Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Réaction de Louis Aliot (FN) après le 2e tour des élections municipales sur RFI

Réactions de Louis Aliot, vice-président du Front National

Que doit faire le président de la République ? Remanier le gouvernement ? Changer de Premier ministre ? Changer de politique ?

Les options sont sur la table après la déroute aux municipales de la gauche.

A partir de 5mn


Réaction de Louis Aliot sur France 2 après le retrait du candidat PS à Perpignan

Après l’annonce de retrait du candidat du parti socialiste, Jacques Cresta, pour soutenir Jean-Marc Pujol (UMP) lors de la campagne du second tour, Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» s’exprime sur France 2.

«Tout cela est une manipulation grotesque du deuxième tour dans notre ville et moi, je suis persuadé que les électeurs vont leur faire payer !»


2 Commentaires

Duel à Perpignan — réaction de Louis Aliot au retrait du PS : «Pujol est l’homme du passé, je suis celui de l’avenir»

Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan-Ensemble», arrivé en tête lors du premier tour du scrutin, a vivement réagit ce matin au retrait du candidat de la gauche, Jacques Cresta dans la campagne du second tour de l’élection municipales à Perpignan qui aura lieu ce dimanche 30 mars 2014.

Louis Aliot a déclaré :


Perpignan-Ensemble : Réaction de Louis Aliot sur France 3 Languedoc-Roussillon

Arrivé en tête lors du premier tour des élections municipales à Perpignan avec 34,19% (12.949 votes), Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble», a fait part de sa réaction hier soir en duplex sur France 3 Languedoc-Roussillon.

Voir le communiqué de presse pour le second tour : Louis Aliot largement en tête au premier tour de l’élection municipale à Perpignan


Compte administratif 2012 / Perpignan : Commentaires et interrogations légitimes

Le conseil municipal de Perpignan s’est réuni hier soir, notamment pour soumettre au vote le compte administratif 2012. Ce document comptable, retraçant l’ensemble des opérations financières de la ville pour l’année écoulée, appelle forcément des commentaires ou plutôt des interrogations légitimes.

Bien que la majorité municipale se gausse de la bonne tenue des comptes de la ville, par une diminution de la dette ou le maintien des taux de fiscalité de l’année précédente, il est facile de constater que le discours bien rôdé du Premier adjoint Jean-Paul Alduy, chargé de présenter la délibération, n’est que pur marketing électoral.

En analysant en parallèle le budget 2013, on constate une nette augmentation des postes de dépenses dédiés à l’aide aux associations ou aux travaux de proximité. N’importe quelle personne bien informée des us et coutumes de la vie politique, comprendra que nous sommes dans une année pré-électorale.

En effet, quand pour équilibrer les comptes, on doit vendre les bijoux de famille, ou compter sur une dotation de l’État calquée sur une augmentation de la population uniquement due, tout le monde le sait, au taux de natalité plus fertile dans les Pyrénées Orientales qu’ailleurs, on est en droit de se poser des questions.

Dans un article récent du magazine Le Point on y apprend, sans surprise d’ailleurs, que Perpignan finit bonne dernière au classement des villes de plus de 100 000 habitants en matière de dette par habitant.

Ce ratio a été calculé en additionnant la dette de la ville de Perpignan à celle de l’Agglomération, ce qui fait qu’au final c’est toujours le contribuable Perpignanais qui paye la mégalomanie (Théâtre de l’Archipel, Centre Del Mon, Gare TGV sans TGV…) d’une équipe usée par le pouvoir, à la tête des deux institutions. Dormez tranquille, ce sont toujours les mêmes qui paieront l’addition.

Dans un an, une alternative est possible avec Louis Aliot et la liste « Perpignan Ensemble », qui n’aura de cesse de rendre le pouvoir de décision aux Perpignanais, esclaves de gestionnaires plus préoccupés par leur intérêt particulier que par l’intérêt général.

Perpignan Ensemble