Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le programme économique du Front National est cohérent et crédible, n’en déplaise à ses contradicteurs

Par Bruno Lemaire, colistier de « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Devant la montée du Front National, la quasi-unanimité des medias semble s’être donnée le mot : il faut tout faire pour décrédibiliser le mouvement dirigé par Marine Le Pen. L’article signé par Eric Le Boucher, intitulé « les aberrantes propositions économiques du FN » s’inscrit clairement dans cette problématique, et pour cela, il n’hésite pas à mélanger contre-vérités, omissions ou affirmations sans aucun fondement. Et cette « mantra » anti FN/RBM est d’autant plus développée qu’elle s’efforce, à quatre mois des municipales, de tenter de détourner, y compris à Perpignan, de détourner le plus possible d’électeurs du seul mouvement qui veut et qui peut réellement changer les choses.

C’est ainsi que le magazine « Les Echos » s’efforce de ‘démontrer’ les folies collectivistes du programme économique proposé par Marine Le Pen. Et l’éditioraliste des Echos n’hésite pas à forcer le trait, au dépens de la vérité la plus élémentaire, en accusant Marine d’être une crypto-marxiste. Pour quelqu’un qui se présente comme libéral – ce qui est normal pour un diplômé de Dauphine – le premier argument du sieur Le Boucher, et presque le crime absolu, serait ainsi que le programme proposé par Marine Le Pen serait une simple copie de celui de la gauche (« Les chapitres du « Projet » présidentiel de Mme Le Pen sont des copiés-collés de la gauche »). Un tel argument serait risible si la situation économique et politique de la France n’était pas si grave.

En dehors de cette affirmation sans fondement – autre que le fait que Marine Le Pen se préoccupe sûrement davantage du sort des ouvriers, des employés et de la classe moyenne et populaire que ne le fait la prétendue « gauche » – notre journaliste économique, ou notre économiste journaliste se retrouve en pleine contradiction, puisque tout en accusant Marine d’être de gauche, voire d’extrême gauche, il lui reproche d’être poujadiste, ou de l’avoir été. Manifestement Monsieur Le Boucher a du mal à comprendre ce que Marine entend par Etat stratège, un état à la fois protecteur des plus faibles, mais aussi garant des grandes souverainetés nationales, quand le contexte l’exige. Pour Monsieur Le Boucher, manifestement, il faudrait être soit libéral – en fait ultra-libéral – soit collectiviste, pour ne pas dire marxiste-léniniste (d’où la  comparaison qu’il se permet de faire entre Marine Le Pen et de défunt président du Venezuela, H. Chavez).

Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur le rôle de l’Etat, balayé en quelques mots par Eric Le Boucher, mais revenons à la seule partie de l’article qui pourrait apparaitre argumentée, à savoir les trois points de la « priorité aux français », de l’Etat fort, et du « retour au franc ». Lire la suite