Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


1 commentaire

Second tour des municipales à Perpignan : débat entre Louis Aliot et Jean-Marc Pujol

Debat Louis Aliot (FN RBM) face a Jean-Marc Pujol (UMP UDI PS) - 2e tour Municipales 2014 PerpignanDécouvrez et partagez le débat qui a eu lieu ce matin dans les locaux du quotidien L’Indépendant entre Louis Aliot (FN / RBM) et Jean-Marc Pujol (UMP-UDI-PS), le maire sortant, retransmis en direct sur France Bleu Roussillon et lindependant.fr.


2 Commentaires

Perpignan : L’encombrant soutien du CNIP au candidat UMP-UDI Pujol

L'encombrant soutien du CNIP au candidat UMP-UDI-PUJOLCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National et candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble»

Sur tous les documents du candidat UMP-UDI Pujol on peut voir très clairement le soutien du parti politique CNIP, dont le Président défraya, il y a quelques mois, la chronique comme le montre cet article du journal Le Monde :

A la suite des propos de ce député CNIP-UDI, une procédure d’exclusion avait été décidée, sauf manifestement à Perpignan, où le candidat UMP-UDI accepte sans sourciller ce soutien encombrant !

Pourtant l’UDI-66 avait réagi vivement : « A la suite des propos tenus par le député-maire de Cholet Gilles Bourdouleix relayés par le Courrier de l’Ouest, l’UDI’66 tient à condamner fermement ses déclarations, inacceptables dans la bouche de tout citoyen. Les élus de la République, quelles que soient les difficultés auxquelles ils sont confrontés, se doivent de réagir en se conformant aux lois de notre pays, et ce dans le respect de la dignité humaine. La suspension de M. Bourdouleix, en attendant la réunion des instances dirigeantes du parti, est le signe que l’UDI s’oppose sans détours à ce type de comportement en affichant une fidélité plus forte que jamais aux valeurs républicaines, qui sont le ciment de la nation française. »

Depuis, le député-maire CNIP de Cholet, a été condamné le 23 janvier à 3 000 euros d’amende avec sursis pour apologie de crime contre l’humanité.


L’UDI, inaudible localement et nationalement, se plaint auprès du CSA de la trop grande audience de la tête de liste de « Perpignan Ensemble »

PERPIGNAN / Municipales 2014 :

« Comme à la maternelle, à l’UDI, on jalouse ses adversaires ! », par Louis Aliot

Sous ce titre, Louis Aliot (FN), conseiller régional des P-O, tête de la liste «Perpignan Ensemble», communique :

– « Il semble que ma présence dans les médias nationaux insupportent l’équipe locale de l’UDI faisant fi de la réalité des choses me concernant : je suis vice-président d’un grand parti politique qui a connu une croissance très importante ; codirecteur de campagne d’une candidate arrivée en troisième position avec près de six millions de suffrages et à ce titre porte-parole de campagne, ma formation est aujourd’hui créditée d’un excellent score national pour les élections européennes.

Me dénonçant auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), chose hallucinante et puérile, ils souhaiteraient manifestement s’y faire inviter à leur tour ou m’interdire d’y aller par ignorance des règles en la matière.

En revanche, j’appuie leur légitime requête d’être invités plus souvent, ce qui démontrera au plus grand nombre leurs réelles qualités, comme récemment dans l’émission – Complément d’Enquête – consacrée aux 41 vice-présidents de l’Agglo UDI de Perpignan…un scandale national !

Si je passe trop à la télévision selon leur goût, ce qui n’est plus tout à fait exact depuis un an puisque je suis le plus souvent auprès des Perpignanais en campagne, il va aussi falloir « dénoncer » les autres personnalités nationales candidates aux municipales qui portent la parole de leur formation politique, à l’UDI comme à l’UMP : les Bayrou,  De Sarnez, Morin, Rama Yade, Juppé, Copé, Bertrand, Gaudin, NKM, Dati et consorts seront heureux d’apprendre que l’UDI de Perpignan est indignée de cette entorse démocratique…

Cette « dénonciation » est ridicule et révélatrice d’un état d’esprit, à la fois épris de jalousie et d’inquiétude pour le résultat des élections perpignanaises.

Plutôt que de « dénoncer » des personnalités qui au moins, évoquent leur proximité avec Perpignan, ils feraient bien de regarder leur bilan en face qui lui, mérite d’être dénoncé : ville de plus de 100 000 habitants la plus endettée de France, 4ème plus grande ville la plus insécuritaire de France, l’une des villes les plus pauvres de France, seule ville à ma connaissance où des maisons s’écroulent dans des quartiers insalubres et ou des populations vivent dans la misère…et j’en passe…

Balayez donc devant votre porte, chers élus de l’UDI. Vos mauvaises pensées vous trahissent et vous révèlent.

Les électeurs perpignanais sauront vous le rappeler ! ».


Louis Aliot à propos de la fusion électorale UDI-Modem

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

Louis ALIOT se réjouit de la naissance de la fusion électorale entre l’UDI et le Modem, dite « Alternative », qui sera un élément de clarification bienvenu dans le paysage politique français.

Européiste, immigrationniste et défenseur de la politique d’austérité comme l’UMP et le PS, l’Alternative a pour elle le grand mérite d’assumer ses options idéologiques et politiques, que MM Borloo et Bayrou, régulièrement aux responsabilités ces dernières décennies, ont toujours défendues.

Cette clarté les différencie clairement de l’UMP et du PS, qui sont dans l’enfumage électoraliste permanent et le mensonge.

Pour Perpignan, l’UMP Pujol ayant rallié l’UDI-Modem Alduy-Gombert, ou bien l’inverse, les uns et les autres assumeront un bilan conjoint de clientélisme et de communautarisme qui a conduit notre ville à l’anémie économique et sociale.

Tout ce qui peut amener le paysage politique français à se reconstruire sur le vrai clivage, qui sépare les patriotes des défenseurs de la mondialisation sauvage, les républicains des communautaristes, est une bonne chose.


Réponse aux attaques personnelles de la girouette Grau

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

 » Mon confrère parisien, énarque de formation, installé à Perpignan depuis un an, ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît.

Dois-je rappeler que Romain Grau a été attaché parlementaire du député socialiste Henri Sicre, puis du député socialiste Jean Codognès, qu’il a été repêché par l’héritier centriste Alduy(UDI) et qu’il frappe maintenant à la porte de l’UMP Jean-Marc Pujol… tout en continuant de le critiquer…Carriériste, vous avez dit carriériste !?…

Vice-président de l’Agglo et adjoint à la mairie, monsieur le haut fonctionnaire parle beaucoup, de tout, mais est incapable de régler le moindre problème à Perpignan. Le dernier machin créé, la fameuse Agence de développement économique (l’ADE) , est une coquille vide sans projet, sans logique et donc sans avenir.

Les Perpignanais qui me voient très souvent apprécieront sa suffisance et sa légèreté dans les attaques personnelles. En ce qui concerne mes passages médiatiques, heureusement que je suis là pour faire émerger un peu Perpignan dans l’actualité nationale sur des idées, parce que ses amis auront contribué à donner de Perpignan l’image d’une cité violente marquée par les conflits ethniques, les émeutes de 2005 et par l’affaire des chaussettes, sans compter le chômage et la misère. Triste bilan…

J’ai une autre ambition pour Perpignan tant en matière de développement économique qu’en matière de tranquillité publique « .