Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Les salariés des EHPAD en grève!

CPujolCommuniqué de Catherine Pujol, Conseillère Municipale et Communautaire du « Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot ».

Lundi 22 juin, les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) publics des PO ont protesté devant l’Agence Régionale de  Santé (ARS) de Perpignan.  En grève jusqu’au 26 juin, ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus pénibles. Ce mouvement a pour but d’obtenir les moyens financiers nécessaires à une bonne qualité de soins médico-sociaux dans les établissements.

Ces  EHPAD subissent actuellement les évaluations requises à leur « certification à un système de Qualité Externe » axé sur la qualité des soins et l’accompagnement des résidents, dans un Concept de Bientraitance. Paradoxal lorsqu’on déplore les financements figés de ces structures mettant en difficulté les Directeurs dans leur mission d’’optimisation des prestations aux personnes âgées.

Pour les professionnels, les conditions de travail sont devenues insupportables, le personnel est épuisé et en grande souffrance de par l’insuffisance de moyens humains pour assurer correctement la mission de Service Public de ces établissements. Un recrutement immédiat  en personnel qualifié est indispensable.

Souhaitons  que la direction départementale de la protection des populations (DDPP) soit à l’écoute de la délégation reçue ce jour. Espérons surtout que le Conseil Général, fraichement élu, soit sensible à ce  sujet excessivement  grave soulevé lors de la Campagne des Départementales par les candidats FN/RBM.


Services d’urgence: il y a urgence à agir!

66-CANTON3-Baudry-PujolCommuniqué de campagne à l’élection départementale 66, Canton Côte Sableuse, de Catherine Pujol et Xavier Baudry, candidats FN/RBM.

Quand les services d’urgences « craquent » !

Il est urgent pour les politiques locaux et nationaux de prendre enfin très au sérieux un problème pourtant avéré depuis plusieurs années.
L’engorgement des urgences n’est pas spécifique à cette période hivernale de pic viral et infectieux, comme le laisseraient entendre certains médias, mais reste historique tout au long de l’année.
Depuis quelques jours, les urgences subissent une affluence normale des prises en charge médicalisée, « vitales avérées » véhiculée en général par ambulance, SAMU terrestre ou héliportée arrivant dans un service déjà ‘surbooké’, au personnel épuisé, engageant un stress indescriptible pour les équipes en poste. Ces personnels appellent à l’alerte au nom de la sécurité des soins !
Il n’y a pas que dans notre département que les praticiens et les paramédicaux parlent de services saturés, d’une qualité de soins qui en souffre et d’un personnel en « burn out », le problème est national.
Le manque de médecins libéraux, un certain impératif de l’exercice de la profession, font dériver vers les services d’urgences de l’hôpital public ou des cliniques du secteur privé un grand nombre de patients dont la situation peut certes être sérieuse, mais pas urgente au sens réel du terme, « des cas relevant de la bobologie », ne pouvant être refusés déontologiquement.
Un engorgement qui pourrait se résoudre par la création de Maisons de Santé pluridisciplinaires en milieu rural sur les différents cantons du département. Ces structures répondraient de surcroit aux déserts médicaux et à l’absence de garde médicale la nuit, les dimanches et fériés sur certaines communes éloignées.
Un projet d’autant plus d’actualité en cette période de Campagne des Départementales qu’il a toute sa légitimé dans les attributions d’un partenariat entre le Conseil Général et les communes.