Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


1 commentaire

Perpignan-Ensemble : Sécurité

« Le rétablissement de l’ordre républicain et de la sécurité sera notre priorité absolue, seule condition à la renaissance du développement économique, du maintien d’un cadre de vie de qualité et d’une image positive à l’extérieur. »

programme-securite-projet-pour-perpignan-municipales-2014Le constat :

Avec  104 faits constatés pour 1000 habitants, Perpignan se classe 4ème  ville de plus de 100.000 habitants des plus criminogènes à égalité avec Cannes.

Les solutions :

  • Instaurer à la tête de la police municipale une véritable unité de commandement sous l’autorité du maire.
  • Augmenter les capacités opérationnelles d’intervention en temps réel de la police municipale pour que recule enfin le sentiment d’insécurité.
  • Renforcer et réorganiser cette police municipale afin de couvrir le terrain 24/24h par la création d’une brigade de nuit (20 agents) et d’une unité de roulement de jour (36 agents).
  • Recentrer la police municipale sur ses missions de prévention et de répression  sur l’ensemble de la ville.
  • Donner des  instructions claires pour lutter plus efficacement contre la petite et moyenne délinquance dans le respect du principe de tolérance zéro.
  • Accroitre la présence policière aux abords immédiats des commerces de proximité pour lutter contre l’agressivité des marginaux.
  • Faire de la lutte contre la consommation et le trafic illicite de produits stupéfiants une grande cause municipale.
  • Généraliser la vidéo protection dans les bus de l’agglomération.
  • Créer un service d’aide aux victimes afin de les guider dans leur parcours judiciaire.
  • Doubler en 6 ans le nombre de caméras de vidéo protection en dotant le dispositif d’un système d’exploitation informatique performant


Louis Aliot répond à Pierre Parrat, adjoint délégué à la sécurité de Perpignan…

Louis Aliot - Perpignan Ensemble 2014Louis Aliot répond à Pierre Parrat, adjoint délégué UMP à la sécurité de Perpignan suite à un de nos communiqué publié sur le site d’actualité Ouillade.eu.

« Plus facile de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre qui vous aveugle. Les chiffres de la délinquance parlent d’eux-mêmes. Je fais tous les jours mon petit tour et à chaque fois les mêmes choses reviennent : insécurité, incivilités, violences gratuites, vols, etc.

Que constatons-nous ?

Carence de l’Etat pour des ordres qu’il n’ose pas donner et des moyens qu’il restreint. Sans compter le laxisme de Mme Taubira, ministre de la Justice.

Carence de la municipalité de Perpignan qui achète la paix sociale dans certains quartiers comme l’a prouvé l’affaire du « grand frère » qui a connu quelques ennuis avec des gendarmes. Les policiers municipaux n’y sont pour rien, seuls les responsables le sont, la campagne municipale sera là pour éclairer les esprits. Et chacun pourra se déterminer en fonction… Des langues commencent à se délier. Au service de la vérité. C’est aussi ça la démocratie ».

Rendez-vous donc sur le terrain !

 


A Perpignan, même le Maire et son adjoint à la sécurité défilent pour le 14 juillet !

Comme nous l’avions précedemment annoncé, nous avons confirmation ce jour dans les colonnes de l’Indépendant, que Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan et son adjoint à la sécurité, Pierre Parrat ont aussi défilé pour le 14 juillet avec des journalistes quelque peu amusés par le grotesque de la situation.

le-maire-de-perpignan-a-suivi-la-tournee-de-la-police_328573_516x343

Le défilé du 14 juillet vue côté mairie… Photo l’Indépendant 16/07/2013

Mais pour son adjoint à la sécurité, l’objectif était on ne peut plus sérieux, puisqu’il tenait simplement à signaler à la population de Perpignan, le passage de sa police municipale quitte à sortir le gyrophare !

Lors de cette opération de communication électorale, nous apprenons que la police municipale préfère ne pas débarquer monsieur le Maire au coeur de la cité Diaz où ce dernier reconnait implicitement des problèmes.

Néanmoins, monsieur le Maire se félicite quand même “de la pacification et de la reconquête de certains quartier comme Clodion, la Gare, Saint-Assiscle et Saint-Martin, même si, ici ou là, on a quelques plaintes pour du bruit ou du deal de drogue” dixit Jean-Marc Pujol. Mais pas seulement monsieur le Maire…

Nous conseillons donc à Jean-Marc Pujol de lire quotidiennement l’Indépendant pour apprendre que ce sont dans ces mêmes quartiers, que des policiers ont été dernièrement pr!s à parti Cité Clodion, que des commerçants se sont fait braquer Quartier Saint-Martin ou qu’un TGV a été caillassé Quartier de la Gare… Il est, de plus, de notoriété publique, que les HLM de Saint-Assiscle deviennent une véritable poudrière.

Mais les Perpignanais sont rassurés, leur Maire et son adjoint à la sécurité veillent avec comme seule résolution de défiler avec sa garde prétorienne en n’oubliant pas de serrer quelques mains, échéance électorale proche oblige…

Quand les policiers municipaux recevront-ils ordre de s’arrêter dans ces zones de non droit, appelées pudiquement zones de sécurité prioritaire ? Quand auront-ils toute latitude d’effectuer leurs missions en collaboration avec la police nationale plutôt que de recevoir comme consignes de fermer les yeux pour satisfaire la politique clientéliste de Jean-Marc Pujol et son équipe ? On se le demande.

Perpignan Ensemble


Perpignan : du rififi à la Police municipale !

Communiqué de la liste Perpignan Ensemble avec Louis Aliot,

De source bien informée, nous venons d’apprendre la discrète dissolution de la brigade VTT de la Police municipale pour des raisons apparemment non motivées par les nécessités de service alors que son efficacité est de notoriété publique surtout dans une telle période. Qu’en est-il ?

Nous apprenons aussi qu’un petit vent de révolte souffle au sein des effectifs de la Police municipale où certains agents, pourtant très motivés, se sentent bridés par leur hiérarchie qui leur demande de fermer les yeux et lever le pied dans certains quartiers réputés sensibles. Qu’en est-il ?

La politique clientéliste de l’actuelle équipe municipale et l’approche des futures élections ne seraient apparemment pas étrangères à la démotivation grandissante des personnels de la Police Municipale.

La sécurité des Perpignanais étant notre priorité absolue et pas seulement un argument électoraliste, nous n’aurons de cesse, après notre arrivée aux commandes de la ville, de donner à la Police municipale les moyens et les ordres adéquats, mais surtout la considération qu’elle mérite.