Perpignan Ensemble avec Louis Aliot !


Le groupe FN/RBM rappelle l’importance de la neutralité politique des associations subventionnées

Perpignan Ensemble

Communiqué de presse

du groupe Perpignan Ensemble avec Louis ALIOT


Le Groupe FN/RBM présidé par Louis Aliot obtient
le conditionnement de versement des subventions.

Lors du Conseil Municipal du jeudi 9 février 2017, le Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot s’est opposé au versement d’une subvention à un club de Football mis en cause, par un article l’Indépendant de 2015*, pour des soupçons de « radicalisation ».

Sur ce point de l’attribution des subventions, comme sur toutes les conventions de partenariat que la Ville signe avec les associations, le Groupe Perpignan « Perpignan Ensemble » a demandé et obtenu du Maire Jean-Marc Pujol, que soit clairement précisé dans les articles des accords le « Respect de l’Egalité Homme/Femme » et la « Neutralité Politique ».

Le Maire Jean-Marc Pujol s’est engagé à étudier les possibilités d’un tel rajout. Avec cette mesure, les associations devront  respecter ces principes sous peine de voir le bénéfice de leur subvention remis en cause.

Le Groupe Perpignan Ensemble demande instamment au service municipal des Sports une vigilance totale sur le prosélytisme religieux au sein des Clubs de Football « amateurs », signalé encore récemment dans un rapport des Services de Police (DGSI/Source France Football du 09/02/2017).

*Source: Indépendant du 15/10/2015

http://www.lindependant.fr/2015/10/15/priere-sur-la-pelouse-a-la-mi-temps-d-un-match-de-foot-a-perpignan-le-district-ouvre-une-enquete,2098962.php

groupeperpignanensemblepieddepage

 


Commerce en centre-ville de Perpignan : Louis Aliot et les élus d’opposition déposent une Motion de soutien au commerce de proximité.

Louis Aliot - candidat tete de liste Perpignan Ensemble - Elections Municipales 2014Groupe « Perpignan Ensemble » avec Louis Aliot

Conseil Municipal de Perpignan

Conseil d’Agglomération de Perpignan – Méditerranée

Motion du groupe Perpignan Ensemble sur le commerce en centre-ville

Observations Préalables se rapportant au point 2.09 de l’ordre du jour du Conseil municipal du 30 juin 2016

Monsieur le Maire, Mes chers collègues,

Le point 2.09 de l’ordre du jour étant lié à l’opération « tickets parking » qui consiste à permettre aux commerçants d’offrir des heures de parking gratuites à leurs clients, le groupe Perpignan Ensemble entend que soit évoqué le sort des commerçants puisque le manque de stationnement et le prix prohibitif sont aussi des causes de la situation actuelle.

Le groupe Perpignan Ensemble propose l’adoption au Conseil Municipal d’une motion de soutien au commerce de proximité du centre-ville.

Le but de cette motion est de clarifier la position du Conseil Municipal en matière d’implantation commerciale en périphérie de la ville et au sein de l’ensemble de l’agglomération de Perpignan.

Le Conseil Municipal ne peut être une simple chambre d’enregistrement, mais un lieu de débat démocratique pour permettre aux citoyens de notre ville d’avoir une véritable information, loin du filtre de la presse locale, et à l’ensemble des élus de voter en conscience.

Le 17 mars 2014, pendant la campagne électorale, Monsieur RUEL, devenu depuis lors Adjoint aux Commerces, a signé, en votre nom et en celui de l’ensemble de votre liste, la charte de l’association l’Olivier. Cette charte indique en son troisième point : « Gel des autorisations de grandes et moyennes surfaces pour 3 ans ».

Depuis 2012, l’usine COMTEROUX est fermée. Cette friche qui vous fait si peur existe donc depuis 4 ans. Vos représentants, Monsieur BARBE et Monsieur FLORIDO, ont voté pour ce projet lors de la réunion de la CDAC du lundi 23 mai 2016. Or, le projet que vous avez soutenu est une violation de vos engagements de campagne.

La situation économique du commerce en centre-ville est évidente. Sans même évoquer le sort de la rue des Augustins et de la Fusterie (44 commerces fermés au total de ces deux rues), la place des Poilus, haut lieu de vie du cœur de ville, a perdu 5 commerces, et la rue de l’Argenterie plus de 11 ! La friche se généralise en cœur de ville.

Après avoir soutenu, lorsque Monsieur le Maire était l’adjoint de Monsieur Alduy, la création du centre commercial du Centre du Monde, puis celui du Carré d’Or, puis celui de l’extension de Décathlon et de Leclerc Nord, voilà un nouveau projet de création de surfaces commerciales hors du centre-ville pour 25 000 M².

Aujourd’hui plus de 30 000 M² de surfaces commerciales sont vacantes et 30 % ont été construites depuis  moins de 2 ans c’est-à-dire depuis votre réélection.

Vous avez indiqué lors de votre intervention télévisée que la RD 900 est un axe fondamental pour la ville. Nous pensons que la priorité est de rendre attractif le cœur de ville.

Sans commerce, il est peu probable que les touristes, que vous espérez pour la réalisation de Perpignan Destination,  restent plus que le temps d’une visite des monuments. Le cœur de ville ne peut être un musée à ciel ouvert.

Comme l’indique Michel Pazounian, délégué général du PROCOS, « il faut que le Maire soit très impliqué personnellement et qu’il ne confie pas la dynamisation du centre-ville à un collaborateur lambda. »

Il est temps d’arrêter le soutien aux extensions ou aux créations de centres commerciaux et de se concentrer dans le soutien aux commerces du centre-ville.

 

D’où notre Motion

Attendu que la situation économique des commerces du centre-ville de Perpignan est inquiétante.

Attendu que le nombre de surface commerciale inoccupée sur l’ensemble de la commune est important.

Attendu que le centre-ville et son attractivité économique doivent être les priorités.

Le Conseil Municipal invite Monsieur le Maire et ses représentants, lors des réunions de la CDAC, à ne voter aucune autorisation d’implantation ou de modification des autorisations existantes et cela pendant une période de 3 ans.

 

Fait à Perpignan

Le 27 juin 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe « Perpignan Ensemble »

Hôtel de Ville – Place de la Loge – 66 000 Perpignan

perpignanensemble.wordpress.com


L’Indépendant moqué par Pablo Picasso pour ses erreurs récidive : belle éthique

Bruno5sept2013_Ensemble2Communiqué en forme de droit de réponse de Bruno Lemaire, conseiller municipal et communautaire FN du groupe « Perpignan ensemble avec Louis Aliot »

Personne n’aime faire des erreurs, et encore moins qu’on les relève en public. Que les journalistes de l’Independant n’aient pas apprécié l’histoire racontée par l’adjoint à la culture de Perpignan sur une erreur commise il y a 60 ans par l’Independant vis-à-vis de la progéniture de Pablo Picasso peut se comprendre. Mais que Madame Michalak se permette de dire des contre-vérités à propos de mon intervention sur divers points de l’ordre du jour du Conseil Municipal de Perpignan du 12 mai montre simplement que certains journalistes n’ont rien appris du passé, et que leur déontologie est à géométrie variable.

Tout d’abord, si je suis intervenu sur le point des concerts du 13 juillet, c’était pour connaître le montant des dépenses engagées par la mairie, donc aux frais du contribuable. Peu de choses sont gratuites dans la vie, et si ce l’est pour les participants, et si les 4 concerts, et non 6, sont offerts par Radio France, il nous a été impossible d’obtenir le montant des faux frais engagés. J’aurai pensé Monsieur Pinel mieux inspiré de ne pas me critiquer sur ce point, et Madame Michalak aurait mieux fait de creuser elle aussi un peu mieux son dossier.

Passe encore sur ce premier point, on ne peut être à son maximum à chaque instant, c’est vrai aussi pour les journalistes de l’Independant.

Il y a plus grave cependant, à propos de la question des subventions, car il s’agit là d’une contre-vérité véhiculée, sciemment ou non, par Madame Michalak. Au cours de conseils municipaux précédents, nous avions demandé de pouvoir examiner individuellement la liste des subventions, ce qui ne nous avait pas été autorisé. C’est justement suite à mon intervention, suivie de celle de Maître Pinget, lui aussi conseiller municipal et communautaire de Perpignan Ensemble, que le Maire de Perpignan a décidé que ce serait possible dorénavant de procéder ainsi, ou plus exactement par groupe de subventions, en fonction de nos différents votes (Oui, Abstention ou Contre). Ce sera d’ailleurs inscrit, à la demande expresse de J.M. Pujol, dans le procès-verbal du C.M.

Alors, certes, je ne suis pas un politicien professionnel, je m’en flatte d’ailleurs. Mais faire passer pour de l’amateurisme des interventions posant des questions légitimes est bien pire que de l’amateurisme présumé, c’est de la mauvaise foi caractérisée. Ce qui est triste pour une journaliste qui prétend informer, alors qu’elle ne fait que désinformer sciemment.

Triste aussi d’oublier mon intervention sur le scandale du concert de Rap envisagé à Verdun fin mai, point sur lequel d’ailleurs nous sommes tombés d’accord avec le maire de Perpignan pour juger indigne cette initiative du maire de Verdun. Il est vrai que ce dernier est « socialiste ». Peut-être est-ce pour cela que l’Independant n’en a pas parlé.


Saccage au Méga Castillet …

COMMUNIQUE DE PRESSE
DES ELUS FN / RBM de PERPIGNAN

Saccage au Mega Castillet: les voyous semblaient bénéficier des largesses de la Mairie et redemandent des places de cinéma gratuites

Une scène absolument hallucinante d’après les témoins, c’était ce mercredi 21 octobre en fin d’après-midi, une bande de « jeunes » de Claudion ont littéralement saccagé une salle de cinéma au Mega Castillet avant d’être évacué par un convoi de la Police Municipale et Nationale.

Après enquête préliminaire, les voyous auraient été détenteurs de places de cinéma offertes généreusement par la municipalité Pujol…

Voilà qui devrait faire plaisir aux honnêtes familles perpignanaises qui en cette période de l’année, après s’être acquittées des taxes diverses et variées, sont condamnées à rester derrière leur téléviseur et ne peuvent se permettre financièrement de fréquenter les salles obscures.

Un fait divers qui témoigne une fois de plus de l’inversion des priorités des représentants de notre ville, d’un côté certains paient, les autres profitent des largesses et du clientélisme des élus locaux tout en ne respectant rien.

Comble du comble. Les voyous, une fois évacués et ramenés en ville, auraient réclamé des places de cinéma gratuites tout en caillassant les véhicules de police. Étonnant réflexe.

Le quotidien local parle de « 100 gamins excités ». Dans le même registre, la réponse des autorités politiques locales pourrait être : « il faut bien que jeunesse se fasse« … A bons entendeurs


Une future Communauté Urbaine pour Perpignan: réponse à Jacques Cresta

Marine&LouisRéponse du groupe « Perpignan Ensemble » au Député (PS) Jacques Cresta:

Le député PS, Jacques Cresta, non content d’avoir servi sur un plateau la Mairie et l’Agglomération de Perpignan à Jean-Marc Pujol, s’en prend maintenant à Louis Aliot!

Monsieur Cresta, vous êtes en tel décalage avec le terrain, que vous ne savez même pas que la majorité des maires des communes, de taille moyenne ou petite, se sont déclarés favorables à cette future Communauté Urbaine!

Mais enfin, Monsieur Cresta, qui nous oblige, nous élus des communes de PMCA, à basculer en « Communauté Urbaine », si ce n’est le gouvernement de votre ami, le premier ministre Manuel Valls, en particulier avec ses incitations/punitions financières et ses subventions ciblées?

Le groupe « Perpignan Ensemble » comme Louis Aliot l’a déclaré en séance, était par principe opposé à la création de la Communauté Urbaine, dispositif qui rajoute par là même, une couche supplémentaire au millefeuille administratif !

Si vous aviez pris la peine de bien vous renseigner, Monsieur le Député, vous auriez su que seuls les élus FN-RBM ont exigé des garanties et qu’ils ont même déposé un amendement (amendement demandant des garanties sur les libertés et les droits des petites communes) !

Aucun élu de gauche n’est intervenu en leur faveur!

Grâce à cet amendement, précisé en séance par Louis Aliot, les maires de chaque commune disposeront d’un droit de veto, lors de chaque vote dans les futurs conseils d’Agglomération!


Attaque de train avortée près de Perpignan: chut pas grave, ce sont des jeunes oisifs!

Tentative d’attaque d’un TER avant son entrée en gare de Perpignan !

Photo CV XBCommuniqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire et Municipal (FN/RBM) de Perpignan-Méditerranée, Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » .

 Nous apprenons de source judiciaire qu’une tentative d’attaque d’un TER a nécessité l’interruption du trafic SNCF dans les deux sens entre Perpignan et Rivesaltes, hier soir, vers 19h00, et ce pendant plus d’une heure.

 Ce qui sera sûrement relaté comme un simple « incident » par les médias est en fait une tentative d’attaque d’une rame TER en provenance de Narbonne, par une bande de jeunes visiblement originaires de la Cité Clodion.

 Les individus s’étant rassemblés sur les voies ont fait signe au conducteur de faire stopper son train, brandissant des cailloux.

 Les Services de Police Nationale, concentrés sur le plan préfectoral de répression envers les automobilistes, n’ont pu intervenir que 30 minutes après le début des faits !

 Les voyageurs n’ont dû leur salut qu’au sang-froid du conducteur du train, qui a pu maintenir sa rame à distance, et ainsi éviter que les assaillants ne montent à bord.

 Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » dénonce avec vigueur ces actes intolérables, conséquence, s’il était encore besoin de le préciser, du Laxisme d’État, avec la complicité de Politiques Locaux qui entretiennent un Communautarisme effréné depuis plus de 30 ans à Perpignan.

 Le Groupe « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot » assure nos concitoyens que seul le Front National/Rassemblement Bleu Marine réformera en profondeur les politiques pénales et judiciaires avec l’assurance d’une fermeté totale envers les délinquants multirécidivistes et les voyous, qui portent atteinte à l’un de nos droits fondamentaux : la Sécurité Publique.


Sécurité à Perpignan: essentiellement des effets d’annonce?

Le Groupe Perpignan Ensemble avec Louis Aliot dénonce les « effets d’annonce » sur la Sécurité à Perpignan:

Nous ne pouvons que regretter que,  sur des questions aussi sérieuses que la Sécurité des Habitants des P.O. après les drames que nous avons vécus, les mesures annoncées ne soient pas plus effectives ou mieux mises en place.

En effet, il n’y a jamais eu 115 CRS déployés à Perpignan suite aux attentats de la semaine dernière, tout au plus 35 fonctionnaires de la CRS 58 ont été déployés pendant le week-end dernier (le reste des effectifs CRS perpignanais ayant été affectés à Narbonne ou Montpellier!).

Ces mêmes effectifs de CRS ne sont plus présents à Perpignan depuis hier soir, puisque, affectés à Avignon!!

De plus, les effectifs de la Police Municipale présents sur le terrain ne s’élèvent pas à 120 personnels, (120 c’est le nombre officiel total de fonctionnaires dépendant de la P.M.) et les effectifs disponibles ne sont pas présents en permanence, du fait des roulements, et évidemment encore moins 24h/24h!

Par ailleurs, nous déplorons que les fonctionnaires en garde statique, ne voient pas leur anonymat protégé (ex: floutage des photos), leur assurant par là même un minimum de sécurité, quand on sait que des groupes djihadistes ont menacé de s’en prendre aux policiers et à leurs familles.

De façon générale, la mobilisation annoncée d’effectifs de la Police Nationale  sur le terrain jour et nuit, ne signifie aucunement, l’augmentation du nombre de fonctionnaires mais des charges de travail supplémentaires pour les personnels qui ne pourront être affectés pendant ce temps à la surveillance de la Voie Publique.