Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Candidats FN/RBM sur le canton des ASPRES

Communiqué de présentation des candidats Front National/Rassemblement Bleu Marine sur le Canton des Aspres (canton n°1 des P.O.)

IMG_7597Georges Puig, 43 ans, agriculteur à Passa et Claudine Verplanken, 23 ans, éleveuse.

Georges Puig :
Né dans une famille des Aspres, je cultive sa terre aride depuis plus de 20 ans, et je développe l’exportation de mes vins dans le monde. Mon père, ayant travaillé pendant 50 ans pour obtenir une misérable retraite agricole, m’a donné le courage et l’enthousiasme de m’engager avec le Front National, seul parti qui défende les intérêts des travailleurs français.

Claudine Verplanken :
Jeune maman et habitante du centre-ville de Thuir, je côtoie régulièrement commerçants et habitants. Attentive au développement économique de mon canton et déçue au quotidien par le système UMPS, je me suis tournée vers le Front National, qui pour moi est le seul parti capable de défendre nos intérêts.

Nos suppléants, Michel Dijoux, chef d’atelier à la retraite, et Elisabeth Beauvais, mère de famille, nous secondent efficacement pour mener avec succès les projets que nous avons pour les Aspres.

Nous réaffirmons notre volonté de conserver dans nos fonctions de conseillers au futur Conseil départemental la gestion des collèges et le développement de la voierie ; nous nous opposons à la disparition des départements au profit des hyper-régions et des intercommunalités ; si l’aide sociale devient la principale fonction du Conseil départemental, qui mieux que le Front National saura répartir et arbitrer les dépenses dans le respect de la préférence locale!

Ces dernières années, un trop grand nombre de nos concitoyens des Aspres, retraités, personnes isolées, travailleurs, ont été laissés pour compte. Malgré un budget de 130 millions d’euros consacré au social, les travailleurs du Roussillon ont de plus en plus de difficultés à subsister. Il est grand temps de s’attaquer aux dépenses somptuaires et de réduire le train de vie des élus.

Les logements sociaux doivent être attribués en priorité aux Français. Les aides sociales, financées par les Français, doivent revenir aux Français.

Enfin nous avons à cœur de mettre à l’honneur la culture française et catalane et de la faire rayonner, en développant la mise en valeur du patrimoine et le tourisme, ainsi que les manifestations artistiques, religieuses et culturelles.


Faut-il continuer à subventionner des associations plus que douteuses, sous prétexte de soutenir le Développement Social Urbain?

66_Marie-THerese-COSTA-FESENBECK-16-150x150Intervention au conseil municipal du 25 juin de Marie-Thérèse Fesenbeck, conseillère régionale FN, conseillère municipale et communautaire de la liste « Perpignan ensemble Rassemblement bleu marine »

Rapport sur les actions conduites en 2013 par la Ville en matière de Développement Social Urbain

M Le Maire, chers collègues,
J’interviens également sur ce dossier n° 19 à propos des actions en matière de Développement Social Urbain, dossier qui attire quelques remarques :
Dans les dossiers annexes, bilan des centres sociaux 2013 : je constate que les charges de personnel représentent 76 % du budget, pourcentage trop élevé pour un bon gestionnaire.
Or, durant la campagne électorale des municipales qui vient de se terminer, nous avons appris le mauvais classement du présentéisme de vos agents.
M Le Maire, vous devez vous remettre en question, c’est-à-dire, apporter des solutions concrètes auprès de la DRH (Direction des Ressources Humaines) de la Mairie pour le confort des employés municipaux, étudier s’il y a des problèmes de stress dans certains services. Ainsi, l’absentéisme diminuera et je suis sûre que le chiffre de 76 % du budget diminuera et ainsi vous pourrez consacrer un montant plus élevé des subventions.
Je constate également l’infime pourcentage de la politique de la Ville par l’Etat (0.18%) alors que tous les gouvernements UMPS n’ont que ce maître-mot « Politique de la Ville » dans leurs déclarations.
Je vous conseille de consulter le rapport public thématique 2012 de la cour des comptes intitulé la politique de la Ville, une décennie de réformes.
Comme toujours, les projets ne sont que du vent concernant les résultats et que votre parti, l’UMP, y a bien contribué.
De plus, le montant de la dotation de 164 350 € pour 4 thématiques me semble exorbitant. Mais où ai-je la tête ? bien sûr il s’agit de donner l’argent des contribuables à une organisation politisée, le Mrap !

Je tiens tout particulièrement à attirer votre attention, M le Maire, sur la subvention que vous accordez sans discernement, apparemment, à l’association Entraides Roussillon.
En effet, cette association vient d’être dénoncée non anonymement auprès des services concernés comme l’URSSAF à cause de la conduite de certains de ses membres ! (travail au noir, maltraitance envers les Kosovars, locaux insalubres, etc…).
En ce qui concerne l’affaire des Kosovars, les responsables de cette association sont convoqués auprès du Tribunal de perpignan pour le mois d’octobre afin de juger cette affaire qui m’apparait scandaleuse.
M Le Maire, le groupe « Perpignan ensemble », tête haute et mains propres, vous demande instamment de représenter ce dossier en Conseil municipal, afin d’obtenir tous les renseignements qui vous permettront de présenter un contrat pertinent, en adéquation avec les critères généraux demandés en fonction des problématiques territoriales et tout particulièrement la vérification de l’honnêteté des partenaires pour l’exercice 2014 afin que notre ville puisse avoir un développement social urbain de très haute qualité.

*****

Note du rédacteur:

Il est intéressant de noter que suite à l’intervention de Madame Fesenbeck, le mercredi 2 juillet 2014, le journal « L’Indépendant » titrait un article « Et si on pratiquait des soldes solidaires », et en sous-titre « L’association Entr’Aides Roussillon s’associe aux soldes d’été qui débutent aujourd’hui à Perpignan ».

Toujours dans ce même article on pouvait y trouver le petit paragraphe suivant : « Il est utile de rappeler que tous les déplacements sont payés par les participants eux-mêmes ».

D’où notre question : Pourquoi ce paragraphe quelques jours seulement après la dénonciation par notre élue municipale de certains faits ? Cette association a-t-elle vraiment quelque chose à se reprocher ?

Attendons la suite des évènements et nous vous tiendrons au courant, chers internautes, de la suite judiciaire qui sera donnée à cette affaire.