Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Louis Aliot répond à « la sénatrice-présidente du Conseil général cumularde »

Louis Aliot - reaction France 2

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au parlement européen,
conseiller régional, président du Groupe municipal Perpignan Ensemble, communique :

« Madame Malherbe a la grosse tête mais est contrainte de prendre le FN comme son adversaire principal, et c’est là une inquiétude bien légitime.

En ce qui me concerne je ferai ma rentrée politique le 24 septembre par l’inauguration de notre permanence municipale et le 25 par une présence officielle aux cérémonies d’hommage à nos compatriotes Harkis (à qui j’ai réservé ma première sortie officielle en tant sur député européen) puis au conseil municipal de Perpignan ( ou de gros dossiers nous attendent)…

Afin que nul ne l’ignore je suis en attente de la fin des recours concernant les élections européennes et démissionnerai du poste de conseiller régional étant contre le cumul des mandats contrairement à madame la présidente du conseil général et sénatrice qui va amuser beaucoup de nos concitoyens en parlant de présence sur le terrain, alors que nous avons affaire à une cumularde. J’ajoute que la gauche est totalement absente des affaires municipales et pour cause, elle a voté UMP-UDI-CNI pour sauver le siège de monsieur Pujol et sa majorité. Elle utilise le conseil général, avec l’argent du contribuable, pour développer un clientélisme éhonté et un communautarisme que les français rejettent ! Le PS aura mis après Nicolas Sarkozy la France en faillite et le conseil général 66 en grande difficulté. Les citoyens s’apprêtent à donner à la gauche et à son arrogance une magistrale déculottée électorale aux prochaines élections.

Enfin, j’ai été tout l’été à la rencontre des professions sinistrées par la gauche, l’Europe ou la mairie de Perpignan. Les producteurs de fruits et légumes ou les commerçants de Perpignan, mais aussi à l’écoute des syndicalistes agricoles de la coordination rurale avec notre ami Pelras.

Bref, les observateurs vont s’apercevoir très vite de notre volonté de battre la gauche et la droite aux élections à venir. Nous sommes là et bien là ! ».


1 commentaire

Second tour des municipales à Perpignan : débat entre Louis Aliot et Jean-Marc Pujol

Debat Louis Aliot (FN RBM) face a Jean-Marc Pujol (UMP UDI PS) - 2e tour Municipales 2014 PerpignanDécouvrez et partagez le débat qui a eu lieu ce matin dans les locaux du quotidien L’Indépendant entre Louis Aliot (FN / RBM) et Jean-Marc Pujol (UMP-UDI-PS), le maire sortant, retransmis en direct sur France Bleu Roussillon et lindependant.fr.


Perpignan Ensemble : Interview de Louis Aliot sur France Bleu

Invités tour à tour ce mercredi matin sur France Bleu Roussillon, Jean-Marc Pujol, le maire sortant UMP à la mairie de Perpignan, et Louis Aliot le candidat de la liste «Perpignan Ensemble», réagissent au retrait de la liste socialiste conduite par Jacques Cresta.

Extrait. Louis Aliot : « Plus on avance sur le terrain et plus on s’aperçoit que le retrait du candidat socialiste est finalement une chance, parce que les choses sont claires, le choix est clair : soit le système Pujol-Alduy, soit une nouvelle équipe, un nouveau maire, un nouveau projet. Les Perpignanais prennent leur responsabilité et je leur fais confiance, ils ne peuvent pas faire confiance à une équipe qui a échoué.

Lire l’intégralité de l’article sur France Bleu Roussillon

Louis Aliot - France Bleu Roussillon


Réaction de Louis Aliot sur France 2 après le retrait du candidat PS à Perpignan

Après l’annonce de retrait du candidat du parti socialiste, Jacques Cresta, pour soutenir Jean-Marc Pujol (UMP) lors de la campagne du second tour, Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» s’exprime sur France 2.

«Tout cela est une manipulation grotesque du deuxième tour dans notre ville et moi, je suis persuadé que les électeurs vont leur faire payer !»


2 Commentaires

Duel à Perpignan — réaction de Louis Aliot au retrait du PS : «Pujol est l’homme du passé, je suis celui de l’avenir»

Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan-Ensemble», arrivé en tête lors du premier tour du scrutin, a vivement réagit ce matin au retrait du candidat de la gauche, Jacques Cresta dans la campagne du second tour de l’élection municipales à Perpignan qui aura lieu ce dimanche 30 mars 2014.

Louis Aliot a déclaré :


Municipales 2014 — Scandaleux : le Premier ministre utilise les moyens de l’Etat et l’argent public pour régler des affaires internes au parti socialiste !

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a annoncé hier à Montpellier, que la maire PS Hélène Mandroux avait « décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales » et qu’il lui confiait une mission d’État sur la santé.

La vérité est toute autre puisque madame Mandroux était en opposition directe avec la direction du PS concernant le choix de la tête de liste montpelliéraine et avait menacé de mener une liste dissidente.

Comme le révèle la presse, reçue récemment à Matignon, Jean-Marc Ayrault lui avait proposé une mission nationale sur la santé, à condition, chose extravagante, qu’elle fasse preuve de neutralité !

Après les annonces tonitruantes et intéressées de Marseille et de Paris, le Premier ministre vole au secours du PS en achetant les silences des uns et la neutralité des autres par l’intermédiaire de missions d’État payées par les impôts des contribuables ! C’est une honte et un scandale !

Il est désormais évident que l’État socialiste le plus impopulaire de l’histoire de la Ve est prêt à utiliser tous les moyens, même les plus condamnables, pour sauver ses amis, ses places et ses prébendes.


Louis Aliot participe au débat «racisme» dans « Ça vous regarde » sur LCP

Louis Aliot, vice-président du Front National chargé de la formation et des manifestations, candidat et tête de la liste « Perpignan Ensemble », participait à un débat dans l’émission « Ça vous regarde » sur LCP. Le thème de l’émission portait sur le racisme en France.


Réponse aux attaques personnelles de la girouette Grau

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

 » Mon confrère parisien, énarque de formation, installé à Perpignan depuis un an, ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît.

Dois-je rappeler que Romain Grau a été attaché parlementaire du député socialiste Henri Sicre, puis du député socialiste Jean Codognès, qu’il a été repêché par l’héritier centriste Alduy(UDI) et qu’il frappe maintenant à la porte de l’UMP Jean-Marc Pujol… tout en continuant de le critiquer…Carriériste, vous avez dit carriériste !?…

Vice-président de l’Agglo et adjoint à la mairie, monsieur le haut fonctionnaire parle beaucoup, de tout, mais est incapable de régler le moindre problème à Perpignan. Le dernier machin créé, la fameuse Agence de développement économique (l’ADE) , est une coquille vide sans projet, sans logique et donc sans avenir.

Les Perpignanais qui me voient très souvent apprécieront sa suffisance et sa légèreté dans les attaques personnelles. En ce qui concerne mes passages médiatiques, heureusement que je suis là pour faire émerger un peu Perpignan dans l’actualité nationale sur des idées, parce que ses amis auront contribué à donner de Perpignan l’image d’une cité violente marquée par les conflits ethniques, les émeutes de 2005 et par l’affaire des chaussettes, sans compter le chômage et la misère. Triste bilan…

J’ai une autre ambition pour Perpignan tant en matière de développement économique qu’en matière de tranquillité publique « .


1 commentaire

Une rentrée dans un climat d’insécurité inquiétant au sein d’un Etat de droit déliquescent !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Plusieurs syndicats professionnels de la police et de l’administration pénitentiaire de notre département viennent de mettre en garde les pouvoirs publics sur la situation désastreuse qui frappe la sécurité publique et donc sur les menaces qui pèsent sur nos concitoyens.

Du coté de la police, désormais vont être mis en place des sondages de satisfaction sur la sécurité qui ne vont qu’alimenter le climat de suspicion permanente qui pèse sur nos forces de l’ordre. Le port d’un nouveau matricule, les caméras piétons, la saisine directe de l’IGPN sur le Net vont contribuer à la dévalorisation de la profession, à sa paralysie et à un effondrement de l’autorité de l’État. Au bout du compte, le voyou pourra mieux se défendre que les victimes…

Du côté de la pénitentiaire, la situation déjà chaotique s’aggrave. « Des surveillants usés » par des manques de moyens humains chroniques, une surpopulation scandaleuse et inhumaine, et des agressions de plus en plus violentes conduisent le personnel à un ras-le-bol bien compréhensible.

Alerter les députés, c’est bien, mais alerter l’opinion c’est mieux. Car les députés aux ordres de leurs partis au pouvoir, PS aujourd’hui, UMP hier, sont responsables de cette situation et ne pourront faire aujourd’hui, ce qu’ils n’ont pas réalisé hier.

Ce laxisme d’État, sous les réforme Dati ou Taubira, cette impunité ressentie par les voyous et même encouragée par cette culture de l’excuse permanente ne font qu’aggraver les problèmes et mettent en péril la paix civile et la sécurité publique. Les criminologues français parlent désormais de « terrorisme de rue » avec des groupes organisés capables de défier la police et de peser sur le climat des prisons.

Cette faillite a des responsables qui ne sont pas les professionnels, mais les politiques.

Nous sommes les seuls à avoir le courage de dire la vérité, d’avancer des évidences et d’avoir la volonté réelle de résoudre ce problème dans le cadre des lois de la République.


Marchés publics ouverts à la concurrence étrangère : 
L’UMPS responsable et coupable !

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional de Languedoc-Roussillon, tête de liste « Perpignan ensemble » pour les municipales de 2014

Le coup de sang des membres de la fédération du BTP 66, furieux de voir un marché public en partie confié à des entreprises étrangères, est légitime.
Il va falloir cependant ouvrir les yeux sur la réalité !

Derrière la colère, nous dit le responsable professionnel, « il y a des raisons de penser qu’on manque de courage politique. » Et bien non, cher monsieur, avec tout le respect que je vous dois, ne mettez pas tous les « politiques » dans le même panier !

Nous sommes dans un département où les citoyens ont très bien, et très vite compris les périls de cette Europe-là en rejetant le funeste traité constitutionnel européen en 2005 à 65% alors que les parlementaires du département (les deux sénateurs UMP Alduy et Blanc et les quatre députés Mach, Calvet, Franco et Irles) l’avait voté à 100 % !

Encore mieux et récemment encore, le Traité Budgétaire Européen qui entérine ces pratiques de concurrence à outrance et sans limite, négocié par Nicolas Sarkozy, a été voté le 9 octobre 2012 par tous nos parlementaires de Droite comme de Gauche : Cresta, Neuville, Aylagas, Sire, Calvet et Bourquin ! UMP et PS main dans la main !

Cette politique européenne suicidaire est inscrite, noir sur blanc, dans les traités votés avec comme principe conducteur la sacrosainte « notion de concurrence libre et non faussée ! » à l’échelle européenne.

C’est d’ailleurs à ce titre que les gouvernements ne peuvent plus aider directement des entreprises qui souffrent et à ce titre aussi que les marchés publics sont désormais ouverts à la concurrence étrangère. Et si la France ou les collectivités ne le font pas, elles seront condamnées !

Cette politique qui a déjà ruiné notre agriculture, notre industrie et une partie de nos services gangrène tous les secteurs de l’activité économique faisant de la zone euro l’espace économique le moins compétitif du monde, de la France un champ de ruine et du Roussillon un désert pour l’emploi.

Oui, les politiciens locaux UMPS prennent vraiment les citoyens et les entrepreneurs locaux pour des imbéciles !

Pour protéger nos emplois et nos entreprises, il faut changer ce système, il faut réorienter l’Europe et mettre en place un protectionnisme intelligent et raisonnable.