Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Les Anciens à la Fête? les Séniors en colère!

FrontNatopnalPremierPartiPO

Communiqué de Catherine PUJOL

Conseillère municipale et communautaire

Responsable FN du canton Côte Sableuse

 CatherinePujolCantonales

 Une Fête en pleurs…

Dans le cadre de la semaine nationale des retraités et personnes âgées, dite Semaine bleue, les municipalités, via les associations et organismes d’accueil permanent des personnes âgées, organisent  depuis lundi, et jusqu’à dimanche, des animations destinées aux « Sages têtes cendrées » de notre société.

Alors que les Anciens sont à la Fête, les Séniors sont en colère.

Dans la rue, le 29 septembre dernier, les plus « alertes » dénonçaient le gel des pensions des retraités qui ne sont pas revalorisées ce 1er octobre 2016,  signant une quasi-stagnation pour la troisième année consécutive. Les pensions alignées sur les prix reculent par rapport aux salaires, des milliers de retraités n’ont plus les moyens de se soigner.

Selon le dernier rapport statistique de la Caisse nationale d’assurance vieillesse paru le 6 septembre dernier, les retraités  étaient en effet 366.253 en 2015 soit une hausse de 30% en six ans, avec un âge moyen de 66 ans. Une situation qui se dégrade au fil du temps et qui en pousse certains à rester actifs par nécessité, à chercher « un job pour s’en sortir ». Symbole d’un abandon des plus âgés par l’État, politique menée ces dernières années, le taux de pauvreté des retraités ne cesse d’augmenter. Même s’il reste inférieur aux autres catégories, 7,9% d’entre eux vivaient sous le seuil de pauvreté en 2013 contre 7,7% en 2012.

Le niveau de vie des retraités décroche, une Fête en pleurs pour une majorité d’entre eux !

FrontNationalDesPO_Adresse


Louis Aliot répond aux mensonges et manipulations des intégristes catalanistes

FrontNatopnalPremierPartiPOCommuniqué de Louis Aliot
Louis AliotDéputé européen
Conseiller municipal et communautaire de Perpignan

« Réponses aux mensonges et manipulations des intégristes catalanistes »

Il y a une grande différence entre défenseurs de l’identité catalane et catalanistes intégristes.

Je ne pense pas que poser des panneaux « pays catalan » fasse avancer la cause de l’enracinement catalan, pas plus que de se mettre sous la bannière d’un parti politique catalano-espagnol, qui comme la girouette, s’oriente en fonction des vents…

Je suis français et catalan d’adoption, je n’ai pas à recevoir de leçons des professionnels de l’agitation catalane bien relayés par la presse locale. Seules les urnes sont souveraines !
Que ces personnes et mouvements se présentent aux élections sous leurs bannières propres, et qu’ils soient assez sincères pour défendre un projet autonomiste ou indépendantiste qu’une grande majorité de nos concitoyens refusent.

Pour moi, défendre l’identité est un projet de vie, de défense d’un patrimoine, de traditions multiséculaires, d’une culture aujourd’hui menacée par une immigration de masse d’origine extra-européenne, dans une nation qui malheureusement n’assimile plus.

Républicain, je défends l’unité et l’indivisibilité de la république française et ne me trompe pas de combat et de priorité. Les français de culture catalane ne préserveront leur identité propre que dans une France forte, et cette défense intelligente d’un enracinement riche et populaire contribuera à conforter notre identité nationale, face à une mondialisation marchande et financière hostile à toutes formes d’enracinement.

Catalans d’accord, mais Français d’abord !

FrontNationalDesPO_Adresse


P.O. Les élus de gauche décident une augmentation des impôts locaux

Communiqué des élus FN/RBM des Pyrénées-Orientales
Augmentation des Impôts locaux: la Gauche départementale a berné les habitants des P.O.!

Le Conseil départemental de gauche a voté pour « boucler son budget 2016 » (sic) une mesure toute emprunte de démagogie: l’augmentation des impôts fonciers.

Non contente d’avoir créé depuis des années, sans aucune remise en cause, les conditions d’une véritable industrie de l’assistanat et du chômage dans notre département,
la majorité de gauche s’en prend maintenant pour financer son budget, à ceux, qui majoritairement modestes, sont propriétaires de leur logement.

Alors qu’avoir la possibilité de posséder sa maison ou son appartement, devrait être un droit fondamental reconnu par tous, et que la plupart de nos concitoyens mettent toute une vie à financer leur « toit », le Conseil Départemental s’attaque un peu plus avec cette mesure aux propriétaires modestes, et découragent un peu plus les jeunes qui souhaiteraient accéder à la propriété.

Plutôt que de revoir à la baisse ses dépenses fastueuses et ostentatoires de promotion et de communication, le Conseil départemental de Madame Hermeline Malherbe, et de sa collègue ministre Ségolène Neuville, choisit une nouvelle fois la solution de facilité par toujours plus de prélèvements sur le dos de la classe dite « moyenne ».

Les élus du Front National 66 dénoncent ces mesures inutiles qui ne font qu’augmenter la pression fiscale sur les contribuables déjà fortement sollicités par les politiques d’austérité:
« Que la Gauche départementale dans son ensemble ne s’étonne plus du sentiment de rejet qu’elle suscite, elle qui raisonne toujours plus en décalage avec ce que vivent les françaises et les français au quotidien »!!


Marchés publics et concurrence déloyale dans les P.O.

Image Louis PEBTP dans les P.O.: « Marchés publics raflés à la déloyale »…

Communiqué de Louis Aliot, Député Européen et Conseiller Municipal de Perpignan:

J’apporte mon  entier soutien à la fédération BTP66.
Je voudrais également dénoncer par là même, le laxisme et le manque de rigueur des administrations publiques
dans l’attribution des Marchés, notamment le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales.

Voir des entreprises hors département ou étrangères remporter des appels d’offres,
alors que chacun sait, qu’elles mettent dans la balance le dumping social, ou l’emploi
de clandestins non déclarés, au détriment de nos PME Locales, est proprement scandaleux!

Si certains élus ont une responsabilité très claire dans l’attribution
de ces chantiers d’infrastructures publiques,
il serait utile également que la lumière soit faite sur les mécanismes de financements
et les organismes financiers qui les cautionnent…

Le Front National, dénonce depuis des années ces pratiques destructrices de notre emploi local,
elles-mêmes encouragées par une réglementation européenne nuisible
au développement économique de nos départements.


Départementales 2015. Sur le RIBÉRAL comme sur de nombreux cantons du P.-O., tout est encore possible.

RiberalFlyer1-TresBeauCommuniqué de Bruno LEMAIRE, membre du Comité Central du Front National, candidat FN/RBM avec Anne-Marie LAHAXE sur le canton 14, « LE RIBÉRAL »

Un grand merci tout d’abord à tous les électeurs qui se sont déplacés dans le canton, et plus généralement dans l’ensemble du département, pour voter alors que la plupart des médias avaient déjà glosé sur la désaffection des français pour ce type d’élections.

Merci encore plus, évidemment, pour les électeurs du Front National/Rassemblement Bleu Marine qui ont porté leurs suffrages sur les candidats de notre mouvement, seul susceptible d’incarner le changement.

Merci enfin pour les électeurs du Ribéral qui ont voté au premier tour pour Anne-Marie Lahaxe et sa suppléante Stéphanie de Lafuente, et pour son binôme Bruno Lemaire et son suppléant Axel Clément. Qu’ils soient chaudement remerciés pour ce premier résultat que le « journal local » était très loin d’avoir prévu, comme si les élections étaient jouées avant même d’avoir lieu.

Les résultats de ce premier tour dans le RIBÉRAL nous donnent beaucoup d’espoir. Ils se traduisent certes par une très mince avance de 60 voix en faveur d’un binôme de notables, soutenus par divers partis dits de droite, dont l’UMP et l’UDI. Ces candidats UMP-UDI-DVD, maires ou adjoint(e)s de 4 grosses communes du Ribéral, avaient même imaginé pouvoir être élus dès le premier tour, en oubliant sans doute que le seul juge était le peuple, et que c’était aux électeurs de trancher. Quelle outrecuidance, quel mépris de la démocratie!

En fait, rien n’est joué, puisque en sus de cette très mince différence de suffrages, 34% des électeurs du premier tour ont choisi différemment.

Ce sont à ces électeurs, ainsi qu’aux abstentionnistes, de choisir. Contrairement à de nombreux candidats, nous ne promettons rien, sinon honnêteté et transparence, considérant que c’est à nos compatriotes, et à eux seuls, de choisir en toute conscience celle et celui qui leur apparaissent le plus susceptibles de gérer, au mieux de leurs intérêts et du bien commun, leur canton, et, par extension, leur département.

Le FN/RBM veut défendre les départements, chaque département, dont l’existence même est menacée, à la fois par l’administration Hollande et par la plupart des cadres de l’UMP-UDI. Alors chers électeurs, à vous de choisir, à vous de voter. Nous vous donnons rendez-vous dimanche prochain, 29 mars 2015.


TVSud et Independant. A propos du débat de l’avant premier tour dans les P.-O.: vous avez dit débat ?

RiberalFlyer1-TresBeauTribune libre de Bruno LEMAIRE, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, candidat Front National/RBM sur le canton du RIBERAL avec Anne-Marie LAHAXE, conseiller municipal de Perpignan.

Qu’il y ait des escarmouches entre participants, c’est peut être de bonne guerre, même s’il serait souhaitable de combattre pour le bien commun, et non pas pour conserver ou acquérir des postes d’élu(e)s.

De là cependant à ce que les membres prétendus d’une même famille, que ce soit entre les deux représentants se disant de gauche – sans que leurs étiquettes ne soient réellement affichées – ou entre ceux de la droite et du centre, s’écharpent au point de rendre certains de leurs échanges inintelligibles, il y a une limite qui a été trop souvent franchie. Et l’on s’étonne ensuite que certains se détournent de la politique.

Cela étant, revenons au constat, que chacun a pu faire, avec plus ou moins bonne grâce, sur la situation catastrophique, en matière d’emploi et de pauvreté de notre département. Chacun peut le constater, l’a constaté, et a dit qu’avec lui – ou elle – aux commandes, cela allait changer. Chacun déplore sans doute cette situation, même si mes différents adversaires ont tenté de s’en rejeter, partiellement ou totalement, la responsabilité, qui sur le PS, qui sur l’UMP. Pour le parti que je représente, c’est plus simple, puisque nous n’avons aucune responsabilité dans la gestion de ce département, qui, depuis 30 ans, a été gouverné, avec les résultats que l’on sait, par l’UMP d’abord, puis par le PS depuis 1998. Difficile donc de ne pas évoquer la responsabilité conjointe de l’UMPS.

Ce constat étant fait, que pouvons-nous y faire, et que demandent réellement nos électeurs, en espérant que nombreux seront ceux qui se déplaceront pour voter, les 22 et 29 mars prochains?

Le mot que j’ai le plus entendu durant toute cette campagne, et bien avant d’ailleurs, puisque dès la campagne législative de 2012 on pouvait déjà l’entendre, c’est le mot ESPOIR, ou, à l’inverse, désespoir.

Oui, nos compatriotes, des haut-cantons ou du littoral, des grandes villes comme des petites communes, des villages du Canigou à ceux de la vallée de l’Agly, ont besoin d’espoir. Cet espoir, ce cri de détresse, certains le poussent depuis des décennies, mais personne ne l’entend, hélas, ni à l’UMP, ni au PS.

Ce n’est pas insulter mes adversaires que de le dire. Ils n’y peuvent mais. C’est le système qui veut cela, un système de notables, devenu au cours des années de plus en plus opaque, de plus en plus clientéliste, de plus en plus loin des réalités concrètes, celles de l’artisan, du commerçant, du viticulteur, du maraicher, du petit retraité.

Si l’on ne fait rien, au niveau local comme au niveau national, la situation ne pourra qu’empirer. Déjà la loi NOTRe veut réduire les compétences du département à celles d’un guichet d’assistance sociale, ce qui est déjà le cas pour plus de 50% de ses dépenses. C’est contre cela que nous voulons lutter, en redonnant toutes ses compétences et tout son rôle au département. Au Front National/RBM, nous sommes le seul parti à vouloir le faire, à pouvoir le faire.

Pour cela nous nous reposerons sur trois concepts-clef, COHÉRENCE, TRANSPARENCE, RESPECT.

COHÉRENCE
La cohérence du Front National se retrouve, au niveau local comme au niveau national, dans tous les domaines.
D’abord dans nos choix économiques : Comment peut-on privilégier le local au niveau local, et le rejeter au niveau national ? C’est pourtant ce que prétendent faire nos adversaires, de l’UMP, du PS, ou d’ailleurs.

Ensuite dans nos choix territoriaux : Notre projet de simplification administrative repose sur 3 volets, Nation France, Départements, Communes (et pas, comme nos adversaires, un triptyque Europe fédérale, grandes régions, intercommunalité)

Encore dans nos choix écologiques : produire et vivre au pays, pour une empreinte carbone la plus faible possible, circuits courts. Nos adversaires le proposent parfois, mais cela est incohérent avec leurs choix européens et mondialistes

Enfin, dans le « vivre ensemble » Nous refusons tout communautarisme, ce qui n’est pas le cas de nos adversaires qui favorisent, directement ou par diverses subventions, clientélisme et communautarisme

TRANSPARENCE
Nous voulons travailler pour le bien commun. Toutes nos décisions seront motivées et rendues publiques. Dans certains cas, nous aurons recours à des referendums locaux d’initiative populaire. Nous ne ferons pas de dépense de communication, après coup, pour nous auto-féliciter de notre « génie », mais, avant, pour informer, discuter, être critiqué. C’est notre vision de la démocratie.

RESPECT et VRAIE SOLIDARITÉ : REMETTRE AU TRAVAIL CEUX QUI LE PEUVENT

Transformer le ‘A’ de RSA de Assistance en véritable ACTIVITÉ. Actuellement, les allocataires du RSA n’ont quasiment aucune vraie possibilité de sortir de l’assistanat, et, au bout de quelque temps, la plupart n’en ont même plus envie. En dehors de toutes les fraudes possible, contre lesquelles il faut évidemment lutter, notre devoir est de redonner goût au travail et pied à l’étrier à tous ceux qui le voudraient, ou qui l’ont voulu à un moment donné de leur vie. C’est à la fois le respect que nous devons à nos compatriotes, et aussi un devoir pour que, tous ensemble, nous puissions faire que re-vive la France.

Si donc vous voulez un véritable changement, un seul choix possible. VOTEZ et faites VOTER pour les candidats Front National/Rassemblement Bleu Marine.


Le FNJ des P-O. dénonce une précarité ‘championne’ parmi nos jeunes

 » Notre département : Médaille de bronze nationale de la précarité chez les jeunes « 

par le Front National de la Jeunesse des Pyrénées Orientales

L’INSEE vient de publier les chiffres sur le taux de pauvreté en France. Tandis que la précarité dans notre pays ne cesse d’augmenter, le constat de notre département est plus accablant encore. Alors que les Pyrénées-Orientales caracolent à la 4e position du département le plus pauvre de France avec un taux de pauvreté de 20,4 %, les chiffres relatifs à la pauvreté chez les jeunes sont encore plus catastrophiques. En effet, notre département récolte une médaille de bronze nationale peu glorieuse avec un taux de précarité de 30,4 % chez les jeunes.

Ces chiffres sont tout bonnement inadmissibles. Alors que le FNJ des P-O ne cesse d’alerter depuis des mois de l’aggravation de la précarité parmi les jeunes, nos questions restent sans réponses. Il faut regarder la vérité en face : un changement de cap s’impose à tous. Il faut une véritable politique tournée vers ceux qui en ont vraiment besoin et prendre des mesures pour relancer pour réactiver l’emploi ou la production. Les candidats FN/RBM ne cessent à longueur de temps de donner des pistes, des solutions, souvent courageuses, pour rehausser la situation. Mais la presse locale, par pure malhonnêteté intellectuelle, jette le voile sur une vérité de plus en plus criante qui doit faire immédiatement l’objet d’un grand débat dans ces élections que nous essayons d’amorcer, en vain.

Nous n’osons croire qu’une fois de plus, les électeurs donneront ou renouvelleront leur confiance à l’UMPS responsable de ce fiasco social. Pendant que d’autres prônent le droit d’aimer sur les bancs publics ou pinaillent sur l’exclusion d’un félon, le FN/RBM , lui, fait de la politique en faveur du bien commun, et plus spécifiquement à destination des jeunes.

Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/03/20002-20150303ARTFIG00182-quels-sont-les-departements-les-plus-pauvres-de-france.php