Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


À quand la « glasnost » dans notre pays?

 IrinaTerPar Irina KORTANEK, Conseillère régionale Front National du Languedoc-Roussillon

Ces derniers temps, différents élus de notre Mouvement ont assisté aux rapports annuels des brigades de gendarmerie dont dépendent leurs territoires.

A notre grande surprise, nous avons appris que, sur ordre de la Préfecture, c’est-à-dire du Ministère de l’Intérieur, il était interdit aux dites brigades de communiquer les données chiffrées relatives aux actes de délinquance.

Ainsi, nous avons pu apprendre combien de cas d’alcoolémie au volant, d’excès de vitesse ou d’accidents de la route avaient été relevés …… mais chut, pas un mot du reste! Il est vrai que le gouvernement socialiste peine déjà tellement à remonter dans les sondages, il ne faudrait pas que de mauvaises nouvelles viennent entacher le palmarès de leur nouveau « chouchou », M. le ministre de l’intérieur.

Qu’elles sont loin les belles paroles de la campagne du candidat Hollande nous promettant une république irréprochable et transparente! Qu’elle est jolie la liberté d’expression lorsque nos forces de gendarmerie ne sont même plus autorisées à communiquer des chiffres concernant la sécurité des biens et des personnes, alors que, désolée pour cette lapalissade, un bilan annuel sert généralement à transmettre des données chiffrées!

Des précisions sur la délinquance seront communicables en mars ou avril 2015. Tiens donc! Préparerait-on auparavant des élections? Pourquoi tenter de cacher à nos concitoyens ce qu’ils constatent tous les jours dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans leur entourage? Les Français sont tout à fait conscients de la démission de ce qui nous sert de gouvernement en matière de sécurité et de justice ultra-laxiste. L’UMP a commencé à démanteler les forces de l’ordre – police et gendarmerie – et le PS poursuit sur cette voie. L’UMPS représente malheureusement une réalité et non une vue de l’esprit. La situation est encore aggravée par le fait d’une justice beaucoup plus soucieuse du respect et du bien-être du délinquant que de ceux des victimes.

Nous sommes convaincus qu’à l’occasion des élections départementales (renouvellement du Conseil général) qui se dérouleront en mars prochain, nos concitoyens auront à cœur de ne plus écouter le chant des sirènes qui les berce de promesses jamais tenues depuis des décennies.

Le Front National et ses élus s’engagent à jouer la carte de la vérité, de la transparence et de la proximité avec leurs concitoyens. Nous sommes en effet les seuls à mettre toutes nos forces au service de la sécurité des Français, première des libertés, et à rompre avec le système totalitaire actuel qui impose le silence sur les sujets qui fâchent.


Louis Aliot répond à « la sénatrice-présidente du Conseil général cumularde »

Louis Aliot - reaction France 2

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au parlement européen,
conseiller régional, président du Groupe municipal Perpignan Ensemble, communique :

« Madame Malherbe a la grosse tête mais est contrainte de prendre le FN comme son adversaire principal, et c’est là une inquiétude bien légitime.

En ce qui me concerne je ferai ma rentrée politique le 24 septembre par l’inauguration de notre permanence municipale et le 25 par une présence officielle aux cérémonies d’hommage à nos compatriotes Harkis (à qui j’ai réservé ma première sortie officielle en tant sur député européen) puis au conseil municipal de Perpignan ( ou de gros dossiers nous attendent)…

Afin que nul ne l’ignore je suis en attente de la fin des recours concernant les élections européennes et démissionnerai du poste de conseiller régional étant contre le cumul des mandats contrairement à madame la présidente du conseil général et sénatrice qui va amuser beaucoup de nos concitoyens en parlant de présence sur le terrain, alors que nous avons affaire à une cumularde. J’ajoute que la gauche est totalement absente des affaires municipales et pour cause, elle a voté UMP-UDI-CNI pour sauver le siège de monsieur Pujol et sa majorité. Elle utilise le conseil général, avec l’argent du contribuable, pour développer un clientélisme éhonté et un communautarisme que les français rejettent ! Le PS aura mis après Nicolas Sarkozy la France en faillite et le conseil général 66 en grande difficulté. Les citoyens s’apprêtent à donner à la gauche et à son arrogance une magistrale déculottée électorale aux prochaines élections.

Enfin, j’ai été tout l’été à la rencontre des professions sinistrées par la gauche, l’Europe ou la mairie de Perpignan. Les producteurs de fruits et légumes ou les commerçants de Perpignan, mais aussi à l’écoute des syndicalistes agricoles de la coordination rurale avec notre ami Pelras.

Bref, les observateurs vont s’apercevoir très vite de notre volonté de battre la gauche et la droite aux élections à venir. Nous sommes là et bien là ! ».


1 commentaire

Second tour des municipales à Perpignan : débat entre Louis Aliot et Jean-Marc Pujol

Debat Louis Aliot (FN RBM) face a Jean-Marc Pujol (UMP UDI PS) - 2e tour Municipales 2014 PerpignanDécouvrez et partagez le débat qui a eu lieu ce matin dans les locaux du quotidien L’Indépendant entre Louis Aliot (FN / RBM) et Jean-Marc Pujol (UMP-UDI-PS), le maire sortant, retransmis en direct sur France Bleu Roussillon et lindependant.fr.


Perpignan Ensemble : Interview de Louis Aliot sur France Bleu

Invités tour à tour ce mercredi matin sur France Bleu Roussillon, Jean-Marc Pujol, le maire sortant UMP à la mairie de Perpignan, et Louis Aliot le candidat de la liste «Perpignan Ensemble», réagissent au retrait de la liste socialiste conduite par Jacques Cresta.

Extrait. Louis Aliot : « Plus on avance sur le terrain et plus on s’aperçoit que le retrait du candidat socialiste est finalement une chance, parce que les choses sont claires, le choix est clair : soit le système Pujol-Alduy, soit une nouvelle équipe, un nouveau maire, un nouveau projet. Les Perpignanais prennent leur responsabilité et je leur fais confiance, ils ne peuvent pas faire confiance à une équipe qui a échoué.

Lire l’intégralité de l’article sur France Bleu Roussillon

Louis Aliot - France Bleu Roussillon


Réaction de Louis Aliot sur France 2 après le retrait du candidat PS à Perpignan

Après l’annonce de retrait du candidat du parti socialiste, Jacques Cresta, pour soutenir Jean-Marc Pujol (UMP) lors de la campagne du second tour, Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan Ensemble» s’exprime sur France 2.

«Tout cela est une manipulation grotesque du deuxième tour dans notre ville et moi, je suis persuadé que les électeurs vont leur faire payer !»


2 Commentaires

Duel à Perpignan — réaction de Louis Aliot au retrait du PS : «Pujol est l’homme du passé, je suis celui de l’avenir»

Louis Aliot, tête de la liste «Perpignan-Ensemble», arrivé en tête lors du premier tour du scrutin, a vivement réagit ce matin au retrait du candidat de la gauche, Jacques Cresta dans la campagne du second tour de l’élection municipales à Perpignan qui aura lieu ce dimanche 30 mars 2014.

Louis Aliot a déclaré :


2 Commentaires

Perpignan : L’encombrant soutien du CNIP au candidat UMP-UDI Pujol

L'encombrant soutien du CNIP au candidat UMP-UDI-PUJOLCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National et candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble»

Sur tous les documents du candidat UMP-UDI Pujol on peut voir très clairement le soutien du parti politique CNIP, dont le Président défraya, il y a quelques mois, la chronique comme le montre cet article du journal Le Monde :

A la suite des propos de ce député CNIP-UDI, une procédure d’exclusion avait été décidée, sauf manifestement à Perpignan, où le candidat UMP-UDI accepte sans sourciller ce soutien encombrant !

Pourtant l’UDI-66 avait réagi vivement : « A la suite des propos tenus par le député-maire de Cholet Gilles Bourdouleix relayés par le Courrier de l’Ouest, l’UDI’66 tient à condamner fermement ses déclarations, inacceptables dans la bouche de tout citoyen. Les élus de la République, quelles que soient les difficultés auxquelles ils sont confrontés, se doivent de réagir en se conformant aux lois de notre pays, et ce dans le respect de la dignité humaine. La suspension de M. Bourdouleix, en attendant la réunion des instances dirigeantes du parti, est le signe que l’UDI s’oppose sans détours à ce type de comportement en affichant une fidélité plus forte que jamais aux valeurs républicaines, qui sont le ciment de la nation française. »

Depuis, le député-maire CNIP de Cholet, a été condamné le 23 janvier à 3 000 euros d’amende avec sursis pour apologie de crime contre l’humanité.