Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


P.-O. Remerciements du binôme FN sur le canton 7 (Perpignan II)

Perpignan II, canton 7 / Elections départementales: remerciements du binôme FN Irina Kortánek – Robert Ascensi

Irina Kortánek et Robert Ascensi, candidats FN, ainsi que leurs suppléants Rosalia Cardoit et Jérôme Rougé remercient chaleureusement les électrices et électeurs du canton 7, Perpignan II, qui leur ont accordé leur confiance le 29 mars dernier.

Lors de ce scrutin, 43,92% des votants ont porté leur choix sur le binôme du Front National, nous permettant ainsi de relever de près de quatre points le score de 40,31% enregistré en 2011.

Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont opté pour un véritable changement au sein du nouveau Conseil départemental et qui, par leur vote, ont permis de faire reculer l’UMPS par rapport aux élections de 2011.

Dans notre canton, l’UMPS n’est malheureusement pas un slogan, mais une triste réalité puisque le binôme élu le 29 mars doit son salut au report pratiquement intégral sur son étiquette multiple des voix de tous les autres candidats du 1er tour, comme cela avait d’ailleurs été constaté en 2011.

Nous tenons également à préciser aux électrices et électeurs du canton 7 qu’à l’instar de M. Pujol à Perpignan, le maire de Ste Marie la Mer a adressé une lettre ouverte à ses administrés les enjoignant à voter pour l’UMP. Cette lettre n’a-t-elle pas été financée par le biais des impôts de la commune? Les contribuables St.-Marinois apprécieront!

Notre équipe assure à tous nos concitoyens que notre implication sur le terrain se poursuivra avec ardeur et que nous renforcerons notre implantation locale pour sortir notre canton et notre département tout entier de la situation dramatique dans laquelle l’UMPS se complaît à le maintenir.

Nous vous servirons avec droiture, honnêteté et fidélité.

Plus que jamais, nous avançons « tête haute et mains propres » pour vous servir dans le respect des valeurs de notre patrie, sans alliance contre nature, sans compromission et sans recourir à une campagne aussi malhonnête que dégradante.


Si vous voulez des sous, venez chez nous, le scoop du maire de Perpignan!

On lui parle dignité, valeurs démocratiques, reconnaissance du travail fourni, et Jean-Marc Pujol répond : venez chez nous, vous aurez des délégations et donc (sic) des rémunérations

TeteBrunoElections2015par Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire de l’équipe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot », candidat Front National avec Anne-Marie Lahaxe aux élections départementales de mars 2015 sur le canton du Ribéral.

On croit rêver: suite à une intervention pleine de dignité de maître Pinget, lui même conseiller municipal et communautaire de « Perpignan ensemble », s’interrogeant sur la ‘méthode’ du maire de Perpignan, par ailleurs président de PMCA, méthode consistant à considérer l’opposition FN-RBM comme composée de sous conseillers, pour ne pas dire des « sous-hommes » ou des « sous-femmes » – n’est pas Georges Frêche qui veut- la seule chose que Jean-Marc Pujol trouve moyen de répondre c’est: venez chez nous si vous voulez être payés!

Cette phrase traduit pour le moins deux choses.

Tout d’abord, il semble bien que pour le maire de Perpignan, tout est à vendre. En particulier les convictions d’une équipe, soudée autour de Louis Aliot, équipe qui s’efforce simplement et dignement de faire son travail dans les meilleures conditions possible, pour le bien des Perpignanais, en respectant ce pourquoi elle a été élue par 45% d’entre eux, c’est à dire en s’inscrivant dans la ligne défendue par Marine Le Pen et le FN/RBM. Il est vrai que pour le maire de Perpignan, une équipe soudée, il ne doit pas savoir ce que c’est, à en juger par le piètre résultat ayant conduit à ce que 12 membres de sa majorité aient refusé de valider le ‘repêchage’ en tant qu’adjointe d’une ex-députée européenne.

La deuxième chose, c’est le désarroi de plus en plus évident d’un maire UMP à la veille des élections départementales, au moment où certains membres de son équipe se disputent d’arrache pied les quelques places, qu’ils espèrent encore éligibles, sur les différents cantons de Perpignan. Le FN/RBM sera présent sur les 6 cantons de Perpignan, et sur les 17 cantons des PO, ce qui ne sera pas le cas, loin de là, de l’UMP ou du PS. Alors, le « ni-ni », c’est bien à Paris, mais localement, une bonne vieille alliance avec les maudits du FN, cela ne ferait pas de mal doivent penser certains notables. Voilà comment, en terre catalane, la comédie du pouvoir se joue en ce moment, bien loin des préoccupations concrètes de nos concitoyens, de plus en plus écœurés.

Désolé, nous, au FN/RBM, nous ne mangeons pas de ce pain là. C’est ce que nous avons voulu signifier en quittant la séance du conseil municipal avant la fin de celui-ci. La dignité, cela ne s’achète pas, lorsque l’on est au service du peuple français.


À quand la « glasnost » dans notre pays?

 IrinaTerPar Irina KORTANEK, Conseillère régionale Front National du Languedoc-Roussillon

Ces derniers temps, différents élus de notre Mouvement ont assisté aux rapports annuels des brigades de gendarmerie dont dépendent leurs territoires.

A notre grande surprise, nous avons appris que, sur ordre de la Préfecture, c’est-à-dire du Ministère de l’Intérieur, il était interdit aux dites brigades de communiquer les données chiffrées relatives aux actes de délinquance.

Ainsi, nous avons pu apprendre combien de cas d’alcoolémie au volant, d’excès de vitesse ou d’accidents de la route avaient été relevés …… mais chut, pas un mot du reste! Il est vrai que le gouvernement socialiste peine déjà tellement à remonter dans les sondages, il ne faudrait pas que de mauvaises nouvelles viennent entacher le palmarès de leur nouveau « chouchou », M. le ministre de l’intérieur.

Qu’elles sont loin les belles paroles de la campagne du candidat Hollande nous promettant une république irréprochable et transparente! Qu’elle est jolie la liberté d’expression lorsque nos forces de gendarmerie ne sont même plus autorisées à communiquer des chiffres concernant la sécurité des biens et des personnes, alors que, désolée pour cette lapalissade, un bilan annuel sert généralement à transmettre des données chiffrées!

Des précisions sur la délinquance seront communicables en mars ou avril 2015. Tiens donc! Préparerait-on auparavant des élections? Pourquoi tenter de cacher à nos concitoyens ce qu’ils constatent tous les jours dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans leur entourage? Les Français sont tout à fait conscients de la démission de ce qui nous sert de gouvernement en matière de sécurité et de justice ultra-laxiste. L’UMP a commencé à démanteler les forces de l’ordre – police et gendarmerie – et le PS poursuit sur cette voie. L’UMPS représente malheureusement une réalité et non une vue de l’esprit. La situation est encore aggravée par le fait d’une justice beaucoup plus soucieuse du respect et du bien-être du délinquant que de ceux des victimes.

Nous sommes convaincus qu’à l’occasion des élections départementales (renouvellement du Conseil général) qui se dérouleront en mars prochain, nos concitoyens auront à cœur de ne plus écouter le chant des sirènes qui les berce de promesses jamais tenues depuis des décennies.

Le Front National et ses élus s’engagent à jouer la carte de la vérité, de la transparence et de la proximité avec leurs concitoyens. Nous sommes en effet les seuls à mettre toutes nos forces au service de la sécurité des Français, première des libertés, et à rompre avec le système totalitaire actuel qui impose le silence sur les sujets qui fâchent.


Et je retourne ma veste…

Communiqué de Nelly SAINT ANDRE, candidate FN-RBM,
sur le canton « Pyrénées Catalanes » pour les élections départementales de mars 2015.

……………. «  Et je retourne ma veste » ……..(chanson « l’Opportuniste » de Jacques Dutronc, 1968)

C’est bien connu, les chansons sont éternelles. En voici une nouvelle illustration, politique, dans notre canton des Pyrénées Catalanes. L’actuel élu de l’ancien canton de Saillagouse : Georges ARMENGOL, sous étiquette DVD, puis UMP vient sûrement de se voir refuser l’investiture par l’UMP pour les prochaines élections départementales de mars 2015, puisqu’il se présente désormais sous l ‘étiquette PS ! Pour eux, les opinions, c’est secondaire, de toutes façons, ils mènent la même politique UMPS, étriquée et clientéliste. Le principal est d’être réélu afin de poursuivre l’habituel copinage entre élus de longue date, les ententes et le partage des influences, voire des récompenses,….. »

Et je retourne ma veste »…..

Lorsqu’on voit le score du PS aux élections européennes dans le nouveau canton des Pyrénées Catalanes, on peut d’ailleurs s’interroger sur l’opportunité d’une telle trahison. Mais il est vrai que le PS, en manque de candidats au suicide (politique, bien sûr ), recycle allègrement tous les élus devenus obsolètes, d’où qu’ils viennent.

Là encore, on constate l’intérêt que portent ces élus UMPS à leurs électeurs. C’est bien leur intérêt personnel qui les motive, le seul qui compte pour eux, quelle que soit l’étiquette qu’ils brandissent, mais en aucun cas l’intérêt public et celui des citoyens qui les ont élus et qui deviennent leurs otages ! Sachez que les élus de ce type sont prêts à vous dire « …à la prochaine révolution, je retourne mon pantalon. », ce qui leur sera d’autant plus facile, qu’il n’y a rien dedans !

L’UMPS se révèle une fois de plus sous son vrai jour : celui des alliances loufoques dans le seul objectif de se faire élire et non de défendre des idées .

Avec le FN – RBM, pour les Pyrénées Catalanes et la France, soyez fermes et résolus, pour changer ce « modèle » politique incompétent et corrompu.


Désinformation et contre-vérité : le ‘travail’ d’une présumée journaliste.

Louis&Cloclo

Billet d’humeur de Bruno Lemaire, secrétaire général d’Idées Nation, conseiller municipal et communautaire de Perpignan

Madame Michalak, au lieu de s’acharner à relancer des rumeurs qui ne reposent sur rien : non Madame Clotilde Font-Gavalda n’a jamais eu sa carte du Parti Socialiste – ce qui ne serait pas nécessairement une tare, je l’ai bien eue moi aussi, il y a très longtemps il est vrai (mon petit côté chevènementiste peut être) – ferait mieux d’aller creuser dans des terres plus intéressantes.

Se demander comment, par exemple, on peut obtenir un Doctorat – même de troisième cycle – avec une simple dispense faisant sauter à l’impétrant au moins quatre années d’études.

Ou encore, plus localement, se demander comment l’équipe municipale actuelle va pouvoir résister aux tensions centrifuges des catalanistes, des « pro-commerçants », des anciens MRC, et j’en oublie sûrement.

Il est vrai qu’il aurait fallu, pour cela, effectuer un véritable travail de journaliste. Apparemment certaines personnes en sont incapables, avec ou sans diplôme.

Il vaut mieux avoir la « tête haute et mains pures » lorsque l’on lance de fausses accusations, et oublier son idéologie et ses préjugés pour tenter d’informer le plus honnêtement possible ses concitoyens.


Le savoir-faire catalan en sursis à Thuir?

Fesenbeck  Savoir-faire catalan à Thuir en sursis ?

par  Marie-Thérèse COSTA-FESENBECK, Conseillère régionale, Conseillère municipale et Communautaire de la liste « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Le groupe Pernod-Ricard nous annonce qu’il ne licenciera pas à Thuir et épargnera la filiale Cusenier qui fabrique le fameux « Byrrh ».

Nous en sommes bien aise car le « Byrrh » est dans tout esprit catalan. Qui n’a rêvé, étant enfant, de tremper ses lèvres pour goutter cette potion magique réservée à nos parents et grands-parents ? Après avoir obtenu la permission, sous le regard de notre maman, nous osions nous délecter de ces quelques gouttes de breuvage délicieux.

Il nous faut garder les caves Byrrh, améliorer encore et toujours l’attraction de notre célèbre cuve, la plus haute de France par une communication adéquate. Il faut apprendre (naturellement en quantité limitée, cela va de soi) et ré-apprendre au consommateur à boire du « bon ». Le « Byrrh » est concurrencé par le « Porto » moins cher mais de médiocre qualité, du moins celui que l’on vend en France dans les super-marchés !

Ce sera difficile mais le catalan sait faire même si les temps ont changé. De nos jours, les citoyens boivent des liquides insipides, nocifs pour leur santé. On ne parle que de productivité, finances, rapport avec l’argent !

Mais quelle place donnons-nous à l’être humain ? Aucun, il est devenu une machine parmi toutes les machines et techniques du XXI° siècle.

Combien de viticulteurs et d’exploitations viticoles ont disparu sur notre département ? Il ne reste plus grand-chose, et ce, grâce à nos gouvernants inféodés à l’UE et Bruxelles ! Les politiciens UMPS des Pyrénées-Orientales ne savent que courber l’échine. Il faut que les choses changent, les citoyens le disent maintenant haut et fort. Ce ne sera que grâce à un changement radical de politique : la sortie de l’Europe actuelle pour construire une autre Europe, celle des Nations.

Il n’y a que Marine Le Pen, capitaine prête et capable d’organiser ce changement !


Résultats des municipales à Perpignan : communiqué de «Perpignan Ensemble avec Louis Aliot»

Communiqué de la liste «Perpignan Ensemble avec Louis Aliot»

Je tiens à remercier l’ensemble des Perpignanais, en mon nom personnel ainsi qu’en celui de mon équipe toute entière, pour avoir porté à des niveaux jamais atteints un vote d’espoir et de renouveau à Perpignan.

Les résultats sont les suivants :

  • Notre liste FN / RBM a obtenu 17.500 voix
  • La liste UMP / UDI / PC  PC / EELV a obtenu 21.750 voix
  • Les blancs et nuls s’élèvent à 3.700 voix

Bref l’opposition au système en place représente 21.200 voix soit pratiquement la moitié des votants !

Nous avons par ailleurs progressé de près de 5.000 voix entre les deux tours, seuls contre tous ! Ce qui est énorme et qui tend à prouver que nous disposons dans les seconds tours d’une réserve de voix non négligeable.

C’est donc une victoire en trompe l’œil qui ne permettra pas à la mairie en place de faire n’importe quoi !

En ce qui nous concerne et conscients de notre responsabilité en tant que seule opposition au sein du Conseil Municipal de Perpignan, nous tiendrons compte de tous les avis et seront les défenseurs des citoyens ou acteurs économiques oubliés de notre ville.

Le choix que nous avons fait de placer notre campagne sur le respect des valeurs traditionnelles et républicaines, de la famille, d’un strict respect de la laïcité et de l’égalité de tous les citoyens devant la Loi, d’une grande ambition pour notre cœur de ville ainsi que d’un véritable projet économique au service de nos jeunes, était le bon.

Nous continuerons notre mission pour redonner à la politique locale du bon sens, de la clarté et de la transparence dans la gestion, loin des dérives communautaristes toujours plus présentes dans notre ville.

Perpignan aura enfin une véritable opposition pour défendre l’électorat populaire aujourd’hui abandonné par les partis qui constituent l’UMPS !