Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


1 commentaire

Nous sommes en guerre ! Incohérence et hypocrisie, ou soumission ?

Tribune libre de Bruno Lemaire, groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Nous sommes en guerre, paraît-il. Mais contre qui ? Apparemment nous n’avons pas le droit de nommer l’ennemi, autrement que par un acronyme qui sent bon, ou mauvais, la lessive.

Oui, nous sommes en guerre, tout d’abord contre un élément insidieux, qui ronge nos sociétés depuis des décennies, voire plus longtemps encore, une américanisation consumériste rampante, au service des firmes a-nationales, sinon anti-nationales, dont le seul but est de faire disparaître les frontières, pour nous transformer en hors-sol, hors racines, hors tout ! Pas facile de nous battre quand on n’a plus d’autres repères que des jeux vidéo ou des émissions de télé-réalité centrées autour du triptyque PSA, Pouvoir, Sexe et Argent.

On nous dit par ailleurs que cette guerre n’est pas une guerre de religions. Dont acte, on peut le croire car c’est une guerre d’extermination, une guerre menée par les tenants d’une religion qui n’a de religieux que des apparences, car elle veut s’imposer au monde entier, de gré ou de force. Stoppée par la force pendant quelques siècles, cette « religion » prétendue de Paix et d’Amour profite du néant religieux et spirituel des sociétés occidentales pour se développer à nouveau. Pour le moment, notre seule réaction est la soumission à cette invasion, contre laquelle nous ne faisons strictement rien, autrement qu’en offrant pleurs et bougies en répétant « pas d’amalgames »

Allons-nous continuer longtemps à prétendre que c’est la lutte des gens normaux contre des déséquilibrés, alors que cette invasion barbare concerne le monde entier, mais plus particulièrement le monde occidentalisé qui a perdu tout sens des valeurs morales et éthiques qu’il a pourtant représenté si longtemps.

Allons-nous laisser la France, fille aînée de l’Eglise, devenir consciemment ou non la représentante de l’aveuglement et de la dhimmitude la plus complète. Nous en prenons le chemin et nous en serons tous responsables vis-à-vis non seulement de l’histoire, mais face à l’humanité toute entière. Oui, nous sommes face à une islamisation rampante, mais de plus en plus visible, de notre société, mais, chut, il ne faut pas le dire, ce serait pas bien du tout, voire nauséabond.


L’Indépendant mérite t-il vraiment son nom? On peut s’interroger!

Quand l’Indépendant mérite si mal son nom ! Quelle surprise

TeteBrunoElections2015Communiqué de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire de la liste « Perpignan Ensemble » à Perpignan

Qu’une certaine presse locale n’aime pas vraiment, ou vraiment pas, le Front National, c’est son droit le plus strict, la liberté d’expression et d’opinion existent encore en France, même si cette liberté apparaît de plus en plus chancelante et ‘légèrement’ orientée.
Cela étant, que le journal le plus répandu, dit-on, dans les P.O. puisse travestir à ce point la réalité dans un simple compte-rendu ce conseil municipal, cela atteint des sommets, ou des abysses, que nous n’avions encore jamais constatés. A croire que la notion même d’éthique est un concept inconnu pour ce type de presse.
Qu’on en juge plutôt. Le plumitif de service a réussi à confondre Claudine Fuentes et Clotilde Font en tant que candidate du groupe Perpignan Ensemble à l’élection d’un adjoint en « remplacement » d’un adjoint démissionnaire. En dehors de la blondeur de leur chevelure, pas facile de confondre ces deux dames, pourtant.
Il y a peut-être plus grave encore. Les interventions de Bruno Lemaire, Mohamed Bellebou, Jean-Claude Pinget, Catherine Pujol, Anne-Marie Rappelin, puis encore de Bruno Lemaire, à propos des points 32 et 33 de l’ordre du jour ont été totalement passées sous silence, alors que ces interventions ont donné lieu à une suspension de séance, puis à un départ de l’équipe FN/RBM de la salle du conseil justifié par le manque de considération dont elle ‘bénéficie’ depuis que 45% des Perpignanais l’ont pourtant élue.
Il faut croire qu’informer les Perpignanais des points importants de la vie ‘démocratique’ locale ne figure pas dans les priorités de l’Independant. L’information devrait pourtant faire partie intégrale de toute conception de la démocratie, non ?
Heureusement qu’il y a d’autres médias qui permettent aux perpignanais d’être un peu mieux informés: merci à eux. Nous ne pouvons donc qu’inciter nos compatriotes des PO à s’y reporter. Mieux informés, ils pourront ainsi mieux voter.


La gauche perdue ou le mépris des réalités

Tribune libre de Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014

Plus de 70% des Français ne font pas confiance aux responsables politiques. Autant n’attendent plus rien d’une caste aux affaires de droite comme de gauche qui depuis Valéry Giscard d’Estaing déçoit, déçoit et déçoit encore…

Le Pouvoir avec un grand « P » a laissé la place à un système de clientèles avec un grand « C » qui, faute d’argent facile à distribuer, est en train d’imploser sous nos yeux. Les rigoureux d’antan ont laissé place aux cuistres d’aujourd’hui, jamais le pays légal ne s’était autant trouvé éloigné du pays réel.

La « Com » a pris le pas sur la réalité, le « buzz » sur l’information, l’accessoire sur l’essentiel.

Le racisme est un bon exemple de cette fin du politique, un dérivatif à la vérité, un aveuglement devant la réalité, plus simplement un plan concerté d’une équipe aux abois destiné à créer une diversion afin de masquer le grand échec de la gauche aux affaires. Echec rapide, éclair, cuisant, inquiétant qui place le pouvoir politique en situation de faiblesse.

La gauche d’aujourd’hui instrumentalise le racisme. Pour paraphraser Jaurès qui disait que la Patrie était ce qu’il restait lorsqu’on avait tout perdu : pour la gauche « l’antiracisme est ce qui reste lorsqu’on a échoué, plus rien à dire ou à proposer… »

Le racisme a malheureusement toujours existé, dans l’espace comme dans le temps. Il existera toujours des racistes bêtes et méchants qui séviront à tous les étages de la société française quelles que soient par ailleurs leurs origines ou leurs religions. Il n’y a d’ailleurs pas un, mais des racismes, et les uns ne sont pas plus excusables que les autres.

Mais tenter de culpabiliser comme le fait la gauche, la France sur un racisme général des « souchiens » est un mensonge, une manipulation et un danger. Lire la suite


Réponse aux affabulations de Fabrice Thomas

Réponse de Maître Louis Aliot, vice-président du Front National, candidat tête de la liste «Perpignan Ensemble» lors des élections municipales à Perpignan en 2014 à Fabrice Thomas

Monsieur,

Relais du FN vous ne serez pas, relais du FN nous ne souhaitons surtout pas que vous soyez, tellement la haine que vous transpirez effaroucherait le plus apolitique de nos concitoyens.

Contrairement à ce que vous dites le FN se comporte toujours comme un parti démocratique et mes encouragements à une quelconque agression à votre endroit relèvent d’un pur délire. Si tel avait-été le cas, nul doute que vous auriez porté l’affaire devant des tribunaux. Il faudrait arrêter d’affabuler…J’ai évidemment plusieurs témoins de mon discours…

Sur les idéologies totalitaires, l’ancien gauchiste que vous êtes en connaît sûrement un rayon et d’ailleurs vos méthodes agressives en portent quelques stigmates.

Vous acceptez assez facilement de dénoncer les autres mais vous goûtez fort peu à la divulgation d’informations qui vous concernent. Ma feuille d’impôt est consultable tout comme mes feuilles de salaires. Si vous voulez mon patrimoine, n’hésitez pas… Lire la suite


Réponse au président du CRIF

Réponse de maître Louis Aliot, vice-président du Front National, à Monsieur Cukierman, Président du CRIF

Cher monsieur Cukierman, je vous écris pour vous redonner le sommeil après les cauchemars qui hantent vos nuits. Pour ce faire, je vous livre un scénario auquel vous n’avez pas pensé et qui réglerait le problème de vos insomnies.

Le 14 mai 2017, le visage de Marine Le Pen apparaît sur les écrans, elle est la première femme élue présidente de la République de toute notre histoire. Elle a été durant la campagne rejointe et appuyée par de nombreuses personnalités de toutes conditions et de toutes origines qui dans un même élan national et républicain ont à nouveau voulu communier aux sources de la France et du bon sens.

Quelques semaines plus tard, une majorité se dessine, plurielle, patriote, souverainiste, ambitieuse, déterminée, qui révèle pour la première fois le formidable potentiel de tous les laissés-pour-compte d’un système politique trop longtemps confisqué par la droite et la gauche.  Les premières mesures sont à l’image du nouveau pouvoir, démocratiques, souveraines, laïques.

– D’abord, démocratiques avec la représentation proportionnelle, l’élargissement du champ du référendum et le référendum d’initiative populaire. Pas de scénario apocalyptique, pas de chasse aux sorcières, pas de lois d’exception, pas de restriction des libertés, mais une application stricte de la devise de notre république Liberté-Égalité-Fraternité et le respect du premier article de note charte fondamentale : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances…»

– Ensuite souveraines, car la France deuxième puissance de l’Union appelle à la renégociation des traités et à la refondation d’un contrat européen par la négociation. Elle emmène dans son sillage tous les pays épuisés par l’austérité mais aussi l’Allemagne qui sature de payer pour les autres et la Grande-Bretagne qui appelle à ce grand chamboulement depuis longtemps. La France n’est donc plus seule. La technocratie est aux abois, Barroso en congé et la Commission au placard. La souveraineté retrouvée et les nouvelles coopérations permettent un renouveau économique, une politique d’investissements productifs, le retour du patriotisme économique et un protectionnisme raisonné qui relance l’économie européenne, favorise la croissance et l’emploi. La jeunesse retrouve enfin un avenir. Le retour aux indépendances bancaires, la fin de loi de 73 et la monétisation raisonnable de la dette permettent de réduire enfin celle-ci, de rassurer nos créanciers et d’investir pour l’avenir.

A la grande surprise des élites bornées du temps d’avant, le pari gagné de Marine Le Pen prépare déjà la réussite du temps d’après.

– Enfin laïques, au sens républicain et Français du terme. Contrairement aux peurs entretenues par certains groupes de pression, le nouveau pouvoir rétablit le pluralisme, la liberté d’expression et rappelle à tous l’impérieuse nécessité du respect de la Loi qui s’applique à tous de la même manière, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Notre démocratie retrouve enfin un équilibre et ses penchants clientélistes, corrupteurs ou communautaristes se dissolvent dans ce retour aux sources d’une république une et indivisible. La laïcité s’applique dans toute sa pertinence et sa fermeté. Notre vieux fond européen, de culture gréco-latin mâtiné de valeurs judéo-chrétiennes, enraciné, ferme et bienveillant, assimile dans un même creuset toutes celles et ceux qui souhaitent devenir Français. La France est à nouveau respectée, la marseillaise n’est plus sifflée, les drapeaux étrangers brandis comme des défis se font rares, les revendications religieuses ou communautaires plus discrètes…

Voilà monsieur Cukierman un aperçu rapide de mon scénario, vous qui représentez une organisation communautariste dédiée à la lutte contre l’antisémitisme et à l’affirmation de sa solidarité envers Israël.

Nous qui ne sommes pas antisémites et qui avons toujours reconnu l’existence de l’État d’Israël, pourquoi ces attaques ? Beaucoup de français-juifs sont aujourd’hui dans nos rangs et sont choqués par vos élucubrations. L’antisémitisme qui existe aujourd’hui n’est-il pas l’apanage d’une immigration massive et communautarisée autour d’une religion fortement influencée par le fondamentalisme islamiste ? Cette radicalité religieuse n’est-elle pas financée par des puissances étrangères comme l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Iran ou la Turquie ? Faut-il rappeler l’affaire Merah ? N’était-ce pas dans le quotidien Haaretz qu’un certain Cukierman avait déclaré en 2002 : « Le fait que Le Pen est un opposant catégorique à l’immigration musulmane en France est un message clair qui aidera à contenir la violence en provenance de cette immigration. » Votre dérapage était-il incontrôlé ou pensé ?

Sans parler de l’importation du conflit israélo-palestinien dans lequel vous êtes vous-même engagé par vos statuts. Pourtant, tous les français de confession israélites ne partagent pas votre unilatéralisme en la matière et vous comprendrez bien que notre mouvement place l’intérêt supérieur de notre Nation la France avant toutes autres questions. Même si vous êtes en désaccord.

Votre mauvaise foi est par ailleurs évidente sur le problème de la collaboration. Pourquoi avoir omis de parler des résistants fondateurs du FN dont le Pen lui-même d’ailleurs ? Pourquoi avoir caché les paroles de Marine Le Pen sur la Shoah « summum de la barbarie » ? Pourquoi n’avoir pas abordé tous les extrémistes exclus ou partis du FN parce qu’opposés à la ligne de Marine et avec qui nous sommes en procès ? Pourquoi avoir oublié de citer le socialiste Mitterrand et sa francisque, le radical Bousquet et la rafle du Vel d’Hiv, le gaulliste Papon et sa préfecture, etc…

Comme vous le dites si bien, il est des réveils brutaux qui sont salutaires. La droite et la gauche qui nous ont menés à la catastrophe nous ont réveillés brutalement. Il est effectivement temps de se réveiller et de se dire « pourquoi pas le FN puisque les autres ont échoués ? » Ce réveil est une excellente nouvelle et la réussite de Marine un grand espoir pour nous tous.

Je vous ai livré mon scénario, celui d’une France préservée, tolérante, unie et moderne, respectée à l’intérieur comme à l’extérieur, laïque dans son fonctionnement mais ferme sur ces principes.

Je rêve que le CRIF, association communautaire vive des deniers de ses membres, s’occupe de ses affaires et évite de mettre en cause les millions de français qui aujourd’hui partagent cotre idéal.

Non monsieur Cukierman, dormez tranquille, vous ne risquez rien !