Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le Ribéral: remerciements des candidats FN à leurs électeurs.

BinomeRiberalCommuniqué de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, membre du comité central du Front National et de Anne-Marie Lahaxe, conseiller communautaire de Perpignan.

En tant que candidats du Front National sur le canton 14 (Le Ribéral) des Pyrénées Orientales, nous remercions chaleureusement les 3 822 électeurs des 7 communes qui nous ont accordé leur confiance dimanche dernier 29 mars.
Même si notre progression importante entre les deux tours – 661 voix de plus – n’a pas permis notre élection, notre résultat final, ainsi que celui de nos amis du FN/RBM sur les 16 autres cantons des P.O., montre que notre mouvement réalise une percée remarquable dans le paysage politique local.
Au vu des résultats du premier tour, le Front National apparaît comme le premier parti politique du département, avec un total cumulé de 64 000 voix, contre 60 000 seulement pour l’union PS-EELV-FG-RG qui « rafle » pourtant 11 cantons sur les 17 en lice.
Le FN/RBM est le seul mouvement qui soit en net progrès par rapport au scrutin de 2011, le seul donc qui ait su rassembler largement au-delà du clivage droite-gauche stérile et périmé, alors que l’axe pertinent est l’axe souverainiste-européiste, ou national-mondialiste.

Nous tenons aussi à remercier tout spécialement nos jeunes suppléants, natif du département et résidant, pour l’un, sur le chef lieu du canton, pour l’autre juste à côté, Axel Clement et Stephanie de Lafuente, ainsi que toute notre équipe, Philippe, Roger, Charles, Sébastien, Roger et tant d’autres, sans oublier notre ami Robert Olives, sans qui nous n’aurions jamais atteint de tels scores, en particulier à Baho (49.76% au second tour) , Villeneuve (48,03%) et Peyrestortes (44.25%).

Nos adversaires politiques ont raillé notre candidature, en nous traitant parfois même de candidats fantôme, sous le seul prétexte que nous nous lancions à la bataille contre un quatuor composé de 2 maires, d’une adjointe et d’un président d’association. Il est vrai que s’en prendre à des notables a de quoi surprendre, dans une France dominée trop souvent, hélas, par des baronnies et des féodalités que l’on souhaiterait d’un autre âge. Il est vrai aussi que nos moyens ne nous permettaient pas d’inonder les sept communes du Ribéral de tracts à l’éthique douteuse – promettre aux Pézillanais que le maire de St Estève ne les oublierait pas – et à la régularité plus que discutable, ni de les faire distribuer par quelques employés municipaux déchargés d’autres missions pour l’occasion.

Il n’empêche. Nous savions en nous engageant contre des représentants du système qui a géré la France et ses territoires depuis plus de 30 ans, de façon alternative, que la lutte serait difficile. Et ce fut le cas.

Cependant, même si nous n’avons pas été élus, nous ne désertons pas le terrain. Nous restons à vos côtés, à votre service, aux côtés de tous ceux qui n’en peuvent plus, qui veulent un changement, un vrai changement.

Nous continurons à semer et vous donnons rendez-vous en décembre prochain, aux élections régionales, où le Front National présentera des listes dans toute la France avec des chances accrues de victoire, non pour lui, mais pour que re-vive la France, celle que nous sommes si nombreux à aimer, et de plus en plus nombreux à vouloir défendre contre l’oligarchie ou la bureaucratie de Bruxelles.

Merci encore de votre soutien.

Bruno LEMAIRE   et   Anne-Marie LAHAXE


Départementales 2015. Sur le RIBÉRAL comme sur de nombreux cantons du P.-O., tout est encore possible.

RiberalFlyer1-TresBeauCommuniqué de Bruno LEMAIRE, membre du Comité Central du Front National, candidat FN/RBM avec Anne-Marie LAHAXE sur le canton 14, « LE RIBÉRAL »

Un grand merci tout d’abord à tous les électeurs qui se sont déplacés dans le canton, et plus généralement dans l’ensemble du département, pour voter alors que la plupart des médias avaient déjà glosé sur la désaffection des français pour ce type d’élections.

Merci encore plus, évidemment, pour les électeurs du Front National/Rassemblement Bleu Marine qui ont porté leurs suffrages sur les candidats de notre mouvement, seul susceptible d’incarner le changement.

Merci enfin pour les électeurs du Ribéral qui ont voté au premier tour pour Anne-Marie Lahaxe et sa suppléante Stéphanie de Lafuente, et pour son binôme Bruno Lemaire et son suppléant Axel Clément. Qu’ils soient chaudement remerciés pour ce premier résultat que le « journal local » était très loin d’avoir prévu, comme si les élections étaient jouées avant même d’avoir lieu.

Les résultats de ce premier tour dans le RIBÉRAL nous donnent beaucoup d’espoir. Ils se traduisent certes par une très mince avance de 60 voix en faveur d’un binôme de notables, soutenus par divers partis dits de droite, dont l’UMP et l’UDI. Ces candidats UMP-UDI-DVD, maires ou adjoint(e)s de 4 grosses communes du Ribéral, avaient même imaginé pouvoir être élus dès le premier tour, en oubliant sans doute que le seul juge était le peuple, et que c’était aux électeurs de trancher. Quelle outrecuidance, quel mépris de la démocratie!

En fait, rien n’est joué, puisque en sus de cette très mince différence de suffrages, 34% des électeurs du premier tour ont choisi différemment.

Ce sont à ces électeurs, ainsi qu’aux abstentionnistes, de choisir. Contrairement à de nombreux candidats, nous ne promettons rien, sinon honnêteté et transparence, considérant que c’est à nos compatriotes, et à eux seuls, de choisir en toute conscience celle et celui qui leur apparaissent le plus susceptibles de gérer, au mieux de leurs intérêts et du bien commun, leur canton, et, par extension, leur département.

Le FN/RBM veut défendre les départements, chaque département, dont l’existence même est menacée, à la fois par l’administration Hollande et par la plupart des cadres de l’UMP-UDI. Alors chers électeurs, à vous de choisir, à vous de voter. Nous vous donnons rendez-vous dimanche prochain, 29 mars 2015.


TVSud et Independant. A propos du débat de l’avant premier tour dans les P.-O.: vous avez dit débat ?

RiberalFlyer1-TresBeauTribune libre de Bruno LEMAIRE, conseiller municipal et communautaire de Perpignan, candidat Front National/RBM sur le canton du RIBERAL avec Anne-Marie LAHAXE, conseiller municipal de Perpignan.

Qu’il y ait des escarmouches entre participants, c’est peut être de bonne guerre, même s’il serait souhaitable de combattre pour le bien commun, et non pas pour conserver ou acquérir des postes d’élu(e)s.

De là cependant à ce que les membres prétendus d’une même famille, que ce soit entre les deux représentants se disant de gauche – sans que leurs étiquettes ne soient réellement affichées – ou entre ceux de la droite et du centre, s’écharpent au point de rendre certains de leurs échanges inintelligibles, il y a une limite qui a été trop souvent franchie. Et l’on s’étonne ensuite que certains se détournent de la politique.

Cela étant, revenons au constat, que chacun a pu faire, avec plus ou moins bonne grâce, sur la situation catastrophique, en matière d’emploi et de pauvreté de notre département. Chacun peut le constater, l’a constaté, et a dit qu’avec lui – ou elle – aux commandes, cela allait changer. Chacun déplore sans doute cette situation, même si mes différents adversaires ont tenté de s’en rejeter, partiellement ou totalement, la responsabilité, qui sur le PS, qui sur l’UMP. Pour le parti que je représente, c’est plus simple, puisque nous n’avons aucune responsabilité dans la gestion de ce département, qui, depuis 30 ans, a été gouverné, avec les résultats que l’on sait, par l’UMP d’abord, puis par le PS depuis 1998. Difficile donc de ne pas évoquer la responsabilité conjointe de l’UMPS.

Ce constat étant fait, que pouvons-nous y faire, et que demandent réellement nos électeurs, en espérant que nombreux seront ceux qui se déplaceront pour voter, les 22 et 29 mars prochains?

Le mot que j’ai le plus entendu durant toute cette campagne, et bien avant d’ailleurs, puisque dès la campagne législative de 2012 on pouvait déjà l’entendre, c’est le mot ESPOIR, ou, à l’inverse, désespoir.

Oui, nos compatriotes, des haut-cantons ou du littoral, des grandes villes comme des petites communes, des villages du Canigou à ceux de la vallée de l’Agly, ont besoin d’espoir. Cet espoir, ce cri de détresse, certains le poussent depuis des décennies, mais personne ne l’entend, hélas, ni à l’UMP, ni au PS.

Ce n’est pas insulter mes adversaires que de le dire. Ils n’y peuvent mais. C’est le système qui veut cela, un système de notables, devenu au cours des années de plus en plus opaque, de plus en plus clientéliste, de plus en plus loin des réalités concrètes, celles de l’artisan, du commerçant, du viticulteur, du maraicher, du petit retraité.

Si l’on ne fait rien, au niveau local comme au niveau national, la situation ne pourra qu’empirer. Déjà la loi NOTRe veut réduire les compétences du département à celles d’un guichet d’assistance sociale, ce qui est déjà le cas pour plus de 50% de ses dépenses. C’est contre cela que nous voulons lutter, en redonnant toutes ses compétences et tout son rôle au département. Au Front National/RBM, nous sommes le seul parti à vouloir le faire, à pouvoir le faire.

Pour cela nous nous reposerons sur trois concepts-clef, COHÉRENCE, TRANSPARENCE, RESPECT.

COHÉRENCE
La cohérence du Front National se retrouve, au niveau local comme au niveau national, dans tous les domaines.
D’abord dans nos choix économiques : Comment peut-on privilégier le local au niveau local, et le rejeter au niveau national ? C’est pourtant ce que prétendent faire nos adversaires, de l’UMP, du PS, ou d’ailleurs.

Ensuite dans nos choix territoriaux : Notre projet de simplification administrative repose sur 3 volets, Nation France, Départements, Communes (et pas, comme nos adversaires, un triptyque Europe fédérale, grandes régions, intercommunalité)

Encore dans nos choix écologiques : produire et vivre au pays, pour une empreinte carbone la plus faible possible, circuits courts. Nos adversaires le proposent parfois, mais cela est incohérent avec leurs choix européens et mondialistes

Enfin, dans le « vivre ensemble » Nous refusons tout communautarisme, ce qui n’est pas le cas de nos adversaires qui favorisent, directement ou par diverses subventions, clientélisme et communautarisme

TRANSPARENCE
Nous voulons travailler pour le bien commun. Toutes nos décisions seront motivées et rendues publiques. Dans certains cas, nous aurons recours à des referendums locaux d’initiative populaire. Nous ne ferons pas de dépense de communication, après coup, pour nous auto-féliciter de notre « génie », mais, avant, pour informer, discuter, être critiqué. C’est notre vision de la démocratie.

RESPECT et VRAIE SOLIDARITÉ : REMETTRE AU TRAVAIL CEUX QUI LE PEUVENT

Transformer le ‘A’ de RSA de Assistance en véritable ACTIVITÉ. Actuellement, les allocataires du RSA n’ont quasiment aucune vraie possibilité de sortir de l’assistanat, et, au bout de quelque temps, la plupart n’en ont même plus envie. En dehors de toutes les fraudes possible, contre lesquelles il faut évidemment lutter, notre devoir est de redonner goût au travail et pied à l’étrier à tous ceux qui le voudraient, ou qui l’ont voulu à un moment donné de leur vie. C’est à la fois le respect que nous devons à nos compatriotes, et aussi un devoir pour que, tous ensemble, nous puissions faire que re-vive la France.

Si donc vous voulez un véritable changement, un seul choix possible. VOTEZ et faites VOTER pour les candidats Front National/Rassemblement Bleu Marine.


Embellie des chiffres du chômage en février, élections en mars!

Embellie statistique en trompe l’oeil, ou vraie amélioration?

BinomeRiberalpar Bruno Lemaire, docteur ès Sciences Économiques, candidat Front National avec Anne-Marie Lahaxe, conseillère municipale de Perpignan, aux Élections Départementales 2015 sur le canton du RIBÉRAL.

Pourquoi polémiquer sur une éventuelle embellie du chômage. Après tout, toute amélioration de l’emploi, aussi minime soit-elle, n’est ni de droite, ni de gauche, ni d’ailleurs, non?

Le drame, hélas, c’est que cette embellie statistique ne correspond pas à la réalité vécue sur le terrain, comme de nombreux économistes le disent, qu’ils soient classés à gauche, comme Sapir, à droite, comme Holbecq, ou ailleurs, comme les économistes du FN/RBM. Si le nombre de chômeurs de la catégorie A – ceux sans aucune activité déclarée – a officiellement baissé de 19 100, c’est aussi parce qu’il y a eu  plus de 47 000 radiations, dont une bonne partie a sans doute renoncé à s’inscrire à Pole emploi, faute d’espoir de retrouver du travail. De plus, si l’on totalise l’ensemble des catégories A, B et C, qui incluent les demandeurs d’emploi à très faible activité, on arrive à un effectif qui a encore augmenté, puisqu’il totalise plus de 5,2 millions de personnes, en France Métropolitaine. En 32 mois de la présidence Hollande, on a eu ainsi une augmentation du nombre de chômeurs de 1,2 millions. Comment d’ailleurs pourrait-il en être autrement, puisque l’économie française continue à perdre des emplois, alors que sa population, elle, continue à augmenter.

Non, personne ne peut se réjouir de ces chiffres désastreux, et de la situation actuelle qui n’échappe évidemment pas  à nos compatriotes des P.O., il suffit d’aller voir les commerçants et de tracter sur les différents marchés de notre canton, et des cantons voisins, pour se rendre compte du désarroi, voire du désespoir, de nos concitoyens.

Les résultats des élections départementales de Mars 2015 ne pourront sans doute pas changer cette situation à eux seuls, mais ils pourront déjà envoyer un signal d’espoir à tous ceux qui s’enfoncent plus ou moins rapidement dans la misère, économique, morale, sociale. Le pouvoir économique du conseil départemental, même s’il veut être rogné par de super-régions ou par des métropoles de plus en plus éloignées du citoyen, n’est pas négligeable, et s’ils rallient vos suffrages, les conseillers départementaux du Front National et du Rassemblement Bleu Marine vous le prouveront.

 


Plus d’un demi milliard de dettes pour PMCA: qui va payer?

La communauté d’agglomération de Perpignan-Méditerranée en quasi faillite : dans une fuite en avant, elle veut pourtant devenir communauté urbaine!

TeteBrunoElections2015Communiqué de Bruno Lemaire, Club Idées Nation, conseiller communautaire Front National de PMCA, candidat aux départementales sur le canton du Ribéral avec Anne-Marie Lahaxe.

Plus de 528 millions de dettes pour PMCA, c’est à dire plus de 2050 euros par habitant, à rajouter aux 1908 euros de dettes par habitant de Perpignan. Mais ne craignez rien nous dit le Président de l’agglo, par ailleurs maire de Perpignan. Il faut regarder vers l’avenir, et tout est sous contrôle. De fait, après une dernière hausse en 2014 de 2 millions, il est prévu de commencer à rembourser 2 millions dès 2015 ou 2016. A cette vitesse, la dette sera remboursée en 260 ans. Tout est sous contrôle, on vous le dit.

Certes, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, Monsieur Pujol vient d’arriver aux manettes. Après tout, il ne s’occupait pas des finances de PMCA auparavant. Mais c’est quand même à l’UMP et à ses alliés – on les a vu récemment dans le Doubs – d’assumer cet héritage d’une gestion calamiteuse et pharaonique de l’agglomération. Ce sont eux qui étaient, localement, au pouvoir, même si, au niveau du département, c’était le PS qui était aux affaires, pas vraiment mieux gérées, notre département étant l’un des plus pauvres de France.

La cour régionale des comptes a rappelé récemment à l’équipe de Monsieur Pujol qu’elle frôlait la correctionnelle, voire la mise sous tutelle. Mais, qu’importe, puisque le salut de PMCA serait ailleurs nous dit le sénateur-maire du Soler. Il « suffirait » de transformer notre communauté d’agglomération, si mal gérée, en communauté urbaine pour bénéficier automatiquement d’une manne annuelle de 7 millions supplémentaires. C’est sans doute vrai d’un point de vue comptable, mais Monsieur Calvet a été plutôt flou sur les coûts supplémentaires qu’une telle transformation entraînerait, sans parler de l’abandon de compétences que certaines communes seraient obligées d’accepter.

En fait, on se retrouve un peu dans la même situation qu’au moment de la discussion sur le traité de Maastricht. Unissons nos faiblesses pour en faire une force nous disait-on lorsqu’on nous vantait une Union Européenne à créer à marches forcées. On connaît le résultat. Avant de créer une nouvelle communauté, il serait peut être urgent de mieux gérer la communauté existante.

Les prochaines élections départementales seront une occasion formidable de montrer aux notables locaux que le bon sens existe encore chez leurs compatriotes, traités trop souvent en simples sujets, alors qu’en tant de contribuables ils devraient avoir leur mot à dire sur les changements qu’on veut leur imposer sans vraiment de concertation. Le Front National défend l’idée de référendums d’initiative populaire. C’est le moment de le dire par vos votes que vous soutenez cette idée, celle d’une république qui ne vit et n’agit que pour le peuple, et par le peuple.