont la surpopulation carcérale et le corollaire s’y afférant ne pourraient qu’entraîner une issue morbide et feraient courir un risque au personnel comme aux Perpignanais.

Le Front National s’exaspère de cet état de fait et demande instamment au ministère de la Justice et à celui de l’Intérieur de procéder à une fouille générale de tous les établissements à risque et de mettre tous les moyens en œuvre pour éviter de nouveaux « parachutages ».