Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Mairie de Perpignan, tout et son contraire !

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué de Marie-Thérèse FESENBECK Conseillère municipale et régionale

«  Mairie de Perpignan, tout et son contraire ! »

En ces temps très durs pour les travailleurs et les chômeurs, particulièrement de notre département au très fort taux de chômage (merci aux différents gouvernements qui se sont succédés depuis 30 ans), c’est une aberration d’entraver l’action de bénévoles comme le restaurant social « Promesses des sources » qui apporte un tant soit peu de réconfort à ces blessés de la vie qui n’ont pu retrouver un travail par les services de la Mairie de Perpignan.

En effet, il faut savoir que les élus de la majorité de la Ville de Perpignan tiennent toujours un discours d’entraides dans les différentes réunions, du bla-bla-bla bien rôdé mais en réalité, ils s’opposent à tout ce qui les gêne jusqu’à faire mettre des PV sur les pare-brises des voitures stationnant quelques secondes devant le restaurant social ! Un peu d’humanité ne ferait de mal à personne.

Etant élue au Conseil d’administration du CCAS de la Ville de Perpignan, je m’oppose régulièrement à la majorité obéissant au doigt et à l’œil des décisions prises par Monsieur Le Maire.

J’ai demandé une augmentation du montant de la subvention attribuée au CCAS de la Ville mais il m’a été répondu en Conseil municipal que la Mairie serait obligée d’augmenter les impôts de la Ville ! Alors que Monsieur Le Maire n’a pas hésité un seul instant à augmenter les indemnités de ses élus préférés, soi-disant les plus méritants !

N’oublions pas que Louis ALIOT a appelé sa liste « Perpignan ensemble », signe de rassemblement de toutes les couches sociales de la Ville de Perpignan.

FrontNationalDesPO_Adresse


Tourisme: connivence des élus des P.O. quand il s’agit de deniers publics?

« La valse des deniers publics du Comité du tourisme des PO » par Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Conseillère régionale FN

Les sages de la Chambre régionale des Comptes contrôlent, comme il se doit, les administrations publiques et viennent de rendre un rapport contenant des anomalies dues à la mauvaise gestion des deniers publics, donc des contribuables de notre département. Il en ressort une panoplie d’irrégularités comme la durée du temps de travail ( !), des voyages inutiles sans aucun apport commercial pour notre département, des dépenses de participation à des matches, de « belles » factures de  restauration, de frais professionnels injustifiés, d’adjudication à des appels d’offre opaque, etc.

Malgré ce rapport, au cours de la dernière session publique, chose incroyable, il n’y a pas eu débat entre la majorité et l’opposition ! Pour quelles raisons ? Pourquoi l’opposition n’a pu exposer ses observations, dénoncer les excès et proposer des solutions comme toute opposition se doit de le faire ? Y a-t-il connivence entre les Républicains et le PS afin que les citoyens restent dans l’ignorance ? Connivence des élus quand il s’agit des deniers publics ?


Allons nous laisser les voyous faire la loi dans certains quartiers du VERNET ?

StopIncivilitesIncidentsVernetsConférence de presse du 23.02.2015, Canton 6, Perpignan 1 « Les 3 Vernets »

Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck a présenté les candidats :
Bernard REYES, natif et résidant du canton, contrôleur des ASF
Son suppléant, Mohamed BELLEBOU, Conseiller municipal et communautaire de la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot », Président de l’Association France Harkie
Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, retraitée de la Sécurité Sociale, Conseillère régionale, Conseillère municipale et communautaire de la liste « Perpignan ensemble avec Louis Aliot », candidate sur le Haut-Vernet aux cantonales en 2011, admise au 2ème tour
La suppléante étant Danielle PUJOL, Conseillère mutualiste.

Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck a rappelé les 93 agressions en 2014, déjà 10 au 18 février. A cette allure, le nombre des agressions va dépasser celui de 2014 !
Nous disons STOP :
Stop à la longue litanie du nombre des bus caillassés sur notre canton !
Stop aux incivilités à divers degrés de la part de bandes de voyous de plus en plus jeunes,
Stop au trafic de drogues devant nos portes,
Stop aux trop nombreux cambriolages,
Stop aux agressions de plus en plus violentes sur les chauffeurs des bus de l’Agglomération PMCA, les personnes particulièrement âgées ou vulnérables.

Le FRONT NATIONAL66 et RBM66 soutiennent tous les chauffeurs de bus. Il est inadmissible qu’ils effectuent leur travail la peur au ventre !

Cette situation empire de jour en jour depuis de nombreuses années et ne fait que confirmer ce que le FRONT NATIONAL-RBM dénoncent depuis longtemps, déjà en 1998, ainsi que le 10 novembre 2014, nous avions dénoncé ces agressions envers les chauffeurs de bus, cela ne date pas d’hier, dans l’indifférence générale et les critiques aveugles de la droite et de la gauche locales.

Les honnêtes citoyens, les gens modestes et les plus faibles vivent avec la peur. Les conséquences sont désastreuses sur le commerce, la vie économique et l’image de notre canton.

Bernard REYES intervient alors :
Dimanche, nous avons contacté le délégué-chauffeur pour lui apporter tout notre soutien.
Ce dernier nous a indiqué que malgré de nombreux tours de table avec la préfecture et des élus de Perpignan, rien n’avancait.
Madame la Préfète a proposé une Charte de Sécurité, mais à quoi va t elle servir si les moyens adéquats ne sont pas mis en œuvre pour protéger les chauffeurs et contrôleurs de bus.
Il y a quelques années, ils étaient épaulés par les élus et aujourd’hui ils se sentent abandonnés.
Nous attirons l’attention sur le fait que ces personnes sont, femmes ou hommes, des responsables de famille qui vont au travail avec la peur au ventre en se demandant s’ils rentreront sains et saufs le soir chez eux.
Aujourd’hui, il n’y a pas encore eu de graves conséquences physiques mais savons nous ce qu’il en sera demain avec cette progression de la violence gratuite ?
Non, nous n’exagérons pas les faits sont là et il ne faut pas se cacher la face !
Il est regrettable que certaines associations rentrent dans le système, sous le prétexte apparemment louable d’aider et protéger de pauvres défavorisés, mais dont beaucoup nuisent à la tranquillité et au respect de ceux qui travaillent.

Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck reprend la parole :
Le FRONT NATIONAL-RBM est :
Pour une politique de tolérance zéro
Pour la reconstitution des effectifs de police et de gendarmerie
Pour un vaste plan carcéral
Pour des sanctions renforcées contre les délinquants
Pour redonner une vraie place aux victimes.
Nous voulons dénoncer que les élus UMPS pensent qu’en donnant des subventions à tout va à des associations, cela est un gage de tranquillité.
Non car c’est un puits sans fond.
Non, c’est aux parents à éduquer les enfants, pas à des associations qui dépendent de l’UMPS.
Nous voulons également dénoncer que les élus UMP et PS ne font pas leur travail au sujet des handicapés. Aucun n’était là lorsque les handicapés sont descendus manifester,  de la FNAC à la Préfecture et au Conseil Général.

Bernard Reyes .
Nous vous posons une question :
Est-ce que ce sont les parents qui éduquent les enfants, ou l’inverse, avec l’argent facile qui entre à la maison ?
Au lieu de surveiller les barrières de la permanence de certains élus de notre canton, il serait préférable de veiller à la sécurité des citoyens.
Bernard Reyes d’ajouter :
Nous invitons les journalistes à passer une journée avec nous sur le terrain pour toucher du doigt la réalité des problèmes comme nous le faisons tous les jours et qui sont survolés par la presse.
Nous nous posons aussi la question suivante :
L’incident s’est passé le mercredi, pourquoi donc l’information n’a été communiquée que le dimanche ?


Abus de pouvoir? La question se pose au Canton 6 (Les Vernets) des P.O.

Avantages réservés à certains candidats ? Abus de pouvoir ?

par Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK et Bernard REYES, candidats FN-RBM66 sur le canton 6 Perpignan 1 « Les 3 Vernets »

Les candidats aux élections départementales sur Perpignan ne sont pas traités de la même façon qu’ils soient UMP ou qu’ils aient une autre étiquette politique. Certains ont des avantages que leur procure leur Maire UMP…

Nous avons constaté, ce jour, vendredi 20 février 2015 à 18 h que les candidats Annabelle Brunet et Richard Pully Belli ont fait  interdire le stationnement devant leur permanence électorale, sise au  116 avenue Joffre à Perpignan, par un arrêté municipal et des barrières, outil municipal, y ont été installées.

AbusDePouvoirVernets

Le seul stationnement qui n’a pas été interdit est réservé aux handicapés mais la voiture stationnée appartient au candidat, bel hommage aux handicapés qui iront, ce soir, stationner là où ils le pourront !

Tout ceci pour l’inauguration de leur permanence électorale. Mais où est le respect du citoyen ? Vont-ils nous donner des leçons de morale républicaine au cours de leur campagne électorale comme le respect, la solidarité, le bien-vivre ensemble, etc ?

« Cause toujours, fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais ! »


Les Handicapés, brebis abandonnées ?

MimieLyonpar Marie-Thérèse Fesenbeck, membre de la Commission du Handicap à la Mairie de Perpignan, candidate Front National aux Elections Départementales avec Bernard Reyes sur le Canton des Vernets

Les mots « solidarité » et « unité nationale » sont des mots à la mode, entendus sur tous les medias tout au long de la journée depuis un mois. A Perpignan, ces mots sont bafoués lorsqu’il s’agit des Handicapés ! Ces derniers se retrouvent bien seuls face à leurs problèmes de mobilité. Bien sûr, ce ne sont pas des « Charlie » !

En effet, les élus de la majorité municipale ne sont pas venus les soutenir ni participer à leur marche pour sensibiliser les bien-portants face à la loi sur le Handicap. Celle-ci vient d’être reportée dans son application. Pourquoi faire partie de la Commission du Handicap à la Mairie UMP de Perpignan, travailler sur le Handicap pour trouver des solutions, en tant que Président de cette Commission ou simple élu municipal, si vous restez chez vous, bien au chaud ? Si vous ne vous sentez pas concernés ?

Allez, faites un effort, soyez présents lors de leur prochaine réunion du mois de mars !

Le moment le plus émouvant a été celui de la crémation de leur cercueil, symbole fort devant la Préfecture et non loin du Conseil Général (de gauche) dont la compétence principale est le social.

Ce moment si fort a été également un moment de désespoir devant les portes restées fermées !


PMCA: Conseil Communautaire du lundi 22 sept 2013. Non à une hausse de la taxe transport

66_Marie-THerese-COSTA-FESENBECK-16-150x150
INTERVENTION DE LA CONSEILLERE COMMUNAUTAIRE FN,
groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot
Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK le 22.09.2014
 
DOSSIER MOBILITE – VERSEMENT TRANSPORT N° 9
 » Vous avez décidé, M Le Président, M le Rapporteur, de  » saigner  » les trop rares entreprises qui restent sur notre territoire pour remplir les bus de l’Agglo en augmentant la taxe de transport sur 8 ans de 1.40% à 1.70%.

Pensez-vous que c’est de cette manière que les entreprises, au vu de leur comptabilité suite à la crise financière qui s’éternise, hélas, et que l’UMPS n’arrive pas à juguler, vont pouvoir embaucher ? Quelle utopie  ! Pensez aux créations d’emplois sur un territoire qui s’appauvrit de jour  en jour.

Sur certaines lignes de transport de l’Agglo, les bus sont vides. Est-ce de cette façon-là qu’il vont se remplir ? En rendant les entreprises exsangues ?

De plus, combien faut-il de temps, par exemple, de Villeneuve de la Raho à l’hôtel de l’Agglo pour venir assister à ce Conseil ? Je ne sais si partir vers 13 h serait suffisant pour arriver à l’heure à 17 h ! »

NDLR : Le Front National dénonce à chaque fois les augmentations d’impôt.


Le savoir-faire catalan en sursis à Thuir?

Fesenbeck  Savoir-faire catalan à Thuir en sursis ?

par  Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Conseillère régionale, Conseillère municipale et Communautaire de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Le groupe Pernod-Ricard nous annonce qu’il ne licenciera pas à Thuir et épargnera la filiale Cusenier qui fabrique le fameux « Byrrh ».

Nous en sommes bien aise car le « Byrrh » est dans tout esprit catalan. Qui n’a rêvé, étant enfant, de tremper ses lèvres pour goutter cette potion magique réservée à nos parents et grands-parents ? Après avoir obtenu la permission, sous le regard de notre maman, nous osions nous délecter de ces quelques gouttes de breuvage délicieux.

Il nous faut garder les caves Byrrh, améliorer encore et toujours l’attraction de notre célèbre cuve, la plus haute de France par une communication adéquate. Il faut apprendre (naturellement en quantité limitée, cela va de soi) et ré-apprendre au consommateur à boire du « bon ». Le « Byrrh » est concurrencé par le « Porto » moins cher mais de médiocre qualité, du moins celui que l’on vend en France dans les super-marchés !

Ce sera difficile mais le catalan sait faire même si les temps ont changé. De nos jours, les citoyens boivent des liquides insipides, nocifs pour leur santé. On ne parle que de productivité, finances, rapport avec l’argent !

Mais quelle place donnons-nous à l’être humain ? Aucun, il est devenu une machine parmi toutes les machines et techniques du XXI° siècle.

Combien de viticulteurs et d’exploitations viticoles ont disparu sur notre département ? Il ne reste plus grand-chose, et ce, grâce à nos gouvernants inféodés à l’UE et Bruxelles ! Les politiciens UMPS des Pyrénées-Orientales ne savent que courber l’échine. Il faut que les choses changent, les citoyens le disent maintenant haut et fort. Ce ne sera que grâce à un changement radical de politique : la sortie de l’Europe actuelle pour construire une autre Europe, celle des Nations.

Il n’y a que Marine Le Pen, capitaine prête et capable d’organiser ce changement !


La réforme des régions, une FAUTE inexcusable

copy-bandeau-standard-5-2014.png

par Jean-Claude PINGET, et Marie-Thérèse FESENBECK, Front National

La réforme des régions, pire qu’un manque à l’éthique politique, pire qu’une escroquerie électorale, une FAUTE !

Dire que les socialistes sont aux abois est une gentille litote car après les défaites cinglantes des municipales et des européennes, ils ne pouvaient subir dans un laps de temps rapproché (mars 2015) une troisième Berezina qui, avec la loi électorale actuelle, les aurait éliminés dans quasiment toutes les régions.

Hollande, disciple du florentin Mitterrand, devait gagner du temps et pour ce faire, il lui fallait un motif. Ce fut dans l’improvisation la plus totale, la réforme des régions ; un sujet que quelques germanophiles de l’UMP, adorateurs des « gross régions » teutonnes avaient abordé en laudateurs de « Frau Merkel », n’y voyant que les rares bénéfices et jamais les surcoûts.

Ainsi donc Hollande voulut reporter d’un an ces régionales et les cantonales au système électoral aussi farfelu qu’ingérable ; las un vent venant du conseil constitutionnel lui souffla « 6 mois maxi ». Alors, en dehors de toute consultation d’experts économiques, sans avis des maires, des conseillers généraux, des hiérarques du PS, les éléphants élyséens trompèrent énormément et gribouillèrent une réforme des régions que le prince n’envisagea même pas de soumettre aux élus locaux, pas plus qu’aux populations concernées !

En ce qui nous concerne, nous Languedoc-Roussillon, F. Hollande ne s’est pas rendu compte :

– que nous étions une région maritime ; de l’importance de la pêche, du nautisme, des transports, et bien sûr du tourisme !

Midi-Pyrénées, à part le canal du midi déboisé… est un monde continental et triste, tournant autour d’une seule ville.

– que nous étions une grande région arboricole et maraîchère, loin de l’agriculture intensive et de l’élevage de Midi-Pyrénées.

– que nos économies étaient axées sur les échanges transfrontaliers Sud-Nord et Est, dont le fleuron, le grand marché Saint-Charles, en bordure de l’autoroute qui va de Malaga vers Oslo, Berlin ou le grand Est.

– que le Roussillon, les Costières de Nîmes, les Corbières, le Biterrois faisaient des efforts et de lourds investissements pour produire un vin de qualité, consacré par les œnophiles, comme Robert Parker, alors que sur Midi-Pyrénées, il faut aller loin vers le Bordelais pour retrouver une qualité équivalente consacrée par les guides internationaux.

Homme de peu de culture, il ne s’est même pas rendu compte qu’historiquement les liens entre les 2 régions avaient été faibles, le Languedoc-Roussillon étant tourné vers la mer, en épousant les contours de l’antique via Domitia ; Midi-Pyrénées est tournée, elle, vers l’Aquitaine au fil de la Garonne. Découlant de ce fait, hors une autoroute, les voies de communication sont moyenâgeuses.

Ajouterons-nous, comme clou au cercueil de François Hollande, qu’il y a de la limite du Gard à celle de l’Aquitaine, près de SIX CENT KMS.

Cette fusion va à l’encontre de l’histoire, de la géographie, de l’économie et du bon sens.

Elle n’est que l’œuvre insane d’un quarteron de politiciens faisant fi de toute morale, tentant de sauver leurs prébendes par une escroquerie aux institutions.

Jean-Claude PINGET

Docteur en droit, Conseiller municipal et d’agglomération de Perpignan,
Flamme de bronze du Front National

&

Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK

Secrétaire départementale du FN66, Conseillère régionale du Languedoc-Roussillon,
Conseillère municipale et d’agglomération de Perpignan,
Membre élue du Comité Central, Flamme de bronze du Front National


Faut-il continuer à subventionner des associations plus que douteuses, sous prétexte de soutenir le Développement Social Urbain?

66_Marie-THerese-COSTA-FESENBECK-16-150x150Intervention au conseil municipal du 25 juin de Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillère régionale FN, conseillère municipale et communautaire de la liste « Perpignan ensemble Rassemblement bleu marine »

Rapport sur les actions conduites en 2013 par la Ville en matière de Développement Social Urbain

M Le Maire, chers collègues,
J’interviens également sur ce dossier n° 19 à propos des actions en matière de Développement Social Urbain, dossier qui attire quelques remarques :
Dans les dossiers annexes, bilan des centres sociaux 2013 : je constate que les charges de personnel représentent 76 % du budget, pourcentage trop élevé pour un bon gestionnaire.
Or, durant la campagne électorale des municipales qui vient de se terminer, nous avons appris le mauvais classement du présentéisme de vos agents.
M Le Maire, vous devez vous remettre en question, c’est-à-dire, apporter des solutions concrètes auprès de la DRH (Direction des Ressources Humaines) de la Mairie pour le confort des employés municipaux, étudier s’il y a des problèmes de stress dans certains services. Ainsi, l’absentéisme diminuera et je suis sûre que le chiffre de 76 % du budget diminuera et ainsi vous pourrez consacrer un montant plus élevé des subventions.
Je constate également l’infime pourcentage de la politique de la Ville par l’Etat (0.18%) alors que tous les gouvernements UMPS n’ont que ce maître-mot « Politique de la Ville » dans leurs déclarations.
Je vous conseille de consulter le rapport public thématique 2012 de la cour des comptes intitulé la politique de la Ville, une décennie de réformes.
Comme toujours, les projets ne sont que du vent concernant les résultats et que votre parti, l’UMP, y a bien contribué.
De plus, le montant de la dotation de 164 350 € pour 4 thématiques me semble exorbitant. Mais où ai-je la tête ? bien sûr il s’agit de donner l’argent des contribuables à une organisation politisée, le Mrap !

Je tiens tout particulièrement à attirer votre attention, M le Maire, sur la subvention que vous accordez sans discernement, apparemment, à l’association Entraides Roussillon.
En effet, cette association vient d’être dénoncée non anonymement auprès des services concernés comme l’URSSAF à cause de la conduite de certains de ses membres ! (travail au noir, maltraitance envers les Kosovars, locaux insalubres, etc…).
En ce qui concerne l’affaire des Kosovars, les responsables de cette association sont convoqués auprès du Tribunal de perpignan pour le mois d’octobre afin de juger cette affaire qui m’apparait scandaleuse.
M Le Maire, le groupe « Perpignan ensemble », tête haute et mains propres, vous demande instamment de représenter ce dossier en Conseil municipal, afin d’obtenir tous les renseignements qui vous permettront de présenter un contrat pertinent, en adéquation avec les critères généraux demandés en fonction des problématiques territoriales et tout particulièrement la vérification de l’honnêteté des partenaires pour l’exercice 2014 afin que notre ville puisse avoir un développement social urbain de très haute qualité.

*****

Note du rédacteur:

Il est intéressant de noter que suite à l’intervention de Madame Fesenbeck, le mercredi 2 juillet 2014, le journal « L’Indépendant » titrait un article « Et si on pratiquait des soldes solidaires », et en sous-titre « L’association Entr’Aides Roussillon s’associe aux soldes d’été qui débutent aujourd’hui à Perpignan ».

Toujours dans ce même article on pouvait y trouver le petit paragraphe suivant : « Il est utile de rappeler que tous les déplacements sont payés par les participants eux-mêmes ».

D’où notre question : Pourquoi ce paragraphe quelques jours seulement après la dénonciation par notre élue municipale de certains faits ? Cette association a-t-elle vraiment quelque chose à se reprocher ?

Attendons la suite des évènements et nous vous tiendrons au courant, chers internautes, de la suite judiciaire qui sera donnée à cette affaire.


Sur le contrat urbain de cohésion sociale: il faut privilégier l’emploi

MariethereseIntervention au conseil municipal de Perpignan du 25 juin2014 de Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillère régionale FN, conseillère municipale et conseillère communautaire  sur la liste « Perpignan ensemble Rassemblement bleu marine »

A propos du contrat urbain de Cohésion Sociale – 1er avenant 2014
M Le Maire, chers collègues,
Ce dossier n° 18 sur le CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) attire quelques remarques :
Tout être humain depuis la nuit des temps a cherché en premier à se nourrir. Il a donc été obligé de faire preuve d’imagination pour y accéder principalement par le travail, moyen toujours en vigueur dans nos civilisations modernes.
Or, je constate que le montant des subventions 2014 attribuées est plus important en faveur du CIDFF (centre d’information sur les droits des femmes) n° 8 – ateliers centres sociaux (12 000 €) qu’en faveur des actions induisant l’emploi : les restos du cœur n° 40 – atelier emplois jeunes (3 000 €) ! ou Transfer n° 45 – développer des partenariats emploi avec les entreprises (1 000 €).
N’oublions pas que notre Ville est sinistrée en matière d’emplois. Vous vous devez, M Le Maire, de participer à l’effort économique de notre Ville en commençant par l’aide aux emplois et non pas en offrant quelques miettes comme ces 1 000 €.