Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


A Perpignan, la sécurité est gérée par le service communication de la Ville

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional de Languedoc-Roussillon, tête de liste « Perpignan ensemble » pour les municipales de 2014

Nous apprenons dans l’Indépendant de ce jour, que monsieur le Maire de Perpignan conteste la dissolution, en catimini, de la brigade VTT de la Police Municipale.

Manifestement, nous avons touché un point sensible puisque les agents de cette brigade ont été affectés à celle du centre-ville et que tous les binômes seront mixés. Bien évidemment que des policiers à vélo continuent à circuler, comme c’était le cas avant la dissolution de la brigade VTT, mais ils n’ont plus vocation à lutter contre la délinquance mais s’occuper du stationnement et du tout-venant. Il suffit d’entendre le mécontentement grandissant des automobilistes harcelés en permanence et des commerçants pour mesurer l’étendue des dégâts.

Cela commence déjà à se faire sentir puisque les chiffres des interpellations ont littéralement chuté depuis quinze jours et vont continuer inexorablement à baisser…

Afin de mieux communiquer, demain nous aurons droit à une nouvelle « opération de communication » organisée par le Maire de Perpignan, en présence de journalistes mobilisés pour l’occasion.

Serait-ce la seule réponse de la municipalité aux faits que nous dénonçons ? Nous prenons plutôt cela pour un désaveu flagrant de la politique municipale en matière de sécurité qui démontre, une fois de plus, l’incapacité de la mairie à mieux gérer la sécurité publique.


Perpignan : du rififi à la Police municipale !

Communiqué de la liste Perpignan Ensemble avec Louis Aliot,

De source bien informée, nous venons d’apprendre la discrète dissolution de la brigade VTT de la Police municipale pour des raisons apparemment non motivées par les nécessités de service alors que son efficacité est de notoriété publique surtout dans une telle période. Qu’en est-il ?

Nous apprenons aussi qu’un petit vent de révolte souffle au sein des effectifs de la Police municipale où certains agents, pourtant très motivés, se sentent bridés par leur hiérarchie qui leur demande de fermer les yeux et lever le pied dans certains quartiers réputés sensibles. Qu’en est-il ?

La politique clientéliste de l’actuelle équipe municipale et l’approche des futures élections ne seraient apparemment pas étrangères à la démotivation grandissante des personnels de la Police Municipale.

La sécurité des Perpignanais étant notre priorité absolue et pas seulement un argument électoraliste, nous n’aurons de cesse, après notre arrivée aux commandes de la ville, de donner à la Police municipale les moyens et les ordres adéquats, mais surtout la considération qu’elle mérite.